Archives par mot-clé : Liz Cheney

Risque de guerre civile aux États-Unis – 13/1/21 00h15

Dans les plus récents bulletins du New York Times :

Les chefs d’état-major des armées ont adressé mardi un message inhabituel à l’ensemble des forces armées américaines, leur rappelant que leur mission est de soutenir et de défendre la Constitution, et de rejeter tout extrémisme.

« Comme nous l’avons fait tout au long de notre histoire, l’armée américaine obéira aux ordres légitimes des dirigeants civils, soutiendra les autorités civiles pour protéger les vies et les biens, assurera la sécurité publique conformément à la loi, et restera pleinement engagée à protéger et à défendre la Constitution des États-Unis contre tous ses ennemis, étrangers et nationaux », a déclaré la note interne d’une page signée par les huit responsables militaires.

Le sénateur Mitch McConnell du Kentucky, le leader de la majorité républicaine [au Sénat], a déclaré à ses collaborateurs que le président Trump a commis selon lui des délits justifiant son impeachment [sa destitution] et qu’il est heureux que les Démocrates s’apprêtent à le destituer, estimant qu’il sera plus facile ainsi de l’exclure du parti, rapportent des personnes de son entourage familières de sa ligne de pensée.

« Bien des faits s’éclaireront dans les jours et les semaines à venir, mais ce que nous savons d’ores et déjà suffit », a déclaré Mme Liz Cheney [N°3 du Parti républicain], héritière d’une famille politique républicaine bien connue [elle est la fille de l’ancien Vice-président Dick Cheney]. « Le président des États-Unis a convoqué cette meute, l’a mobilisée et a déclenché cette agression. Tout ce qui s’en est suivi est de sa faute. Rien de tout cela ne serait arrivé sans le Président. »

Elle a ajouté : « Le président aurait pu intervenir immédiatement et énergiquement pour faire cesser la violence, or il s’en est abstenu ».

Partager :

Impeachment : La démoralisation du camp Républicain

Lorsqu’il y a exactement une semaine, le 23 octobre, une trentaine de députés Républicains ont occupé le local dans lequel devait déposer à huis-clos Laura Cooper, responsable au Pentagone de la politique américaine vis-à-vis de l’Ukraine, ils ne protestaient pas contre le fait que les Républicains seraient dans l’impossibilité de savoir ce qui se dirait car il y aurait eu dans la salle d’audience, comme toujours, moitié de Républicains, moitié de Démocrates. Non, ils faisaient écho à la plainte de Trump que comme le public ignore ce qui se dit dans ces huis-clos, il ne peut pas se défendre.

La justification des Démocrates était qu’il était essentiel que chaque témoin ignore ce que les précédents avaient dit, pour qu’il ou elle n’ajuste pas ses propos à ceux des autres. On était au stade de l’enquête, soulignaient-ils, le temps viendrait où les mêmes témoins seraient rappelés à la barre lors d’auditions publiques, par opposition aux « dépositions » ayant lieu lors de cette phase préliminaire d’enquête.

Les Démocrates ont annoncé que la phase publique s’ouvrirait le 14 novembre, et ont appelé à un vote demain jeudi 31 octobre officialisant le processus d‘impeachment. Continuer la lecture de Impeachment : La démoralisation du camp Républicain

Partager :