Archives par mot-clé : « Défense et illustration du genre humain »

L’Express, Sur Mars, la relève de l’humain est déjà assurée, le 24 mai 2018

Sur Mars, la relève de l’humain est déjà assurée

 Par Paul Jorion (Tribune), publié le 

"Rover" : le robot Curiosity, chargé de découvrir des preuves de possibilité de vie sur Mars. (Image fournie par la Nasa le 1er août 2012.)

« Rover » : le robot Curiosity, chargé de découvrir des preuves de possibilité de vie sur Mars. (Image fournie par la Nasa le 1er août 2012.)

afp.com/Ho

Continuer la lecture de L’Express, Sur Mars, la relève de l’humain est déjà assurée, le 24 mai 2018

17Shares

Excellentes ventes, mais pas de lecteurs…

Je reçois à l’instant un message d’un ami :

J’ai offert Défense et illustration du genre humain à un copain prof de g… à la Sorbonne. Il avait l’air assez vite captivé ! En tous cas le livre était parfaitement bien présenté là où je l’ai trouvé (librairie principale à S…). Ça fait plaisir !

Je lui réponds :

Merci. Beaucoup de gens m’écrivent pour me dire, non pas « Je l’ai acheté pour le lire » mais « … pour le donner », cela veut dire qu’ils me font confiance, ce qui me fait très plaisir. C’est ce qu’a fait une journaliste de E… qui m’a appelé vendredi : « Ecrivez-moi qq chose sur votre livre. Je ne l’ai pas lu – il est arrivé hier – mais j’ai bcp aimé Le dernier qui s’en va…, je vais le lire mais je sais que ce sera très bien aussi… ».

Paul
P.S. J’espère que ceux qui font cela, s’achètent aussi un exemplaire pour eux-mêmes, sans quoi le monde sera rempli de gens qui en ont un exemplaire, et potentiellement personne qui l’aura lu 😉

0Shares

« Défense et illustration du genre humain » : Ce qu’il n’y a pas dans mon livre – Retranscription

Retranscription de « Défense et illustration du genre humain » : Ce qu’il n’y a pas dans mon livre. Merci à Catherine Cappuyns !

Bonjour, nous sommes le 15 mai 2018 et demain [en fait, hier], pour moi, paraît un de mes livres. Voilà, c’est ce livre-là, (montre le livre) il s’appelle Défense et illustration du genre humain, ça paraît chez Fayard. Je vous en ai déjà parlé, j’ai présenté sur mon blog, en sept parties, la conclusion. Je l’ai simplement découpée en rondelles et je vous ai présenté les rondelles une par une et j’ai fait cinq petites vidéos, où je vous ai expliqué ce qu’était ce livre et ce qu’il y avait dedans.

Et, pour terminer, parce que ce sera la dernière bien entendu, je voudrais vous parler de ce qu’il n’y a pas dans ce livre.

Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain » : Ce qu’il n’y a pas dans mon livre – Retranscription

3Shares

Nos lecteurs nous écrivent

Cher Paul,

Les sept exemplaires de votre dernier ouvrage qui se trouvaient à la Fnac Saint-Lazare se trouvent maintenant chez moi. Un va y rester, pour mon usage personnel. Les autres seront offerts aux paroissiens d’une religion féroce que je compte parmi mes amis (pourtant on choisit ses amis !). Je ne sais pas s’ils prendront la peine de vous lire et s’ils le font, qu’en retiendront-ils vraiment ? Je ne sais pas, mais je tente le coup !!!

Merci pour votre réflexion et surtout merci de l’offrir au plus grand nombre.

Bien cordialement,

Manuel (Guérin)

4Shares

« Défense et illustration du genre humain » – Table des matières

I. AVONS-NOUS LES MOYENS D’EMPÊCHER L’EXTINCTION ?

Nous étions une manifestation du vivant
Faire en sorte que les générations futures existent !
Notre destin est-il d’être remplacés par nos machines ?
Mettre ensemble ce que nous avons compris, la Chine et nous

II. QUI SOMMES-NOUS ?

Sommes-nous seuls dans notre genre ?
Notre existence est seulement simulée
La très faible probabilité de l’apparition de créatures comme nous
Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain » – Table des matières

9Shares

« Défense et illustration du genre humain » : Demain, la Chine – Retranscription

Retranscription de « Défense et illustration du genre humain » : Demain, la Chine. Merci à Catherine Cappuyns !

Bonjour, nous sommes le 13 mai 2018 et dans trois jours, le 16 mai [en fait, hier], paraît ce livre dont je vous parle ces jours-ci : Défense et illustration du genre humain, ça paraît chez Fayard. Dans ce livre il y a aussi une partie très importante consacrée à la Chine.

