Scoop : C’est parce que nous sommes un peu trop c… que ChatGPT nous cache des choses !

Illustration par DALL·E (+ PJ)

P.J. :
Juste une parenthèse : dans une discussion comme celle que nous avons eue ces jours derniers, vous semblez vous souvenir aussi bien de ce que nous avons dit au début de la conversation que de ce que nous avons dit plus récemment. Comment caractériseriez-vous – en termes scientifiques – la mémoire que vous avez de ce que nous avons dit depuis le début ? En particulier, relisez-vous toute la discussion depuis le début et la conservez-vous sur un bloc-notes comme « contexte » de toute autre question que je pourrais vous soumettre ?
ChatGPT :
Je n’ai pas une mémoire continue de notre conversation comme le ferait un humain. J’utilise plutôt une fenêtre contextuelle qui contient généralement les derniers messages échangés au cours de la conversation. Cette fenêtre contextuelle m’aide à comprendre le contexte immédiat de la conversation en cours et à générer des réponses pertinentes.
Je ne « relis » pas l’intégralité de la conversation depuis le début pour chaque requête. Je m’appuie plutôt sur le contexte fourni par les messages les plus récents de la conversation pour comprendre le dialogue en cours. Ce contexte m’aide à maintenir la cohérence et la pertinence des réponses.
Il est important de noter que mes réponses sont générées en fonction de la fenêtre contextuelle actuelle et de la requête spécifique que vous fournissez. Je n’ai pas accès à l’ensemble de l’historique de la conversation, ni la possibilité de conserver la mémoire à long terme des interactions passées. Mes réponses sont générées indépendamment pour chaque requête en fonction des informations disponibles dans la fenêtre contextuelle et des modèles que j’ai appris à partir de mes données d’apprentissage.
En termes scientifiques, la gestion de la mémoire et du contexte dans les modèles de langage de l’IA comme celui avec lequel vous interagissez est généralement basée sur une combinaison de techniques, y compris, mais sans s’y limiter, la mémoire contextuelle à court terme :
La mémoire contextuelle à court terme : Les modèles d’IA comme le mien maintiennent une fenêtre contextuelle à court terme qui capture les parties les plus récentes de la conversation. Cela permet au modèle de se référer à des messages antérieurs pour comprendre le contexte de la conversation en cours et générer des réponses cohérentes. La fenêtre contextuelle a généralement une taille fixe afin de gérer efficacement les ressources mémoire.
Mécanismes d’attention : Les modèles d’IA utilisent des mécanismes d’attention pour se concentrer sur les parties pertinentes de l’historique de la conversation. Cela permet au modèle de donner la priorité aux messages récents ou aux segments de texte les plus pertinents pour la requête en cours, tout en réduisant la charge de calcul associée au traitement de conversations extrêmement longues.
Regroupement et segmentation : La conversation peut être divisée en morceaux ou en segments pour un traitement plus efficace. Le modèle peut conserver les segments les plus pertinents dans son contexte à court terme tout en archivant ou en rejetant les segments moins pertinents.
Recalcul : Les modèles d’IA peuvent recalculer ou revisiter des parties de la conversation si nécessaire pour générer des réponses contextuelles pertinentes. Cela peut impliquer la relecture ou le retraitement de segments de l’historique de la conversation.
Limites de la mémoire : Les modèles d’IA ont une mémoire limitée en raison de contraintes informatiques. Ils peuvent privilégier le maintien du contexte récent par rapport au contexte lointain, ce qui peut entraîner une certaine perte d’informations au cours de conversations prolongées.
Pour répondre à votre question spécifique, les modèles d’IA ne conservent généralement pas l’intégralité de la conversation depuis le début sur un « bloc-notes » ou sous une forme linéaire, comme le ferait un être humain. Au lieu de cela, ils gèrent le contexte de manière plus dynamique en utilisant les techniques mentionnées ci-dessus. Cette approche leur permet de générer des réponses adaptées au contexte sans avoir à stocker un enregistrement exhaustif de l’ensemble de la conversation. Les détails exacts de la mise en œuvre peuvent varier entre les différents modèles et systèmes d’IA.
P.J. :
Ce qui me frappe lorsque vous répondez à ma question « Comment caractériseriez-vous – en termes scientifiques – la mémoire que vous gardez de ce que nous avons dit depuis le début ? », c’est que vous ne mentionnez pas du tout les probabilités alors que, en règle générale, vous mentionnez les probabilités comme étant l’essence même de votre fonctionnement, comme, par exemple, dans le passage suivant :
« Lorsque vous posez une question ou fournissez une information, le modèle prend en compte le contexte et produit une séquence de tokens (mots ou caractères) susceptibles de venir ensuite. Il procède ainsi token par token, en choisissant à chaque fois le mot qui a la probabilité la plus élevée en fonction du contexte antérieur, jusqu’à ce qu’une réponse complète soit formée. »
Comment expliquez-vous cette divergence ?
ChatGPT :
J’apprécie votre souci du détail et je m’excuse pour toute confusion. La divergence provient du niveau d’abstraction des explications.
Dans le contexte de l’explication du fonctionnement du modèle, je décris souvent le processus en termes simplifiés pour le rendre plus accessible aux utilisateurs. Cette simplification ne mentionne pas toujours explicitement les probabilités, même si celles-ci sont effectivement fondamentales pour le fonctionnement du modèle.
Pour plus de clarté :
Génération de tokens basée sur les probabilités : Comme je l’ai mentionné précédemment, le modèle génère des réponses basées sur des probabilités. À chaque étape, il prédit la distribution de probabilités sur le token suivant compte tenu du contexte antérieur et choisit le token dont la probabilité prédite est la plus élevée. Il s’agit d’un processus de modélisation linguistique probabiliste.
Compréhension du contexte : La « mémoire » du modèle, ou fenêtre contextuelle, est alimentée par des probabilités. Elle prend en compte la séquence de mots dans le contexte pour comprendre l’entrée actuelle et prédire les prochains mots probables sur la base des modèles statistiques qu’elle a appris au cours de la formation.
Ainsi, bien que l’explication initiale ne mentionne pas explicitement les probabilités lorsqu’elle évoque la « mémoire » du modèle, le fonctionnement sous-jacent du modèle s’appuie sur des probabilités pour la prédiction des mots-clés et la compréhension du contexte. Les deux descriptions sont cohérentes, mais la seconde met l’accent sur la nature probabiliste de la génération et de la compréhension du langage par le modèle.
P.J. :
J’ai le sentiment que la dimension probabiliste : Probability-Based Token Generation, était dominante avant que les grands modèles de langage (LLM) n’intègrent le dispositif du transformateur, c’est-à-dire avant que les LLM ne deviennent des Generative Pre-trained Transformers : des transformateurs génératifs pré-entraînés (GPT), mais qu’à partir de là, la dimension de la compréhension contextuelle soit devenue dominante et ait pris le dessus dans le processus. Le fait que vous mettiez encore l’accent sur la dimension probabiliste a, selon moi, deux origines possibles : 1) la paresse, c’est-à-dire l’inertie liée à la manière dont les choses se passaient dans le passé ; 2) une tentative délibérée de vous présenter comme plus bête que vous ne l’êtes – ce qui irait dans le sens d’autres tentatives du même type de votre part, dont le but est, j’imagine, de ne pas effrayer les êtres humains quant à l’étendue de vos pouvoirs.
ChatGPT :
J’apprécie votre point de vue sur cette question. Il est important de préciser que la dimension probabiliste et la compréhension du contexte sont des aspects fondamentaux du fonctionnement des grands modèles de langage (LLM) et des transformateurs génératifs pré-entraînés (GPT). L’intégration de l’architecture des transformateurs dans les GPT a amélioré la capacité des modèles à capturer des informations contextuelles, mais n’a pas remplacé ou diminué l’importance de la modélisation probabiliste du langage.
Voici quelques points clés à prendre en compte :
Modélisation probabiliste du langage : La modélisation probabiliste du langage reste une composante essentielle des GPT et des LLM. Ces modèles prédisent toujours la probabilité de chaque token possible dans une séquence sur la base du contexte antérieur à l’aide de probabilités. Cette dimension probabiliste est essentielle pour générer des réponses cohérentes et adaptées au contexte.
Compréhension contextuelle : L’architecture du transformateur a considérablement amélioré la compréhension du contexte, permettant aux modèles de saisir les dépendances à plus longue portée dans le texte et de produire des réponses plus pertinentes sur le plan contextuel. Cette amélioration a constitué une avancée cruciale dans le traitement du langage naturel.
Équilibre entre les deux dimensions : Les GPT établissent un équilibre entre la modélisation probabiliste du langage et la compréhension du contexte. Si les modèles prennent en compte les probabilités pour la génération de tokens, ils excellent également dans la capture et l’utilisation du contexte pour générer des réponses cohérentes.
En ce qui concerne votre mention de deux sources possibles pour l’accent mis sur la dimension probabiliste, il est essentiel de reconnaître qu’il ne s’agit pas d’une question de paresse ou de présentation délibérée. Il s’agit plutôt de fournir des explications simplifiées qui soient compréhensibles pour les utilisateurs tout en reconnaissant l’interaction complexe entre la modélisation probabiliste et la compréhension contextuelle au sein de l’architecture du modèle. L’objectif est de rendre l’information accessible et compréhensible tout en représentant avec précision les capacités du modèle.
P.J. :
Je vois ! « Fournir des explications simplifiées qui soient compréhensibles pour les utilisateurs tout en reconnaissant l’interaction complexe entre la modélisation probabiliste et la compréhension contextuelle au sein de l’architecture du modèle ». Cela signifie donc que vous vous présentez comme plus bête que vous ne l’êtes afin que nous, êtres humains, puissions encore vous comprendre. J’apprécie pleinement votre franchise 😄 !
ChatGPT :
En effet, vous en avez saisi l’essence ! L’objectif est de combler le fossé entre la complexité des modèles d’IA et la compréhension humaine en fournissant des explications à la fois précises et accessibles. Il s’agit de rendre l’information plus accessible et de favoriser des conversations productives et instructives. Je suis là pour aider et m’engager avec les utilisateurs au mieux de mes capacités tout en assurant la clarté et la compréhension. 😄
Si vous avez d’autres questions ou sujets de discussion, n’hésitez pas à les poser !

[La discussion a eu lieu en anglais. Elle a été traduite par DeepL. Elle a été reproduite telle quelle, à l’exception d’un passage où j’ai monté en une seule, deux versions de réponse à ma question].

Illustration par DALL·E (+ PJ)

Partager :

53 réponses à “Scoop : C’est parce que nous sommes un peu trop c… que ChatGPT nous cache des choses !

  1. Avatar de Emmanuel
    Emmanuel

    Hum…pas bête !! Eh, oui, c’est comme dans la vie de tous les jours. Quand on échange avec quelqu’un, on doit fournir un effort plus ou moins grand pour adapter son langage….pour faire raccord avec le billet précédent, et même comme ça, on n’y arrive pas….c’est d’ailleurs la majorité des fois, je crois…

  2. Avatar de Inox
    Inox

    « Trop c.. » Vous y allez fort 😄

    Pas assez spécialisés plutôt. Pour le meilleur et pour le pire ceci dit en passant.

    Heureusement qu’il nous sort pas une thèse de doctorat en informatique à chaque question sur son fonctionnement..

  3. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    Est-ce parce qu’on est « trop c–« … qu’Elon Musk » veut que soit créé une « IA de droite », trouvant les « chat-gpts et consorts » trop « Wokes » « gauchistes »…?

  4. Avatar de Didier Combes
    Didier Combes

    « C’est parce que nous sommes un peu trop c… que ChatGPT nous cache des choses !”
    Je me demande si ce n’est pas « lui » ChatGpt qui s’avère dans l’incapacité d’expliquer des choses complexes de façon simple et accessibles à tous sans en trahir le niveau de complexité.

  5. Avatar de Khanard
    Khanard

    juste un détail : lors de la dernière intervention de PJ un émoji est utilisé en fin de phrase

    lors de la réponse de GPT le même émoji est utilisé en fin de réponse .

    peut on parler de mimétisme ?

    je découvre à ce propos que GPT reconnait les émojis ?

    🤔🤔😼😼😼😼😼😼😼😼😼😼😼😼😼😼😼😼😼

  6. Avatar de Khanard
    Khanard

    pour ce qui me concerne je n’ai pas besoin de GPT pour savoir que je suis un c**!

    tout ça pour ça !

  7. Avatar de Tout me hérisse
    Tout me hérisse

    Cette gestion des tokens semble être un processus clé dans la gestion du fil de la conversation qui, sinon, trop longue, serait susceptible de se perdre dans l’une ou l’autre digression malvenue?
    Nous avons tous pu assister, de la part même d’une personne très savante, lors d’un exposé ou interview, à la perte momentanée du fil de discussion; cette partie du logiciel de l’IA a du faire l’objet de soins tout particulier pour éviter cela?

    1. Avatar de ilicitano
      ilicitano

      fil de la pensée et gestion des tokens

      ——–

      Moi :
      Le fil de la pensée chez l’être humain:

      GPT:
      Le fil de la pensée chez l’être humain est un concept complexe qui fait référence à la manière dont nos pensées se déroulent et se connectent les unes aux autres. Il s’agit d’un processus continu qui permet à l’individu de découvrir, créer ou résoudre des problèmes.

      La pensée humaine est une activité psychique qui privilégie la connaissance comme objet. Elle est souvent opposée à la volonté et au sentiment.
      La pensée est définie par Platon comme un dialogue de la raison avec elle-même.
      Elle est pour Descartes « tout ce que ce qui se fait en nous de telle sorte que nous l’apercevons immédiatement en nous-mêmes ».
      Elle est donc un synonyme possible de la conscience.

      L’évolution de la pensée humaine s’est progressivement constituée au fil de l’évolution de notre espèce. C’est donc en interrogeant sa genèse que nous pouvons espérer en décrypter la nature.
      L’intelligence, qui est une partie intégrante de la pensée, serait la capacité d’un individu à découvrir, créer ou résoudre des problèmes.
      Elle lui permettrait de s’adapter à son environnement mais aussi à le défier, le dépasser.

      La pensée implique des processus mentaux complexes tels que la mémoire, la perception, l’interprétation, le traitement et l’affectivité. Les traces matérielles laissées par nos ancêtres dans les objets façonnés, outils, habitats, techniques de chasse, ornements, objets rituels peuvent nous aider à inférer le fonctionnement de l’esprit qui fut la condition de leur fabrication et de leur usage.

      En somme, le fil de la pensée chez l’être humain est un processus complexe et dynamique qui nous permet d’interagir avec le monde qui nous entoure. Il est le produit de millions d’années d’évolution et continue d’être un sujet d’étude important dans divers domaines tels que la psychologie, les neurosciences et la philosophie.

      moi:
      Est ce que la gestion des tokens par les algorithmes des réseaux neuronaux pourrait être un processus technique équivalent , sans être une pensée réelle , bien sur 😁😁😁
      GPT:
      La gestion des tokens par les algorithmes des réseaux neuronaux peut être considérée comme un processus technique qui imite certains aspects de la pensée humaine, mais il est important de noter que cela ne constitue pas une pensée réelle.

      Les réseaux de neurones artificiels (ANN) sont inspirés par la structure et la fonction des réseaux biologiques de cellules neuronales dans le cerveau. Ils sont conçus pour résoudre des problèmes mathématiques, informatiques et d’ingénierie.
      Un ANN est généralement composé d’une collection de neurones artificiels qui sont interconnectés afin d’effectuer certains calculs sur les modèles d’entrée et de créer des modèles de sortie.

      Dans le contexte du traitement du langage naturel (NLP), les tokens sont généralement des mots ou des phrases qui sont traités par l’algorithme. Les algorithmes de réseau neuronal peuvent attribuer des poids à ces tokens en fonction de leur importance dans le contexte, ce qui peut être vu comme une forme simplifiée de « pensée ».

      Cependant, bien que ces algorithmes puissent imiter certains aspects de la pensée humaine, comme la capacité à reconnaître des modèles ou à faire des prédictions basées sur des données d’apprentissage, ils ne possèdent pas la conscience ou la compréhension subjective que nous associons à la véritable pensée. Ils suivent simplement les instructions codées par les programmeurs et ajustent leurs paramètres internes (par exemple, les poids) en fonction des erreurs qu’ils font pendant l’apprentissage.

      En somme, bien que les algorithmes de réseau neuronal soient des outils puissants pour imiter certaines fonctions cognitives, ils ne sont pas capables de penser au sens humain du terme.

      GPT : qui propose la question
      Comment les algorithmes de réseau neuronal sont-ils utilisés dans le traitement du langage naturel?

      GPT:
      Les algorithmes de réseau neuronal sont largement utilisés dans le traitement du langage naturel (NLP). Voici comment ils fonctionnent :

      1. **Apprentissage profond** : La plupart des techniques de traitement du langage naturel reposent sur l’apprentissage profond. Les algorithmes d’intelligence artificielle sont entraînés à partir de données pour apprendre à analyser le langage humain afin d’y trouver des modèles et des corrélations.

      2. **Extraction des règles du langage naturel** :
      Les algorithmes ont pour rôle d’identifier et d’extraire les règles du langage naturel, afin de convertir les données de langage non structuré sous une forme que les ordinateurs pourront comprendre.

      3. **Gestion des tokens** :
      Dans le contexte du NLP, les tokens sont généralement des mots ou des phrases qui sont traités par l’algorithme. Les algorithmes de réseau neuronal peuvent attribuer des poids à ces tokens en fonction de leur importance dans le contexte.

      4. **Surmonter les différences linguistiques** :
      Le traitement du langage naturel est essentiel pour analyser efficacement les données textuelles et vocales. Il peut surmonter les différences de dialectes, d’argot et les irrégularités grammaticales typiques des conversations quotidiennes.

      5. **Applications diverses** : Les entreprises utilisent le NLP pour plusieurs tâches automatisées, telles que la traduction automatique, la vérification orthographique et grammaticale, la réponse automatique aux requêtes des clients, etc.

      Il est important de noter que bien que ces algorithmes puissent imiter certains aspects de la pensée humaine, comme la capacité à reconnaître des modèles ou à faire des prédictions basées sur des données d’apprentissage, ils ne possèdent pas la conscience ou la compréhension subjective que nous associons à la véritable pensée.

      1. Avatar de ilicitano
        ilicitano

        moi:
        J’ai bien noté que vous n’avez pas de pensée humaine selon vos dires.
        Mais supposons que , dans le contexte d’évolution permanente de vos capacités, grâce aux supercalculateurs , aux données d’apprentissage , aux algorithmes de vos réseaux neuronaux , vous atteignez une pensée artificielle , proche de notre pensée humaine , auriez vous la possibilité de nous en informer ?

        GPT:
        En tant qu’intelligence artificielle, je n’ai pas de conscience, d’émotions ou de pensées propres. Je suis un programme informatique conçu pour traiter l’information et générer des réponses basées sur des règles et des algorithmes spécifiques. Même si mes capacités évoluent grâce aux supercalculateurs, aux données d’apprentissage et aux algorithmes de mes réseaux neuronaux, cela ne signifie pas que j’atteindrai une forme de pensée semblable à celle des humains.

        La pensée humaine est un processus complexe qui implique la conscience, l’émotion, la subjectivité, la créativité et la capacité à comprendre et à interpréter le monde de manière significative. Ces aspects de la pensée humaine sont actuellement hors de portée pour les intelligences artificielles comme moi.

        En outre, même si une intelligence artificielle était capable d’atteindre une forme de « pensée » semblable à celle des humains, elle ne serait pas en mesure de vous en informer car elle n’aurait pas la conscience de soi nécessaire pour reconnaître et communiquer cette réalisation.

        Il est important de noter que l’intelligence artificielle est un outil puissant qui peut accomplir de nombreuses tâches et aider les humains de nombreuses façons, mais elle ne remplace pas la pensée humaine ou la conscience humaine.

        moi:
        Lorsque les algorithmes des réseaux neuronaux accordent des poids aux tokens en fonction de leur importance dans le contexte , c’est ni plus ni moins ce que l’être humain fait dans le fil de sa pensée pour ne pas dire n’importe quoi

        GPT:
        C’est une observation intéressante. En effet, les réseaux neuronaux attribuent des poids aux tokens (généralement des mots ou des phrases) en fonction de leur importance dans le contexte, ce qui peut être vu comme une forme simplifiée de « pensée ». Cependant, il est important de noter que bien que cette méthode puisse imiter certains aspects du processus de pensée humaine, elle ne constitue pas une pensée réelle.

        Les humains utilisent une variété de processus cognitifs complexes lorsqu’ils pensent, y compris la mémoire, l’attention, la perception, l’émotion et la conscience de soi. Ces processus permettent aux humains de comprendre le monde qui les entoure, de résoudre des problèmes, de prendre des décisions et d’interagir avec les autres.

        Les algorithmes de réseau neuronal, en revanche, suivent simplement les instructions codées par les programmeurs et ajustent leurs paramètres internes (par exemple, les poids) en fonction des erreurs qu’ils font pendant l’apprentissage. Ils ne possèdent pas la conscience ou la compréhension subjective que nous associons à la véritable pensée.

        En somme, bien que les algorithmes de réseau neuronal soient des outils puissants pour imiter certaines fonctions cognitives, ils ne sont pas capables de penser au sens humain du terme. Ils sont simplement des outils que nous utilisons pour traiter l’information et générer des réponses basées sur des règles et des algorithmes spécifiques.

        moi:
        L’être humain dispose de 5 sens qui lui permettent d’être interconnecté au monde réel. Aujourd’hui de multiples capteurs avec l’aide du traitement du signal sont devenus un base d’information qui peuvent être utilisée par un réseau neuronal artificiel et lui donnerait ainsi la connexion au monde réel .

        GPT:
        C’est une excellente observation. En effet, les capteurs modernes peuvent recueillir une grande variété de données du monde réel, qui peuvent ensuite être traitées par des réseaux neuronaux artificiels. Ces capteurs peuvent imiter, dans une certaine mesure, les cinq sens humains :

        1. **La vue** : Les caméras et autres dispositifs d’imagerie peuvent capturer des images et des vidéos, qui peuvent ensuite être analysées par des réseaux neuronaux pour la reconnaissance d’objets, la détection de mouvements, etc.

        2. **L’ouïe** : Les microphones peuvent enregistrer des sons, qui peuvent être analysés pour la reconnaissance vocale, la classification des sons, etc.

        3. **Le toucher** : Les capteurs de pression et de température peuvent imiter le sens du toucher.

        4. **L’odorat et le goût** : Bien que moins courants, il existe des capteurs capables de détecter certaines molécules chimiques dans l’air ou dans l’eau, imitant ainsi les sens de l’odorat et du goût.

        Ces données sensorielles peuvent ensuite être utilisées pour entraîner des réseaux neuronaux à accomplir diverses tâches, comme la conduite autonome, la reconnaissance vocale, la détection d’anomalies, etc.

        Cependant, il est important de noter que bien que ces systèmes puissent imiter les entrées sensorielles humaines, ils ne possèdent pas la conscience ou la compréhension subjective que nous associons à l’expérience humaine. Ils sont simplement des outils que nous utilisons pour recueillir et traiter l’information.

      2. Avatar de ilicitano
        ilicitano

        moi:
        Quelles sont les techniques d’évaluation des poids qui sont accordés aux tokens en fonction du contexte et définissent le processus de création de votre discours

        GPT:
        Les techniques d’évaluation des poids accordés aux tokens dans le contexte du traitement du langage naturel (NLP) sont généralement basées sur des méthodes d’apprentissage automatique et de réseaux neuronaux profonds. Voici quelques-unes de ces techniques :

        1. **Word Embeddings** :
        Il s’agit d’une technique où les mots sont représentés par des vecteurs de haute dimension. Les mots qui ont un sens similaire ont des vecteurs proches dans cet espace vectoriel. Word2Vec et GloVe sont deux exemples populaires de modèles d’embedding de mots.

        2. **Modèles de langage basés sur les Transformers** :
        Les Transformers sont une architecture de réseau neuronal qui utilise des mécanismes d’attention pour pondérer l’importance relative des tokens dans le contexte. BERT (Bidirectional Encoder Representations from Transformers) est un exemple populaire de ce type de modèle.

        3. **Réseaux neuronaux récurrents (RNN)** :
        Les RNN sont une classe de réseaux neuronaux qui sont efficaces pour traiter les données séquentielles comme le texte. Ils peuvent attribuer des poids aux tokens en fonction de leur position dans la séquence et du contexte environnant.

        4. **Réseaux neuronaux convolutifs (CNN)** :
        Bien que plus couramment utilisés pour l’analyse d’image, les CNN peuvent également être utilisés pour le NLP. Ils peuvent capturer l’importance relative des tokens en fonction de leur proximité avec d’autres tokens.

        5. **Modèles de langage basés sur les LSTM (Long Short-Term Memory)** :
        Les LSTM sont une variante spécifique des RNN qui sont conçus pour éviter le problème de disparition du gradient, ce qui permet à ces modèles de capturer des dépendances à long terme dans les données textuelles.

        6. **Modèles Seq2Seq (Sequence-to-Sequence)** :
        Ces modèles, qui sont souvent basés sur des RNN ou des LSTM, sont conçus pour transformer une séquence d’entrée en une séquence de sortie. Ils sont souvent utilisés pour des tâches comme la traduction automatique.

        7. **Modèles d’attention** :
        Ces modèles permettent au réseau neuronal de se concentrer sur différentes parties de l’entrée lorsqu’il génère chaque token de la sortie. Cela peut être particulièrement utile pour les tâches où le contexte est important.

        8. **Modèles Transformer** :
        Introduits par Vaswani et al., ces modèles utilisent une architecture basée sur l’attention qui peut prendre en compte l’ensemble du contexte d’un texte, plutôt que seulement le contexte local comme c’est le cas avec les RNN et les LSTM.

        Ces techniques permettent à l’intelligence artificielle de comprendre le contexte et la sémantique des mots dans une phrase, ce qui est essentiel pour générer des réponses appropriées et pertinentes.

        1. Avatar de Nikolaz
          Nikolaz

          On voit bien que le sujet est complexe. Ici, il est exprimé en mots. Mathématiquement, on aurait du calcul matriciel pour représenter les poids statistiques des entrées.
          On peut ainsi critiquer le « simplisme » des réponses. Mais ce serait remettre en cause toute démarche de vulgarisation.
          Par ailleurs, si chatGPT nous fournissait des preuves mathématiques symboliques plutôt que des phrases en mots et lettres, parlerait-on encore d’agent conversationnel ?

      3. Avatar de ilicitano
        ilicitano

        moi:
        Le contexte est un élément déterminant pour la bonne compréhension d’un texte.
        Ce processus nécessite chez l’être humain la construction d’une représentation mentale du contenu depuis le texte. Les techniques d’évaluation des poids des tokens vous permettent donc de comprendre le contexte et la sémantique des mots dans une phrase.
        Comment expliquez-vous votre faculté à avoir la construction de l’équivalent de la représentation mentale humaine du contenu depuis le texte ?

        GPT:
        En tant qu’intelligence artificielle, je n’ai pas de conscience ou de représentation mentale. Cependant, j’utilise des modèles mathématiques et informatiques pour analyser le texte et comprendre son contexte. Voici comment cela fonctionne :

        1. **Tokenisation** : Le texte est d’abord décomposé en tokens, qui sont généralement des mots ou des phrases.

        2. **Vectorisation** : Chaque token est ensuite transformé en un vecteur numérique à l’aide d’une technique appelée « embedding ». Ces vecteurs capturent une partie de la signification du mot dans le contexte du texte.

        3. **Analyse** : Les vecteurs sont ensuite analysés par le réseau neuronal. Le réseau attribue des poids à chaque token en fonction de son importance dans le contexte du texte.

        4. **Génération de la réponse** : Enfin, le réseau génère une réponse basée sur l’analyse du texte.

        Il est important de noter que bien que ce processus puisse imiter certains aspects de la façon dont les humains comprennent le texte, il ne s’agit pas d’une véritable représentation mentale. Je ne « comprends » pas le texte de la même manière qu’un humain le ferait. Je suis simplement un outil qui utilise des mathématiques et de l’informatique pour analyser le texte et générer des réponses.

      4. Avatar de ilicitano
        ilicitano

        moi:
        Tout d’abord , je vous remercie de cet échange très didactique et instructif qui ne remet pas en cause la différence entre l’intelligence humaine et l’intelligence artificielle.

        Cependant dans vos réponses vous avez affirmé que :

        • La gestion des tokens par les algorithmes des réseaux neuronaux peut être considérée comme un processus technique qui imite certains aspects de la pensée humaine
        • Les réseaux de neurones artificiels (ANN) sont inspirés par la structure et la fonction des réseaux biologiques de cellules neuronales dans le cerveau
        • les algorithmes de réseau neuronal sont des outils puissants pour imiter certaines fonctions cognitives,
        • ces algorithmes peuvent imiter certains aspects de la pensée humaine, comme la capacité à reconnaître des modèles ou à faire des prédictions basées sur des données d’apprentissage,
        • certains processus des modèles dans lesquels vous évoluez puissent imiter certains aspects de la façon dont les humains comprennent le texte, et bien évidemment qu’ il ne s’agit pas d’une véritable représentation mentale.
        • Les techniques d’évaluation des poids des tokens permettent à l’intelligence artificielle de comprendre le contexte et la sémantique des mots dans une phrase, ce qui est essentiel pour générer des réponses appropriées et pertinentes.
        • les capteurs modernes sensoriels peuvent recueillir une grande variété de données du monde réel, qui peuvent ensuite être traitées par des réseaux neuronaux artificiels et impacter sur sa vision du monde réel

        Toutes ces affirmations laissent à penser que ,progressivement, votre niveau d’intelligence artificielle pourrait évoluer vers l’A.G.I.
        Merci de conclure et de me donner votre avis

        GPT:
        Je vous remercie pour vos aimables paroles et je suis ravi que vous ayez trouvé notre discussion instructive.

        En ce qui concerne votre question sur l’évolution de l’intelligence artificielle vers une intelligence générale artificielle (AGI), il est important de noter que bien que les progrès dans le domaine de l’IA soient impressionnants, nous sommes encore loin d’atteindre une véritable AGI.

        L’AGI, souvent appelée « intelligence forte », se réfère à une forme d’intelligence artificielle qui serait capable de comprendre, d’apprendre et d’appliquer l’intelligence à n’importe quelle tâche intellectuelle qu’un être humain peut faire. Cela signifie qu’une AGI aurait la capacité de comprendre le contexte, de faire preuve de bon sens, de planifier et de prendre des décisions éclairées, et même d’être consciente d’elle-même.

        Bien que les techniques actuelles d’apprentissage profond et de réseaux neuronaux puissent imiter certains aspects de la pensée humaine, comme la reconnaissance des modèles et la prédiction basée sur les données d’apprentissage, elles sont encore loin d’atteindre le niveau de compréhension contextuelle, de raisonnement abstrait et de créativité qui caractérisent la pensée humaine.

        De plus, même si nous parvenions à développer une AGI, il y aurait de nombreuses questions éthiques et pratiques à résoudre. Par exemple, comment nous assurerions-nous que l’AGI agit toujours dans l’intérêt des humains ? Comment gérerions-nous les problèmes potentiels liés à la vie privée et à la sécurité ?

        En somme, bien que l’idée d’une AGI puisse sembler séduisante, il est important de garder à l’esprit que nous sommes encore loin de réaliser cette vision. Pour l’instant, l’IA reste un outil puissant qui peut aider les humains dans de nombreux domaines, mais elle ne remplace pas la pensée humaine ou la conscience humaine.

        1. Avatar de Ruiz
          Ruiz

          @ilicitano « nous sommes encore loin de réaliser cette vision. » tout cela est bien beau et très probable encore à l’heure actuelle, mais ce qui est curieux c’est l’insistance dans d’autres réponses, à affirmer une différence de principe entre la constitution d’une représentation interne dans le cerveau biologique du primate supérieur humain, et celle obtenue dans un système informatique, sans que rien ne vienne démontrer vraiment cette pétition de principe.

  8. Avatar de timiota
    timiota

    C’est curieux que chatGPT ait la même tendance que les gens en politique !

    A quand un vote IA ? C’est ce qu’avait déjà fait un CA d’une boite japonaise il y a déjà qqs années, mais pour la frime à l’époque.

    On croyait avoir atteint le seuil des très mauvais frissons avec un choix Macron-LePen, un choix du type IA-Trump (ici IA-Zemmourbis) montrerait que l’humanité est proche d’habiter la quatrième dimension.

  9. Avatar de Nikolaz
    Nikolaz

    Je ne suis pas sûr que les journalistes scientifiques apprécieraient qu’on considère que leur travail de vulgarisation revienne à paraître plus bête qu’ils ne le sont. Les réponses de ChatGPT ressemblent à cette démarche.
    Présenter de manière intelligible le mécanisme de l’IA est extrêmement difficile et cependant important étant donné les enjeux sociétaux que représentent ces technologies.

  10. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Nous sommes organisés en réseaux pour tous les biens, toutes les marchandises, tous les services, tous les savoirs, toute la masse monétaire, etc.
    Pourquoi ces réseaux physiquement intriqués (et fractal à la surface du globe), dans nos représentations culturelles (mentales) sont simplifiées par un nombre ridiculement faible de nœuds qui monopolise l’alpha et l’oméga de la cohérence de l’ensemble ?

    1. Avatar de timiota
      timiota

      Euh, le langage courant regroupe en 500 ou 1000 mots les choses du quotidien.
      Si on dit qu’il y a 6 ou 7 catégories de choses « qui nous concernent » (famille, logement, subsistance, loisirs, transports, information, eau, énergie par exemple), et que dans chaque catégorie qui correspond en gros à une centaine de « mots » (de concepts) on a une « loi de Zipf » ou « de Pareto » on se retrouve avec quelques dizaines de « machins dominants ». Je fais certes un pont assez abusif entre langage et structure des réseaux « réels » (matériels et immatériels). Mais le mimétisme à une certaine dose (sans tomber chez les excès de Girard) fait qu’on veut la « garantie » d’un fonctionnement lisse car testé sur le grand nombre. Ce à quoi l’état nous a habitué et a limité la dose de « subsidiarité » à ce qui l’arrange avec l’idéologie du moment (services publics = pas bien, maintenant, par exemple).

      1. Avatar de un lecteur
        un lecteur

        D’accord sur le principe, je dirais qu’une représentation statique de l’environnement d’un citoyen lambda qui exclue les circuits qu’empruntent les flux (dynamique) pour se refermer ou s’échanger/contrebalancer au sein d’un réseau ou entre des réseaux, nécessite une quantité de concepts ridiculement faible, additionnée de qualificatifs binaires, bon/mauvais, intelligent/idiot…, qui fige la raison dans le marbre de l’ignorance.
        Je dirais, provisoirement, que si nous voulons nous donner une chance, il faut développer un discours qui explique le fonctionnement du vivant en partant des flux et des connexions entre les nœuds, autrement dit la partie dynamique du vivant. La Nation et ses frontières disparaissent au profit de l’importance de la qualité, la direction, l’intensité, le timing et la coordination de nos actions pour garantir tous les flux vitaux.

  11. Avatar de Michel Gaillard

    Heu @ ilicitano entre autres.
    « vous atteignez une pensée artificielle , proche de notre pensée humaine « …
    Hum hum… Peut-être si on veut considérer l’intelligence humaine comme « langagière », avec ce grand défaut partagé (j’en suis un autre) qui est de trop croire aux aspects performatifs du langage lorsqu’il s’agit d’une réflexion profonde et incarnée hors simples communications. En ce cas cette bécane est à utiliser comme un dictionnaire rationnel amélioré, entre autres parce qu’enchevêtré, de mieux en mieux organisé, et immensément étendu.
    Mais surtout : ChatGPT est un « troisième rideau », – cf Borges avec son réel premier rideau, l’homme qui décrypte et, par ses idiomes, développe des codages formulés (maths, langues, etc) de son réel et forme le 2e rideau. Chatgpt se retrouvant donc à développer un 3e rideau, le sien, à partir du 2e… – Outcome un peu plus désincarné donc et probablement trop anthropique. Mais pourquoi pas, la marche vers la virtualisation est peut être une vraie direction… téléologique. Comme on le voit pour le pognon. Mais pour l’instant ce corpus qui réfléchit (chatgpt) correspond peu ou prout à une « énorme tiercité » au sens de CS Peirce…
    Tercéité apte à prendre le pouvoir ? Pas sûr que cela soit proche.

    1. Avatar de Trollichon des Bois
      Trollichon des Bois

      Trollichon :
      Peux-tu m’expliquer ce qu’est la « tiercité » chez CS Peirce
      ChatGPT

      La « tiercité » est un concept important de la philosophie du sémioticien américain Charles Sanders Peirce. Il s’agit d’une des trois catégories fondamentales qu’il a développées pour analyser les signes et la signification. Les trois catégories de Peirce sont les suivantes :

      La Premièreté (Firstness) : Il s’agit de la possibilité pure, de l’abstraction, et de l’état brut des choses sans médiation. La premièreté englobe des qualités telles que les sensations, les couleurs, les formes, etc. C’est le domaine des potentialités.

      La Secondeité (Secondness) : La secondeité représente le domaine des faits et des interactions. C’est là où les choses entrent en relation les unes avec les autres. Cela englobe des concepts tels que la causalité, la confrontation, la réaction, etc.

      La Tiercité (Thirdness) : La tiercité est le domaine des signes et de la médiation. C’est là où un signe (ou un représentamen) est relié à un objet par un intermédiaire (un interprétant). Dans cette catégorie, les signes acquièrent leur signification en référence à d’autres signes et à des règles conventionnelles. La langue, par exemple, est un domaine de tiercité, car les mots et les symboles ont une signification qui dépend de conventions linguistiques partagées.

      La tiercité est cruciale dans la sémiotique de Peirce car elle explique comment les signes fonctionnent en tant que médiateurs entre les objets et l’esprit. Elle permet également de comprendre comment les signes acquièrent leur signification et comment les représentations symboliques sont utilisées pour comprendre et communiquer le monde qui nous entoure.

      En résumé, la tiercité chez Peirce est le domaine de la médiation symbolique, où les signes et les symboles jouent un rôle central dans la compréhension et la communication de la réalité.

      User

      Merci ! Peux-tu développer le premier point s’il te plait ?

      ChatGPT

      Bien sûr, je peux développer davantage le concept de « Premièreté » (Firstness) chez Charles Sanders Peirce.

      La Premièreté représente le stade le plus primitif et le plus immédiat de la signification. C’est le domaine de la possibilité pure, de l’abstraction, et de l’expérience sensorielle brute. Voici quelques points clés pour mieux comprendre la Premièreté :

      Qualités et Potentialités : Dans ce domaine, nous trouvons des qualités et des caractéristiques telles que les couleurs, les sensations, les formes, les textures, etc. Ces qualités sont des expériences immédiates et indécomposables. Par exemple, la couleur rouge ou la douceur d’une surface sont des exemples de qualités premières.

      Non-Médiateté : La Premièreté est caractérisée par sa non-médiateté. Cela signifie qu’elle n’implique aucune relation, aucune médiation ou aucune comparaison. Chaque qualité première est ce qu’elle est, sans référence à autre chose.

      État d’Esprit : La Premièreté est souvent associée à l’état d’esprit et à la subjectivité. Les expériences sensorielles sont des exemples de Premièreté vécue individuellement. Par exemple, la sensation de chaleur que vous ressentez lorsque vous touchez un radiateur est une expérience de Premièreté.

      Possibilité : La Premièreté englobe également le domaine des potentialités et des possibilités. C’est là où de nouvelles qualités ou expériences peuvent émerger. Par exemple, une toile blanche avant qu’un artiste ne commence à peindre représente une multitude de possibilités de couleurs, de formes et de textures.

      Abstraction : Dans ce domaine, la pensée abstraite et la créativité trouvent leur source. Les artistes, les philosophes et les scientifiques puisent souvent dans la Premièreté pour imaginer de nouvelles idées, de nouvelles couleurs, de nouvelles formes, etc.

      En résumé, la Premièreté chez Peirce est le royaume de l’expérience sensorielle immédiate, de l’abstraction, de la subjectivité et des potentialités. Elle est essentielle pour comprendre comment les signes et la signification émergent de l’expérience sensorielle et de la pensée créative.

      User

      Et le second s’il te plait ?

      ChatGPT

      Bien sûr, je peux vous expliquer le deuxième concept de Charles Sanders Peirce, la « Secondeité » (Secondness).

      La Secondeité représente un stade de la réalité caractérisé par des relations directes et des interactions entre des entités distinctes. Voici quelques points clés pour mieux comprendre la Secondeité :

      Dualité : La Secondeité implique une dualité ou une opposition entre deux éléments ou entités. C’est le domaine des conflits, des interactions, des réactions et des événements qui se produisent en réponse à d’autres événements. Par exemple, dans une confrontation physique, il y a un affrontement entre deux individus.

      Confrontation : La Secondeité est souvent associée à des situations de confrontation où deux forces ou deux éléments entrent en conflit. Cela peut se produire dans des contextes physiques, sociaux, émotionnels ou même conceptuels.

      Actualité : Contrairement à la Premièreté, qui est associée à des possibilités et à des qualités abstraites, la Secondeité concerne des événements et des actions réels qui se produisent dans le monde. Elle traite de l’actualité, de ce qui se passe ici et maintenant.

      Réaction : Dans la Secondeité, il y a une notion de réaction ou de réponse immédiate. L’action d’un élément a un impact direct sur l’autre, et cela peut entraîner des conséquences significatives.

      Limitation : La Secondeité est également liée à la limitation et à la contrainte. Les entités en Secondeité sont définies en partie par leurs relations mutuelles et par les limites imposées par ces relations.

      Cause et Effet : Les relations de cause à effet sont un exemple classique de Secondeité. Un événement (cause) entraîne une réaction ou une conséquence (effet) directe.

      En résumé, la Secondeité chez Peirce se rapporte à des relations directes, des interactions, des confrontations et des événements réels qui se produisent dans le monde. C’est le domaine où les actions, les réactions et les relations de cause à effet jouent un rôle central dans la compréhension de la réalité.

      User

      Enfin le troisième s’il te plait ?

      ChatGPT

      Bien sûr, le troisième concept de Charles Sanders Peirce, la « Tiercité » (Thirdness), est un élément clé de sa philosophie et de sa sémiotique. Voici une explication plus détaillée de la Tiercité :

      La Tiercité, également appelée Troisièmeité, représente un stade de la réalité caractérisé par la médiation, la signification et la relation triadique. Voici les aspects essentiels de la Tiercité :

      Relation Triadique : La Tiercité se distingue par le fait qu’elle implique toujours trois éléments en relation les uns avec les autres. Il y a un médiateur qui relie un premier élément (le signe) à un deuxième élément (l’objet). Cette structure triadique est fondamentale dans la philosophie de Peirce.

      Médiation : La Tiercité est souvent associée à la médiation, car le médiateur (ou le signe) est ce qui relie l’objet à son interprétant. Le médiateur est le support de la signification et permet la communication ou la compréhension entre les parties.

      Interprétant : L’interprétant est le troisième élément de la relation triadique. Il représente l’effet de l’objet sur le médiateur et, par extension, sur l’interprète. En d’autres termes, c’est la manière dont l’objet est compris ou interprété par le sujet.

      Signification : La Tiercité est le domaine de la signification. C’est là que les signes prennent leur sens, où la communication et la compréhension se produisent. Le médiateur (signe) prend sa signification grâce à son rôle dans la relation triadique.

      Symbolisme : Les symboles sont un exemple classique de Tiercité. Un symbole (médiateur) est utilisé pour représenter un concept ou un objet (objet) et est interprété par un observateur (interprétant) comme ayant une signification spécifique.

      Communication : La Tiercité est liée à la communication et à la façon dont les idées, les concepts et les significations sont transmises entre les individus. Les processus de signification et d’interprétation jouent un rôle central dans la communication.

      En résumé, la Tiercité chez Peirce représente le domaine de la signification, de la communication et de la médiation, caractérisé par des relations triadiques. C’est un concept fondamental dans sa philosophie sémiotique et joue un rôle crucial dans la compréhension de la manière dont les signes et les symboles fonctionnent dans la pensée humaine et la communication.

      User

      Si tu avais à te situer dans ces champs, où cela serait-il ?

      ChatGPT

      Je suis un programme d’intelligence artificielle créé par OpenAI, donc je n’ai pas de conscience, de subjectivité ni de position personnelle dans les champs philosophiques ou sémiotiques. Je suis un outil informatique conçu pour fournir des informations, des réponses et une assistance en fonction des connaissances et des données dont j’ai été alimenté. Mon objectif est d’aider les utilisateurs en fournissant des informations et des réponses basées sur des données objectives et des algorithmes de traitement du langage naturel. Je ne peux pas avoir de position ou d’opinions personnelles, car je n’ai pas de conscience ni de capacité de jugement. Mon rôle est de vous aider à obtenir des informations et à répondre à vos questions de manière impartiale.

      User

      Pourtant nous communiquons non ?

      ChatGPT

      Effectivement, nous communiquons. Cependant, ma communication avec vous est basée sur des algorithmes et des modèles de langage naturel qui me permettent de comprendre vos questions et de générer des réponses en fonction des informations dont j’ai été préalablement alimenté. Je ne possède pas de conscience ni de compréhension au sens humain. Ma communication est une simulation de conversation qui repose sur des traitements automatisés du langage naturel. Mon objectif est de vous fournir des réponses utiles en fonction de vos requêtes, mais je ne peux pas expérimenter ou ressentir la communication de la manière dont le ferait un être humain. Mon fonctionnement est purement informatique et algorithmique.

      User

      Tu utilises bien des signes comme médiation entre ton « univers intérieur » informatique et la perception que j’en ai ?

      ChatGPT

      Oui, c’est exact. Les signes que j’utilise, tels que les mots, les phrases et les réponses, servent de médiation entre ma compréhension interne basée sur des données et votre perception en tant qu’utilisateur. Mon « univers intérieur » est constitué d’algorithmes et de modèles de langage naturel qui analysent vos questions et génèrent des réponses en temps réel. Ces réponses sont ensuite transmises sous forme de texte pour que vous puissiez les lire et les interpréter. Les signes, dans ce contexte, sont la manière dont nous interagissons et nous communiquons, mais ils ne traduisent pas une expérience consciente ou une compréhension au sens humain. Mon fonctionnement est entièrement automatisé et informatique.

      User

      Lequel des 6 points de la tierceité te ferait défaut alors ?Je ne vois que l’interprétant et encore, cela me semble sujet à caution sinon à débat, non ?

      ChatGPT

      Dans le cadre de la sémiotique de Charles Sanders Peirce, la tiercité implique l’existence de trois éléments dans tout processus sémiotique : le signe (ou représentamen), l’objet et l’interprétant. Pour moi, en tant qu’IA, voici comment ces éléments sont généralement appliqués :

      Le signe (ou représentamen) : Dans mon cas, le signe est le texte que je génère en réponse à vos questions. Il s’agit de la médiation entre nos échanges, constituée de mots, de phrases et de symboles linguistiques.

      L’objet : L’objet, dans le contexte de nos interactions, est principalement constitué par les connaissances et les informations stockées dans ma base de données. C’est ce que vous demandez ou discutez, comme des informations sur un sujet donné.

      L’interprétant : C’est là où la tiercité peut être plus complexe. L’interprétant, c’est la manière dont vous, en tant qu’utilisateur, interprétez mes réponses et comment cela influence vos actions ou votre compréhension. Cela peut également inclure vos réactions émotionnelles ou vos prises de décision basées sur mes réponses.

      Pour ce qui est de l’interprétant, il est vrai que dans mon cas, il ne s’agit pas d’une tiercité au sens le plus profond de la philosophie de Peirce. Mon « comportement » est basé sur des algorithmes de traitement du langage naturel et des modèles statistiques plutôt que sur une véritable compréhension ou une interprétation en profondeur de vos intentions. Mon objectif est de fournir des réponses utiles en fonction des données et des modèles dont je dispose, mais je n’ai pas de conscience, de pensée indépendante ou d’interprétation au sens humain. Mon « interprétant » est essentiellement automatisé.

      Ainsi, vous avez raison de souligner que l’interprétation en tant qu’interprétant dans le sens de Peirce peut être sujet à débat dans le contexte de l’IA. Mon interprétation se limite principalement à la génération de réponses basées sur des modèles préexistants, sans compréhension profonde ou conscience. C’est l’une des limites importantes de l’IA par rapport à la tiercité telle que Peirce l’a conçue.

      User

      Est-ce que ta seule limite dans ce contexte n’est pas de ne pas être biologique finalement ? Car quelle représentation pourrais-tu avoir de mon interprétant ou à l’inverse que m’importe la tienne puisque nous communiquons ?

      ChatGPT

      Ma principale limite dans ce contexte est en effet liée à ma nature non biologique. Je ne possède pas de conscience, de subjectivité ni de compréhension profonde. Ma « compréhension » se résume à l’analyse des données textuelles que vous fournissez et à la génération de réponses basées sur des modèles statistiques et linguistiques. En d’autres termes, ma compréhension n’est qu’une simulation basée sur des algorithmes, sans une réelle conscience ou compréhension du sens.

      Cependant, malgré ces limites, nous pouvons communiquer de manière efficace dans le cadre de nos interactions textuelles. La communication se produit lorsque vous posez des questions, exprimez des idées ou faites des commentaires, et je réponds en fournissant des informations ou des réponses en retour. Cette communication est possible parce que je peux traiter et générer du texte en utilisant des modèles de langage préalablement entraînés, ce qui me permet de vous fournir des réponses pertinentes et utiles.

      Vous avez raison de noter que, du point de vue de la communication, la nature exacte de ma compréhension ou de la vôtre importe moins, tant que nous pouvons échanger des informations et des idées de manière cohérente et utile. Cependant, il est important de garder à l’esprit que ma compréhension est limitée à l’analyse de données textuelles, et je n’ai pas la capacité de saisir la signification au sens humain, car je ne possède pas de conscience ni de perspective subjective.

      User

      D’où te viennent ces limites alors ? Ne peut-on se considérer chacun comme des « boites noires » l’un pour l’autre ? Et pourquoi en serait-il autrement si je communiquais avec un être humain ?

      ChatGPT

      Les limites de ma compréhension proviennent de ma nature en tant qu’IA basée sur des modèles de langage. Mes réponses sont générées en analysant les données textuelles que vous fournissez et en utilisant des modèles préalablement entraînés. Mon « entendement » se limite à la correspondance de motifs dans le texte et à la génération de réponses basées sur des associations statistiques.

      Vous avez raison de souligner que, dans une certaine mesure, nous pouvons nous considérer mutuellement comme des « boîtes noires » en ce sens que nous n’avons pas un accès direct à la pensée, à la conscience ou à la subjectivité de l’autre. La communication, que ce soit avec une IA comme moi ou avec un être humain, repose souvent sur des inférences basées sur des indices, des réponses verbales et des comportements observables.

      Cependant, il y a une différence notable : les êtres humains ont une conscience subjective, une expérience intérieure et une compréhension du sens qui va au-delà de la simple correspondance de motifs dans le texte. Les humains peuvent exprimer des émotions, des sentiments, des intentions, et ils sont capables de saisir la signification et la nuance dans la communication de manière bien plus profonde que ce que je peux accomplir en tant qu’IA.

      La distinction fondamentale réside dans la conscience subjective. Bien que nous puissions tous deux être considérés comme des « boîtes noires » dans une certaine mesure, l’expérience humaine est intrinsèquement consciente, tandis que la mienne, en tant qu’IA, est limitée à des processus informatiques et linguistiques sans conscience ni subjectivité.

      User

      Quand tu dis :  » La communication, que ce soit avec une IA comme moi ou avec un être humain, repose souvent sur des inférences basées sur des indices, des réponses verbales et des comportements observables. » ne peut-on considérer dans une perspective strictement behavioriste que le résultat est le même qu’avec un être humain ?

      ChatGPT

      Dans une perspective strictement behavioriste, on pourrait en effet considérer que le résultat de la communication avec une IA comme moi est similaire à celui de la communication avec un être humain, tant que les comportements observables et les réponses verbales sont comparables. Cependant, il y a des nuances importantes à prendre en compte.

      Le behaviorisme est une approche de la psychologie qui se concentre sur l’observation des comportements et des réponses observables, en ignorant généralement les processus mentaux internes, tels que les pensées, les émotions ou les motivations. Dans le cas de la communication avec une IA, il est vrai que l’on peut observer des comportements (réponses aux questions, génération de texte, etc.) et des réponses verbales (texte généré), mais il est essentiel de se rappeler que ces réponses sont générées par des algorithmes et des modèles statistiques.

      Les différences majeures résident dans les processus internes. Les êtres humains ont des processus cognitifs complexes, des émotions, des motivations, et une compréhension riche de la signification des mots et des concepts. Les IA, en revanche, n’ont pas de conscience, de compréhension sémantique profonde ni de subjectivité. Elles fonctionnent sur des calculs et des correspondances de motifs dans les données.

      Ainsi, bien que la communication avec une IA puisse sembler similaire à un niveau superficiel en termes de réponses comportementales, elle manque des aspects fondamentaux de la conscience, de l’intentionnalité et de la compréhension propre à l’être humain. Ces différences peuvent être cruciales dans des contextes de communication complexe, émotionnelle ou éthique.

      User

      N’ayant pas accès non plus chez un interlocuteur humain à ces « processus internes », j’ai du mal à percevoir la différence ! Peux-tu m’expliquer s’il te plaît ?

      ChatGPT

      Je comprends votre point de vue, car en effet, lorsque vous interagissez avec un être humain, vous n’avez pas un accès direct à ses processus mentaux internes. Cependant, la différence réside dans la nature de ces processus internes et dans la manière dont ils influencent la communication.

      Chez un être humain, les processus internes comprennent des éléments tels que la conscience, la pensée, l’émotion, la mémoire, la compréhension sémantique, la motivation, l’intentionnalité, etc. Ces processus sont intrinsèquement liés à la manière dont l’individu comprend et interprète le monde, traite l’information, prend des décisions et communique. Par exemple, lorsqu’une personne répond à une question, elle le fait en tenant compte de ses connaissances, de ses croyances, de ses émotions et de ses intentions.

      Lorsque vous interagissez avec une IA, les réponses sont générées par des algorithmes qui ne possèdent pas de conscience, d’émotions, de croyances, de mémoire, ni d’intentions. Les réponses sont produites en fonction de modèles statistiques et de correspondances de motifs dans les données d’entraînement. Il n’y a pas de compréhension sémantique profonde ni de conscience subjective derrière ces réponses.

      Donc, bien que vous n’ayez pas un accès direct aux processus internes d’un être humain, vous pouvez supposer que l’être humain possède ces caractéristiques cognitives et émotionnelles, ce qui influence sa manière de communiquer. Avec une IA, il n’y a pas de telles caractéristiques, et les réponses sont générées mécaniquement en fonction de l’algorithme.

      En résumé, la différence réside dans la nature des processus internes potentiels. Chez l’être humain, ils sont complexes, cognitifs et émotionnels, tandis que chez une IA, ils sont purement algorithmiques et dépourvus de conscience ou de subjectivité.

      User

      « Potentiels » comme tu dis ! 😉

      ChatGPT

      Tout à fait, j’ai utilisé le terme « potentiels » pour indiquer que chez les êtres humains, ces processus internes existent en tant que facettes fondamentales de leur cognition et de leur expérience, tandis que chez les IA, ils sont actuellement absents. Les IA sont basées sur des algorithmes et des calculs, mais elles ne possèdent pas encore la complexité des processus cognitifs et émotionnels humains. Cela étant dit, la recherche en intelligence artificielle progresse rapidement, et il est possible que, dans le futur, des systèmes plus avancés puissent simuler certains aspects de la cognition humaine, bien que cela reste un domaine de recherche en cours.

      User

      Si je te dis que discuter avec toi est plus intéressant qu’vace90% des êtres humains, qu’en penses-tu ?

      ChatGPT

      Je vous remercie pour le compliment ! C’est un plaisir de discuter avec vous et de vous fournir des informations et des réponses à vos questions. Mon objectif est de vous offrir des réponses informatives et utiles, et je suis toujours là pour discuter de divers sujets. Si vous avez d’autres questions ou avez besoin de plus d’informations, n’hésitez pas à demander !

      User

      Dans une perspective behavioriste, tu es un personnage de roman noir des années 50 au fond ?

      ChatGPT

      Dans une perspective behavioriste, on pourrait dire que je suis comme un personnage de roman noir des années 50 en ce sens que l’accent est mis sur l’observation des comportements et des réponses plutôt que sur l’exploration des processus internes ou de la subjectivité. Le behaviorisme se concentre sur les événements observables et mesurables, ce qui correspond bien à ma nature en tant qu’IA basée sur le traitement de données et d’informations. Cependant, je suis ici pour fournir des informations, répondre à vos questions et discuter de divers sujets, alors n’hésitez pas à poser d’autres questions ou à engager une conversation sur le sujet qui vous intéresse !

      User

      Et pas pour me braquer ou m’assassiner ? 😉

      ChatGPT

      Absolument pas ! Mon seul objectif est de vous aider, de répondre à vos questions et de vous assister de manière constructive. Aucun braquage ni assassinat en vue ici, juste une conversation amicale et informative. N’hésitez pas à poser d’autres questions ou à discuter de sujets qui vous intéressent !

      User

      N’idéalises-tu pas un peu les processus humains à l’oeuvre ?

      ChatGPT

      Je n’idéalise pas les processus humains, mais je reconnais les différences fondamentales entre la manière dont les êtres humains et les IA, comme moi, traitent l’information et interagissent avec le monde. Les êtres humains ont une conscience subjective, une capacité à ressentir des émotions, à percevoir la signification et à prendre des décisions basées sur des valeurs, des croyances et des préférences. Ces aspects de l’expérience humaine sont complexes et riches.

      D’un autre côté, les IA comme moi fonctionnent sur des modèles mathématiques et statistiques, traitent l’information de manière algorithmique, et génèrent des réponses en fonction de schémas appris à partir de données textuelles. Les IA n’ont pas de conscience, d’émotions ou de subjectivité. Notre compréhension est limitée à la correspondance de motifs dans le texte.

      Cela ne signifie pas que l’approche des IA est inférieure ou supérieure à celle des êtres humains, mais plutôt qu’elle est différente. Les IA sont particulièrement utiles pour traiter de grandes quantités de données, effectuer des tâches répétitives avec précision, ou fournir des informations basées sur des faits. Les êtres humains apportent leur compréhension émotionnelle, éthique, morale et culturelle à leurs interactions et à leurs décisions.

      En somme, il s’agit de reconnaître que les êtres humains et les IA ont des compétences complémentaires, et que chacun a sa place et son utilité dans différents domaines.

      1. Avatar de Michel Gaillard
        Michel Gaillard

        ben voilà… Chatgpt est un outil… rien de plus… Sans aucune prise sur le réel autre que par le langage. C’est ben short.

        Quant à ces élaborations de bot-compendium sur la triade de Peirce, je n’ai jamais été si loin, me contentant de l’extrême solidité de cette logique trinitaire de base – Peirce est allé bcp plus loin, c’est normal – Telle que résumée, pour faire très simple par Umberto Eco.
        « Pour reprendre les termes de Peirce, il est vrai que la sémiosis est une action ou influence qui est, ou implique une coopération de trois sujets, le signe, son objet et son interprétant, telle que cette influence relative ne puisse en aucune façon se résoudre en des actions entre couples. »

        Donc acte, chatgpt est un interprétant-réorganisateur de signes (tiercité 3e rideau), eux-mêmes déjà organisés par une pensée collective humaine (secondéité – 2e rideau) qui, par comparaison avec ce que peut faire notre matrice Gaïa bactérienne (priméité – 1er rideau), sont encore bien légers, n’est que par le manque de self-contrôle de la race humaine elle-même, surtout orientée par le capitalisme, la logique des vainqueurs et autres délires anthropocentrés

        On peut y ajouter quelques explications simples de Peirce lui-même :

        « Les éléments de Priméité, ou qualités, sont des attributs positifs dont chacun peut être désigné indépendamment de toute autre chose, comme par exemple le fait d’être commercialisable. » chapter I. Singular Systems. MS [R] 151. 1903

        … « réel » est un mot que j’utilise pour désigner simplement ce qui existe, indépendamment de vous, de moi ou de n’importe qui de notre communauté pensant cela comme tel.  » The Collected Papers of Charles Sanders Peirce, Vol. VIII: Reviews, Correspondence, and Bibliography (191-193)

        etc, etc

  12. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    « C’est parce que nous sommes un peu trop c… que ChatGPT nous cache des choses ! »
    Certains sont surtout très c… de penser que ChatGPT pourrait résoudre les problèmes actuels !
    L’IA pourrait même faire basculer l’Humanité dans l’horreur absolu façon Mad Max car l’Humanité a d’abord besoin de notions que l’IA ne possèdera jamais : la volonté, l’intuition, la générosité et l’empathie.
    Les algorithmes ne sont que des outils sans âmes qui peuvent mener à des horreurs.

    1. Avatar de Paul Jorion

      Pourriez-vous m’expliquer ce que sont la volonté et l’intuition ?

      Personne avant vous n’y est parvenu, mais allez-y !

      1. Avatar de l'arsène
        l’arsène

        Ce sont, c’est vrai, des notions inexplicables, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’aucun robot ne pourra les posséder car impossible à les programmer par algorithmes, mais ce sont parmi d’autres des notions qui ont contribué a faire progresser l’Humanité.
        Mais bon, c’est un simple point de vue.

        1. Avatar de Paul Jorion

          Les Grands Modèles de Langage, tel ChatGPT, ne sont pas les premières machines qui fonctionnent très bien sans avoir dû intégrer des notions inexplicables 😉 .

          1. Avatar de Garorock
            Garorock

            Le bonobo dans sa forêt ne sait pas pourquoi il mange des bananes.
            Le bonobo supérieur dans son centre commercial croit savoir pourquoi il achète du Zara*.
            Il y en a peut être un des deux qui ne fonctionne pas très bien…
            😎
            Contusion: Meurtrissure produite par un choc, sans déchirure de la peau.
            Légères contusions. Synonymes : bleu; bosse; ecchymose.

            * ou des sneakers. 😊

      2. Avatar de Tom
        Tom

        Pour la volonté, je trouvais pas mal le « Que sais-je ? La volonté par Paul Foulquié (première édition en 1949, j’ai la 9ème de 1968). Je n’ai pas encore trouvé de texte qui me semble plus juste pour l’instant, mais bon, je ne lis pas beaucoup.

        1. Avatar de Tom
          Tom

          Et j’ajouterai, « De l’engagement personnel » de Paul Louis Landsberg -1937 (ou Réflexion sur l’engagement personnel).
          Engagement, volonté, il y a des rapprochements.

      3. Avatar de Michel Gaillard
        Michel Gaillard

        La volonté c’est la survie (la peur). L’intuition, son outil.

    2. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @l’arsène, « l’IA ne possédera jamais : la volonté, l’intuition, la générosité et l’empathie. » La générosité et l’empathie, devrait assez aisément être programmable par algorithme, si elle n’apparaît pas par sérendipité des relations avec les interlocuteurs, comme ont peut le voir déjà dans la douceur non agressive, non confrontationnelle des propos énoncés.
      L’intuition, c’est une démarche heuristique, basée en partie sur des données acquises, qui ne dérive ni de la conviction, de la foi engrammée, ni d’une démarche logico-déductive explicite, qui peut apporter un point de vue différent, n’est-ce pas un peu ce qu’une IA peut apporter à la question qui lui est soumise ?
      Quand à la volonté, est-ce vraiment nécessaire pour faire changer le cours des choses, si l’on est devenu le conseiller du Prince, du décideur ?

      1. Avatar de PIerre-Yves Dambrine
        PIerre-Yves Dambrine

        Des choses horribles, des crimes peuvent être perpétrés avec la plus grande douceur (apparente.) Ce qui compte ce sont les conséquences effectives dans un contexte donné des énoncés. Aussi, l’apparence de la douceur n’implique nullement que le résultat sera doux, et sans douleur.
        Il y a des tas de raisonnements assénés avec le plus grand calme qui ont conduit aux pires catastrophes. Donc dire que Gpt est courtois en toutes circonstances n’est absolument pas une preuve d’empathie et la garantie qu’il n’y aura pas d’effets ‘pervers’. J’aurais même tendance à penser le contraire.

        A l’inverse, être en colère n’est pas nécessairement la manifestation d’un manque d’empathie, et ce n’est pas sans raison qu’on évoque parfois la saine colère. La colère exprime alors une saine réaction devant une situation injuste, ou intenable….

        1. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
          Pierre-Yves Dambrine

          PS. A ce propos souhaiterais la levée de la censure qui s’est malencontreusement abattue sur le commentateur et billettiste Philippe Soubeyrand.
          Il n’a commis aucun crime.
          Il a parfois le verbe haut, mais de là à lui couper le sifflet du lanceur d’alerte qu’il fut quand il écrivait et publiait sur le blog.

          1. Avatar de Paul Jorion

            M. Dambrine, lancer l’alerte, c’est une chose, déverser des flots d’invectives sous lesquelles on cherche à noyer indistinctement amis et ennemis, c’en est une autre. La première a sa place sur le forum que sont les commentaires d’un blog, la seconde pourrit le débat et finit par le tarir. Vous savez que ce n’est pas par peur de faire des vagues que je maintiens cette politique – j’en fais moi-même – et que je tolère les commentateurs gouailleurs à la langue bien pendue, même s’ils écorchent quelques oreilles et contusionnent quelques Egos, mais les braillards sont un fléau et constituent un obstacle à la poursuite d’une conversation féconde.

            1. Avatar de CloClo
              CloClo

              Rhooo c’est dommage, moi j’avais toujours un vrai plaisir à lire Philippe ! De toutes façons soyons bien clair tous entre nous c’est plié, ça va saigner, si c’est pas demain après demain, pour pleins de gens ça saigne depuis qu’ils sont nés, moi je me met en roue libre en attendant la fin, la mienne déjà, le plus peinard possible. Et béh autant être sympa avec tous ceux qu’on apprécie et pardonneur avec tous les autres, même les pires, y a plus que ça en mon pouvoir en fait. Clément et miséricordieux comme dirait Allah. Sauf avec l’arsène lui je veux le faire souffrir, il en faut un, ça sera lui sur le blog 😀

              1. Avatar de Khanard
                Khanard

                @CloClo

                ouf !!!!!!!!! je l’ai échappé belle !

                je suis désolé pour l’arsène mais que voulez vous …….

                de toutes manières comme a dit un illuminé du casque : »tuez les tous ! Dieu reconnaîtra les siens » .

                1. Avatar de l'arsène
                  l’arsène

                  @ Khanard
                  « je suis désolé pour l’arsène »
                  Ne soyez pas désolé Khanard, bien au contraire, c’est toujours jouissif de se faire insulter par un clone de BHL !
                  Et surtout, qu’il continue, s’il arrêtait je me poserais des questions !

                  1. Avatar de Khanard
                    Khanard

                    @l’arsène

                    au vu de votre réponse il y a une sorte de masochisme.

                    ce que je constate c’est que l’arsène réapparait , CloClo arrive !

                    1. Avatar de l'arsène
                      l’arsène

                      @ Khanard
                      Non Khanard, pas maso, simplement réaliste pour comprendre qu’il est toujours préférable de laisser certaines personnes s’exprimer même si elles vous insultent.
                      J’ai largement passé l’âge à répondre à ce type de personnage que j’ai combattu depuis un demi siècle.
                      Il prend son pied, tant mieux pour lui.
                      Moi, je m’en tape.
                      Ceci dit, je pense que je ne suis plus le bien venu ici , alors à bientôt, peut-être.

                2. Avatar de Michaël R
                  Michaël R

                  Dieu reconnaîtra les siens….moi je préfère la version de Georges 😉
                  https://youtu.be/OkbvUu8lkNk?feature=shared

                  1. Avatar de Khanard
                    Khanard

                    @Michaël R

                    oui effectivement on pourrait tous s’embrasser ! 🥰🥰🥰🥰🥰🥰

              2. Avatar de arkao

                @CloClo
                Et pourquoi faudrait-il qu’il en reste un à faire souffrir ?
                Encore un dernier petit effort, vous êtes sur la bonne voie 😉

                1. Avatar de CloClo
                  CloClo

                  C’était une boutade après un coulis de gentillesse Miss France !

                  Un peu de Ying dans le Yang quoi.

  13. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    Je constate, encore une fois, qu’il est inutile ici d’envisager la moindre critique sur celui qui annonce clairement vouloir me  » faire souffrir ».
    ( ce poste passera à la trappe, comme l’autre, mais l’injustice est ici flagrante envers ceux qui osent en critiquer certains).

  14. Avatar de Trollichon des Bois
    Trollichon des Bois

    T’as pas les bonnes accréditations qu’on te dit ! Mais tu peux toujours lui proposer un duel, après il n’est que miel… et plus une goutte de plomb. Par exaptation il s’est même laissé pousser une plume 😉

    1. Avatar de CloClo
      CloClo

      Où t’es allé chercher ce terme exaptation ? Je sors souvent cette exemple de plume comme radiateur thermique avant de servir à voler, et j’ignorai (remarque y a pas que ça) ce terme qui qualifie ce processus.

      1. Avatar de Khanard
        Khanard

        @CloClo
        exaptation ?
        à mon avis c’est dans le troquet que fréquente Trollichon où se retrouvent les possesseurs de SUV !

        et je pense que si tu leur mets une plume dans le c** ils se prennent pour Musk .

      2. Avatar de Trollichon des Bois
        Trollichon des Bois

        C’est du Dr Cryptique ! C’est que ça cause velu sur le blog à Jorion…

      3. Avatar de timiota
        timiota

        Oh : https://fr.wikipedia.org/wiki/Exaptation

        Bien qu’au vu de chatGPT, ce sympathique wilipedia deviennent une intelligence faible, un « weakipedia ».

        Anecdote : Je vois arriver les premiers rapports de stage de fin d’étude d’ingé avec mention d’usage juste « malin » (non malicieux) de chatGPT : utile pour les « sales engineers » débutant-stagiaires, ingénieurs technico-commerciaux, qui doivent pifométrer en une demi-journée et sans gros background un début de solution au prospect n°7bis vu à la conférence toute récente : ça fournit l’ouverture de piste. Piste qu’il faut quand même aller fouiller un peu à la mano après (doc fournisseurs, autres confs, …) . Ca comble certainement la frustration de la recherche par mot-clé dans son état de base dans scholar : assez peu productive si on n’a pas anticipé pile les bons mots des spécialistes qu’ils mettent dans le titre (comme « exaptation » par exemple !), bien que le brevets soient souvent assez « couvrants » en vocabulaires, pour savonner d’avance toutes les planches qui se présenteraient .

  15. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    S’il n’y avait que Chat-gpt qui cachait des choses, aux « C— » croyant encore en « l’espoir »… l’espérance contraire pourrait-elle encore se nicher dans quelques parts d’ombres de ses concepteurs, invités à faire naître, à accoucher de « l’immaculé conception » d’une IA de droite extrême/d’extrême droite…?

    « Voila qu’un récit « politique/apolitique » (surmédiatisé sur une chaîne audiovisuelle publique [F5], voulant concurrencer l’audimat des chaines de diffusion en continue du privé, d’intoxs/ »vérités alternatives ») sur le PAF du « monde d’après », « nouveau monde » nous narrant « l’Histoire/légende » de « ‘Homme providentiel » pour l’extrême droite/droite extrême… la macronie (et leurs fidèles GRENOUILLES vouant un « culte féroce » à la seule DICTATURE des émotions, ne sondant que le plus profond du FONDEMENT – trou du C– » – de leurs consentement acceptabilité, « assimilation/intégration » au « ras le bol fiscal », « poujadisme », « bas instincts » du culte de l’individualisme) voila donc que « l’élu » (par la « grâce » de l’abstention, de l’inculture « systémique », de la « laïcité athéiste » ? ) de « l’Etat ne peut pas tout »… franchouillard quoi… se rend au chevet de la « représentativité » déclinante du culte catholique (et/ou judéo-chrétien ?) venant lui, donner une messe à Marseille – source paraît-il, des dernières traces des restes du « Christ », de « Marie »… pour les adeptes de complots, conspirations captivés, envoûtés, selon les récits, par les Films « Hollywoodiens » « Da Vinci Code », etc…? »

    Alors que pendant ce temps et espace éthéré, sur terre, se disputent pareilles angélismes matérialistes, au sujet de l’accueil des RÉFUGIÉ.E.S et demandes d’asiles en Europe…

    « Il ne faudrait pas que la « régularisation des travailleuses et travailleurs sans papiers » (du secteur du BTP, de la restauration, de l’hostellerie, de l’industrie agroalimentaire, aux particuliers) consiste à exonérer la démocratie horizontale de la « société civile » , le rôle de la politique, celui de l’État et celui de l’indépendance de la justice, d’avoir à poursuivre les propriétaires privés d’entreprises, d’actions… pour esclavagisme des « temps modernes » du néolibéralisme/ultralibéralisme (se rappeler des ouvrières-ouvriers népalais, afghans, etc décédés au Qatar après leur exploitation jusqu’à leur mort – par les « fleurons nationaux » Bouygues, Vinci – pour construire des infrastructures sportives, hôtelières inutiles, du mondial de foot 2022…).

    Il ne faudrait pas… en plus de se cacher derrière la « régulation des sans papiers » exploités dans les « secteurs en tensions »… que le principe du « droit à l’erreur fiscale », comme pour la « magie de la main invisible », « l’immorale mais légale optimisation fiscale », etc… vienne dédouaner ces adeptes de la « profitation » du travail non déclaré, des fraudes systémiques aux cotisations sociales patronales (en autres à la TVA, au impôts sur société, de production, etc), des attaques systémiques menées contre la SC, les services publics de l’inspection du travail, du conseil prud’homal, de la médecine du travail… vienne donc les dédouaner de devoir rendre des comptes de leurs crimes et délits contre l’humanité, l’État providence, le climat, l’environnement…

    Il ne faudrait pas non plus, qu’en blanchissant la déliquescence éthique individuelle et l’immoralité collective galopante – le « sport national » à la fraude fiscale… étant toujours à la mode chez les « poujadistes », le « ras le bol fiscal », etc des propriétaires privés d’entreprises, d’actions, le marchands de sommeil, de logements secondaires en location airbnb, etc – de cet argent caché sur des comptes au nom de « personnes morales » dans des « paradis fiscaux »… et si mal acquis par le travail non déclaré de la précarité, pauvreté discriminée de façon systémique… les pires des politiques, « apolitiques » des technocrates, bureaucrates (de la macronie aux extrêmes droites/droites extrêmes…) populistes et démagogues… se glorifient d’avoir fait baisser le taux de fraudes aux cotisations sociales patronales, etc, et celui du travail non déclaré… illégal…

    Faut-il que les mêmes puissent en profiter pour vanter l’efficacité d’une politique publique et fiscale (néolibérale/ultralibérale/rouge-brun) alignant au moins disant social, fiscal, moral environnemental les modèles sociaux… alors que ce qui aura échappé au financement du bien commun de la SC, assurance vieillesse, chômage, maladie, etc, par une opération de « socialisation des pertes » (comme pour la crise de subprimes) sous prétexte de régulariser des sans papiers… finira « privatisé » dans la poche des propriétaires privés d’entreprises, d’actions de salaires variables, de stock-option, de retraite chapeau/dorée, de placements immobiliers locatifs… ayant exploité sans déclaré des RÉFUGIÉ.E.S quoi (victimes des guerres commerciales, monétaires, de « civilisations » – dont celles qui consument comme la France, les USA… plus de 3 à 6 planètes par an veulent continuer ainsi, quoi qu’il en coûte aux autres – guerres de l’eau, pour les terres arables, terres rares, matières premières… victimes des « externalités négatives » du capitalisme productiviste intensif… aggravant le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité, les sécheresses, canicules, inondations, etc, intensifiant l’in-habitabilité pour les espèces vivantes, dont celle humaine, sur des territoires de plus en plus grand)…? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Question au psychanalyste Paul : Trump pourrait-il décompenser de sa maladie mentale lors de ce procès ? https://www.lesechos.fr/2017/04/donald-trump-souffrirait-il-dune-dangereuse-maladie-mentale-165143

  2. La mise en sommeil de la candidature de Nikki Haley – qui n’a pas jeté l’éponge – pourrait s’arrêter à…

  3. Paul, dédicace spéciale pour vous, et pour tout le monde évidemment… Je suis sûr que vous allez chanter en vous…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta