Archives par mot-clé : Bruno Colmant

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 2 FÉVRIER 2018 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 2 février 2018. Merci à Marianne Oppitz et Catherine Cappuyns.

Bonjour, nous sommes le vendredi 2 février 2018 et je ne sais pas si c’est la même chose chez vous, mais ici en Bretagne, à Vannes, eh bien, il a gelé cette nuit. Alors, un beau démenti à la face des gens qui vous parlent de réchauffement climatique puisqu’il a gelé dans la région du Morbihan cette nuit.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 2 FÉVRIER 2018 – Retranscription

Partager :
Email This Post Email This Post

Le temps qu’il fait le 2 février 2018

Faut-il encore aller à l’école ?
Le fascisme en col blanc : von Mises, von Hayek, Milton Friedman
Le nazisme fait philosophie : Heidegger
Faut-il se mêler de politique ?
Blog de PJ : Bruno Colmant et Paul Jorion à l’Université catholique de Lille, le 23 janvier 2018
Blog de PJ : Le Vif – « Migrants, Carrefour » – 1er février 2018

Partager :
Email This Post Email This Post

Bruno Colmant : Imminences, par Paul Jorion

Dans Imminences * Bruno Colmant rappelle ces propos de Stefan Zweig : « c’est une loi inéluctable de l’histoire qu’elle défend aux contemporains des grands mouvements qui déterminent leur époque de les reconnaître dans leurs premiers commencements ». Or ce que Zweig disait qu’on ne fait pas, Colmant précisément le fait : il reconnaît ces grands mouvements, et les met en évidence. D’où le titre « imminences ».

Continuer la lecture de Bruno Colmant : Imminences, par Paul Jorion

Partager :
Email This Post Email This Post

Trends – Tendances, Envoyons une ambassade à Berlin !, le 26 avril 2017

Envoyons une ambassade à Berlin !

Bruno Colmant, l’un de nos économistes de tout premier plan, vient de consacrer un ouvrage à L’euro : une utopie trahie ? * où il s’interroge sur l’avenir de la monnaie commune européenne : est-elle une construction artificielle désormais en faillite, ou bien une aventure qui continue d’être malgré tout un projet d’avenir en dépit de ses faiblesses majeures que l’actualité a à cœur de souligner cruellement jour après jour ?

Continuer la lecture de Trends – Tendances, Envoyons une ambassade à Berlin !, le 26 avril 2017

Partager :
Email This Post Email This Post

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 21 AVRIL 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 21 avril 2017. Merci à Pascale Duclaud !

Bonjour, nous sommes le 21 avril 2017. En France, après-demain dimanche : premier tour de l’élection présidentielle. Alors vous avez vu l’attitude que j’ai choisie d’avoir sur le blog, c’est-à-dire que je me suis adressé non seulement aux gens qui avaient déjà écrit des billets sur le blog en leur disant : « Voilà, proposez-moi des choses », mais vis-à-vis du public en général, je me suis adressé à la cantonade en disant : « Eh bien envoyez-moi des papiers ». Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 21 AVRIL 2017 – Retranscription

Partager :
Email This Post Email This Post

L’euro selon Herman Van Rompuy, ou « Berlin ou Moscou ? »

Bruno Colmant publie un nouveau livre : L’euro : une utopie trahie ? (Renaissance du livre 2017). Il a eu l’amabilité de m’en faire parvenir un exemplaire. Comme j’ai reçu le livre samedi, je n’ai pas encore eu le temps de le lire mais j’ai lu l’avant-propos rédigé par Herman Van Rompuy, ancien Premier ministre belge (2008-2010), ancien Président du Conseil européen (2010-2014) qui regroupe chefs d’État ou de gouvernement des vingt-huit pays constituant l’Union européenne.

Continuer la lecture de L’euro selon Herman Van Rompuy, ou « Berlin ou Moscou ? »

Partager :
Email This Post Email This Post

Extension ULB, Penser une économie autrement !, Bruno Colmant & Paul Jorion, à La Louvière le 23 avril 2015 à 19h30

Jeudi 23 avril 2015 à 19 heures 30

Lieu : La Louvière : Maison des Associations (Maison du Tourisme) – Place Jules Mansart. 

Penser une économie autrement !!!

                         Invités :

Paul Jorion : Anthropologue, Sociologue de l’ULB – Titulaire de la Chaire « Stewardship of Finance » à la VUB. Chroniqueur au Monde-Economique. Auteur de nombreux livres dont « La misère de la pensée économique ».

– Bruno Colmant : Docteur en Economie Appliquée (Solvay-ULB), Prof. in Finance at the ULB, University of Louvain and Vlerick Business School.

Animation : Marie-Claire Musin, Journaliste et J-Paul Renier

Pour réservations : 0497/52 58 16. ou reniergodaux@skynet.be

    PAF : 5 euros

              3 euros pour les membres de l’Extension de l’ULB, L’UAE, les étudiants et art. 27

Une organisation de la section du centre de l’Extension de l’ULB, du CCRC et de la Ville de La Louvière et de l’UAE

Partager :
Email This Post Email This Post

L’Humanité, vendredi 12 décembre – « L’inapprivoisable finance », par Cynthia Fleury

Extrait de la chronique de Cynthia Fleury publiée aujourd’hui dans L’Humanité

Ce qu’il y a de bien avec les économistes, c’est qu’ils peuvent être aussi anthropologues. Et nous rappeler que des mesures (que certains osent dire utopiques), non seulement ont été historiquement possibles, mais plus que nécessaires aujourd’hui. Dans Penser l’économie autrement (Fayard, 2014), Paul Jorion (ledit anthropologue) et Bruno Colmant pensent, dans leurs différences, des alternatives au monde économique actuel. Ces deux-là s’entendent, malgré tout, sur la radicalité des transformations à commettre.

Prenons la spéculation. L’économiste belge préconise une interdiction pure et simple de la spéculation ; mesure qui ferait revenir entre 40 et 80 % de la richesse vers l’économie. Faut-il le rappeler – oui, visiblement – la spéculation était interdite en Suisse jusqu’en 1860, en Belgique jusqu’en 1867, et en France jusqu’en 1885. Si l’on dément ainsi le caractère non utopique de la chose, on n’en justifie pas cependant la nécessité. Une stricte séparation des activités bancaires pourrait-elle suffire, sur le modèle de la règle Volcker ? Et de l’historique Glass-Steagall Act, créé en 1933, abrogé en 1999 ? Jorion répond par la négative. Car les techniques bancaires permettent aujourd’hui de contourner aisément la loi par la création – notamment – de positions synthétiques. « Une pratique est interdite par la loi ? Ce n’est pas gênant : on la recrée synthétiquement en combinant des éléments qui ne sont pas, eux, spécifiquement interdits. (…) L’esprit de la loi n’est bien entendu pas respecté, mais la lettre n’est pas enfreinte. »

La suite ici.

Partager :
Email This Post Email This Post