Archives par mot-clé : Carl Jung

PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 12 (II), réédition en librairie le 23 novembre

Je poursuis la publication des chapitres de Principes des systèmes intelligents. Comment fonctionne l’affect (dans une perspective qu’un programme informatique pourrait simuler) ? C’est la premier aspect à examiner, la première question à résoudre.

L’affect et la mémoire

Ceci dit, il ne peut être question de « faire de l’affect » pour le plaisir de faire de l’affect, comme simple réponse au sentiment vague qu’évoquent Hofstadter et Haugeland : que la chose paraît importante ou qu’il faudra bien s’en occuper un jour. L’affect n’a d’intérêt pour nous que pour une raison bien précise : parce que le mot renvoie à une dynamique, celle qui fait qu’émergent, de l’objet topologique purement statique que serait un réseau mnésique en l’absence de cette dynamique, des « effets de sens », à savoir la signification des mots et des phrases.

Il existe une discipline qui propose une énergétique de l’affect. Il s’agit bien entendu de la psychanalyse. Tout ce qu’elle a à dire sur cette énergétique n’est pas nécessairement pertinent pour ce qui touche aux systèmes intelligents. On vient d’évoquer l’hypothèse de Dreyfus selon laquelle rien de ce qui constitue l’être humain ne peut manquer à l’appel si l’on veut reconstituer artificiellement l’intelligence. Cette conception n’est pas moins absurde que celle qui imaginerait que l’on puisse à l’inverse reconstituer l’intelligence indépendamment de tout ce qui fait un être humain, comme si l’intelligence était en soi une « substance » et non une « propriété » qui nécessite un support matériel sur lequel se déposer.

Continuer la lecture de PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 12 (II), réédition en librairie le 23 novembre

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 9 (I), réédition en librairie le 23 novembre

Je poursuis la publication des chapitres de Principes des systèmes intelligents. Première partie d’un chapitre qui s’intéresse à la manière dont deux mots peuvent être associés en mémoire. Connexion envisagée pour commencer : selon la consonance uniquement (demain : selon la signification).

9. Les types d’enchaînements associatifs

Au chapitre 7, le relevé a été fait des quatre cas de figure qui se présentent dans l’association des mots (signifiants) et des images : de mot à mot, de mot à image, d’image à mot et d’image à image. Tous sont aussi importants et il serait crucial pour tout système intelligent qui viserait à mimer l’être humain de manière complète qu’il puisse procéder selon ces quatre types d’enchaînements associatifs. La simulation de l’humain n’est cependant pas l’objectif du présent ouvrage : son ambition se cantonne à l’exploration des capacités auto-organisantes d’un univers de mots, et la question de l’association des images sera, à partir de maintenant laissée de côté.

Qu’il s’agisse de l’« association induite » ou de l’« association libre », les enchaînements associatifs constatés ne couvrent pas l’éventail des combinaisons que l’on obtiendrait en associant deux mots au hasard, et on peut établir relativement aisément la typologie des cas effectivement observés. Il n’est pas certain toutefois que ces regroupements seraient valables pour d’autres familles de langues que les nôtres : il s’agit d’un aspect de la question qui reste à explorer.

Continuer la lecture de PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 9 (I), réédition en librairie le 23 novembre

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail