Archives par mot-clé : Aristote

Je ne suis pas d’accord avec vous (IV), par Dominique Temple

Ouvert aux commentaires.

Je ne suis pas d’accord avec vous (I) ; Je ne suis pas d’accord avec vous (II) ; Je ne suis pas d’accord avec vous (III)

Je ne suis pas d’accord avec vous (IV)

La spéculation commerciale, la spéculation financière et la spéculation capitaliste

D’où vient qu’une part de l’économie politique soit devenue l’économie capitaliste, et pourquoi ?

Si l’on comprend cela, on comprendra aussi pourquoi toutes les tentatives d’économie empiriques en l’absence d’une théorie de l’économie politique sont condamnées à réanimer l’économie capitaliste dont elles espéraient (pour la plupart) s’affranchir.   Continuer la lecture de Je ne suis pas d’accord avec vous (IV), par Dominique Temple

Partager :

Marathon des sciences, « Combien existe-t-il de vérités ? Réponse : 2 ! », le 3 août 2019 – Retranscription

Retranscription de Combien existe-t-il de vérités ? Réponse : 2 !, le 3 août 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonsoir, je vais commencer par trois exemples, trois exemples d’illustrations de la vérité qui appartiennent à trois continents différents. Le premier, c’est l’Asie. Le second, c’est l’Afrique et le troisième, c’est l’Europe.

Vous le savez, quand on traduit d’une langue dans une autre, on a parfois de très très grandes difficultés parce qu’on a l’impression, nous avons tous l’impression, qu’il y a un monde autour de nous qu’on appelle « la réalité-objective » et que nous le décrivons essentiellement et que nous avons tous mis, chacun dans son coin, au point des langues qui se contentent de décrire le monde tel qu’il est.

Continuer la lecture de Marathon des sciences, « Combien existe-t-il de vérités ? Réponse : 2 ! », le 3 août 2019 – Retranscription

Partager :

Marathon des sciences, « Combien existe-t-il de vérités ? Réponse : 2 ! », le 3 août 2019

Ouvert aux commentaires.

Mon intervention l’été dernier à Fleurance, à propos de la notion de « post-vérité ».

Partager :

Lille, École Psychanalytique des Hauts-de-France, « Les robots appellent ‘capteurs’ leur inconscient », le 23 novembre 2019 – Retranscription

Ouvert aux commentaires. https://www.pauljorion.com/blog/wp-content/uploads/Inconscient-Robot-PJorion.mp3 N.B. Je cite un Scolastique en disant « Grégoire de Rimini », au lieu de « Guillaume de Sherwood ».

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

À propos de La critique marxiste n’est pas assez radicale, par Étienne Guillermaz

Ouvert aux commentaires.

Bonjour Monsieur Jorion,

je viens de regarder, avec un grand plaisir, votre dernière vidéo. J’apprécie l’importance que vous accordez à la pensée d’Aristote : lorsque je suis en conférence j’insiste toujours sur le fait que les anciens nous ont laissé toutes les clefs nécessaires à notre survie (et donc à notre sortie du capitalisme), ce à quoi l’on me répond souvent que les solutions de l’époque ne correspondent plus à notre temps et qu’il faut réinventer la roue ou toute autre non solution qui permet de brasser de l’air sans prendre le problème à bras le corps.

À chaque fois que j’ai eu un auditoire majoritairement marxiste j’ai toujours eu droit, après avoir terminé mon intervention, à cette sempiternelle citation de Marx : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit maintenant de le transformer ».

Continuer la lecture de À propos de La critique marxiste n’est pas assez radicale, par Étienne Guillermaz

Partager :

Vidéo – Liège, Solidarités renforcées : mon intervention, le 11 octobre 2019

50 ans de Laïcité à Liège. Mes co-intervenants : Arnaud Zacharie, Adriana Costa Santos et Christine Mahy.

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

LIège, La mobilisation solidaire : un idéal citoyen, le 11 octobre 2019

Ouvert aux commentaires.

Je parle de choses dont j’ai l’habitude de parler : concentration de la richesse, disparition du travail, intelligence artificielle, mais aussi de questions que j’évoque rarement : laïcité (c’était le cadre : les 50 ans du Centre d’action laïque de la province de Liège), islam, chrétienté, Israël.

Partager :

150 citoyens ordinaires planchent sur le climat

Sur cette question, j’ai reproduit hier un de mes tweets : Comme les gens qui savent dérangent, demandons aux gens qui ne savent pas…, j’en ai parlé aussi dans ma vidéo : La démocratie en petite forme.

Comme le caractère grotesque de la proposition n’apparaît pas à tout le monde (vous m’écrivez), je vous ai fait un petit tableau à partir de ce que disait (déjà) Aristote (IVe siècle av. J-C) sur la question.

Aristote distinguait dans ce que nous appelons la « logique », trois domaines distincts, selon le public et les objectifs de ce qui est débattu : la rhétorique (conversation ordinaire), la dialectique (plaidoirie, discours politique), et l’analytique (technique, science).

Pertinence de tirer éventuellement au sort les participants au débat ? 

Domaine

Qui ?

Type d’argument

Le tirage au sort des participants a-t-il un sens ?

Rhétorique

Quiconque

Exemple isolé

Oui (question d’opinion)

Dialectique

Juristes, politiciens

Preuve par l’absurde

Oui (question d’opinion)

Analytique

Autorités reconnues

Démonstration scientifique

Non (question de savoir)

Je suis du même avis qu’Aristote.

Partager :

Brexit et apocalypse II, le 4 septembre 2019 – Retranscription

Retranscription de Brexit et apocalypse II, le 4 septembre 2019.

Bonjour, nous sommes le mercredi 4 septembre 2019.

Hier, je vous ai fait une vidéo à propos du Brexit. Je vous ai expliqué que, de jour en jour, je retardais le moment d’en faire une parce que l’actualité n’arrêtait pas de se modifier. Je savais en faisant ma vidéo – d’ailleurs, je vous l’ai mentionné – qu’il y aurait un évènement important par rapport à ça en soirée. Cet évènement a eu lieu. Il ne modifie pas ce que j’ai dit. Je campais le décor et ça m’évite d’en reparler aujourd’hui.

Continuer la lecture de Brexit et apocalypse II, le 4 septembre 2019 – Retranscription

Partager :

Trends-Tendances, L’éthique seule, peut-elle nous sauver ?, le 25 juillet 2019

L’éthique seule, peut-elle nous sauver ?

Vous avez peut-être gardé le souvenir du cri du cœur à la une des journaux au lendemain de l’effondrement des marchés financiers en 2008 : « Moralisons la finance ! » Un appel était fait à l’éthique là où la réglementation avait manifestement trahi son impuissance. Or on reparle beaucoup d’éthique parce qu’en des temps aussi troublés que les nôtres, en appeler à la vertu des citoyens ordinaires apparaît comme une éventuelle alternative au désarroi de la classe politique.

Mais qu’est-ce que l’éthique ? Rien de plus que le fait que chacun adopte ce que l’on appelait autrefois un comportement « vertueux ».

Continuer la lecture de Trends-Tendances, L’éthique seule, peut-elle nous sauver ?, le 25 juillet 2019

Partager :

La presse : « Après l’affaire de Rugy, une exigence de moralisation de la vie politique »

Ouvert aux commentaires.

Le Monde : « Après l’affaire de Rugy, une exigence de moralisation de la vie politique », le 17 juillet 2019

On trouve décidément dans l’Éthique à Nicomaque tout ce dont on a besoin pour juger de l’affaire de Rugy. Je citais le passage suivant il y a trois jours :

Les distractions agréables font partie des choses désirables en soi ; elles sont cependant d’habitude plus nuisibles qu’utiles car elles nous incitent à négliger et notre santé, et nos finances. Les adeptes de ce genre d’amusements sont très appréciés à la cour des princes car ils offrent à ceux-ci le moyen de se rendre populaires auprès de leurs obligés en leur procurant les distractions qu’ils désirent (X, vi, 3-4).

Or, pour commenter l’actualité d’aujourd’hui, il suffit de se souvenir qu’Aristote, pensant à ceux à qui les notions d’« exemplarité » et de « moralisation » demeureront toujours étrangères, disait également ceci :

Alors que l’homme vertueux, qui guide sa vie par des idéaux éthiques obéira à la raison, la base, dont les désirs sont déterminés par le plaisir, doit être punie par la douleur, comme pour une bête de somme. […] La souffrance et les châtiments pour les contrevenants doivent être les plus opposés à leur plaisirs favoris (X, ix, 10).

À ceux qui ne peuvent comprendre, parce que la vertu exige la sagesse et l’usage de la raison, dont ils sont privés, on ne peut qu’imposer l’empire de la loi.

Partager :

Affaire de Rugy – Ce que j’en pense

Vous me demandez ce que j’en pense. Je vous dirai donc ce qui suit.

Les distractions agréables font partie des choses désirables en soi ; elles sont cependant d’habitude plus nuisibles qu’utiles car elles nous incitent à négliger et notre santé, et nos finances. Les adeptes de ce genre d’amusements sont très appréciés à la cour des princes car ils offrent à ceux-ci le moyen de se rendre populaires auprès de leurs obligés en leur procurant les distractions qu’ils désirent.

Si l’on pense ordinairement que les amusements contribuent au bonheur du fait que les princes et les puissants de ce monde y consacrent leurs loisirs, il se peut cependant que ni les princes, ni les potentats, n’offrent le genre de confirmation que l’on attendrait. Car la vertu et l’intelligence, qui sont à l’origine des actes les plus élevés, ne dépendent aucunement du degré de pouvoir dont chacun dispose… 

Oups ! j’ai oublié les guillemets (je ne serais pas le premier !), bon, d’accord, j’ai trouvé ça ici : Éthique à Nicomaque (X, vi, 3-4), d’un certain Aristote (le prénom n’est pas indiqué).

Partager :