Archives par mot-clé : Edward Snowden

NOUS, LES MÉDUSÉS DÉSABUSÉS, par Bertrand Rouziès-Leonardi

Billet invité

Brice Couturier a entendu l’appel du Bâtonnier Christian Charrière-Bournazel à se mobiliser contre le projet de loi N° 1011 portant sur les moyens de combattre la fraude fiscale. Peut-être même a-t-il lu l’argumentaire bancal de Rémy Mahoudeaux publié sur le blog. On ne s’étonnera pas qu’il voie dans cette loi l’étincelle qui fera renaître de ses cendres le Phénix du Grand Inquisiteur Torquemada. Cela, c’était la fin de sa chronique matinale sur France Culture. Mais, comme dans la figure de l’ouroboros, cette fin, par une contorsion malicieuse et sans doute délectable, rejoignait le début.

Que disait-il au début ? Qu’Edward Snowden n’est pas un chevalier blanc comme neige. En fouillant un peu, on découvre un rebelle plus libertarien (soutien à Ron Paul durant la campagne présidentielle) que libertaire, plus soucieux de donner du champ au libre exercice de sa puissance individuelle que de rejoindre l’Internationale des défenseurs de la veuve et de l’orphelin, ce qui vaut bien, en gravité, les accusations d’espionnage pour le compte de pays hostiles aux États-Unis. Cela n’ôte rien, bien entendu, à la portée de ses révélations (nous apprenons en cette occasion que la Commission européenne est assiégée au-dehors et au-dedans par les multinationales américaines, au-dehors par les lobbyistes, au-dedans par les agents de la NSA chargés de vérifier que les commissaires ont bien compris ce qu’on leur demandait), mais je me garderai, pour ma part, d’élever sur le pavois un homme dont le rêve, pour autant qu’il persévère dans ses convictions libertariennes, est l’abolition pure et simple de toute forme de gouvernement, au prétexte qu’une administration déshonore l’état de droit et le service du peuple. Même un libertarien est bien obligé de reconnaître qu’un État, qu’un Big Government with big guts, c’est pratique, quand on est persécuté par la première puissance mondiale et qu’on cherche un refuge sûr. Quant à Brice Couturier, je vois bien où il veut en venir par un tel bricolage. J’écris bricolage parce que la queue de sa chronique ne s’emboîte pas exactement dans la tête. Ce n’est pas qu’il ait des sympathies pour les libertariens, il est plutôt libéral, comme chacun sait, mais l’appareil d’État, cela l’embête bien. Il le voudrait au régime sec, et pas seulement dans ses missions discrétionnaires.

Continuer la lecture de NOUS, LES MÉDUSÉS DÉSABUSÉS, par Bertrand Rouziès-Leonardi

Partager :

LA LOYAUTÉ, JE SAIS : C’ÉTAIT IL Y A LONGTEMPS, MAIS VOUS EN SOUVENEZ-VOUS ?

L’article de Der Spiegel révélant l’espionnage à grande échelle par les États-Unis des organes de décision des puissances européennes, leurs alliés les plus proches et les plus fidèles, rappelle étrangement l’attitude qui avait été celle de la banque d’investissement Goldman Sachs en 2008, tirant parti de la confiance que lui accordaient ses meilleurs clients pour leur vendre les produits financiers les plus avariés dont elle cherchait à se débarrasser.

La parole donnée, et la parole respectée, l’identification d’une personne – ou en l’occurrence, d’une nation – à ses engagements, la loyauté vis-à-vis de ses amis, et dans la mesure du possible vis-à-vis de chacun, sont indispensables à la vie en société : sans elles, c’est bien simple : le tissu social s’effrite, puis s’effondre sans espoir de retour.

Il est bien tard sans doute, mais il existe encore une chance ténue de restaurer la confiance trahie : interrompre immédiatement les pratiques condamnables, punir les responsables, et présenter des excuses sincères.

Lorsque Bradley Manning révéla le contenu des câbles du Département d’État expliquant aux diplomates américains que l’espionnage de la nation hôte faisait désormais partie de leurs attributions et de leurs devoirs, la traduction du soldat devant une cour martiale était loin de constituer la réponse appropriée. S’époumoner avec une véhémence allant toujours crescendo contre la traîtrise supposée du lanceur d’alerte Edward Snowden, constituerait une fois de plus une réponse parfaitement inappropriée et ferait, cette fois, désespérer de la capacité-même de cette nation à s’amender. Les pays européens trahis dans leur confiance devraient en tirer toutes les conséquences. Les justifications avancées seront bien entendu qu’il existe des ennemis pires encore que de tels amis, mais la capacité-même à vivre en société, dont la parole donnée et la loyauté sont les piliers, constitue le dernier bastion : celui qui ne peut à aucun prix tomber.

P. S. : Je me posais la question de savoir si la réponse américaine serait à la hauteur. Voici ce que nous rapportent les agences de presse aujourd’hui lundi 1er juillet à 14h47 :

« Chaque pays dans le monde engagé dans des relations internationales ayant des implication de sécurité nationale, met en oeuvre de nombreuses activités afin de protéger sa sécurité nationale et de nombreux types d’informations peuvent y contribuer. Pour autant que je sache, cela n’est pas inhabituel pour un grand nombre de pays » a déclaré John Kerry, Secrétaire d’État (ministre des affaires étrangères) américain.

Partager :

BONJOUR MADAME LA TERRE, le samedi 29 juin 2013 à 7h05

Sur YouTube, c’est ici.

Démocratie

* Les affaires de type « affaire Tapie »
* Edward Snowden et Big Brother
– The Guardian : Ecuador cools on Edward Snowden asylum as Assange frustration grows, le 28 juin 2013

* La pilule rouge de la Matrice
– Blog de PJ : Lettre ouverte suite à mon départ de Barclays à cause de la « pilule rouge » (le blog qui m’a ouvert les yeux depuis 2010…), le 28 juin 2013

Finance

* QE3 : Les 4 milliards de $ quotidiens en monnaie de singe
– Blog de PJ : Le temps qu’il fait le 28 juin 2013, le 28 juin 2013
– Financial Times : Don’t blame ‘feral hogs’ for bond rout, le 28 juin 2013

* IndyMac : Modèles financiers et « science » économique

Partager :

BONJOUR MADAME LA TERRE, le mercredi 26 juin 2013 à 7h32

Sur YouTube, c’est ici.

Planète Terre :

– Financial Times – Warming oceans make parts of world ‘uninsurable’, say insurers, le 24 juin 2013
– Financial Times – Reinsurance investment pushes down prices for insurance companies, le 2 juin 2013

Science économique :

– Les Échos – Olivier Blanchard, les doutes de l’économiste star du FMI, le 25 juin 2013
– Blog de PJ – Faut-il mettre en place un droit à une allocation universelle ?, le 25 juin 2013

Démocratie :

– Financial Times – Snowden’s future, le 24 juin 2013
– Blog de PJ – Un échange de mails à propos du rapport de JP Morgan : « L’ajustement dans la zone euro : à mi-chemin ou à peu près », le 24 juin 2013

Partager :

Réflexions pour un mouvement néodémocratique (VIII) – Nos situations existentielles avant le tournant politique actuel (2), par Francis Arness

Billet invité.

Une large majorité de la population n’a pas la chance de se situer dans certaines niches sociales protégées. Elle subit ainsi directement les conséquences du système général – à la fois politique, économique, social et médiatique – d’occultation du réel et de pressions sur les conditions d’existence. Il faut se représenter ce système subtil et général d’occultation du réel et de pression sur les conditions d’existence comme une toile d’araignée invisible, que chacun pressent inconsciemment, ce qui l’amène à éviter d’avoir des gestes risquant d’attirer à lui l’araignée qui, pense-t-il, pourrait le dévorer. Ces mécanismes si parfaits de manipulation directe ou indirecte sont tissés dans l’ensemble de la société et autour de chaque individu, s’il ne se défend pas activement – parfois d’ailleurs sans trop s’en rendre compte.

Cette vision d’un pouvoir diffus et d’autant plus puissant n’est malheureusement pas paranoïaque. Au contraire, elle permet de rendre compte de la soumission au pouvoir à laquelle la majorité silencieuse se prête en partie malgré elle, en partie en la désirant (plus ou moins suivant les personnes). Nous trouvons là une ambiguïté et une fragilité, une complexité et un caractère contradictoire de cette majorité silencieuse qu’il nous faut prendre en compte. C’est ce que fait par exemple Frédéric Lordon qui, dans Capitalisme, désir et servitude [1], réfute l’hypothèse massive d’une « servitude volontaire » [2]. Il montre au contraire que le système « capture » les manières de vivres de la majorité de la population. Même si, en effet, la volonté du pire et la corruption – prononçons-le mot – existent chez un certain nombre, l’hypothèse de la servitude volontaire de la majorité est trop massive. En effet, si bien des personnes se prennent au piège, participent au système et le perpétuent, c’est avant tout parce que tout est fait, de manière rusée, pour les y prendre. Anthropologiquement, joue d’ailleurs ici la définition que notre société donne de la propriété privée : en effet, ainsi que le montre Paul Jorion, notre définition culturelle de la propriété privée fonde une logique de capture des personnes par les objets qui les entourent [3].

Continuer la lecture de Réflexions pour un mouvement néodémocratique (VIII) – Nos situations existentielles avant le tournant politique actuel (2), par Francis Arness

Partager :

BONJOUR MADAME LA TERRE, le mardi 25 juin 2013 à 6h42

Sur YouTube, c’est ici.

Renseignement :

Edward Snowden, où est-il ?
Les équipes de juristes de Wikileaks
– Le fait que ce que vous dites est vrai ne vous protège absolument pas… la preuve !
Jean-Dominique Merchet, La DGSE peut attaquer les ordinateurs hostiles

Justice :

– L’esprit de corps
Bang Dang Nguyen, Does the Rolodex Matter? Corporate Elite’s Small World and the Effectiveness of Boards of Directors
– Affaire Tapie
– Silvio Berlusconi

Finance :

– Anglo-Irish
Zero Hedge, Anglo-Irish Picked Bailout Number « Out Of My Arse » To Force Shared Taxpayer Sacrifice
– Le marché de Shangai est désormais baissier

Comment exercer ses droits de citoyen ?

Un échange de mails à propos du rapport de JP Morgan : « L’ajustement dans la zone euro : à mi-chemin ou à peu près », Europe Economic Research, le 28 mai 2013

Partager :

PIQÛRE DE RAPPEL : CERTAINS LANCEURS D’ALERTE SONT DE GRANDS NAÏFS !

L’histoire se précipite puisque me voilà obligé de mettre en « Piqûre de rappel », un billet qui date… d’un mois à peine ! L’hypocrisie de ceux qui nous dirigent devient, comment dire, véritablement préoccupante. Comment pouvons-nous leur rappeler qu’il existe un devoir pour eux de faire ce qu’ils affirment, et pas exactement le contraire – en prétendant alors que c’est la même chose, et que si ça ne l’est pas, c’est mieux pour nous de toute manière ?

L’une d’entre vous me recommande d’écouter le podcast d’une émission de radio récente sur une station californienne pour y entendre ce qu’explique un professeur américain. Et en effet, ce qu’il dit est à ce point judicieux, que je croirais m’entendre parler moi-même. 😉

Mais la première partie de l’émission capte elle aussi mon attention : il y est question des efforts de l’administration Obama pour protéger dorénavant les « whistleblowers » : les lanceurs d’alerte. Or, un lanceur d’alerte sur l’utilisation (illégale, faut-il le rappeler ?) de la torture par diverses instances américaines, vient de se voir condamner à deux ans et demi de prison pour avoir mis en danger le secret défense. Ceux qu’il dénonçait (incroyable mais vrai !), courent toujours.

Le problème avec les lanceurs d’alerte (comme le souligne ce cas-ci), c’est qu’une fois sur deux, ce qu’ils dénoncent appartient à la sphère de la Realpolitik : la différence entre ce que les États prétendent faire (avec des sanglots dans la voix) et ce qu’ils font en réalité (avec un réalisme tout pragmatique).

Les lois de protection des lanceurs d’alerte devraient être plus précises : « Tout lanceur d’alerte aura droit à la protection de l’État (pour autant que ses alertes ne mettent pas en lumière l’indignité de l’État lui-même, sans quoi il est un traitre – ce dont il aurait quand même dû avoir la perspicacité de se rendre compte !) ».

Partager :

OÙ SE TROUVE EDWARD SNOWDEN ?

Le post montrait en temps réel le trajet du vol SU213 entre Hong Kong et Moscou sur le site www.flightradar24.com. L’avion a maintenant atterri.

Avant de quitter Hong Kong, Snowden a révélé que les SMS qui s’y échangent sont piratés par les États-Unis. Il sera intéressant de voir s’il fait une déclaration du même genre en Russie.

Je me prépare à cliquer sur le bouton « Mettre à jour »… non sans une certaine appréhension maintenant que je sais que La DGSE peut attaquer les ordinateurs hostiles. Si je ne vois plus rien, j’essaierai de vous twitter des nouvelles… Là aussi sans garantie !

Partager :

FRAUDE FISCALE : J’AI VRAIMENT BIEN DE LA CHANCE !

Vous savez, j’ai vraiment bien de la chance. Le soldat Bradley Manning est traduit en justice en ce moment-même, devant une cour martiale aux États-Unis ; Julian Assange est confiné à l’ambassade de l’Équateur à Londres, sachant qu’il sera arrêté s’il cherchait à en sortir ; Aaron Swartz s’est suicidé, la rumeur voulant que la raison en est son intime conviction qu’il serait inculpé de bien davantage que d’effraction d’une base de données universitaire ; quant à Edward Snowden, il est quelque part à Hong Kong, et pas près d’en sortir. Tout cela pour avoir répété des horreurs : des choses abominables que l’on chuchote sans doute mais que l’on ne dit jamais, au grand jamais, à voix haute. Et moi, je m’apprête à vous répéter des horreurs du même acabit alors que, assis confortablement dans mon fauteuil, je ne cours absolument aucun risque d’arrestation.

Pourquoi ? parce que je vais me contenter de mettre sur le papier ce que je viens d’entendre dire dans une vidéo sur un site-toile, et que je n’ai même pas à me presser à la pensée que ce matériau subversif risque de disparaître dans les secondes qui viennent pour être remplacé par un laconique : « Retiré par l’usager » puisque le site en question est celui du Sénat de la république française, et que je ne ferai rien de plus que rapporter les propos de M. Pierre Condamin-Gerbier, gestionnaire de fortune, ancien associé-gérant chez Reyl Private Office, devant la Commission d’enquête sur le rôle des banques et acteurs financiers, le 12 juin 2013, autrement dit, mercredi de la semaine dernière.

Continuer la lecture de FRAUDE FISCALE : J’AI VRAIMENT BIEN DE LA CHANCE !

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 13 JUIN 2013

James Jean
The Amazing Adventures of Kavalier & Clay (2000)
Dire honnêtement comment ça se passe vraiment
Edward Snowden
La guerre civile numérique (Textuel 2011)
Le ver informatique Stuxnet
LE MONDE, « Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés », le 4 avril 2013
LE MONDE, Cahuzac n’est qu’un « fusible », le 13 juin 2013
Peter Finch dans Network (1976)
* Je me trompe dans la vidéo : je dis « Albert Finney » au lieu de « Peter Finch »
Le rapport Greece: Ex Post Evaluation of Exceptional Access under the 2010 Stand-By Arrangement, IMF Country Report No. 13/156, June 2013
Les cours constitutionnelles comme contre-pouvoir

Sur YouTube, c’est ici.

Partager :