Étiquette : assurance-vie

  • VUB : CHAIRE « STEWARDSHIP OF FINANCE », les 27 et 28 février 2013

    Mercredi, 27 février 2013 – de 19h30 à 21h30
    VUB, Etterbeek
    Bâtiment D
    Promotion Hall

    Monica Mächler & Hugues Pirotte

    Monica Mächler a été de janvier 2009 à septembre 2012, Vice-Présidente du Comité Directeur de l’autorité de supervision des marchés financiers suisses, la FINMA, après avoir été en 2007 et 2008, P-DG de l’Office fédéral suisse de l’assurance privée. Elle fut aussi membre du Comité exécutif et Présidente du Comité technique de l’Association internationale des régulateurs du secteur de l’assurance.

    Hugues Pirotte est professeur à la Solvay Brussels School of Economics and Management, Université Libre de Bruxelles. Il est co-fondateur du Finance Club of Brussels et de Finmetrics.… Lire la suite…

  • ENRON REVISITÉ (III) « TOUT IRA TOUJOURS POUR LE MIEUX ! »

    Post-Enron WorldENRON REVISITÉ (I) « IL Y A NOUS, D’UN CÔTÉ… ET PUIS TOUS LES AUTRES… »

    ENRON REVISITÉ (II) L’ARROGANCE, MÈRE DE LA FRAGILITÉ

    Enron ne fut pas, loin de là, le seule firme à considérer que tout irait toujours pour le mieux, quoi qu’il advienne.

    Sans parler même d’éventuels effondrements du système financier (comme celui que nous vivons en ce moment), chacun sait que l’économie capitaliste est sujette à des crises cycliques, où les périodes de vaches maigres succèdent aux périodes de vaches grasses. Ceci n’empêche pas que l’existence de secteurs entiers de nos économies repose sur le postulat que de tels cycles n’existent pas et que tout ira toujours pour le mieux.… Lire la suite…

  • ASSURANCE VIE ET PAIX SOCIALE

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    La Tribune : Les épargnants jouent avec les nerfs des assureurs

    Laura Fort (AFP)

    La collecte nette d’assurance vie est de nouveau repassée dans le rouge, négative de 1.2 milliard d’euros. Les versements sont en baisse et les rachats en hausse.

    Elle était timidement repassée dans le vert en février. […] Le mois de février avait été positif de 300 millions d’euros grâce à de moindres retraits sur les contrats. Mais en mars, la collecte nette a pâti à la fois d’une hausse des retraits (+6%) et d’une baisse des versements (-8.8%).

    Lire la suite…

  • MR. STIGLITZ HASN’T BEEN TIPPED OFF

    Sur mon blog en anglais : MR. STIGLITZ HASN’T BEEN TIPPED OFF, une version anglaise par Bernard Bouvet de mon billet : M. Stiglitz n’est pas au courant.… Lire la suite…

  • M. STIGLITZ N’EST PAS AU COURANT

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Est-ce parce que le Produit Intérieur Brut de la Grèce aura baissé de 7% en un an, et de 16% depuis le début de la crise en 2007 ? Ou bien parce qu’avec les défections parmi les parlementaires grecs à l’occasion du vote dimanche, suivies d’exclusions de leur parti, complétées de sondages d’opinion favorables à la gauche et à l’extrême-gauche, le gouvernement grec donne maintenant l’impression de ne plus représenter l’opinion publique du pays et que, du coup, tout accord au plan voté dimanche ne signifie plus rien ?  C’est en tout cas désormais l’hésitation parmi les dirigeants de la zone euro.… Lire la suite…

  • C’EST LA RETRAITE PAR CAPITALISATION QU’ON ASSASSINE

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Il y a quand même quelques bonnes nouvelles dans l’actualité, et l’assassinat de la retraite par capitalisation fait partie de celles-là.

    Oui je sais : la retraite par répartition est une malédiction dont nous accablons nos enfants, et les enfants de nos enfants, et ceci pour sept générations. C’est du moins ce que nous claironne le Ministère de la Propagande. Mais nous n’accablons nos descendants que pour une unique et simple raison : parce que la richesse créée par l’augmentation de la productivité des années récentes est confisquée dans sa quasi-totalité par les actionnaires des entreprises, sous forme de dividendes en hausse même en période de récession, et par les salaires toujours plus mirifiques des patrons de celles-ci.… Lire la suite…

  • REFUSER DE PARTICIPER SELON LES RÈGLES ACTUELLES, par zébu

    Billet invité

    Je m’apprêtais à transmettre un billet sur une analyse concernant l’impasse actuelle quant aux méthodes utilisées (jusqu’à maintenant) pour transformer la situation économique, sociale, politique, financière désastreuse que nous subissons. Jérome Grynpas et le Yéti m’ont devancé.

    J’ajouterais juste à ce tableau quasi exhaustif des méthodes utilisées pour lutter contre les causes et les effets de la crise qu’en France (mais aussi très certainement un peu partout en ‘Occident’) une partie de l’opposition se joint au concert des pleureuses sur le sort de la dette publique et de la croissance, pour entonner in petto le chant de la réduction irréfragable de ces mêmes déficits.… Lire la suite…

  • TOUS COMPLICES ! (Deuxième épisode), par zébu

    Billet invité.

    ‘Tous complices’, bien que provocateur, n’avait pas pour vocation uniquement de provoquer. Ni même de ne pointer du doigt que ceux-là même que je souhaite faire réagir : voici le bouc-émissaire, tuons-le !

    D’autres le font très bien et surtout avec l’intention évidente d’en faire un, de bouc émissaire. Cela a été dit, à juste raison, car cela se fait d’ores et déjà : on a commencé par les immigrés, on continue avec les pauvres (allocataires du RSA), demain, à qui le tour ?

    Or, l’objet fondamental du billet est de montrer que nous sommes dans un jeu à somme nulle, dès lors que les participants à ce jeu en sont les prisonniers (cf.… Lire la suite…

  • TOUS COMPLICES, par zébu

    Billet invité.

    Tous ?

    Non.
    Quelques millions seulement : les ‘rentiers’.
    Non, pas ceux qui ont suffisamment de revenus pour ne pas sentir l’haleine visqueuse de la crise, que ce soit en salaire et/ou en revenus mobiliers. Pour ceux-là, si l’enfer doit arriver, il arrivera bien assez tôt pour ne pas profiter dès maintenant de ces revenus.
    Ne parlons pas non plus des ultra-riches, ceux qui ont hérité ou qui ne savent plus quoi faire de leur pognon durement acquis ‘sur les marchés’. Ils se délocalisent aussi bien que leurs capitaux.
    Non.
    Les fumeuses ‘classes moyennes’, celles qui n’ont que leurs salaires comme revenus et dont le reliquat, ce qui reste quand la crise n’a pas tout bouffé, est ‘placé’.… Lire la suite…

  • La finance n’a plus de raison de ne pas asservir la politique, par Pierre Sarton du Jonchay

    Billet invité.

    La fiscalité de l’assurance vie va peut-être changer pour réduire des déficits publics. Il est question de ne plus attendre l’échéance des contrats pour appliquer la fiscalité. L’État pourrait toucher au fil de l’eau sa quote-part des revenus issus des placements d’assurance vie. L’intérêt financier pour l’État d’une telle réforme est d’anticiper des recettes fiscales qui réduisent au présent le déficit budgétaire. A l’inverse, le bénéficiaire potentiel du contrat d’épargne assurantielle règle l’impôt avant de se connaître avec certitude. Le principe de l’assurance vie est en effet d’épargner non pour soi-même mais pour un autre. Le bénéficiaire touche l’épargne si avant l’échéance du contrat l’épargnant décède.… Lire la suite…