L’Écosse et l’Angleterre : un contraste affligeant, par Duncan Sutherland

Le texte original en anglais, ci-dessous.

L’article du Guardian ci-dessous, datant d’il y a quelque temps, traite des différences de style et de fond du gouvernement en Écosse et en Angleterre pendant la crise actuelle de santé publique.

Le problème fondamental de l’Angleterre, et même du Royaume-Uni, est que le Brexit a placé au poste de premier ministre une personne qui, dans d’autres circonstances, n’aurait pas été envisagée pour ce poste. Contrairement à Sturgeon, il incarne un vide moral indifférent, désorganisé et sur-privilégié.

Vous pourrez penser que je suis partial, bien sûr. Mais nous sommes ici à l’aube de ce que l’on peut raisonnablement suspecter d’être une propagation phénoménale d’infections omicron qui pourraient vraisemblablement submerger les services de santé. En réponse à cette situation, la Première ministre Sturgeon, avec son sens des affaires habituel, a préparé un plan d’action cohérent à mettre en œuvre par étapes, en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques sur la dernière variante du coronavirus. Une part importante de son travail consiste à tenir le public informé et à le préparer à se conformer aux mesures qu’elle pourrait décider de mettre en œuvre dans les jours et les semaines à venir. En Angleterre, en revanche, la confusion règne en raison de l’absence de leadership crédible et solide.

Cependant, même une dirigeante à l’esprit d’entreprise telle que Sturgeon ne pourrait être efficace si elle n’avait aucune empathie avec le public ou si elle avait agi d’une manière qui lui avait fait perdre leur confiance. En Écosse (et même en Angleterre), la confiance accordée à Sturgeon est évidente, alors qu’en Angleterre et dans tout le Royaume-Uni, les gens douteraient aujourd’hui de votre santé mentale si vous affirmiez que vous faites confiance à Boris Johnson. En conséquence, on peut s’attendre à ce que des mesures strictes de santé publique soient respectées en Écosse, alors qu’en Angleterre, on peut s’attendre à la pagaille habituelle.

Il n’est malheureusement pas exagéré de dire que Johnson n’a aucune empathie pour le grand public. Il n’a aucun respect pour eux et aucun intérêt pour eux, et il ne les comprend même pas vraiment. Tout le monde sait que Nicola Sturgeon est au pôle opposé de cet innommable crétin surprivilégié, car elle ne cesse de mettre en évidence sans effort ce douloureux contraste.

On peut dire que l’Angleterre et le Royaume-Uni sont aussi malheureux d’avoir eu l’ineffable Johnson à la barre pendant la crise de Covid que l’Italie a la chance d’avoir l’admirable Mario Draghi comme président du Conseil des ministres. C’est même un plaisir de voir Draghi s’acquitter de ses responsabilités de chef de gouvernement avec un sérieux et une efficacité méthodique qui sont précisément ce dont nous avons besoin en ce moment. Où qu’il aille, le profond respect qu’il inspire est palpable et d’autant plus impressionnant qu’il est bien mérité, j’ose le dire. En Italie, il s’agit d’une question de constitution qui permet à un administrateur techniquement compétent d’être nommé par le président de la république pour gérer une urgence nationale : quand vient l’heure, vient l’homme. En Angleterre et au Royaume-Uni, par contre, il s’agit d’une question de basse politique comme d’habitude à l’anglaise, résultant d’une confluence de crises nationales qui ont débouché sur un échec de leadership : « cometh the hour, cometh the clown ».

Depuis l’Écosse, on observe le spectacle en Angleterre avec dégoût, bien sûr, mais on se demande aussi inévitablement comment nous pourrions gérer nos affaires dans un cadre constitutionnel qui donnerait à un dirigeant responsable et respecté comme Nicola Sturgeon les pouvoirs et la liberté d’action dont dispose M. Draghi.

While Sturgeon takes decisive action on Covid, Johnson just blusters
Gaby Hinsliff

Sturgeon: ‘Think carefully’ about socialising amid warning Scotland on cusp of ‘tsunami’ of Omicron infections

Nicola Sturgeon was in direct contrast to chancer Boris Johnson at COP26

A PAINFUL CONTRAST

The Guardian item below from a while back addresses differences in government style and substance in Scotland and England during the present public health emergency.

The fundamental problem for England and indeed the UK is that Brexit has put an individual into the office of prime minister who in other circumstances would not have been considered for the post. Unlike Sturgeon, he is an indolent, disorganized, over-privileged moral vacuum.

You will be thinking that I am biased, of course. But here we are on the brink of what is realistically expected to be a phenomenal spread of omicron infections which could conceivably overwhelm the health service. In response to this First Minister Sturgeon, in her customary businesslike way, has prepared a coherent plan of action to be implemented in stages, consistent with developing scientific understanding of the latest coronavirus variant. An important part of her work consists in keeping the public informed and willing to comply with the measures which she may decide in the coming days and weeks that it is appropriate to implement. In England, on the other hand, there is confusion because of lack of credible and sound leadership.

Even a businesslike leader such as Sturgeon could not be effective, however, if she had no empathy with the public or if she had acted in ways which had caused her to lose their trust. In Scotland (and indeed in England) Sturgeon is clearly trusted, whereas in England and throughout the UK people would now think you needed your head examined if you said you trust Boris Johnson. Consequently, compliance with strict public health measures can be expected in Scotland, whereas in England you can expect the usual shambles.

It is, unfortunately, no exaggeration to say that Johnson has no empathy with the general public. He has no respect for them and no interest in them, and he does not truly even understand them. Everyone knows that Nicola Sturgeon is the direct opposite of this unspeakably overprivileged cretin, as she demonstrates this painful contrast effortlessly all the time.

England and the UK may arguably be said to be as unfortunate to have the ineffable Johnson at the helm during the Covid crisis as Italy is fortunate to have the admirable Mario Draghi as President of the Council of Ministers. It is even a delight to see Draghi discharge his responsibilities as head of government with a seriousness and methodical efficiency which is precisely what is needed at this time. Wherever he goes the deep respect which he inspires is palpable and all the more impressive for being well deserved, I venture to suggest. In Italy it is a matter of a constitution which allows a technically competent administrator to be appointed by the president of the republic to manage a national emergency: cometh the hour, cometh the man. In England and the UK, on the other hand, it is a matter of low politics as usual in the English style, resulting in a confluence of national crises which have produced a failure of leadership: cometh the hour, cometh the clown.

From Scotland one views the spectacle in England with distaste, of course, but we also inevitably ponder how well we might manage our affairs within a constitutional framework which would give a responsible and respected leader such as Nicola Sturgeon the powers and freedom of action that Mr Draghi has.

While Sturgeon takes decisive action on Covid, Johnson just blusters
Gaby Hinsliff

Sturgeon: ‘Think carefully’ about socialising amid warning Scotland on cusp of ‘tsunami’ of Omicron infections

Nicola Sturgeon was in direct contrast to chancer Boris Johnson at COP26

Partager :

7 réponses à “L’Écosse et l’Angleterre : un contraste affligeant, par Duncan Sutherland”

  1. Avatar de CloClo
    CloClo

    « C’est même un plaisir de voir Draghi s’acquitter de ses responsabilités de chef de gouvernement avec un sérieux et une efficacité méthodique qui sont précisément ce dont nous avons besoin en ce moment. Où qu’il aille, le profond respect qu’il inspire est palpable et d’autant plus impressionnant qu’il est bien mérité, j’ose le dire. En Italie, il s’agit d’une question de constitution qui permet à un administrateur techniquement compétent d’être nommé par le président de la république pour gérer une urgence nationale : quand vient l’heure, vient l’homme.  »

    Ca c’est de l’analyse, après la démolition de Boris, on se demande comment prendre l’ensemble… Est-ce une farce ? Pourquoi venir sucer Mario après avoir défoncé à juste titre Boris, la comparaison avec Sturgeon était suffisante.

    Mais plus loin ça pue un peu mon cher Duncan, car on va arriver à lire que Macron décidément c’est mieux que n’importe lesquels des autres en face de droite comme de gauche, lui aussi en bon bon banquier d’affaire, comme un grand capitaine d’industrie éclairé, qui gère bien avec empathie dans le sens des intérêts bien compris, des élites et du bon peuple. Sacré Duncan, on commence à voir l’artillerie du TINA qui sort le bout de son nez ! 😀

    10
    1. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
      Pierre-Yves Dambrine

      Et les Grecs apprécieront l’action de Draghi pendant la crise de l’Euro en tant que membre éminent de la Troïka.

      « …les institutions de la troïka, les gouvernements grecs ont taillé dans les dépenses de santé « avec des couteaux de boucher », selon l’expression d’un ancien ministre de la Santé (2010-2012), Andreas Loverdos .. 

      https://www.cairn.info/revue-de-l-ires-2017-1-page-77.htm

      https://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2011/10/31/la-grece-dossier-noir-de-l-ancien-vrp-du-hors-bilan-chez-goldman-sachs_1596412_1581613.html

      3
  2. Avatar de daniel
    daniel

    Merci Duncan,
    C’est une chance pour nous et l’Europe que les Britts aient sélectionné par leur vote un clown tel Johnson. Etant ancien maire de Londres, et plus en arrière, le journaliste en poste à Bruxelles de journaux trash et anti-européens forcenés, ils étaient prévenus. C’est une chance parce qu’ils nous font bien des misères, et sans doute plus si la compétence était avec eux.

    Pas charitable, c’est sûr…

    Quant à l’Ecosse, va lui falloir, à terme, construire une frontière en dur entre les 2 pays… Pour une fois, de vrais amis seront au Nord du mur d’Hadrien.

    1
  3. Avatar de Ghost
    Ghost

    « …..unspeakably overprivileged cretin »
    Il fraudrait se demander pour quelle raison précise ce « crétin » comme vous dites fut hissé au pouvoir – il y a des causes pour cela. De manière générale, nous traversons une époque trouble, ploutocratique, dessinée par un capitalisme autoritaire. Même le secteur de la santé est dirigée non pas par les médecins, mais par les investisseurs ou/et par des comptables.Le problème c’est que des types comme Johnson ne sont pas tombés du ciel, ils ont été élus, en règle, selon les constitutions.
    En tous cas, notre époque s’annonce très difficile, d’autant plus que la médiocrité du personnel politique, sa naiveté face aux dangers dans le monde, sa servitude face au pouvoir financier…..est parfois désésperant. Johnson n’est pas le seul qui donne matière à douter en la démocratie; certains disent qu’il n’y a plus de démocratie. Allez en Gréce, par exemple, disculter avec des gens, posez leur des question au sujet de l’euro, de l’Europe et le rôle des institutions financiers, sur la vie précaire de nombreux gens……
    Mais il faut garder magré tout le moral. « We are all in the gutter, but some of us are looking a the stars » (Oscar Wilde). Un bon refléxe!

  4. Avatar de baloo
    baloo

    Coucou,

    Pouquoi mettre en exergue un tel article ?

    L’erreur est justement de se croire supérieur. Se croire supérieur à l’autre , intellectuellement, moralement, c’est une erreur fondamentale.
    On peut avoir du mépris, une haine viscérale contre des idées, mais l’histoire nous apprend que la posture de supériorité est nulle et ne sert à rien . il faut mettre les mains dans le cambouis et combattre sans prendre la prose et sans posture.
    Il y a combat. Sans faiblesse et sans hystérie et c’est trés difficile car comme disait brassens, qu’il soit d’abyssinie ou d’ailleurs
    on ne détronera jamais le roi des C., c’est à dire notre propre bétise …

    miroir , mon beau miroir,

    Essayer sans cesse et sans relache de faire appel à l’intelligence des gens. Il n’y a pas d’autre chemin. Dire qu’il n’y a pas de faiblesse, qu’il n’y a pas de honte à s’être trompé. Ecouter.admettre ou combattre.

    Bonne soirée

    STéphane

    3
  5. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    Toujours le beau rôle , BoJo …
    C’est comme un sentiment de deuil personnel…mon premier mort « certifié-Omicron » … :
    .. » Au moins un mort au Royaume-Uni dû au variant omicron. En visite dans une clinique de vaccination près de Paddington, dans l’ouest de Londres, Boris Johnson a déclaré ce lundi, selon Sky News, que «malheureusement, oui, omicron produit des hospitalisations et malheureusement, il a été confirmé qu’au moins un patient est décédé avec omicron». Le Premier ministre britannique n’a pas donné plus d’information sur la date de la mort. «Ne faites pas l’erreur de penser qu’omicron ne peut pas vous faire de mal et vous rendre, vous et vos proches, gravement malades», alertait justement BoJo dimanche soir dans une courte allocution télévisée. Il s’agirait du premier cas mondial connu de décès directement dû au variant omicron.  » …

    Age? Vaccination?Facteurs supplémentaires personnels de risque..??

    1. Avatar de Otromeros
      Otromeros

      …  » mon premier mort « certifié-Omicron »  » …

      ??

      Rectificatif ce jour… ou plutôt biais probable de traduction Anglais ==> Français ???

      … » Pourtant, à écouter la déclaration du Premier ministre – et à lire la presse britannique – cette traduction est inexacte.
      «At least one patient has been confirmed to have died with omicron» , a en effet déclaré verbatim Boris Johnson , ce qui se traduit littéralement par «il a été confirmé qu’au moins un patient est décédé avec Omicron».
      Aussi minime puisse-t-elle paraître, la différence est pourtant de taille puisqu’il n’est pas question de causalité dans les propos du Premier ministre.
      En l’état, il est donc incorrect de qualifier ce mort de «premier décès dû au variant Omicron» en se basant sur la déclaration de chef du gouvernement britannique.
       » …

      Je connais ici quelqu’un (de confiance) qui pourrait arbitrer…
      ((Pour les réalistes/pessimistes… : bien sûr qu’il suffit de prendre le temps d’attendre.. ))

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta