Archives par mot-clé : transhumanisme

Les attitudes possibles devant la menace d’extinction (VI) La colonisation de l’espace

Ouvert aux commentaires. Rappel : acceptation ; frugalité ; eugénisme et exterminisme ; le progrès ; le survivalisme. VI. La…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Les attitudes possibles devant la menace d’extinction (IV) Le progrès l’emportera

Ouvert aux commentaires. Rappel : acceptation ; frugalité ; eugénisme et exterminisme. IV. Le progrès l’emportera  Quatrième option : IV.…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Les attitudes possibles devant la menace d’extinction (I & II)

Ouvert aux commentaires. I. Déni de l’extinction I.1 Le refus à titre privé I.2 L’agnotologie du « Marchand de doute…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Les antihumanismes et la survie de l’espèce

Ouvert aux commentaires. On assiste depuis quelque 150 ans à la montée en puissance de différentes réflexions généralement appelées «…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Lille, École Psychanalytique des Hauts-de-France, « Les robots appellent ‘capteurs’ leur inconscient », le 23 novembre 2019 – Retranscription

Ouvert aux commentaires. https://www.pauljorion.com/blog/wp-content/uploads/Inconscient-Robot-PJorion.mp3 N.B. Je cite un Scolastique en disant « Grégoire de Rimini », au lieu de « Grégoire de Shaftesbury ».

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Le citoyennisme et ses limites, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires.

Le citoyennisme est très souvent une réaction spontanée à la désillusion devant la gestion effective de l’État. Autrement dit, si l’État ne peut rien, le citoyennisme affirme que c’est aux citoyens de s’organiser entre eux pour être directement acteurs du changement attendu. L’idée fondamentale du citoyennisme est d’atteindre la masse critique nécessaire pour engager un basculement des comportements de l’ensemble des individus d’une société.

Cette philosophie était assez présente jusqu’à peu au sein du militantisme écologique : c’était la position notamment du directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard. Dans son livre, Les Veilleurs du ciel, publié en 2015, il dessine sa philosophie d’action. Selon lui, il ne faut plus rien attendre des États sur les questions de l’environnement. Ayant observé de très près plusieurs COP, il note leur inefficacité la plus totale depuis trente ans.

Continuer la lecture de Le citoyennisme et ses limites, par Vincent Burnand-Galpin
Partager :

Le Prof. Andrew Feenberg, à l’Université catholique de Lille le 20 juin 2019

Workshop avec Andrew Feenberg

20 juin 2019, Université Catholique de Lille, 9h00 – 18h00

La chaire de recherche « Ethique, technologie et transhumanismes » de l’Université catholique de Lille (ETHICS EA-7446) organise le 20 juin 2019 une journée de workshop avec Andrew Feenberg (Simon Fraser University), philosophe américain de la technique, et ancien étudiant d’Herbert Marcuse. Après avoir enseigné aux États-Unis ainsi que dans de nombreuses universités dans le monde, il est aujourd’hui titulaire de la Canadian Research Chair in Philosophy of Technology à la Simon Fraser University de Vancouver. Il est également directeur de programme au Collège International de Philosophie à Paris.

Le workshop sera principalement axé sur le dernier livre de Feenberg, Technosystem : The Social Life of Reason (Harvard University Press 2017), mais il offrira aussi l’occasion d’instruire une réflexion plus large sur le constructivisme critique de Feenberg à l’égard de la technologie.

Continuer la lecture de Le Prof. Andrew Feenberg, à l’Université catholique de Lille le 20 juin 2019
Partager :

Le Média, COMMENT LES « ÉLITES » NOUS MÈNENT AU DÉSASTRE – PAUL JORION, le 8 janvier 2019

Ouvert aux commentaires.
Partager :

Philo 2. Nous sommes des génies, profitons-en ! – Retranscription

Retranscription de Philo 2. Nous sommes des génies, profitons-en !, le 30 décembre 2018. Merci à Cyril Touboulic !

 

Bonjour, nous sommes le dimanche 30 décembre 2018. Et il y a trois jours, le 27, j’ai commencé un petit cours de philo accéléré en deux leçons. Et, la première, j’avais appelé ça « Dieu est mort » et je vous avais annoncé que la deuxième leçon s’appellerait « Nous avons toujours été tout seuls ». J’ai décidé de modifier le titre de la deuxième partie et je vous expliquerai pourquoi tout à l’heure. Et le titre de la seconde partie sera « Nous sommes des génies, profitons-en ! ».

Alors, d’abord un petit récapitulatif de la première partie.

Continuer la lecture de Philo 2. Nous sommes des génies, profitons-en ! – Retranscription

Partager :

Espace Analytique, « La greffe de tête : corps donneur ou tête donneuse ? », le 8 novembre 2018 à 21h

Le 8 novembre, dans le cadre du Cercle international d’anthropologie psychanalytique, je ferai à 21h un exposé à l’Espace Analytique, 12 rue de Bourgogne, 75007 Paris.

Pour assister à ce séminaire, prière de s’inscrire ici.

« À partir de la question délibérément provocante, « La greffe de tête : corps donneur ou tête donneuse ? », on entend interroger la thèse transhumaniste de la mise en oeuvre – dans un avenir envisageable – du transfert d’un sujet humain pré-existant dans un corps artificiel.

Alors que les transhumanistes manient avec dextérité et en toute connaissance de cause les concepts empruntés à l’informatique et maîtrisent parfaitement la notion de « corps artificiel », pour ce qui est du « sujet humain » qu’il s’agirait de transférer, ils se contentent d’invoquer de manière non-critique des notions empruntées à la « psychologie populaire », où la « conscience » est une entité intuitive imprécise, si ce n’est qu’elle est l’organe d’une « volonté » transparente dont la finalité est de réaliser nos « intentions ».
La question est débattue de ce qu’impliquerait en réalité – c’est-à-dire à la lumière de la métapsychologie freudienne – le transfert d’un sujet humain pré-existant dans un corps artificiel. »
Partager :