ILS NE PRÉPARENT PAS LE COUP D’APRÈS, par François Leclerc

Billet invité.

En une décennie, le nombre de pays dont la dette est notée AAA par Standard & Poor’s s’est réduit de 20 à 12, tandis que celle des pays notés BB et au-dessous a progressé de 49 à 62. Conséquence de quoi, les titres de qualité de plus en plus recherchés sur le marché obligataire sont de moins en moins nombreux.

Continuer la lecture de ILS NE PRÉPARENT PAS LE COUP D’APRÈS, par François Leclerc

Partager

LA TRANSITION CHINOISE EST MAL PARTIE, par François Leclerc

Billet invité.

Donnant une singulière vision de l’économie mondiale, les trois premières puissances – les États-Unis, la Chine et le Japon – sont gangrenées par l’endettement et n’ont aucune perspective crédible de le résorber, tout au contraire. Cela donne de quoi réfléchir ! Chacune doit composer à sa manière avec sa dette. Les États-Unis bénéficient du statut privilégié du dollar et la vendent à ses deux compères, tandis que la banque centrale japonaise achète à grande échelle la dette publique de son pays, et que la Chine tente de stabiliser la situation par des artifices tout en gérant les contradictions de sa transition.

Continuer la lecture de LA TRANSITION CHINOISE EST MAL PARTIE, par François Leclerc

Partager

LA DETTE : SOUFFLER N’EST PAS JOUER ! par François Leclerc

Billet invité.

La Grèce de retour sur le marché avec une émission obligataire, « il y a enfin une lumière au bout de l’austérité » s’est réjoui le commissaire européen Pierre Moscovici, ajoutant « il fallait créer les conditions de la confiance, ce qui a été fait. Est-ce que ça a été trop dur ? Sans doute. Est-ce que c’était nécessaire par ailleurs ? Aussi ». Il y a des jours où la pudeur devrait plutôt s’imposer.

Continuer la lecture de LA DETTE : SOUFFLER N’EST PAS JOUER ! par François Leclerc

Partager

LA SOCIÉTÉ ÉMERGENTE, MODÈLE À TERME DOMINANT ? par François Leclerc

Billet invité.

Les taux de la dette souveraine vont-ils rester très bas, comme c’est actuellement le cas, ou bien monter quand les banques centrales vont en donner l’exemple, comme la Fed l’a initié ? Dans le doute, ne vaut-il pas mieux prendre ses précautions se demandent les gouvernements ?

Continuer la lecture de LA SOCIÉTÉ ÉMERGENTE, MODÈLE À TERME DOMINANT ? par François Leclerc

Partager

LE PÉRIL DE L’ENDETTEMENT CHINOIS, par François Leclerc

Billet invité.

Combien de temps la Chine va t-elle pouvoir tenir le rythme actuel d’accroissement de son endettement ? L’année passée, la dette chinoise atteignait 264% du PIB, mais ce chiffre n’est pas le plus inquiétant. Car Moody’s estimait en octobre dernier que le secteur du shadow banking prenait progressivement le relais du secteur bancaire public et pesait 8.500 milliards de dollars, soit 80% du PIB.

Continuer la lecture de LE PÉRIL DE L’ENDETTEMENT CHINOIS, par François Leclerc

Partager

LES PORTUGAIS ROMPENT LE DÉNI SUR LA DETTE, par François Leclerc

Billet invité.

Tandis que le gouvernement grec continue de piétiner devant le refus intransigeant allemand de consentir un quelconque assouplissement de sa dette avant la tenue des élections de l’automne prochain, le gouvernement portugais, qui pourrait prétendre au rang de meilleur élève de la classe, pointe le bout du nez sur le même sujet.

Continuer la lecture de LES PORTUGAIS ROMPENT LE DÉNI SUR LA DETTE, par François Leclerc

Partager

LES ENJEUX INCONTOURNABLES DE L’ENDETTEMENT, par François Leclerc

Billet invité.

Dix ans après le début de la crise économique et financière, qui est désormais attribuée à l’excès d’endettement et à la dérégulation des marchés financiers, la dette globale des particuliers, des entreprises et des États a fortement progressé. Les analystes de l’Institut International de la finance (IIF) précisent que « le stock de la dette gouvernementale exprimée en dollars a plus que doublé depuis 2006 aux États-Unis et au Royaume-Uni, tandis qu’elle augmentait de l’ordre de 50 % en zone euro et au Japon ».

Continuer la lecture de LES ENJEUX INCONTOURNABLES DE L’ENDETTEMENT, par François Leclerc

Partager

LES CRÉANCIERS DE LA GRÈCE FACE À EUX-MÊMES, par François Leclerc

Billet invité.

Les conciliabules se succèdent sans désemparer, mais le retour d’une crise grecque aiguë n’est toujours pas écarté en raison des désaccords persistants qui subsistent entre les créanciers. Les échéances s’approchent : faute du versement d’une nouvelle tranche de crédit du 3ème plan de sauvetage d’ici juillet, la Grèce fera défaut sur le remboursement de 7 milliards d’euros de créances. Soulignant que l’aide financière a pour objet de faire rouler la dette grecque.

Continuer la lecture de LES CRÉANCIERS DE LA GRÈCE FACE À EUX-MÊMES, par François Leclerc

Partager

WOLFGANG SCHÄUBLE, CE MAUVAIS GÉNIE, par François Leclerc

Billet invité.

Peu accoutumé aux propos nuancés et continuant à marquer son territoire avec persévérance, Wolfgang Schäuble vient de couper court à toute mise en cause ultérieure de sa politique en affirmant qu’il ne pouvait y avoir de réduction de la dette publique au sein de la zone euro, et que pour y procéder il fallait la quitter. Avec ce principe, ce n’est pas seulement le sort de la Grèce qui est en jeu.

Continuer la lecture de WOLFGANG SCHÄUBLE, CE MAUVAIS GÉNIE, par François Leclerc

Partager

OÙ MÈNE LA CROISSANCE À CRÉDIT CHINOISE ? par François Leclerc

Billet invité.

Les alarmes à propos de la dette chinoise ne datent pas d’hier, mais elles se font insistantes. C’est au tour de la dette des particuliers d’être montrée du doigt, avec comme origine la relance par le crédit opérée par le gouvernement. Un levier dangereux qui repose sur une bulle immobilière pouvant à tout instant crever, provoquer d’énormes ravages financiers et faire chuter le PIB, cette hantise de la direction chinoise en raison de ses effets dévastateurs sur l’emploi qu’elle s’efforce à tout prix de contenir. La stabilité de ce gigantesque pays est à ce prix.

Continuer la lecture de OÙ MÈNE LA CROISSANCE À CRÉDIT CHINOISE ? par François Leclerc

Partager

CE N’EST PLUS DE LA SCIENCE-FICTION ! par François Leclerc

Billet invité.

Après avoir baissé de 10% en 2008, à 369.000 milliards de dollars, le capital mondial a représenté 512.000 milliards de dollars en 2015. Dans ce monde que d’aucuns s’acharnent à décrire en crise, il est réconfortant de constater que la machine à fabriquer du capital marche à plein rendement. C’est tout du moins ce qui peut être tiré comme conclusion de l’étude de Markus Schuller (1), publiée dans le quotidien Kurier.

Continuer la lecture de CE N’EST PLUS DE LA SCIENCE-FICTION ! par François Leclerc

Partager

Démystifier Alexandre Nahum Sack et la doctrine de la dette odieuse, par Éric Toussaint

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Souvent, les détracteurs comme les défenseurs de la doctrine élaborée par Alexander Sack ne prennent pas suffisamment le temps de connaître le cadre d’analyse et l’orientation de ce juriste international. Alexandre Sack n’est pas un humaniste qui aurait cherché à préserver les peuples ou les nations de l’action néfaste des chefs d’État ou des créanciers prêts à endetter la collectivité de manière frauduleuse, voire criminelle, en somme odieuse. Son but principal n’est pas de mettre de l’éthique ou de la morale dans la finance internationale. Continuer la lecture de Démystifier Alexandre Nahum Sack et la doctrine de la dette odieuse, par Éric Toussaint

Partager

UNE BRILLANTE CONTRIBUTION DE KENNETH ROGOFF, par François Leclerc

Billet invité.

Professeur à Harvard, Kenneth Rogoff n’est pas n’importe qui dans le monde sélect des économistes, même s’il est désormais poursuivi par sa fâcheuse tentative d’avoir tenté de justifier la politique d’austérité européenne en se basant sur des données qui se sont révélées erronées. Autre titre de gloire, il s’était précédemment fait connaître en publiant une lettre ouverte en réponse aux virulentes critiques du FMI par Joseph Stiglitz. Aujourd’hui, il se penche avec une même perspicacité sur un autre sujet de premier plan : la dette américaine.

Continuer la lecture de UNE BRILLANTE CONTRIBUTION DE KENNETH ROGOFF, par François Leclerc

Partager

LA DETTE VUE DU CIEL… par François Leclerc

Billet invité.

Le taux du Bund – la dette allemande à dix ans – est entré en territoire négatif. Les investisseurs à la recherche d’un refuge y sont pour quelque chose, mais la BCE y est pour beaucoup en raison de ses achats. Le marché de la dette souveraine donne après d’autres, un signal singulier que l’on ne peut pas résumer au passage symbolique d’un cap qui va être retenu.

Continuer la lecture de LA DETTE VUE DU CIEL… par François Leclerc

Partager

LA FIN DU MARCHÉ DOMESTIQUÉ DE LA DETTE, par François Leclerc

Billet invité.

Lorsque l’on découvre les petits et grands arrangements financiers laissés dans l’ombre, tout s’éclaire ! Notamment lorsque le financement de la dette publique est en question. En Europe, la détention providentielle de la dette souveraine par les banques européennes est à nouveau sur le tapis. Aux États-Unis, on a la confirmation documents à l’appui d’un accord secret avec l’Arabie Saoudite à propos de la dette américaine qui était un secret de polichinelle.

Continuer la lecture de LA FIN DU MARCHÉ DOMESTIQUÉ DE LA DETTE, par François Leclerc

Partager