Archives par mot-clé : pouvoir d’achat

L’Écho – Comment légitimer la politique de l’offre et la théorie du ruissellement ? le 12 mars 2019

Le ruissellement suppose le pouvoir d’achat

La « politique de l’offre » – que l’offre créera automatiquement sa demande, puisque la production engendrera les salaires de ceux qui produiront – tout comme la « théorie du ruissellement » – qui veut que les plus riches, par leurs achats, subventionnent automatiquement les moins riches qui produiront – négligent cependant chacune un élément essentiel, la première, que les salaires générés devront être d’un niveau suffisamment élevé pour que les salariés achètent la totalité des biens et des services qui seront offerts, et la seconde, celle du ruissellement, qu’il faut pour qu’elle soit valide, que l’économie puisse absorber en tant qu’investissement rentable toute la richesse que les détenteurs de capitaux ont la capacité de mettre à sa disposition.

Continuer la lecture de L’Écho – Comment légitimer la politique de l’offre et la théorie du ruissellement ? le 12 mars 2019

26Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Trends – Tendances, Les industriels ont cessé de rêver la nuit à créer des emplois, le 25 février 2016

Les études se succèdent qui annoncent la disparition de l’emploi en raison des progrès de l’informatique : remplacement du travail manuel par le robot et du travail intellectuel par le logiciel. Des chiffres récents évoquent à l’horizon 2030 la disparition pour cette raison de 47% des emplois aux États-Unis, 69% en Inde, 77% en Chine et 50% en Belgique. Même si la précision de ces chiffres est injustifiée, l’ordre de grandeur est celui-là. Curieusement, personne ne tient compte de cette sombre perspective quand il est question de l’avenir de l’emploi, ces chiffres semblent inassimilables : on continue de réfléchir dans un cadre ancien entièrement dépassé.

Continuer la lecture de Trends – Tendances, Les industriels ont cessé de rêver la nuit à créer des emplois, le 25 février 2016

151Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Une autre approche pour une sortie de crise, par Rémi Chanrion

Billet invité.

Lorsqu’un gouvernement souhaite résorber sa dette publique, il cherche, le plus souvent, à diminuer le poids de son déficit public, dit autrement, de sa dette annuelle. Pour ce faire, il utilise deux leviers à sa disposition. A savoir l’augmentation des impôts et la réduction des dépenses. La méthodologie classiquement utilisée pour réduire les dépenses publiques est la suivante. Elle consiste dans l’examen des différents postes de dépenses (Education, Intérêt de la dette, Famille, Santé, Défense nationale etc.). Cet examen met alors en évidence les postes de dépenses qui pèsent le plus sur la situation financière du pays. Ils subiront alors une diminution de leur montant. Cette méthode qui entraine une baisse de la demande, dont découle un affaiblissement de la croissance, et qui aboutit à accroissement de la dette du pays est contreproductive, lorsqu’elle appliquée à la réduction des dépenses publiques.

Elle gagnerait, en revanche, à être appliquée aux agents économiques constitués par les ménages. Ainsi, il conviendrait, dans un pays donné, soucieux de réduire son déficit public tout en conservant, ou en augmentant, sa croissance, de procéder à l’examen de l’ensemble des postes de dépenses qui pèsent, non plus sur les comptes de l’Etat, mais désormais sur le portefeuille d’un ménage moyen. Et cela dans le but d’en faire ressortir les éléments pesant le plus sur le pouvoir d’achat du dit ménage. Ces dépenses sont classiquement, en mettant volontairement de côté la problématique complexe du prix des loyers, l’alimentation, le paiement des différents services nécessaire à l’activités du ménage (l’eau, électricité, moyens de communication constitués par la téléphonie et internet).

Continuer la lecture de Une autre approche pour une sortie de crise, par Rémi Chanrion

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail