Pourquoi si peu de morts en Allemagne ? Un nombre très élevé d’examens

Ouvert aux commentaires.

Selon Christian Drosten, virologiste

Partager :

52 réflexions sur « Pourquoi si peu de morts en Allemagne ? Un nombre très élevé d’examens »

  1. Oui,
    On pourrait sans doute déjà faire un diagramme de corrélation :
    Quantité A : Capacité de test / nombre de test voire CA des compagnies qui commercialisent la PCR (mêm en redistribution, mais c’est plus difficile car c’est noyé dans plein d’autre produits) dans le pays.
    Quantité B : mortalité Covid-19 brute ou pondérée par divers facteurs suivant que pays comparables ou pas…

    A voir …

  2. C’est un peu le problème des stats comparées d’un pays à l’autre… si les tests ne sont pas réalisés sur des porteurs sains, comment évaluer le taux de mortalité réel du virus… Et comme tous les pays ont des protocoles d’isolement et de détection différents…

  3. On a une équipe de responsables main dans la main avec les magnats du profits mais totalement inopérante quand il s’agit de prendre les bonnes décisions et d’avoir la main mise Et de mettre aux pas les entreprises essentielles à la sécurité des citoyens, et après on manque matériels et on envoie des gens aux cassent pipes en leurs rendant hommage.
    Il faut faire attention car l’ancienne absurdité de cette gouvernance ne vaux plus un Kopek quand il s’agit de la santé, ça ne va pas tenir bien longtemps, d’ailleurs même en Chine il y a eu des révoltes après l’immobilisation des corps.

  4. Je ne comprends pas.

    Le faible nombres de victimes morts du corona en Allemagne n’ est pas une valeur ‘relative’. Dans l’absolu, ce nombre est très faible. Si il y a une ‘relativité’ à prendre en compte c’est par rapport aux mêmes nombres italiens, espagnol et français: respectivement 10023, 6528, 2317, comparés à 455 allemands. ( chiffres du JHU, datés de ce jour 17h12mn ).
    Tout laisse penser que soit l’Allemagne est encore en phase initiale exponentielle, soit que nous ( Italie, Espagne, France) avons commis une horrible erreur, en fait une séries d’erreurs à base d’imprévoyances.

    Il est bon d’enfoncer cette porte ouverte: les tests, quels qu’ils soient n’ont aucune vertu thérapeutique propre.

    1. Pas d’accord avec votre conclusion. Tester systématiquement permet d’isoler complètement une bien plus grande proportion des porteurs du virus, peu importe leur état, et donc de ralentir considérablement l’épidémie. Evidemment tester ne diminue en rien le taux de mortalité. Une conclusion semble alors plutôt être qu’en France, en Italie et en Espagne, le nombre de cas réels est certainement bien supérieur à ce qui est répertorié (i.e beaucoup de porteurs non dénombrés, et donc un taux de mortalité apparent plus élevé).
      La politique de tests systématiques est celle qui a permis à Taiwan ainsi qu’à la Corée du Sud de rapidement contenir l’épidémie (expérience SRAS précédente aidante). Pour ces pays, comme pour l’Allemagne, pas de confinement au sens légal du terme, même si des mesures de distanciation sociale strictes ont été prises.

      En ce qui concerne l’évolution du nombre de cas, les courbes (à regarder en échelle logarythmique si l’on veut voir quelque chose) semblent suivre les mêmes dynamiques que ce soit en Allemagne ou ailleurs en Europe.

      1. Je suis évidemment d’accord avec vous. J’ai dû mal m’exprimer.

        Un détail, auquel je tiens dans les circonstances actuelles: le nombre d’infectés est de peu d’intérêt. Le nombre de morts, lui, est entièrement significatif. Il y a probablement des erreurs minorantes involontaires. On peut estimer à la louche qu’elles sont équivalentes partout, sauf rétention volontaire d’informations, ce qui serait visible sur les courbes de croissance.
        Cette comparaison m’affecte sérieusement et ne peut pas laisser indifférent.

        Ce que vous dites des tests en Allemagne et ailleurs , mais pas en France, laisse penser, même si l’Allemagne n’en est qu’au début (?), que notre erreur a été profonde. Par notre erreur, il faut comprendre celle de ceux qui se disent nos chefs de guerre. Il est évident que les capacités d’anticipation et d’action, c’est-à-dire d’intelligence des situations, ne sont pas les mêmes.

        Lorsque le bilan sera final, ils leur sera difficile de proclamer que le surnombre éventuel est la faute à pas de chance. J’espère me tromper quant à un surnombre…

      2. Je ne cherche pas qui a raison, qui a tord, mais le nombre de morts (le nombre de morts pas le pourcentage) en Allemagne m’interroge depuis un moment.
        Nous sommes tous d’accord, le plus grand nombre de personnes testées
        a permis de connaître un grand nombre de personnes infectées donc de les isoler.
        Bien !
        Mais pourquoi parmi ces personnes positives au coronavirus , y a t il si peu de morts ?
        L’Allemagne aurait-elle trouvé le moyen d’éviter que certaines personnes testées positives tombent gravement malades.
        Un test réalisé rapidement n’est pas un moyen de guérison, la question est simple. Qui y répondra ?

    2. mea culpa, c’est moi qui me suis braqué sur l’éventualité, faible à mon humble avis, que l’Allemagne soit très significativement en retard sur ses voisins quant à l’avancée de cette première vague de l’épidémie. A vous relire il est clair qu’il n’est là que rigueur intellectuelle de laisser aux différentes politiques mises en place le bénéfice du doute tant qu’il subsiste. Les comptes se feront en temps voulu, et, espérons le, seront aussi rendus en temps voulu.

      Votre point sur le nombre de morts comme mesure significative est on ne peut plus pertinent. En complet accord avec vous, je vous salue bien cordialement.

  5. En Allemagne on compte 1 mort pour 128 contaminés mais en Israel 1 pour 257 contaminés – en Australie 1 pour 248 contaminés – en Norvège 1 pour 169 contaminés.

    Le nombre de contaminés dans ces 3 pays étant proche de 4000, est-il trop faible pour s’attarder sur cette comparaison?

    Mon hypothèse est que dans les pays dont on peut penser que les statistiques sont d’une honnêteté comparable le nombre de morts actuel dépend surtout de la date des premières contaminations et le nombre de contaminés du nombre de tests effectués, mais si c’est le cas on ne le saura que bien plus tard.

  6. Voici la tribune publiée dans Libération : J’ai la RAGE – Claude Baniam
    J’AI LA RAGE!
    Tribune dans « Libération »

    J’ai la rage
    Par Claude Baniam, psychologue à l’hôpital de Mulhouse — 24 mars 2020 à 18:12
    Une victime du Covid-19 évacuée de l’hôpital de Mulhouse, le 17 mars 2020 Photo Sebastien Bozon.AFP
    Un psychologue de l’hôpital de Mulhouse crie sa révolte contre ceux qui ont détruit le système de santé au nom des restrictions budgétaires. Une fois la pandémie passée, ceux-là mêmes rendront des comptes.
    • J’ai la rage
    Tribune. Je suis en colère et j’ai la rage, quand ils défilent dans les médias, montrent leur trogne à la télévision, font entendre leur voix parfaitement maîtrisée à la radio, livrent leur discours dans les journaux. Toujours pour nous parler d’une situation dont ils sont un facteur aggravant, toujours pour pérorer sur la citoyenneté, sur le risque de récession, sur les responsabilités des habitants, des adversaires politiques, des étrangers… Jamais pour nous présenter leurs excuses, implorer notre pardon, alors même qu’ils sont en partie responsables de ce que nous vivons.
    Je suis en colère et j’ai la rage, car en tant que psychologue dans l’hôpital le plus touché, celui de Mulhouse, je vois toute la journée des dizaines de personnes arriver en urgence dans nos locaux, et je sais que pour une bonne partie d’entre elles, elles n’en ressortiront pas vivantes, souriantes, insouciantes, comme ce pouvait être le cas il y a encore deux semaines.
    Je suis en colère et j’ai la rage, car je sais que ces personnes, ces êtres vivants, ces frères et sœurs, pères et mères, fils et filles, grands-pères et grands-mères, mourront seules dans un service dépassé, malgré les courageux efforts des soignants ; seules, sans le regard ou la main de ceux et celles qui les aiment, et qu’ils aiment.
    Je suis en colère et j’ai la rage, devant cette situation folle qui veut que nous laissions nos aînés, nos anciens, ceux et celles qui ont permis que notre présent ne soit pas un enfer, ceux et celles qui détiennent un savoir et une sagesse que nul autre n’a ; que nous les laissions donc mourir par grappes dans des maisons qui n’ont de retraite que le nom, faute de pouvoir sauver tout le monde, disent-ils.

    Le deuil impossible des familles
    Je suis en colère et j’ai la rage, en pensant à toutes ces familles qui vivront avec la terrible douleur d’un deuil impossible, d’un adieu impossible, d’une justice impossible. Ces familles auxquelles on ne donne pas accès à leur proche, ces familles qui appellent sans cesse les services pour avoir des nouvelles, et auxquelles aucun soignant ne peut répondre, trop occupé à tenter une intervention de la dernière chance. Ces familles qui sont ou pourraient être la nôtre…
    Je suis en colère et j’ai la rage, quand je vois mes collègues soignants se battre, tous les jours, toutes les minutes, pour tenter d’apporter de l’aide à toutes les personnes qui se retrouvent en détresse respiratoire, y perdre une énergie folle, mais y retourner, tous les jours, toutes les minutes. Je suis en colère et j’ai la rage, devant les conditions de travail de mes collègues brancardiers, ASH, secrétaires, aides-soignants, infirmiers, médecins, psychologues, assistants sociaux, kinés, ergothérapeutes, cadres, psychomotriciens, éducateurs, logisticiens, professionnels de la sécurité… car nous manquons de tout, et pourtant, il faut aller au charbon.
    Je suis en colère et j’ai la rage, car, lorsque je me rends à mon travail, et lorsque j’en pars, je croise en quelques minutes trois ou quatre véhicules d’urgence, transportant une personne pleine de l’espoir d’être sauvée… Comment ne pas avoir confiance dans nos hôpitaux ? Ils sont à la pointe, ils sont parfaitement en état de fonctionner, de protéger, de guérir… et pourtant, combien de ces ambulances mènent leur passager vers leur dernier lieu ? Combien de ces patients refranchiront la porte sains et saufs ?
    Je suis en colère et j’ai la rage, car cela fait des années que nous crions notre inquiétude, notre incompréhension, notre dégoût, notre mécontentement, devant les politiques de santé menées par les différents gouvernements, qui ont pensé que l’hôpital était une entreprise comme une autre, que la santé pouvait être un bien spéculatif, que l’économie devait l’emporter sur le soin, que nos vies avaient une valeur marchande.
    Je suis en colère et j’ai la rage quand je constate que nos services d’urgences demandent de l’aide depuis si longtemps, quand je pense que les personnes qui arrivent avec le Samu posent leur regard (souvent le dernier sur l’extérieur) sur ces banderoles disant «URGENCES EN GRÈVE», qu’elles se trouvent face à des médecins traitants à la retraite du fait du départ des urgentistes, ces spécialistes de l’urgence qui seraient tant nécessaires en ces jours sombres…

    De l’exploitation des étudiants infirmiers
    Je suis en colère et j’ai la rage devant la manière dont on exploite nos étudiants en soins infirmiers ou aides-soignants, qui se retrouvent à faire des travaux d’une dureté que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi, qui, a à peine 20 ans, doivent mettre les corps de nos morts dans des sacs mortuaires, sans préparation, sans soutien, sans qu’ils et elles aient pu se dire volontaires. Pourquoi demander ? Cela fait partie de leur formation, voyons ! Et ils devraient s’estimer heureux, ils reçoivent une gratification de quelques centaines d’euros, vu qu’ils interviennent en tant que stagiaires.
    Je suis en colère et j’ai la rage, car la situation actuelle est le fruit de ces politiques, de ces fermetures de lits comme ils aiment le dire, oubliant que sur ces lits, il y avait des humains qui en avaient besoin, de ces putains de lits ! De ces suppressions de postes, parce qu’un infirmier, c’est cher, ça prend de la place sur le budget prévisionnel ; de ces externalisations de tous les métiers du soin, puisqu’un ASH en moins dans les chiffres du nombre de fonctionnaires, c’est toujours un fonctionnaire en moins dont ils peuvent s’enorgueillir.
    Je suis en colère et j’ai la rage, car celles et ceux qui sont au boulot tous les jours, malgré la peur ancrée au ventre, peur d’être infecté, peur de transmettre le virus aux proches, peur de le refiler aux autres patients, peur de voir un collègue sur le lit de la chambre 10 ; celles-ci et ceux-là se sont fait cracher dessus pendant des années dans les discours politiques, se sont retrouvés privés de leur dignité lorsqu’on leur demandait d’enchaîner à deux professionnels tous les soins d’un service en quelques minutes, bousculés dans leur éthique et leur déontologie professionnelle par les demandes contradictoires et folles de l’administration. Et aujourd’hui, ce sont ces personnes qui prennent leur voiture, leur vélo, leurs pieds, tous les jours pour travailler malgré le risque continu d’être frappées par le virus, alors que ceux qui les ont malmenés sont tranquillement installés chez eux ou dans leur appartement de fonction.
    Je suis en colère et j’ai la rage, parce qu’aujourd’hui, mon hôpital fait face à une crise sans précédent, tandis que celles et ceux qui l’ont vidé de ses forces sont loin. Parce que mon hôpital a été pris pour un putain de tremplin pour des directeurs aussi éphémères qu’incompétents qui ne visaient que la direction d’un CHU et qui sont passés par Mulhouse histoire de prouver qu’ils savaient mener une politique d’austérité bête et méchante… Parce que mon hôpital a été la cible d’injonctions insensées au nom d’une obscure certification, pour laquelle il semblait bien plus important de montrer une traçabilité sans faille plutôt qu’une qualité de soin humain.
    Parce qu’en gros, mon hôpital ne fut rien de plus qu’un cobaye pour des administrateurs dont seule l’autovalorisation égoïste avait de l’importance. Parce qu’au-delà de mon hôpital, ce sont les personnes qui y sont accueillies qui ont été considérées comme des valeurs négligeables, des chiffres parmi d’autres, des variables sur la ligne recettes/dépenses. Parce que dans l’esprit bêtement comptable de la direction générale de l’organisation des soins, patients et soignants sont tous dans le même panier d’un lean management des plus écœurants…

    Les premiers de cordée et leur respirateur
    Je suis en colère et j’ai la rage, quand je me souviens des premiers de cordée censés tenir notre pays, censés être le fer de lance de notre pays, censés nous amener, nous, petites gens, vers des sommets ; et que ce sont ces petites gens, ces caissières de supermarché, ces éboueurs dans nos rues, ces ASH dans nos hôpitaux, ces agriculteurs dans les champs, ces manutentionnaires amazone, ces routiers dans leurs camions, ces secrétaires à l’accueil des institutions, et bien d’autres, qui permettent aux habitants de continuer de vivre, de se nourrir, de s’informer, d’éviter d’autres épidémies… Pendant que les premiers de cordée lorgnent leur respirateur artificiel personnel, le prospectus de la clinique hi-tech dernier cri qui les sauvera au cas où, regardent les fluctuations de la Bourse comme d’autres comptent les cadavres dans leur service.
    Je suis en colère et j’ai la rage envers ces hommes et ces femmes politiques qui n’ont eu de cesse de détruire notre système social et de santé, qui n’ont eu de cesse de nous expliquer qu’il fallait faire un effort collectif pour atteindre le sacro-saint équilibre budgétaire (à quel prix ?) ; que «les métiers du soin, c’est du sacrifice, de la vocation»… Ces politiques qui aujourd’hui osent nous dire que ce n’est pas le temps des récriminations et des accusations, mais celui de l’union sacrée et de l’apaisement… Sérieux ? Vous croyez vraiment que nous allons oublier qui nous a mis dans cette situation ? Que nous allons oublier qui a vidé les stocks de masques, de tests, de lunettes de sécurité, de solutions hydroalcooliques, de surchaussures, de blouses, de gants, de charlottes, de respirateurs (de putain de respirateurs tellement primordiaux aujourd’hui) ? Que nous allons oublier qui nous a dit de ne pas nous inquiéter, que ce n’était qu’une grippe, que ça ne passerait jamais en France, qu’il ne servait à rien de se protéger, que même pour les professionnels, les masques, c’était too much ?
    Que nous allons oublier l’indifférence et le mépris pour ce qui se passait chez nos sœurs et nos frères chinois, chez nos sœurs et nos frères iraniens, chez nos sœurs et nos frères italiens, et ce qui se passera sous peu chez nos sœurs et nos frères du continent africain et chez nos sœurs et nos frères latino-américains ? Nous n’oublierons pas ! Tenez-le-vous pour dit…
    Je suis en colère et j’ai la rage, car je vis depuis une semaine avec cette satanée boule dans la gorge, cette envie de me prostrer, de pleurer toutes les larmes de mon corps, quand j’écoute la détresse et la souffrance de mes collègues, quand ils et elles me parlent du fait de ne pas pouvoir embrasser leurs enfants parce que personne ne peut être sûr de ne pas ramener le virus, lorsque s’expriment les moments de craquage dans la voiture avant et après la journée de travail, quand je pense aux ravages à venir, psychiquement parlant, lorsque tout ça sera derrière nous, et qu’il y aura le temps de penser…
    Je suis en colère et j’ai la rage, mais surtout un désespoir profond, une tristesse infinie…
    Je suis en colère et j’ai la rage, et je ne peux pas les laisser sortir pour le moment. Elles se tapissent au fond de mon âme, me consumant à petit feu. Mais sous peu, une fois que ce sera calme, je les laisserai jaillir, cette colère et cette rage, comme tous ceux et toutes celles qui les ont enfouies. Et croyez-moi, ce moment viendra. Elles flamberont, et nous exigerons justice, nous demanderons des comptes à tous ceux qui nous ont conduits dans ce mur terrible. Sans violence. A quoi bon ? Non, avec une humanité et une sagesse dont ils sont dépourvus. Entendez-vous cette petite musique ? Celle qui se murmure tout bas mais qui monte en puissance ? Ce refrain des Fugees : «Ready or not, here I come ! You can hide ! Gonna find you and take it slowly !» Nous arrivons…
    Claude Baniam psychologue à l’hôpital de Mulhouse

    1. « Sans violence »
      En effet : comme à Nuremberg, une sorte de Tribunal Russell de l’ultralibéralisme. Avis à certains : le moment est venu de se constituer un bon dossier en termes de circonstances atténuantes. Au boulot !

      Une ex-ministre de la Santé, l’a bien compris, qui a pris les devants.

      1. Elle a pris les devants en avouant un mensonge d’État…Alors soit le fonctionnement de cette gouvernance est vraiment dans un état de déchéance absolue et elle se dit je vais mettre un grand coup dans la fourmilière soit elle est encore une fois inconsciente. Ça doit être juste un tout petit peu des deux.

      2. ‘Nuremberg’, ça sous-entend donc un truc international, genre avec La Haye et/ou l’ONU dans l’affaire… ?

  7. Cher virus
    Toi et moi avons beaucoup à causer. A Toi comme à moi la guerre a été déclarée, une guerre dans les deux cas impitoyable.
    Et pourtant nous sommes toi et moi de grands sentimentaux de grands amoureux , nous aimons la séduction , le grand amour. GRAND GRAND …….. Je l’ai vu au microscope.
    Nous vécument une enfance chargée de rêves et de délices.
    Moi dans les années 50 période d’insouciance enfantine, toi dans des paysages ancestraux immortalisés par des peintres proches de nos anges.
    Et puis tout bascula,: Ici, de crises financières en crises financières la situation s’est durcie. On a vécu la nourriture industrielle, la médiocrité artistique, des gouvernements acariâtres et de mauvaise foi, nous culpabilisant, la commission européenne couronnant le tout de son auréole nauséabonde, la guerre donc sur fond de classe.
    Tout bascula pour toi aussi, ton royaume enchanté a été labouré, tes forêts décimées, des avions de leur altitude ont déversé des torrents de saloperies. Tout t’a forcé à muter.
    Ce ne fut pas de gaité de coeur, je crois le savoir: Tu partis à l’aventure vers des villes surpeuplées et polluées, tu y perdis ton innocence.
    Alors à quoi bon tout cela? Si seulement comme moi tu pouvais choisir de frapper l’adversaire qui t’agresse de la bonne manière et lui seul….
    La nature ne te l’a point permis et tu réagis de façon injuste mais tu ne le sais pas et je t’excuse et te pardonne d’avance.
    Quant à ceux qui t’ont agressé, ce sont les mêmes qui mènent la danse contre moi.
    Je me sens donc investi du droit de défendre nos intérêts communs de la manière la plus énergique qui soit.
    Un jour viendra où toi et moi vivrons en parfaite intelligence , toi en moi , moi t’hébergeant en mon organisme et toi me protégeant.
    il nous faut d’abord nous débarrasser de ces barbares

  8. Beaucoup de tests/détections pour soigner le plus tôt possible, d’accord, mais aussi suffisamment de lits en réa dans les hôpitaux ?
    Extrait du « Situationsbericht » vom 27.3.2020:

    « Hier können Krankenhäuser Angaben zu ihren Kapazitäten für intensivmedizinischeBehandlungen machen. Mit Stand 27.03.2020 beteiligen sich 687 Kliniken, die etwa zwei Drittel aller Intensivbetten in Deutschland vorhalten. Insgesamt wurden 12.975 Intensivbetten registriert, wovon 6.864(53%) belegt sind. 6.204 Betten werden binnen 24 Stunden neu belegbar. Derzeit befinden sich in den teilnehmenden Kliniken 939 COVID-19-Patienten in intensivmedizinischer Behandlung, davon werden 642 (68%) beatmet. Insgesamt 238 COVID-19-Patienten wurden aus der Intensivbehandlung entlassen, davon sind 58 (24%) verstorben. »

    Traduction Reverso:
    « Les hôpitaux peuvent fournir des informations sur leurs capacités en matière de traitement intensif. Au 27.3.2020, 687 cliniques participent, représentant environ les deux tiers des lits intensifs en Allemagne. Au total, 12.975 lits intensifs ont été enregistrés, dont 6.864 (53%) sont occupés, 6.204 lits pouvant être occupés en 24 heures. Actuellement, 939 COVID-19 patients sont sous traitement intensif dans les cliniques participantes, dont 642 (68%) sont sous assistance respiratoire. Un total de 238 COVID-19 a été libéré du traitement de soins intensifs, dont 58 (24%) sont décédés. »

    Et question aux spécialistes de la chose, comment se décide que le décès est bel et bien attribué au Covid19, dans le cas de patients ayant déjà une pathologie ‘sérieuse’ par exemple ?

  9. Le fait qu’il y ait moins de morts en Allemagne est un mensonge conscient. Ce virologue n’est pas plus fiable que les autres dans ses annonces. En Allemagne, la situation est grave politiquement et médiatiquement et l’épidémie est pour l’instant exactement la même qu’en France à ses débuts. C’est du même ordre mais avec des procédures différentes. L’économique, les « experts » de tous poil et en premier l’institut d’expertise scientifique du gouvernement dont fait partie ce virologue et les hommes politiques poussent partout dans tous les médiats à la sortie du confinement le plus rapide possible, créant une pression sur chacun et obligeant par exemple, les ouvriers du BTP à continuer de travailler les uns collés aux autres et sans aucune protection.

    Ce n’est pas les cas qu’il faut mesurer mais les morts. Même si l’on a ici aussi un biais de comptage qui va jusque 3 fois, on peut quand même se faire une idée de la situation : La seule différence entre la courbe allemande et la courbe française est le temps. On a un décalage de 10 jours. La courbe française suivant elle même à peu de choses prêt la courbe italienne avec de même 10 jours de décalage.

    De plus la commission étique du gouvernement discute actuellement pour légiférer sur le triage des patients qu’on ne pourra plus prendre en charge et qu’on sera obligé de laisser mourir par faute de moyens médicaux. ( Voir lien et extrait traduit ci dessous. ) Ces moyens étant non seulement le nombre de lits et de respirateur mais aussi et surtout de personnel. Sachant que le pays a potentiellement 50 000 lits avec respirateurs de disponibles puisque le nombre actuel est de 25 000 que l’on est en train de le multiplier par 2.

    De plus le simple fait de procéder à plus de tests, si cela n’est pas systématisé n’offre pas de réduction de la mortalité. Je vis en Allemagne et personne de mon entourage ne connaît quiconque qui ait été testé.

    Parler du rapport entre les morts et les cas décelés est une ineptie car on sait très bien que le nombre ces dits « cas infectés » n’a strictement rien à voir avec la réalité. Il suffit de multiplier le nombre ce cas dépistés pour réduire artificiellement la mortalité. Et comment cela ? Par plus de tests tout simplement.

    Donc en toute logique, l’Allemagne devra connaître le même sors que l’Italie et la France, avec le seul petit avantage d’avoir pu commencer à « confiner » ( confinement sélectif comme en France ) 10 jours plus tôt.

    https://www.tagesschau.de/inland/corona-exit-strategie-105.html

    Was tun, wenn Patienten ausgewählt werden müssen?
    In seiner Stellungnahme befasst sich der Ethikrat auch mit der sogenannten Triage, der Auswahl von Patienten, wenn etwa Beatmungsplätze nicht reichen sollten. Für die Triage selbst entwickelte der Ethikrat keine Kriterien, sondern verwies auf Empfehlungen der medizinischen Fachgesellschaften. Die Wissenschaftler halten aber fest, dass eine Auswahl von Patienten etwa bei zu wenig verfügbaren Beatmungsgeräten unter ethischen Gesichtspunkten erfolgen kann. Eine Auswahl « ex post », bei der die Behandlung eines Patienten abgebrochen würde zugunsten eines anderen, dessen Heilung erfolgversprechender ist, hält das Gremium für problematisch.

    ⇒ Traduction ⇒

    Que faire si les patients doivent être sélectionnés?
    Dans sa déclaration, le Conseil d’éthique traite de ce que l’on appelle le triage, la sélection des patients si, par exemple, les places de ventilation ne suffisent pas. Le Conseil d’éthique n’a pas défini de critères pour le triage lui-même, mais s’est référé aux recommandations des associations médicales. Cependant, les scientifiques notent qu’une sélection de patients peut être effectuée de manière éthique, par exemple, si les ventilateurs ne sont pas suffisamment disponibles. Le panel a considéré une sélection , dans laquelle le traitement d’un patient serait interrompu au profit d’un autre, dont la guérison est plus prometteuse.

  10. Un commentateur sur ce site signalait une particularité des généralistes en Allemagne : tendance ã donner des arrêts maladies assez facilement plutôt que des médicaments.
    Ce qui voudrait dire que depuis le début, l’Allemagne a fait du confinement ciblé sans le savoir .

    Compte tenu de la virulence de transmission de ce virus ,à la sortie , cette population aura t’elle développé moins d’immunisation , du fait d’un nombre de citoyens contaminés moins important ?

    Et, question fondamentale, faut il démarrer un régime à base de bières , choucroutes , et chants du Tyrol ?
    Perso , j’ai démarré un régime à base de points d’interrogation…

  11. La Nouvelle Zélande n’annonce qu’un mort pour 589 cas détectés alors que, vu que 15% de ses habitants se déclarent « d’origine asiatique », les déplacements entre ce pays et l’Asie ne doivent pas être rares.

    Pour l’Australie, où 600.000 habitants déclarent être nés en Chine lors des recensements, il y a 17 morts pour 4203 infection confirmées.

    Si la saison touristique n’a pas due être très brillante en Australie à cause des incendies, le tourisme est à l’origine de 7.5% des emplois en Nouvelle Zélande.

    Le Luxembourg compte 21 décès pour 1950 cas, l’Autriche 86 pour 8958, c’est proche du taux allemand.

    1. Aux Etats Unis, la proportion du nombre de morts par rapport au nombre de gens testés et positifs varie dans un rapport de 1 a 10 quand on examine les chiffres des etats les plus contaminés. Il y a par exemple 1 mort pour 219 contaminés dans le New Jersey et 1 mort pour 21 contaminés en Louisiane.

      New York             62
      New Jersey       219
      California              48
      Michigan               41
      Massachusetts  103
      Florida                    82
      Washington            24
      Illinois                      69
      Louisiana               21
      Pennsylvania          41
      Texas                       76
      Georgia                   31
      Colorado                  49

      1. @ Lagarde,
        Ouaip, a vu de nez on est dans les lois « log-normales », pour ce genre de chose, pas forcément surprenant en début d’épidémie avec des super-spreaders (3 malades au Carnaval de New Orleans, un peu comme chez nous l’effet des évangélistes à Mulhouse, qui sont allés contaminer la Corse à Ajaccio surtout) :
        Lois multiplicatives + aléa fort (au début) ~lois log-normales, je pourrais vérifier/épiloguer, mais c’est un fil à tirer. (Cela ressemble aux « Geometric Brownian Motions » sous-jacentes à mon modèle de 2016 « PIketty-Gattaz »)

  12. Encore autre chose :

    En Allemagne selon les statistiques indépendantes, il y a 1 million de personnes qui n’ont tout simplement pas de couverture santé. L’état refuse d’en communiquer les données, et il y a une véritable omerta des citoyens eux même sur la question. Là, la discipline collective bat aussi son plein : Silence. Et si tu as le malheur d’amener le sujet dans une conversation, tu es mis sur la touche. On aurait tendance à croire qu’il s’agit en majorité de personnes désocialisées ou des millions de « migrants » arrivés depuis 2015. Et bien pas du tout. La majorité des ces non assurés sont des indépendants, chefs de PME, et petits artisans qui n’ont pas les moyens de payer les 1500 € ( pour une personne de 50 ans ) du prix d’entrée de l’assurance de base. le « migrants » eux bénéficiant d’emblée d’une assurance spéciale d’état, quand aux précaires ils touchent aussi cette assurance d’état qui est refusée aux petits entrepreneurs.

    De plus il y a en Allemagne 2 régimes d’assurance( dits « privé » et « public ». ) Donc deux régimes de soins en fonction de vos revenus. Et croyez moi que la différence est énorme. Un exemple : Celui qui est au régime privé n’a pas besoin de prendre rendez vous alors que le public devra attendre 6 mois pour être pris en charge quelle que soit l’urgence de sa demande.

    Pas un mot là dessus nul part dans aucun médiats de droite comme de gauche ( donc de droite aussi ) à l’occasion du coronavirus. La politique d’eugénisme social est déjà là depuis des années. Et cela n’a pas changé depuis la pandémie. Et ne va pas changer une fois cet épisode terminé. La doctrine du dieu argent, «  aide toi d’abord, le ciel t’aidera » chère au protestantisme local est encré jusqu’au plus profond des âmes de ce pays. On va tout de même pas revenir aux dictatures socialistes.

    L’inconsistance et l’irresponsabilité de la classe dirigeante n’a rien à envier à celle de la France. Cette histoire de tests telle que présentée est une comédie, ( même si je n’en nie pas la relative efficacité, surtout moins qu’a demi appliquée ) qui selon la communication officielle ne peut fonctionner qu’avec l’app de géolocalisation. C’est la grande question discutée ces jours ci, géolocalisation, géolocalisation… Derrière le tout premier sujet : « quoi qu’il en coûte la sortie toujours plus «  imminente » du confinement » qui pour des raisons psychologiques de capacité psy des confinés et de survie économique absolue ( experts en psy à l’appui ) ne pourra en aucun cas durer au-delà du 20 Avril. ( La décence de base, face à l’hécatombe qui vient va pourtant nous obliger à rester confinés un peu plus longtemps. Il ne faut tout de même pas exagérer, ça ferait trop désordre de remettre tout le monde au travail entre les fourgons de cadavres. )

    Même si on a une quantité astronomique de lits avec respirateur, ce qui fait notre unique force, on a malheureusement trop peu de personnel pour s’en occuper

    Le nombre de soignants a été réduit par 4 ces dernières années et la charge de ceux qui restent requalifiés aussi à la baisse multipliée par 4.

    Qui vivra verra. Et c’est du déjà tout vu. Pas de problème de toute façon pour bidonner les chiffres. Les structures sont déjà bien en place pour ça. Et on ne trouvera ici personne pour s’en plaindre. Peu importe, si chacun se débrouille pour avoir assez d’argent pour que dieu vous le rende, le reste n’est que mièvrerie d’irresponsables.

    A propose de chiffres : Mr Jorion, Pourquoi dites vous que la chine a eu 3 300 morts sans prendre les précaution d’usage ? Ne savez vous donc pas que la chine, est aussi experte en falsification ?

    1. @ Justine

      Mr Jorion, Pourquoi dites vous que la chine a eu 3 300 morts sans prendre les précaution d’usage ?

      J’écris ceci :

      Cela dit, le nombre communiqué des décès n’est pas entièrement fiable non plus : on parle aujourd’hui en Chine d’un nombre d’urnes funéraires transmises aux familles qui apparaît sensiblement plus élevé que le chiffre officiel des victimes

      Si ça ne ressemble pas à des « précautions d’usage », dites-moi comment ça marche les « précautions d’usage » : je suis toujours prêt à apprendre !

  13. Ajoutons ceci : ( « grasses » personnelles..)

    …(…)…  »  »  » Et en Allemagne?
    Ici, il faut bien comprendre que nos voisins ont été en pointe face au Sars Cov2.
    Sur les 8 protocoles de tests recommandés par l’OMS, le tout premier fut développé par une équipe allemande le 17 janvier, avant même le protocole chinois (24 janvier ). À CNN, le directeur du laboratoire à l’origine de ce test, Olfert Landt, estime qu’il avait déjà produit fin février 4 millions de tests. Depuis, 1,5 million sont produits chaque semaine.

    À l’inverse, la France semble avoir pris du retard.
    D’ailleurs, l’Institut Pasteur n’a rejoint la liste de l’OMS que le 2 mars. “On est totalement incapables de tester à très grande échelle parce qu’ il n’y a pas d’industrie de biologie moléculaire en France”, déplore Michel Bendahan, un pharmacien biologiste qui dirige un laboratoire clinique, interrogé par L’Opinion.
    Problème administratif

    Autre différence notable: en France, les tests ne pouvaient être effectués que dans des hôpitaux correctement équipés et non en laboratoires. En Allemagne, les choses sont différentes, précise la NPR. “Nous avons une culture ici en Allemagne qui ne soutient pas un système de diagnostic centralisé”, explique Christian Drosten, directeur de l’institut de virologie de l’hôpital de la Charité de Berlin.

    Ainsi, il n’y a pas d’autorité de santé globale qui restreint les autres laboratoires de réaliser des tests. “Donc nous avons un marché ouvert depuis le début”, précise-t-il. Une différence de taille.
    La France n’a pris que le 7 mars un décret autorisant les laboratoires privés à réaliser des tests de dépistage du coronavirus.

    Une fois le test effectué, encore faut-il l’analyser. Pour être rapide, le diagnostic est réalisé sur une machine spéciale, un “automate”. Ici aussi, la France a du retard, note L’Opinion: sur les 900 machines du laboratoire Roche actuellement en service dans le monde, seules 12 fonctionnent en France contre une centaine en Allemagne. Ici aussi, l’État français devrait acquérir plus d’automates dans les jours à venir  »  » « ..

    dans : https://www.huffingtonpost.fr/entry/tests-face-au-coronavirus-pourquoi-la-france-ne-copie-pas-lallemagne_fr_5e81c3c0c5b66149226ad574?utm_hp_ref=fr-homepage

    1. Oui, l’époque où les analyses de sang, etc, se faisait en mettant laborieusement les réactifs un a un dans les tubes à essai avec une pipette est terminée depuis plusieurs dizaines d’années. Cette automatisation a permis qu’une multitude de dosages soient effectués de manière courante après un seul rendez-vous de prélèvement (un luxe couteux et réservé à peu de gens avant ça.) Certains types d’automates se trouvent dans tous les labos d’analyse médicales, d’autres pas.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Automate_d%27analyses_médicales

  14. Tous ces débats sur les chiffres ne mènent à rien à l’heure actuelle. On compare des poires et des pommes car le comptage n’est pas le même partout. Ni pour les infectés, ni pour les décès. Sans parler des mensonges d’Etat. De plus, il est difficile de faire la part entre les décès causés par le virus et ceux qui seraient intervenus malgré tout.
    Les seuls chiffres qui seront à analyser sont ceux de la mortalité générale de la population. C’est là qu’on verra le pic de surmortalité et qu’on pourra analyser l’impact de l’épidémie sur chaque pays. Puis analyser les causes des différences, s’il y en a.

  15. Je viens de réécouter l’allocution de notre virologue.

    Il le dit bien lui même. (Pour ceux qui ne parlent pas l’allemand)  » Nous avons un TAUX de mortalité PAR RAPPORT aux personnes testées plus faible car nous faisons plus de tests.  »

    Alors circulez, y’a rien à voir comme dit l’autre.

    Donc le titre de ce thread « Pourquoi si peu de morts en Allemagne ? Un nombre très élevé d’examens » Est juste mensonger. (Mr Jorion : Peut on mentir sans en avoir conscience, vous qui êtes psychanalyste qu’en pensez vous ? Et sur les 3300 mort chinois vous ne m’avez pas encore répondu. )

    C’est ballot ! Voilà comment on se fait embobiner par les embobineurs professionnels et se faire contre son gré écho de leurs manipulations. Même moi, j’ai failli me faire avoir car je n’avais pas assez bien écouté. Je trouvais ça juste très vaseux et je sais qu’il est du sérail, mais je me disais qu’il devait savoir lui même quand même un peu ce qu’il disait. En effet il sait très bien ce qu’il dit et comme ça va être faussement réinterprété.

    Les ficelles sont grossières mais tans que ça marche, pourquoi se priver.

  16. « Pourquoi ‘si peu’ de morts en Allemagne ?
    Mais j’y pense, p’têt ben, si ça s’trouve, ils utilisent le même type de logiciel installé par un fabricant de voitures du peuple sur certains modèles… ? 😉

  17. À tous les lecteurs de cette discussion, remarquez ceci ==>

    en voilà le déroulé « chronologique »

    * 30 mars 2020 à 14 h 22 min <== Je pose la question des 3 300 morts chinois à Mr Jorion

    * 30 mars 2020 à 22 h 16 min <== il me donne sa réponse

    * 30 mars 2020 à 21 h 32 min <== Je lui repose la question en y ajoutant une autre sur le titre mensonger de cette discussion.

    MAIS REGARDEZ BIEN LES DATTES DE CHAQUE POST, 22 h 16 est AVANT 21 h 32

    Il ne répond qu'a une seule question APRÈS que je lui ai posé la deuxième mais en usant du privilège de son compte admin sur la discussion, lui donnant la possibilité que nous n'avons pas de placer ses posts où il veut dans le déroulé, il poste sa réponse à la seule première question sur une place antérieure. Cela lui permet de faire croire qu'il n'a pas encore lu la deuxième question. Et me décrédibilise mensongèrement quand à 21 h 32 je lui dis " vous n'avez pas répondu à ma question ".

    Mr Jorion, je vais cependant vous répondre. j'ai aujourd’hui à faire de très urgent, mais je vais vous expliquer d'ici quelques heures les précautions d'usage que vous devriez prendre en général, pas seulement sur le chiffre de morts chinois.

    1. Chère « Justine »,

      Vous ne vous en êtes certainement pas aperçu(e), mais personne ici n’a ni le temps, ni le besoin de vous « décrédibiliser » en s’amusant à jongler avec le minutage précis de vos posts. Vous êtes le/la seul(e) à avoir ce précieux temps, malgré vos évidentes « urgences » et vous en faites visiblement bon usage.

      Vous dites qu’aucune précaution n’est prise par rapport aux annonces du nombre de morts en Chine. C’est faux, et Paul Jorion vous a répondu.

      Vous dites que la seule différence entre les courbes de mortalité française/italienne et celle de l’Allemagne sont un retard de 10 jours. C’est faux, l’infléchissement en Allemagne a déjà débuté comme on peut le voir sur ce schéma :

      Il y aura évidemment bien davantage de morts en Allemagne, mais sauf bouleversement de la courbe, moins qu’en France et moins qu’en Italie. Et la politique de dépistage massif et d’isolation des porteurs aura certainement joué un rôle.

      1. Le fait de compter différemment (pas d’analyse post-mortem contrairement à l’Italie et à l’Espagne) est sans doute une cause plus plausible. Attendons d’y voir plus clair a posteriori, sur base des courbes de mortalités.
        Pour le moment, je perçois énormément de stratégies de comm’ de la part des gouvernements. J’en ai pris quelques-uns en flagrant délit (ex: les Pays-Bas dont le gouvernement annonce il y a deux jours de manière rassurante qu’ils ont moins de morts qu’attendus et qui négocie en sous-main le transfert de malades vers l’Allemagne car leurs hôpitaux arrivent à saturation).

        Vous n’êtes pas sans savoir que la « grippe espagnole » s’est longtemps appelée ainsi parce que les journaux espagnols étaient les seuls à parler de l’épidémie. Il n’y aucune raison que la désinformation n’intervienne pas aujourd’hui non plus, en particulier dans les comptages, non seulement parce que les gouvernements veulent sauver leur peau mais aussi parce que le « score » face à l’épidémie est devenu une affaire d’image géo-stratégique. La Chine l’a bien vite compris.

    2. Justine,

      Je ne présume en rien du contenu de votre discussion mais je me dois de vous donner raison quant à la chronologie des posts, je m’étais fait la remarque hier soir. 1/ votre commentaire 2/ publication du billet 3/ réponse aux commentaires de monsieur Jorion.

      But,

      1/ Rien ne nécessite l’utilisation de privilèges particuliers, sinon il eût été possible d’anti dater le commentaire (c’est faisable sous wordpress ou en tout cas ça l’était) par rapport au billet, or, ce n’est manifestement pas le cas ;

      2/ Il est tout-à-fait probable que monsieur Jorion (a) rédige ses billets (b) lise les commentaires et y réponde (ça paraît même assez vraisemblable puisque c’est Julien qui modère en ce moment) ;

      D’où il s’ensuit que

      1/ vous devriez être contente qu’il soit parvenu à la même conclusion sans vous avoir lu (allez, prêtons-lui deux neurones si vous voulez bien et un minimum de connaissances de la Chine et de ses travers) : les grands esprits se rencontrent !

      Si vous saviez le nombre de fois où quelqu’un poste un truc que je voulais mettre, pfff, j’ai même pris l’habitude d’attendre, ça m’économise, et le nombre de fois où quelqu’un exprime ce que je voulais expressément dire mais quasi au mot près, c’en est fatigant… Est-ce que ce n’est pas plutôt le signe d’une pensée qui se construit en commun ?

      2/ nul besoin de crier au complot (vous pouvez aussi faire des copies d’écran des coms en modération, c’est une tactique très utilisée par les petits malins) quand une simple réflexion suffit à démasquer la conspiration dont lui et ses séides sont les habiles manoeuvriers et les instigateurs sournois… je voulais dire, suffit à prouver la bonne foi (on me la fait pas à moi…).

      Voilà. Chronologie +1 / complot -1

      Elémentaire mon cher Docteur Watson. Et merci pour ce que vous faîtes si vous êtes dans le médical, chapeau bas, respect et tout et tout…

      1. Arkao,

        Ouais mais bon, on est à la limite du coup de poignard dans le dos, de la tentation de l’anneau ! Une affirmation, quatre pages de justifications. Je préférais passer incognito ! 😎

  18. Mr Jorion placé son post en commentaire donc en usant des mêmes droits que nous. Donc autant pour moi pour le comte admin. Mais ça ne change rien au reste de ma remarque il ne « réponds » qu’a une question après avoir lu les 2… Je vous réponds plus tard Mr jorion. Dés que j’ai règlé mes urgences

  19. Cher Mr Alexandre. Mon denier post a été posté, avant que votre réponse n’appraise. car j’étais dans l’attente de sa modération. Ce sont des détail qui comptent d’autan que vous devenez très prompte a intervenir… Oui on a des urgences excusez en moi. Vous aussi vous mentez doublement en me traitant de menteur mais aussi parceque la courbe allemande n’a subit strictement aucune inflexion. Votre dossier image est 1 > illisible 2 > basé sur une échelle et logarithmique et visiblement reproportionnée.

      1. Désolé mais je ne vois pas encore d’inflexion non plus pour la courbe allemande. Vous semblez la projeter inconsciemment vers la courbe chinoise car elles se confondent jusqu’ici.
        Le plus probable me semble être qu’ils ont quelques jours de retard sur la France au niveau de l’épidémie. Mais on verra au cours des deux ou trois prochains jours (l’inflexion apparaîtra ou pas).

  20. Et ma réponse à Mr Jorion vous sera adressée aussi à vous… Désolée de m’absenter un moment… On a une épidémie à gèrer…

  21. La version « Médiapart » en extraits assez originaux et donc , selon moi , d’utilité publique…s’il m’est permis.. :

    MDP(( 01 / 04/ 2020 ))
    …(…)…
     »  »  » Pour lutter efficacement contre la maladie, la question de la méthode allemande fait donc sens. Cela, d’autant plus que nos voisins ne pratiquent qu’un confinement partiel . Berlin et les Länder privilégient ainsi « le contrôle du contact plutôt que du déplacement » et ne contrôlent ni le nombre ni la durée des sorties, pourvu que celles-ci se fassent seuls, avec des personnes partageant le confinement ou encore à deux personnes « à distance » au maximum.

    Pour le microbiologiste berlinois Olfert Landt, également patron de TIB Molbiol, la principale entreprise allemande de fabrication de tests de dépistage viral, la réponse se trouve sans doute dans une réaction précoce, une politique massive de dépistages et des structures sanitaires qui tiennent encore bien le coup : « Nous testons beaucoup et nous avons commencé très tôt. Nous avons eu un signal d’alerte avec la contamination d’une dizaine de personnes chez l’entreprise Webasto en Bavière au mois de janvier. Les laboratoires allemands ont alors commandé suffisamment tôt . Ils étaient en mesure de proposer rapidement des tests. »

    Un drive-in permettant de tester sans sortir de la voiture à Leipzig le 28 mars 2020. © Hendrik Schmidt/dpa-Zentralbild/dpa via AFP Un drive-in permettant de tester sans sortir de la voiture à Leipzig le 28 mars 2020. © Hendrik Schmidt/dpa-Zentralbild/dpa via AFP

    Olfert Landt, qui a produit ses premiers tests pour la pandémie du SARS-CoV en 2003, avant de continuer pour la grippe aviaire (H5N1) en 2006, ou encore la grippe A (H1N1) en 2009 et le MERS-CoV en 2012, avoue avoir passé les premiers jours de l’année 2020 à mettre au point un protocole de tests pour le Covid-19. À la mi-janvier, la Bavière a par ailleurs signalé un cas possible. Celui-ci a été confirmé quelques jours plus tard. C’était un cadre de l’équipementier automobile Webasto qui, avec quatorze autres collègues, s’est contaminé lors d’un voyage en Chine où l’entreprise réalise une grosse part de son chiffre d’affaires .
    Cette annonce intervient alors que l’économie chinoise est en plein ralentissement. À ce moment, les secteurs de l’automobile et de la machine-outil, secteurs clés de l’industrie allemande, sont en état d’alerte maximale. Ils peinent en effet sous le poids de la transition électrique et de la guerre commerciale sino-américaine. Et voilà qu’un nouveau fléau est en train de neutraliser l’un de leurs marchés les plus porteurs, la Chine !

    Les décideurs économiques et politiques allemands, et c’est une donnée importante de l’explication, sont donc déjà en alerte rouge avant même que la pandémie touche officiellement le pays. Quand Webasto communique, fin janvier, sur la contamination de ses collaborateurs, l’information fait la une des médias allemands et tout le monde en saisit la portée. À ce moment La Charité de Berlin, le plus gros hôpital allemand et l’un des principaux centres de recherches médicales d’Allemagne, a envoyé à tous les laboratoires du pays les procédures de tests du Covid-19. Quant à la production de TIB Molbiol, elle explose, multipliée par cinq par rapport à la normale .

    « Je crois que l’Allemagne a très rapidement pris conscience du début de l’épidémie. Nous l’avons fait deux ou trois semaines plus tôt que certains de nos voisins. Nous y sommes arrivés parce que nous avons beaucoup diagnostiqué, beaucoup testé », explique pour sa part au Zeit le 20 mars le professeur Christian Drosten, directeur de l’Institut de virologie de la Charité à Berlin. L’Allemagne choisit de tester dès l’apparition de plusieurs symptômes, même sous une forme bénigne, puis d’isoler et/ou d’hospitaliser. Avec environ 300 000 lits d’hôpital et 20 000 lits de réanimation sur 28 000 lits de soins intensifs, le pays peut se le permettre .

    L’Allemagne suit donc la désormais fameuse « stratégie sud-coréenne » qui revient à ratisser large et à isoler et traiter le plus rapidement possible les personnes contaminées. Ce qui explique au bout du compte pourquoi, non seulement il y a moins de morts en Allemagne dans l’absolu, mais aussi pourquoi le rapport entre décès et nombre de personnes dépistées positives est élevé. Il est ainsi à parier que les chiffres de la France, et encore plus de l’Italie, où l’on ne teste que les cas vraiment graves, laissent dans l’ombre un nombre élevé de personnes contaminées non recensées.
    …(…)…
    À la fin du mois de mars, le ministère fédéral de la santé, qui s’appuie sur les chiffres de l’Institut Robert Koch, annonçait l’exécution d’un minimum de 300 000 tests par semaine. Le professeur Drosten évoquait pour sa part une capacité hebdomadaire de 500 000 tests. Entre les deux chiffres, l’Allemagne offre donc depuis un certain moment une capacité quotidienne de tests comprise entre 42 800 et 71 500 tests. À titre de comparaison, le ministre de la santé français Olivier Véran a annoncé samedi 28 mars que la capacité de tests classiques en France, passera de 12 000 à 30 000 par jour d’ici « une grosse semaine », avant d’être portée à 50 000 fin avril.

    Le gouvernement d’Angela Merkel ne compte pas s’arrêter là : un document du ministère de l’intérieur, révélé ce week-end par plusieurs médias, prescrit une stratégie inspirée de la Corée du Sud, avec pas moins de 200 000 tests par jour. Seraient désormais testés tous ceux qui pensent être atteints du Covid-19, ainsi que toutes les personnes susceptibles d’avoir été en contact avec un malade, stipule le document. Actuellement, les dépistages concernent les personnes à la fois malades et ayant été en contact avec une personne positive.

    Le document évoque en outre la géolocalisation, outil utilisé par Séoul, « inévitable à long terme » pour permettre à la population de suivre les endroits où des personnes testées positives se trouvent. Déjà, l’opérateur historique Deutsche Telekom a été autorisé à fournir certaines données anonymisées des personnes contaminées afin que l’Institut Robert Koch puisse retracer les modes et lieux de contamination.

    Évidemment, la mise au point d’un système de détection et de prévention sur une base de données beaucoup plus large, comme ont pu l’évoquer certains politiques, a conduit à l’ouverture d’un débat animé sur les limites démocratiques de la lutte contre la pandémie. « Une surveillance grâce aux données du portable, serait une grave attaque contre les droits de l’individu », rappelle ainsi la ministre sociale-démocrate de la justice Christine Lambrecht qui n’exclut cependant pas un tel projet sur une base volontaire et contrôlée.  »  » « 

  22. La contamination en Allemagne du fait d’un équipementier automobile Webasto, ne devrait-elle pas nous faire nous interroger sur les liens de Peugeot et son usine de Mulhouse avec son actionnaire et ses fournisseurs chinois ?
    Ainsi que sa motivation récente à saluer dans le crash programme de respirateurs avec Air Liquide.

  23. C’est aussi parce qu’il y a très peu d’obèses (la grande majorité des cas sévères sont obèses) et que la population touchée en premier lieu était plutôt jeune (20-50 ans).

    1. France 23,9% d’obèses (IMC>30) , Allemagne 20,1%, en données 2014 (ajouter 1 ou 2% à la louche).

      Ca va dans le bon sens mais pas au point de faire une différence d’un facteur 4.
      Quant à l’âge jeune, c’est vrai pour les premiers clusters « F1 » ou « F2 » issus des foyers italiens/Autrichiens (ski) etc., mais après très peu de jour, c’est amha uniformisé sur la population si elle n’a pas de « gestes barrière » ou plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.