Archives par mot-clé : LIBOR

POUR ALIMENTER S’IL EN EST BESOIN SA COLÈRE… ET SI POSSIBLE SA RÉFLEXION, par François Leclerc

Billet invité.

Goldman Sachs, JP Morgan, Citibank, HSBC, BNP Paribas, Barclays, Commerzbank, Deutsche Bank, UBS… : aucun ou presque des membres du très sélect club des mégabanques occidentales n’échappe à la vindicte. Ils soufrent en silence et font le gros dos en attendant que cela passe, car l’annonce de règlements à l’amiable longuement négociés continue de pleuvoir dru, assorti de celles des amendes en conséquence. Mais liste de ce qui reste à venir est longue comme un jour sans pain, sous réserve d’ajouts qui ne vont pas manquer, ce qui n’est sans doute pas pas sans rapport avec la révélation de l’existence d’informateurs rémunérés par les autorités américaines…. Les lanceurs d’alerte, c’est bien ! mais il n’est pas interdit de donner un petit coup de pouce à la chance…

Une escalade est enregistrée, faisant croire qu’après la fin de l’omerta, celle de l’impunité pourrait advenir. Non pas pour de malheureux traders lampistes – façon de parler, vu de leurs bonus – voués à jouer les boucs émissaires, mais pour leur hiérarchie qui n’a rien vu et encore moins décidé. Passe encore que la banque soit dans l’obligation de plaider coupable, comme la BNP Paribas a du s’y résigner pour sauver sa licence américaine ou comme la Deutsche Bank y est fermement conviée, mais un premier banquier s’est décidé à faire de même au Royaume-Uni. Va-t-on prochainement voir derrière les barreaux des banquiers indélicats qui se croyaient tout permis puisqu’ils n’étaient pas pris ? Eric Holder, le ministre de la justice américain en avait évoqué la perspective avant de démissionner. Continuer la lecture de POUR ALIMENTER S’IL EN EST BESOIN SA COLÈRE… ET SI POSSIBLE SA RÉFLEXION, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

Monde financier : QUAND LE BROUILLARD S’ÉPAISSIT, par François Leclerc

Billet invité.

Les banques n’ont pas toujours tort, reconnaissons-le ! Elles menaçaient du développement du shadow banking au cas où les mesures de régulations à l’étude étaient adoptées, et elles ont vu juste ! Ce qui aujourd’hui conduit le FMI à produire un rapport alertant de sa « croissance excessive », qui pourrait mettre en danger la stabilité financière.

Les chiffres donnés donnent le frisson, le montant des transactions effectuées annuellement par ses acteurs (hedge funds, fonds d’investissement et monétaires, compagnies d’assurance, etc.) avoisinant la taille de l’économie mondiale pour donner une référence, soit en 2013 un PIB global de 72 mille milliards de dollars. Et il ne faudrait pas croire que la zone euro joue un rôle mineur dans cette affaire, le volume de ses activités au sein du shadow banking étant quasi équivalente à celle des États-Unis, d’après le FMI.

Continuer la lecture de Monde financier : QUAND LE BROUILLARD S’ÉPAISSIT, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

UNE JOURNÉE COMME LES AUTRES, par François Leclerc

Billet invité.

Cela n’arrête pas de tomber ! Les Suisses vont être appelés à se prononcer par referendum à nouveau, à l’initiative d’un groupe d’élus bien-pensants qui cherchent à préserver le secret bancaire. Ils réclament l’inscription dans la constitution de la confidentialité des données financières, car leur protection doit selon eux y figurer au même titre que celle de la sphère privée à laquelle elles s’apparentent : tout échange automatique d’informations financières reviendrait à une « violation radicale » de la relation de confiance entre l’État et les citoyens.

La Chambre de commerce des États-Unis dénonce de son côté les tentatives de freiner l’exil fiscal des compagnies transnationales de l’administration américaine, qui visent « à enfermer les entreprises dans un système fiscal obsolète » et « ne feront que faire fuir davantage le capital ». « Le capital se déplace vers les lieux où il est valorisé et bien reçu et il évite les endroits où il est maltraité par des systèmes fiscaux onéreux ». Nous voilà en plein contes de fée !

Continuer la lecture de UNE JOURNÉE COMME LES AUTRES, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

Chronique bancaire : ACCOMMODEMENTS AVEC LE CIEL, par François Leclerc

Billet invité.

L’actualité ne désemplit pas des nouvelles de malversations bancaires. Hier, le Crédit Suisse reconnaissait sa culpabilité auprès des autorités américaines et était condamné à verser 2,6 milliards de dollars d’amende, une grande première dont l’exemple pourrait être prochainement suivi par BNP Paribas, qui pourrait être en sus condamné à une colossale amende de l’ordre de 5 milliards de dollars… Ce matin, on apprenait que le Crédit Agricole, HSBC et JP Morgan étaient traînées par les autorités européennes sur le même banc d’infamie que Barclays, Deutsche Bank, Royal Bank of Scotland et la Société Générale à propos de leurs manipulations présumées du Libor (ces quatre dernières banques ayant été déjà condamnées à des amendes).

On était par la suite informé de découvertes qualifiées de « préoccupantes » par le Bafin, l’autorité allemand des marchés financiers, à propos de manipulations intervenant cette fois-ci sur le marché des changes. Afin d’en avoir une vision complète, l’enquête se poursuivra au-delà de la fin de cette année, était-il précisé, laissant entendre qu’il y avait de quoi faire. En attendant, après la Deutsche Bank, c’était aujourd’hui au tour de la seconde banque allemande, Commerzbank, de suspendre des traders selon un rituel bien installé. Pour mémoire, la Banque d’Angleterre a procédé de même début mars. Il n’est pas conseillé d’être lampiste, ces temps-ci. Devant un tel spectacle, il est réconfortant quand des règles sont respectées dans ce monde sans foi ni loi de la finance. Et que des dirigeants montrent l’exemple en prenant des mesures afin de faire respecter par les banques de leur pays les ratios de fonds propres de la réglementation Bâle III.

Continuer la lecture de Chronique bancaire : ACCOMMODEMENTS AVEC LE CIEL, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : QUEL MONDE ! MAIS QUEL MONDE ! par François Leclerc

Billet invité.

Le club restreint des traders sur le marché monétaire est bien sombre, après avoir déjà vu le nombre de ses membres diminuer en raison de l’essor des transactions électroniques. Ne pouvant en faire autant avec les ordinateurs et les algorithmes, plus de dix d’entre eux ont été suspendus par leurs banques respectives, dans le contexte de l’enquête qui se poursuit à propos de nouvelles manipulations présumées. Cela commence toujours comme cela. La liste des banques susceptibles d’avoir mis la main dans le pot à confiture s’allonge, JP Morgan Chase et Citi venant de rejoindre la Deutsche, UBS, Crédit Suisse, Barclays et RBS. C’est à qui ne figurera pas à ce palmarès d’un nouveau genre, après y avoir été déjà inscrit à propos des manipulations du Libor.

Les enquêteurs s’intéressent plus particulièrement aux échanges enregistrés sur un chat électronique dont les noms utilisés pour le dénommer sont tous évocateurs : « The Cartel », « The Dream Team », « The Bandits’ Club » ; cela la fout mal, même en faisant la part de la plaisanterie pratiquée dans ce petit milieu où tout le monde se connait. Ils cherchent les propos qui mettraient en évidence une collusion entre les traders afin de faire grimper les marchés à leur profit, à l’occasion des vacations de fixing qui permettent de calculer les cours d’équilibre des monnaies afin d’évaluer les portefeuilles. Aux États-Unis, le FBI a de son côté ouvert une enquête criminelle.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : QUEL MONDE ! MAIS QUEL MONDE ! par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : LA CITY, OÙ LE SOLEIL NE SE COUCHE JAMAIS… par François Leclerc

Billet invité.

On n’en aurait jamais fini d’instruire le procès de la City of London, mais il ne fait jamais de mal d’y revenir ! Ce centre mondial de la finance, à la fois en concurrence et de connivence avec Wall Street, cette honorable façade d’un réseaux de paradis fiscaux issus de l’Empire colonial qui servent de rabatteurs, expression la plus aboutie de la finance de l’ombre accueillant les hedge funds et instrument performant du recyclage des capitaux à l’origine douteuse. Ce lieu de prédilection des scandales financiers – à commencer par celui de la phénoménale manipulation du Libor – où les innombrables filiales des banques étrangères rivalisent avec les établissements britanniques pour réaliser leurs transactions les plus osées dans un contexte permissif très recherché.

Avant-hier, on apprenait que les banques américaines ne dédaignaient pas les bords de la Tamise pour les opérations de produits dérivés (swaps de taux, de devises et de crédit, etc…) de leur clientèle non américaine, afin de bénéficier de la mansuétude de la réglementation. Un de ces contournements qui fait tout le charme de la mondialisation. Hier, le chancelier de l’échiquier George Osborne avait à Pékin les yeux de Chimène pour les banques chinoises désireuses de se frotter à la grande finance, leur promettant que les régulateurs britanniques sauraient être compréhensifs, prenant sans tarder en marche le train du yuan dans un bel élan d’opportunisme, n’en déplaise aux cousins américains. Avec comme objectif que la City devienne la plate-forme des opérations financières chinoises à l’international, quitte à prendre le risque de baisser la garde réglementaire en faveur d’un système bancaire particulièrement opaque et de créer des remous avec la Prudential Regulation Authority (PRA).

Continuer la lecture de L’actualité de demain : LA CITY, OÙ LE SOLEIL NE SE COUCHE JAMAIS… par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

rtbf, MATIN PREMIÈRE, 5/5 de Marie Vancutsem dans le 5-7, mardi 8 octobre à 5h45

Deuxième épisode : L’affaire Kerviel – le scandale du LIBOR.

Marie Vancutsem reçoit cette semaine l’anthropologue Paul Jorion, observateur avisé du monde de la Finance.

Toute cette semaine nous balayons large : bilan 5 ans après le déclenchement de la crise, perspectives, alternatives possibles – ou non – au capitalisme tel qu’on le connait aujourd’hui. Ce matin, on va regarder de près les liens entre Finance et Justice. Des liens complexes, influencés par des enjeux majeurs. C’est donc ce que l’on voit tout de suite, avec Paul Jorion.

Le podcast est ici.

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : INDICES CONFONDANTS D’UN COMPORTEMENT CRIMINEL, par François Leclerc

Billet invité.

Une nouvelle saison du feuilleton sur la régulation financière a commencé, mais elle risque de tourner court. Le doute, pour ne pas dire la suspicion, s’est emparé des acteurs de la finance et les régulateurs sont sur la brèche. Tous se sont posé la même question : après les manipulations du Libor dévoilées il y a déjà un an, quelles nouvelles horreurs va-t-on encore découvrir dans la grande famille des indices de référence sur lesquels repose l’évolution des prix des innombrables produits financiers qui y sont indexés ? Et que faire ?

Toute la marmaille a d’abord été passée en revue – Euribor, Tibor, et Sibor – et de Tokyo à Singapour, de Londres à Bruxelles et à New York, l’enquête se poursuit. La pratique s’est instituée de charger les lampistes pour épargner les établissements, quitte à mettre ces derniers à l’amende. Les soupçons se sont ensuite portés sur d’autres indices énergétiques du pétrole, du gaz et de l’électricité. L’industrie pétrolière ainsi que la plateforme de données Platts ont été accusées par la Direction générale de la concurrence de la Commission européenne de manipulation d’indice. La Financial Conduct Authority britannique (FCA) s’est de son côté penchée sur le marché des swaps (dont le notionnel est de 379.000 milliards de dollars) et sur son indice ISDAfix. Pour ne pas être en reste, elle a selon Bloomberg ouvert une autre enquête sur des manipulations présumées sur le marché des changes (5.000 milliards de dollars de transactions quotidiennes). Pour mémoire, le Libor est utilisé pour un volume estimé à 550.000 milliards de dollars de produits financiers et a une incidence sur les prêts à taux variable des entreprises et des particuliers.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : INDICES CONFONDANTS D’UN COMPORTEMENT CRIMINEL, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : À MOSCOU, SANS PASSER PAR CHEREMETIEVO, par François Leclerc

Billet invité

À moins de deux mois du sommet des chefs d’État et de gouvernement de Saint-Pétersbourg, un G20 finances se réunit vendredi à Moscou ; le cas Edward Snowden planera sur la réunion. Le Congrès américain s’en est lui emparé, des élus se réveillant et découvrant qu’ils ont été selon eux trompés, et que la NSA, avec la bienveillante complicité du département de la Justice, va avec ses programmes de surveillance bien au-delà de ce que lui permet la section 215 du Patriot Act. Elle arrive à échéance en 2015, et il est menacé de ne pas la renouveler. En attendant, la discussion porte sur le distinguo entre collecte et exploitation des données, derrière lequel la NSA cherche en toute innocence à se réfugier.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : À MOSCOU, SANS PASSER PAR CHEREMETIEVO, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : Y’A DE LA TRICHE AU GRAND CASINO ! par François Leclerc

Billet invité

Depuis que 14 banques ont été citées à comparaître aux États-Unis (dont la Société Générale et la Deutsche Bank) dans le cadre de manipulations du Libor (London Interbank Offered Rate), et que UBS, RBS et Barclays ont déjà été condamnées à de lourdes amendes, on s’attend à tout. Surtout que l’on a ensuite appris que ses petits frères Euribor, Tibor (Japon) et Sibor (Singapour) pourraient avoir connu pareille mésaventure.

Leur intérêt éveillé, les autorités de marché se sont depuis dit que d’autres indices méritaient leur attention et qu’il n’y avait pas de raison de s’arrêter en si bon chemin. Et elles ont élargi leurs investigations au Dated Brent de Platts (pétrole), NBP d’Icis (gaz), au fixing de l’or et à celui de l’argent à Londres, ainsi, pour faire bonne mesure, qu’au NDF de Singapour (changes). À se demander si la tricherie n’est pas générale.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : Y’A DE LA TRICHE AU GRAND CASINO ! par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : LE CALCUL STIGMATISANT DU LIBOR EN QUESTION, par François Leclerc

Billet invité

L’affaire du Libor n’est pas du tout terminée ! Elle n’est pas seulement exemplaire en raison des manipulations auxquelles son calcul a donné lieu, dont la découverte a éclairé des pratiques frauduleuses touchant à l’indice de référence de 350.000 milliards de dollars de contrats en tous genres, au cœur du système financier. Elle l’est également à propos de la suite qui va lui être donnée.

Des enquêtes sont en cours pour savoir si d’autres banques n’ont pas participé à la tricherie, notamment la Deutsche Bank, mais surtout les discussions se poursuivent sans résultat à propos d’un nouveau mode de fixation de l’indice. Car vu le choc créé par ces révélations dans les milieux financiers bien pensants, il n’est ni concevable de continuer comme avant, ni de substituer un nouveau mode opératoire qui ne soit au dessus de tout soupçon. Le Libor et ses petits frères Euribor et Tibor doivent être les indices de référence béton qu’ils n’auraient jamais du cesser d’être !

Continuer la lecture de L’actualité de demain : LE CALCUL STIGMATISANT DU LIBOR EN QUESTION, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

Audition de Paul Jorion sur les paradis fiscaux, centres off-shore et juridictions non coopératives – Assemblée nationale, mardi 26 mars 2013

« La commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale a créé une mission d’information sur la lutte contre les paradis fiscaux, centres off-shore et juridictions non coopératives, dont les rapporteurs sont MM. Alain Bocquet et Nicolas Dupont-Aignan, députés. »

J’ai été entendu hier. Le texte que j’avais préparé se trouve ci-dessous. Les points sur lesquels des précisions supplémentaires m’ont été demandés sont : Chypre, le fonctionnement des « trusts », le « scandale du LIBOR », l’amende payée par HSBC pour blanchiment d’argent sale, la décision de la Cour suprême des Etats-Unis d’autoriser le financement illimité des campagnes électorales par les personnes morales, le projet de chambre de compensation multilatérale internationale de John Maynard Keynes.

Intervention de Paul Jorion sur les paradis fiscaux – Assemblée nationale, mardi 26 mars

Disons tout de suite que la question des moyens pratiques de l’élimination des havres fiscaux, une fois prise la décision de mettre hors d’état de nuire les nations ou subdivisions de nations jugées coupables, est aisément résolue : recourant à la même méthode que celle utilisée pour mettre en place un embargo financier contre l’Iran, par exemple. Instruction est donnée aux chambres de compensation internationales (telle Clearstream) et messageries de transfert interbancaire (telle SWIFT) de cesser toute communication avec les destinations mentionnées sur la liste communiquée.

Mais la volonté de fermer les havres fiscaux existe-t-elle ? Leur existence est en effet tolérée depuis l’origine de l’Union européenne : le Luxembourg, qui se trouve au 2e rang mondial de ceux-ci, fait partie des États fondateurs de l’Union (membres de la CECA), au même titre que la Belgique qui se situe au 9e rang. Quatre pays européens se trouvent aujourd’hui parmi les dix premiers havres fiscaux. La zone financière quasi-autonome de la « City de Londres » constitue le foyer d’un réseau réglant environ 70% de la circulation des flux financiers entre havres fiscaux.

Pour comprendre la question des havres fiscaux et pouvoir déboucher ensuite sur des solutions, elle doit être située pour commencer dans un plus vaste contexte où leur fonctionnalité est mise en lumière.

Continuer la lecture de Audition de Paul Jorion sur les paradis fiscaux, centres off-shore et juridictions non coopératives – Assemblée nationale, mardi 26 mars 2013

Partager :
Email This Post Email This Post

DANS LA FAMILLE LIBOR, RIEN NE VA PLUS, par François Leclerc

Billet invité, paru cette semaine dans La Tribune

Après Barclays et UBS, RBS vient à son tour de se voir infliger une énorme amende au titre de ses manipulations des taux de référence du marché monétaire du Libor. En vertu de ce qui semble être un jeu de bascule, les amendes pleuvent pendant que la régulation financière piétine, pouvant faire croire que les premières sont finalement considérées plus dissuasives que les secondes, ou bien que les régulateurs interviennent là où ils ont les coudées plus franches.

Cela n’est pas fini, car une dizaine d’entre eux poursuivent des enquêtes impliquant une vingtaine de banques. Après s’être élargie du Libor à l’Euribor, la suspicion gagne le Tibor au Japon. Un ex-trader japonais y accuse les banques d’avoir constitué un cartel et de faire monter artificiellement le Tibor, avec pour effet de profiter du différentiel entre celui-ci – sur lequel leurs crédits sont indexés – et le yen Libor dont leur financement dépend. La famille entière de ces taux qui influent sur les prix de milliers de milliards de dollars d’actifs est désormais touchée, les cas de tricherie bénéficiant de procédures permissives se sont généralisés en raison d’un conflit d’intérêt exemplaire.

L’actuel projet britannique de réforme ne prend pas le chemin de le réduire. La British Banker’s Association mise hors jeu, les banques faisant partie du futur panel devront être autorisées par le FSA, le régulateur, et le nombre d’indices (suivant les maturités et selon les monnaies) sera restreint. Des contrôles ponctuels seront effectués pour vérifier la véracité des déclarations des banques, et celles-ci resteront confidentielles pendant trois mois, afin d’éviter toute stigmatisation (en cas de taux élevé d’une banque).

Continuer la lecture de DANS LA FAMILLE LIBOR, RIEN NE VA PLUS, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post