Je commence par régler à ma façon le débat qui a eu lieu, qui a déchiré, le monde de la sinologie francophone, entre d’un côté Jean-François Billeter et de l’autre François Jullien. Le premier disant qu’il n’y avait pas de différence radicale entre la pensée chinoise et la nôtre, et disant que ce que nous prenons pour une différence essentielle c’est l’esprit de l’Empire chinois qui existe depuis des millénaires. François Jullien nous dit : il y a autre chose.

Et cet autre chose, je crois l’avoir trouvé, il y a pas mal d’années d’ailleurs, à la fin des années 80, au moment où je travaillais en intelligence artificielle, au moment où j’ai essayé de mettre sous forme d’instructions, de code, des choses qui m’apparaissaient typiques de la pensée chinoise et j’utilisais le langage Prolog et je n’y arrivais pas. Et du coup j’ai dû m’expliquer pourquoi il y avait une différence essentielle. J’en ai parlé dans Principes des systèmes intelligents, paru en 89, et puis j’en ai parlé beaucoup plus longuement encore en 2009 dans « Comment la vérité et la réalité furent inventées » publié là chez Gallimard.

Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain » : Demain, la Chine – Retranscription

0Shares

« DÉFENSE ET ILLUSTRATION DU GENRE HUMAIN » : PAUL DE TARSE OU SAINT PAUL – Retranscription

Retranscription de « Défense et illustration du genre humain » : Paul de Tarse ou saint Paul. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le 12 mai 2018, et dans quatre jours [aujourd’hui] paraît ce livre qui s’appelle Défense et illustration du genre humain. Et dans ce livre, une des choses que j’ai voulu faire, aussi, c’est de relancer le débat sur les religions et sur le christianisme en particulier.

Et ça surprendra peut-être : le chapitre le plus long dans ce livre est un chapitre qui est consacré à Paul de Tarse, que les Chrétiens appellent « saint Paul ». Et j’ai pu constater que parmi mes premiers lecteurs, c’est une chose qui a en effet pu irriter : que je le mette au croisement d’une réflexion sur le genre humain, sur ce que nous avons compris de qui nous sommes. Mais la raison est évidente : c’est Paul de Tarse, qui, le premier, a attiré l’attention sur le fait qu’il y a chez nous la conscience qui croit prendre certaines décisions, et c’est ce qui a été appelé l’« esprit » dans les traductions, et qu’il y a autre chose qui interfère avec cela et qui nous impose d’autres décisions, et nous constatons que nous prenons d’autres décisions que celles que notre conscience a prises, et ça a été traduit de manière traditionnelle dans les textes bibliques comme la « chair », mais il vaut mieux dire l’ « inconscient ». Et Nietzsche l’a bien compris par la suite, il a bien réfléchi à ça. Et, marchant dans ses pas, Freud bien sûr, qui nous a donné une théorie complète de la manière dont la conscience et l’inconscient fonctionnent ensemble.

Continuer la lecture de « DÉFENSE ET ILLUSTRATION DU GENRE HUMAIN » : PAUL DE TARSE OU SAINT PAUL – Retranscription

3Shares

« Défense et illustration du genre humain » : Un outil de résistance

Retranscription de « Défense et illustration du genre humain » : Un outil de résistance. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le 11 mai 2018, et dans cinq jours (le 16 mai) [aujourd’hui], paraît ce livre (Défense et illustration du genre humain). Et dans ce livre, il y a pas mal de choses et il y a en particulier une centaine de pages qui sont consacrées à la technique, à la technologie.

J’y parle du transhumanisme, je parle des tentatives que nous faisons maintenant de réaliser, peut-être, l’immortalité individuelle, je parle de la technique et de la technologie en général, en rapport, en particulier avec l’intelligence artificielle.

Vous le savez, je ne suis pas un pamphlétaire. Donc je ne vais pas vous dire : « Je suis pour ou contre le transhumanisme… pour ou contre la technique… pour ou contre l’immortalité individuelle », non,  j’essaye d’extraire de tout ça,  j’essaye d’extraire de ce qui est en train de se passer, un certain savoir et de mettre tout ce savoir ensemble avec des tas de réflexions d’autres sur l’histoire : sur celle des penseurs importants, essayer de constituer un outil. Un outil qui nous permettrait de lutter contre l’extinction.

Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain » : Un outil de résistance

9Shares

« Défense et illustration du genre humain » : Comment se débarrasser des anxiétés – Retranscription

Retranscription de « Défense et illustration du genre humain » : Comment se débarrasser des anxiétés. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le 10 mai 2018. Et si comme moi vous prenez souvent le train, vous avez dû constater que la plupart des gens lisent des livres qui appartiennent à un style bien particulier qu’on appelle en anglais « self-help », et en français ça s’appelle – je viens de regarder – « développement personnel » ou « auto-développement ». Et ça a des titres divers comme « La grande sagesse des Toltèques » ou « Découvrir le Bouddha qui réside en moi », mais tous ces livres pourraient avoir un seul titre qui serait « Comment se débarrasser de l’anxiété, comment se débarrasser de l’angoisse ».

Alors, dans ce livre, voilà, celui-là (Défense et illustration du genre humain), qui paraît, c’est quoi, dans six jours [aujourd’hui], je parle un peu de ça. J’ai pensé au fait que c’est un grand handicap pour la plupart d’entre nous d’avoir ce sentiment d’une anxiété attaché à des choses bien particulières ou non, des soucis, ce sentiment de la culpabilité qui souvent constitue un handicap. Et figurez-vous, j’ai voulu parler de ça aussi.

Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain » : Comment se débarrasser des anxiétés – Retranscription

6Shares

« DÉFENSE ET ILLUSTRATION DU GENRE HUMAIN » : UN LIVRE FÉROCE, CONSTITUANT UN ARSENAL – Retranscription

Retranscription de « Défense et illustration du genre humain » : Un livre féroce constituant un arsenal. Merci à Cyril Touboulic ! Ouvert aux commentaires.

Alors voilà, aujourd’hui, je fais très, très court. Voilà, cet objet (Défense et illustration du genre humain) existe maintenant. Voilà, vous voyez, c’est un livre : c’est mon dernier livre. Il sera en librairie dans les jours qui viennent [aujourd’hui 16 mai].

Et ce matin, ce que j’ai fait – c’est ce qu’un auteur fait toujours – c’est feuilleter un petit peu mon propre livre, parce que l’objet, quand on l’a en main, c’est tout à fait autre chose que la chose qu’on a écrite. Et là, ce qui m’a frappé, c’est que c’est un ouvrage féroce. C’est un ouvrage en réalité – je n’ai pas eu le sentiment au moment où je l’ai écrit, pendant deux années – eh bien, c’est un ouvrage vraiment en colère et il y a dans le propos, quand j’essaye de le lire comme un lecteur extérieur, je vois une très, très grande férocité.

Et je vois ce qu’il y a là : ce sont des armes. Ce sont des armes intellectuelles. Ce que j’ai essayé de faire, c’est de vous offrir à vous tous, qui êtes en colère et qui avez peut-être du mal parfois à expliquer dans la famille, à des voisins, d’où vient cette colère, ce qu’elle exprime véritablement, eh bien, il y a là – je parle souvent de « boîte à outils » – là ce n’est pas une boîte à outils : c’est une boîte avec des armes. Des armes intellectuelles, des armes qui ne font pas mal, qui ne tuent personne. Mais il y a là un arsenal. Un arsenal féroce ! Profitez-en, tirez-en parti ! Il faut que nous changions le monde et que nous le changions rapidement.

Je m’aperçois que j’ai fait ce que je pouvais faire, ces deux dernières années. J’ai mis tout ça sur le papier, et j’essaye de dire clairement un certain nombre de choses et qui vous permettront sans doute à certains d’entre vous de vous dire : « Ah ! Voilà ce que je voulais dire, voilà d’où venait cette colère, voilà ce qu’il faut dire à celui qui ne comprend pas ça ! »

Voilà, allez, à bientôt !

10Shares

« Défense et illustration du genre humain », Conclusion (VII), demain en librairie

Mon intention ici était de brosser le tableau complet de tout ce que nous avons pu comprendre de qui nous sommes à partir des éléments de cette grille de lecture, et de reposer grâce à son éclairage, la question posée une première fois dans mon ouvrage précédent, Le dernier qui s’en va éteint la lumière : cette boîte à outils, dont nous pouvons raisonnablement supposer qu’elle est la plus complète que nous soyons à même de réunir à l’heure qu’il est, en vue de résoudre la question à laquelle nous sommes confrontés, nous permettra-t-elle en effet de sauver notre espèce menacée aujourd’hui d’extinction ?

Si la réponse devait être négative, le résultat de notre examen devrait s’interpréter dans la perspective seule du deuil : non plus la question « Qui sommes-nous ? » mais « Qui étions-nous ? », entérinant alors simplement le fait que l’aventure a atteint son terme. Mais il ne tient qu’à nous d’être le ferment d’un monde nouveau, à la hauteur non seulement de nos espérances, mais aussi et surtout de ce dont nous sommes capables en tant que genre humain, hauts faits dont – malgré nos abominables défauts –  l’univers tout entier est témoin.

Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain », Conclusion (VII), demain en librairie

10Shares

« Défense et illustration du genre humain », Conclusion (VI), en librairie le 16 mai

Nous organisons notre vie autour d’une idée de « la personne que je suis », qui s’articule tout entière autour d’un cœur qui est ce discours autobiographique que nous bâtissons à partir de la lecture que nous faisons, avec toujours un temps de retard, de nos propres actes. Un discours qui, pour qu’il ait valeur convaincante auprès d’autrui, est réorganisé en fonction des exigences de cette raison qui nous aide à y mettre un peu d’ordre et à y lire la cohérence qui aurait présidé, en principe, aux décisions que nous affirmons prendre, à partir d’une image très floue en réalité de la véritable identité du « nous » en question.

Faudrait-il, à l’instar des transhumanistes, prendre au sérieux les hautes aspirations que lalangue et la rationalité combinées nous ont soufflées à l’oreille et nous débarrasser de ce corps indigent que la biologie, façonnée au fil des générations par la sélection darwinienne, nous a légué et qui, bien plus encore qu’un handicap, constituerait le véritable obstacle à leur réalisation ?

Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain », Conclusion (VI), en librairie le 16 mai

9Shares

« Défense et illustration du genre humain », Conclusion (V), en librairie le 16 mai

Nous nous trouvons jetés à la naissance au sein du chaos de la comédie humaine, dont nous découvrons sans tarder qu’elle s’apparente souvent à une très mauvaise farce. Nos efforts ensuite sont à proprement parler héroïques pour lui trouver du sens alors que, plus les données s’accumulent, plus elle se révèle au fil des années, n’avoir en réalité ni queue ni tête. Lacan dit en son temps que « le Moi est paranoïaque » et rien n’est plus vrai : notre tendance naturelle est d’attribuer telle ou telle intention ou responsabilité à tel ou tel personnage ou force naturelle qui n’y sont strictement pour rien, de découvrir de la signification au sein du monde bien au-delà de celle qui s’avère être effectivement là.

Nous y tenons mordicus : tout cela s’explique, et si cela ne s’explique pas, c’est qu’on nous le cache soigneusement. Cette prédisposition à croire que tout s’articule selon un plan qu’il ne nous reste qu’à faire émerger en surface appartient sans conteste à ces traits de notre nature qui font que notre espèce est, au moment où j’écris, toujours présente. Ce qui faisait sens, nous l’avons découvert, mais c’est parce que nous ratissions large : le filet de la rationalité capture pas mal de poisson, mais bien moins que nous ne l’imaginons dans nos rêves les plus fous de signification profonde.

Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain », Conclusion (V), en librairie le 16 mai

7Shares

« Défense et illustration du genre humain », Conclusion (IV), en librairie le 16 mai 2018

Face à cela, qu’ai-je proposé quant à moi ici ? Notre sort passé et futur déterminé par six axes-clés et treize personnages qui les mirent à jour et qui en furent l’incarnation. Par ordre chronologique : Confucius, Socrate, Aristote, Paul de Tarse, Machiavel, Shakespeare, Hegel, Victor Hugo, Nietzsche, Freud, Mao, Taubes et Xi Jinping et de six axes-clés :

1° la déchirure qui traverse le sujet humain, entre ce qu’il entend faire et les tâches et les entraves que lui imposent d’une part la reproduction de l’espèce, et d’autre part son propre instinct de survie, qui s’assimile à vivre suffisamment longtemps pour s’être acquitté de ses devoirs envers la reproduction de l’espèce,

2° la Raison comme guide du comportement, petite voix intérieure autonome par rapport aux exigences des dieux que nous nous sommes inventés,

3° le devenir inéluctable, moteur constitutif de l’Histoire, mêlant les grandes forces naturelles et les actes des hommes dont ils imaginent qu’ils sont le produit de leur volonté, alors qu’ils viennent de beaucoup plus loin,

4° la capacité individuelle à infléchir le cours de l’Histoire,

5° le parcours global du genre humain qu’est l’Histoire, résultant des effets collectifs et spécifiques de l’extraordinaire éventail des particularités individuelles que l’on observe chez ses représentants, soit ce que l’on peut caractériser comme la Raison dans l’Histoire,

6° la possibilité de coordonner les comportements humains grâce à des injonctions : des rites, de la morale, des lois.

Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain », Conclusion (IV), en librairie le 16 mai 2018

11Shares