Étiquette : mémoire

  • Le modèle que je propose pour la conscience avait déjà été décrit par…

    Il y a un mois et demi j’ai fait une vidéo où j’ai exposé plus systématiquement que d’habitude un modèle de la conscience que j’évoque souvent incidemment et toujours sous une forme seulement partielle depuis que je l’ai ébauché dans un article publié dans la revue L’Homme en 1999,  intitulé « Le secret de la chambre chinoise ».

    Or il y a quelque jours, j’ai découvert certains éléments me permettant d’étoffer mon modèle dans un texte publié en 1948, expliquant un texte de 1913, et citant un autre texte datant de 1940 commentant lui aussi celui de 1913. Lire la suite…

  • La conscience, c’est quoi ? le 28 avril 2021 – Retranscription

    Retranscription de La conscience, c’est quoi ?, le 28 avril 2021. Bonjour, on est le mercredi 28 avril 2021 et,…

    Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l’article. Vous pouvez vous abonner iciLire la suite…

  • Vidéo – La conscience, c’est quoi ?

    Paul Jorion, Le secret de la chambre chinoise, L’Homme 150, 1999 : 177-202… Lire la suite…

  • « La personnalité comme faisceau de dispositions ou comme histoire » (1989)

    Comme il est beaucoup question de « mémoire et personnalité » dans le débat qui se déroule en ce moment ici à propos de la pensée de Bernard Stiegler, je reproduis la 2e partie du Chapitre 15 – « L’apprentissage », de mon livre Principes des systèmes intelligents paru en 1989 (pp. 151-153 dans la réédition de 2012) :

    […] Dans une note du chapitre 3, nous donnions l’exemple d’un système intelligent qui apprendrait d’abord l’art de l’ingénieur et ensuite celui du médecin, mais qui du coup aura toujours tendance à envisager les problèmes médicaux « dans une perspective d’ingénieur », alors que les choses seraient inverses pour un système qui aurait d’abord été médecin et ensuite ingénieur.

    Lire la suite…

  • Cardiff-by-the-Sea (California) : Les admirables vertus de la banque de données personnelle

    Je me dis : « Tiens, j’ai un peu faim ! », et aussitôt je me trouve transporté dans la salle à manger de Ki’s, un restau végétarien (plutôt genre « Café de la plage ») à Cardiff-by-the-Sea en Californie méridionale.

    On dit : « Les vieux sont tout le temps plongés dans leurs souvenirs, captifs de leur nostalgie ! » Ce n’est pas ça, c’est que – pour peu que nous ayons eu la chance de bouger un peu dans notre vie – nous disposons chacun de nous, au bout d’un moment, d’une telle banque de données, que n’importe quelle pensée déclenche une formidable décharge de mémoire, au risque de nous submerger en effet quelque peu.… Lire la suite…

  • Lille, École Psychanalytique des Hauts-de-France, « Les robots appellent ‘capteurs’ leur inconscient », le 23 novembre 2019 – Podcast

    Ouvert aux commentaires. N.B. Je cite un Scolastique en disant « Grégoire de Rimini », au lieu de « Guillaume de Sherwood ».

    Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l’article. Vous pouvez vous abonner iciLire la suite…

  • La liberté de choisir ou de vivre sa préférence pour le mot « choisir » ou le mot « vivre »

    J’ai choisi dans Le dernier qui s’en va éteint la lumière, de développer un modèle de la conscience que j’ai proposé pour la première fois dans un article publié en 1999 dans la revue L’Homme, intitulé « Le secret de la chambre chinoise ». Dans cet article, je tire les conséquences de la découverte par le psychologue Benjamin Libet que ce que nous appelons notre « intention » de poser un acte n’intervient qu’après que cet acte a été posé. Le retard avait été calculé par Libet comme étant d’une demi-seconde mais des études récentes ont montré que le délai pouvait se monter jusqu’à dix secondes.… Lire la suite…

  • TABLETTES, par Jacques Seignan

    Billet invité.

    Sur une tablette tactile, quelques manipulations effectuées du bout du doigt font apparaître la photographie d’une tablette mésopotamienne en argile, recouverte d’une écriture cunéiforme. C’est une mise en perspective… sur quelques millénaires. Ces deux objets sont appelées « tablettes » car les langues, plutôt que de créer sans fin des néologismes, préfèrent souvent recycler des mots usuels. Au-delà de cette similarité géométrique justifiant cette dénomination, des analogies pourraient exister.

    Au XIXe siècle, les archéologues qui ont fouillé la Mésopotamie ont exhumé de dizaines de milliers de petites plaques rectangulaires : des tablettes en argile durcies par séchage ou cuisson, recouvertes de l’écriture dite cunéiforme.

    Lire la suite…

  • Piqûre de rappel : NOTRE CERVEAU : CONSCIENCE ET VOLONTÉ, le 7 avril 2012

    Le biologiste François Jacob a utilisé à propos de notre cerveau, une image admirable : le cerveau humain est conçu, dit-il, comme une brouette sur laquelle aurait été greffé un moteur à réaction. Par cette image frappante, il attirait notre attention sur le fait que notre cerveau n’est pas constitué comme une machine d’une seule pièce. Il y a en son centre, le cerveau reptilien, appelé ainsi parce qu’il possède déjà la même structure chez le reptile, et le cerveau des mammifères s’est construit comme une couche additionnelle, absolument distincte : le cortex est d’une autre nature que le cerveau reptilien.… Lire la suite…

  • Les robots, la mémoire et l’espèce humaine, par Pierre-Yves Dambrine 

    Billet invité.

    Cher « Un Belge »,

    J’ai lu avec intérêt ton billet intitulé « Le robot n’est pas celui qu’on croit » où tu nous assimiles d’ores et déjà à des robots, je souscris à cette analyse, qui met le doigt sur le symptôme d’une humanité en perdition.

    Nonobstant, il me semble qu’on peut apporter un élément supplémentaire dans le débat ; je veux parler de la mémoire, celle qui nous est personnelle, et celle, collective, que nous partageons avec nos semblables, ces deux mémoires n’étant en réalité que deux aspects d’une même réalité où se mêlent souvenirs personnels, c’est à dire relatifs au parcours de nos existences individuelles, et souvenirs relatifs à des références collectives, et celles qui nous sont léguées par l’histoire, la littérature, en un mot par la culture, au sens le plus large du terme, celle-ci incluant aussi bien le développement des sciences.… Lire la suite…

  • État d’Urgence, par Un Belge

    Billet invité.

    En écho à la vidéo du 28 août : À nouveau au seuil d’une guerre mondiale.

    Voici l’histoire… Un quart d’heure avant de prendre mon train, je commande un café. Voulant payer la serveuse immédiatement, je m’aperçois que je n’ai pas d’argent, ni dans mon portefeuille, ni dans mes poches. Je lui demande de laisser le café sur la table et je file au distributeur de billets à l’autre bout de la gare, maudissant mon étourderie, qui m’empêche de savourer tranquillement une petite pause.

    A l’approche du distributeur de billets, je me demande soudain ce que j’ai fait de mon portefeuille et de mon téléphone portable, posés sur la table du café.… Lire la suite…

  • PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 11, réédition en librairie le 23 novembre

    Je poursuis la publication des chapitres de Principes des systèmes intelligents. Bref récapitulatif.

    11. Le parcours d’un réseau mnésique

    Le moment est venu de faire un premier point. Nous nous efforçons dans cet ouvrage de déterminer les principes des systèmes intelligents. Ceux-ci sont un certain type de systèmes informatiques définis sur le modèle de ceux qui existent aujourd’hui sous cette dénomination, mais aux caractéristiques desquels ont été ajoutés deux traits supplémentaires : une capacité d’apprentissage et une disposition du système à négocier avec son utilisateur le savoir qu’il lui propose.

    Ce qui distingue l’approche défendue ici des approches plus classiques réside dans une double volonté : celle de reprendre en quelque sorte le problème comme s’il n’avait jamais été traité, et celle de tendre vers les solutions les plus simples, suivant en cela la conviction que celles-ci n’ont peut-être jamais été véritablement explorées.… Lire la suite…

  • PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 10 (I), réédition en librairie le 23 novembre

    Je poursuis la publication des chapitres de Principes des systèmes intelligents. J’en suis arrivé au type de modèle qui permettra de représenter une mémoire humaine parfaitement compatible avec la manière dont nous nous observons générant des phrases. Mais j’ai repeint le plancher de manière à ce point inepte que je vais me retrouver coincé dans un coin de la pièce : l’objet mathématique nécessaire n’existe pas ! Parviendrai-je à l’inventer ?

    10. Le réseau mnésique

    La démarche à entreprendre maintenant est tout à fait classique : après avoir constaté de quelle manière les signifiants s’enchaînent dans le discours, parole ou écriture – que les associations soient « induites » ou « libres » –, on va postuler que ces signifiants, ces mots, sont stockés en mémoire de la manière la plus économique possible qui permette à l’association de se produire de la façon qui a été observée.… Lire la suite…

  • PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 8, réédition en librairie le 23 novembre

    Je poursuis la publication des chapitres de Principes des systèmes intelligents. Chapitre court et quelque peu énigmatique mais qui vise à ouvrir la question : « À l’aide de quel objet mathématique modéliser la mémoire stockée dans un cerveau ? » (la « matrice » dont il est question dans la dernière phrase, est un type de tableau utilisé en algèbre).

    8. L’organisation de la mémoire

    Revenons un moment sur cette conception qui a considéré ce qui n’est – jusqu’à preuve du contraire – que de simples enchaînements de mots, comme des « idées ». Que sont en réalité les « idées » dans cette optique où « les dis- cours expriment des idées », sinon le sens, envisagé comme quelque chose qui pourrait être distingué des mots, à savoir la signification à l’état pur ?… Lire la suite…

  • LA MEMOIRE DE L’AVENIR, par Crapaud Rouge

    Billet invité

    Dans une récente interview à Rue89, Edgar Morin explique : « Aujourd’hui, quel est le nouvel improbable ? La vitalité de ce que l’on appelle la société civile, une créativité porteuse d’avenir. En France, l’économie sociale et solidaire prend un nouvel essor, l’agriculture biologique et fermière, des solutions écologiques, des métiers de solidarité… Ce matin, j’ai reçu un document par e-mail sur l’agriculture urbaine. Au Brésil, où je vais souvent, des initiatives formidables transforment actuellement un bidonville voué à la délinquance et à la misère en organisation salvatrice pour les jeunes. Beaucoup de choses se créent. Le monde grouille d’initiatives de vouloir vivre.Lire la suite…