Archives par mot-clé : Allemagne

Wirecard : Les limitations [rires !] de l’autosurveillance

Quand je vous ai résumé avant-hier ce qui s’était passé chez Wirecard, expliquant la faillite de ce gestionnaire d’opérations de cartes de crédit et l’embarras du gouvernement allemand devant une escroquerie de près de 2 milliards d’euros, pas même subtile mais du type le plus élémentaire, je vous ai dit que la réputation de la BaFin, le régulateur des marchés financiers allemands, était compromise.

Eh bien, pas du tout ! Pourquoi ? Parce qu’en réalité la BaFin sous-traitait la surveillance comptable des entreprises à un organisme privé (Financial Reporting Enforcement Panel – FREP, créé en 2004) constitué des firmes d’audit elles-mêmes.

[Est-ce qu’on ne vit pas une époque formidable ?] J’ai écrit la phrase qui précède juste pour vous donner le temps de vous relever après être tombé.e de votre chaise. Continuer la lecture de Wirecard : Les limitations [rires !] de l’autosurveillance

Partager :

Allemagne – Le taux de reproduction du coronavirus calculé sur 4 jours remonte à 2,88 (!?), par Alexis Toulet

L’institut Robert Koch, équivalent allemand de ce qu’est l’institut Pasteur chez nous, publie chaque jour un rapport détaillé sur la situation épidémiologique outre-Rhin.

Leur livraison du 21 juin affiche un taux de reproduction R du virus calculé sur 4 jours qui serait remonté à 2,88 ! Voir page 5. Il y a là de quoi surprendre et inquiéter, sachant que c’est presque l’équivalent le taux de reproduction R0 en l’absence de toute mesure de lutte contre le virus, généralement évalué entre 3 et 4.

Plus précisément, la valeur R estimée sur les 4 derniers jours est à 2,88 (intervalle à 95% 2,16 – 3,73) et celle sur les 7 derniers jours est à 2,03 (intervalle à 95% 1,60 – 2,49). De toute façon très au-delà de la valeur charnière de 1 à laquelle le virus continue à circuler sans s’éteindre mais sans non plus réexploser.

Il faut sans doute tenir compte de l’avertissement de l’Institut comme quoi leur calcul de R est particulièrement sensible, notamment lorsque le nombre de cas est petit

Cette valeur réagit de manière sensible aux variations à court terme du nombre de cas, comme celles causées par des épidémies individuelles. Cela peut entraîner des fluctuations relativement importantes, surtout si le nombre total de nouveaux cas est faible

Il faut encore garder à l’esprit que ce calcul est basé sur une prévision immédiate (nowcasting) c’est-à-dire une projection de très court terme.

Mais même avec ces mises en garde, il reste que cette évaluation, qui comme l’explique l’Institut « reflète l’infection d’il y a environ une à deux semaines » est nettement inquiétante.

Ci-dessous, la courbe des contaminations en Allemagne en fonction du temps publiée le 21 juin
Abscisse = Date de début de maladie
Ordonnée = Nombre de nouveaux cas
Bleu foncé = Date de début de maladie indiqué
Gris = Date de début de maladie imputé
Bleu clair = Prévision immédiate
Partager :

L’Écho : L’Allemagne, à la hauteur des espérances de Keynes, enfin, le 2 juin 2020

L’Allemagne, à la hauteur des espérances de Keynes, enfin

Il ne restait plus qu’à attendre que l’Allemagne endosse son habit de puissance hégémonique bienveillante. Un arrêt de sa Cour constitutionnelle le 5 mai lui en a offert l’occasion…

Remontons de huit ans dans le temps, et souvenons-nous du reproche que Jens Weidmann, déjà à la tête de la Bundesbank, adressait en juillet 2012 à Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne.

Que s’était-il passé ? Draghi avait affirmé que sous sa présidence, tout serait fait pour qu’aucun pays ne sorte de la zone euro, ce qui avait effectivement assuré le sauvetage de celle-ci aussitôt. Ce sur quoi, Weidmann lui avait vertement rappelé qu’il n’était pas le président élu de l’Europe, ni même son Trésorier en titre. Ce qui traduit, voulait dire que ce n’était pas à un banquier de définir des politiques économique et financière, que c’était là le rôle d’un gouvernement.

Continuer la lecture de L’Écho : L’Allemagne, à la hauteur des espérances de Keynes, enfin, le 2 juin 2020

Partager :

Covid-19 : Taux de décès par pays

Ouvert aux commentaires.

Comme nous l’avons déjà noté, la densité de la population dans le pays est l’un des facteurs explicatifs. La partie rurale des États-Unis est encore indemne, mais elle est notoirement sous-équipée en hôpitaux. Cela dit, l’Allemagne fait clairement mieux que les autres.

Continuer la lecture de Covid-19 : Taux de décès par pays

Partager :

Pourquoi si peu de morts en Allemagne ? Un nombre très élevé d’examens

Ouvert aux commentaires.

Selon Christian Drosten, virologiste

Partager :

LE COUP D’ARRÊT ALLEMAND, par François Leclerc

Billet invité.

Les supputations vont bon train outre-Rhin, reflétant les profondes incertitudes qui dominent désormais la vie politique. Les mauvais résultats électoraux enregistrés par le SPD, la CDU et la CSU ont été sous-estimés. L’échec des négociations en vue de former la coalition Jamaïque n’a pas été anticipé. Et Angela Merkel semblait pour tous être destinée à accomplir son quatrième mandat.

Continuer la lecture de LE COUP D’ARRÊT ALLEMAND, par François Leclerc

Partager :

Expliquons à l’Allemagne ce que nous attendons d’elle AUJOURD’HUI MÊME

Version en anglais ici. Ouvert aux commentaires.

Voilà dix ans que l’on entend des autres dirigeants européens le même refrain pour justifier leurs atermoiements vis-à-vis des autorités allemandes : « Après les élections, les choses seront plus claires ! » Or, d’élection allemande en élection allemande, les choses ne sont pas plus claires une fois le vote accompli, mais plus troubles et, de ce point de vue, c’est le pompon aujourd’hui. Tirons-en les conclusions qui s’imposent : expliquons à l’Allemagne ce que nous attendons d’elle AUJOURD’HUI MÊME. Ce serait impossible parce qu’il n’y a plus de gouvernement ? ni de coalition ? ni peut-être même de chancelière ? Profitons-en : expliquons à chacun des partis allemands ce que nous attendons de sa nation, et de lui en particulier, AUJOURD’HUI MÊME.

Partager :

LE CHACUN POUR SOI ALLEMAND S’ACCENTUE, par François Leclerc

Billet invité.

Les pourparlers en vue de constituer une coalition s’annoncent décidément périlleux, tant pour Angela Merkel qu’Emmanuel Macron qui s’accroche. Sans attendre le démarrage des négociations, Christian Lindner, le leader du FDP, vient de tracer ses lignes rouges dans une interview au Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Continuer la lecture de LE CHACUN POUR SOI ALLEMAND S’ACCENTUE, par François Leclerc

Partager :

L’Europe dans l’impasse néolibérale, par Emmanuel Rousseaux

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Bonjour Paul Jorion,

Merci beaucoup pour votre interview très intéressant de l’Actu Echo du 4 octobre dernier. Il porte sur un sujet hautement important et crucial – l’Europe. Vous sembliez très à l’offensive. Et pour cause, c’est le sujet qui veut ça…. À la fois complexe, clivant et contradictoire. Car on pourrait dire qu’aujourd’hui l’Europe est devenue à la fois le problème et la solution.

Continuer la lecture de L’Europe dans l’impasse néolibérale, par Emmanuel Rousseaux

Partager :

LES AUTORITÉS EUROPÉENNES LAISSENT LE CHAMP LIBRE À ERDOGAN, par François Leclerc

Billet invité.

Les autorités italiennes ont retenu des dernières rencontres des ministres de l’Intérieur ainsi que des Affaires étrangères européens qu’elles doivent d’abord compter sur elles-mêmes pour enrayer l’exode des réfugiés. Car il en est ressorti que le partage de leur accueil avec les autres pays est rigoureusement exclu, ne laissant que deux issues de disponibles : détruire les réseaux de passeurs et séparer les réfugiés ayant droit à l’asile des migrants économiques, qui représenteraient 80% de l’ensemble en application de critères non précisés.

Continuer la lecture de LES AUTORITÉS EUROPÉENNES LAISSENT LE CHAMP LIBRE À ERDOGAN, par François Leclerc

Partager :

LA DYNAMIQUE DE MACRON VUE D’ALLEMAGNE ET D’ITALIE, par François Leclerc

Billet invité.

En Allemagne, l’embellie du SPD dans les sondages s’est révélée un feu de paille, éloignant maintenant qu’il est éteint toute perspective de victoire électorale à l’automne et rendant moins vraisemblable la reconduction d’une grande coalition avec la CDU/CSU. Cette perspective augure mal de la dynamique que le président français voudrait instaurer en développant d’étroites relations avec le gouvernement allemand, qui pour l’instant trouve quelques difficultés à démarrer.

Continuer la lecture de LA DYNAMIQUE DE MACRON VUE D’ALLEMAGNE ET D’ITALIE, par François Leclerc

Partager :

BERLIN A LE DERNIER MOT, par François Leclerc

Billet invité.

Emmanuel Macron espère entrebâiller une porte, Martin Schulz vient à son tour d’en assurer la fermeture. Pas question d’euro-obligations, a-t-il asséné, que ce soit pour financer un fonds d’investissement européen ou les émissions à venir de la dette ! Dans une interview au Frankfurter Allgemeine Zeitung, le dirigeant social-démocrate compare à « un fantôme » le débat à propos de la mutualisation, et prévient que celui sur les euro-obligations est « terminé ». Il se contente de renvoyer au Mécanisme européen de stabilité (MES) au sein duquel chaque pays est responsable au prorata de son apport au capital, suivant la clé utilisée pour la BCE.

Continuer la lecture de BERLIN A LE DERNIER MOT, par François Leclerc

Partager :

LE PIÈGE DE LA COHÉSION FRANCO-ALLEMANDE, par François Leclerc

Billet invité.

Wolfgang Schäuble renforce son verrouillage politique. Il prend date dès à présent, confiant dans le résultat des élections en raison de la déconfiture du SPD annoncé par les sondages. Il marque son territoire et répond indirectement aux tentatives d’ouverture d’Emmanuel Macron, confirmant que, les projecteurs de Berlin éteints, la rencontre du président français avec Angela Merkel était du cinéma. À le suivre, tout reste à faire, et rien n’indique qu’il sera désavoué.

Continuer la lecture de LE PIÈGE DE LA COHÉSION FRANCO-ALLEMANDE, par François Leclerc

Partager :