Le FMI avoue avoir immolé la Grèce pour le compte de l‘Eurogroupe, par Yanis Varoufakis

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Cette semaine a débuté avec un débat au parlement grec, lancé par l’Opposition Officielle (le principal – mais pas le seul – supporter de la troïka à l’intérieur de la Grèce), avec pour objectif final de me faire inculper pour avoir osé contrer la troïka lorsque je fus ministre des finances durant les six premiers mois de 2015. Continuer la lecture de Le FMI avoue avoir immolé la Grèce pour le compte de l‘Eurogroupe, par Yanis Varoufakis

Partager

Le temps qu’il fait le 3 juin 2016 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 3 juin 2016. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le vendredi 3 juin 2016, et si vous pensez qu’il n’y a qu’en France que ça va très très mal, eh bien détrompez-vous, parce que ça veut dire que vous ne lisez pas fort l’actualité internationale. Ça va aussi mal en Allemagne. L’Allemagne est confrontée au fait que, d’abord, on se déchire dans son gouvernement, quand même, depuis quelques années, et pas nécessairement entre gens qui appartiennent à des partis différents. Vous avez suivi les querelles entre le ministre de l’économie et le ministre des finances. L’Allemagne essaye de résoudre le problème des réfugiés, essentiellement dans un dialogue avec la Turquie. Il est très difficile de résoudre ces questions avec la Turquie, parce qu’en ce moment, il y a un gouvernement autocrate à la tête de ce pays. On ne peut pas trop sacrifier des principes démocratiques pour le plaisir de s’arranger avec la Turquie, pour qu’on garde là-bas la grande masse des réfugiés.

Continuer la lecture de Le temps qu’il fait le 3 juin 2016 – Retranscription

Partager

L’Euro-Reich et ses collaborateurs français, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité.

Dans son récent entretien avec le journal espagnol El Pais (traduit en français par Olivier Delorme), Yanis Varoufakis interprète la politique de répression financière infligée à son pays comme la première étape d’une refondation de la zone euro immunisée de tout contrôle et de toute finalité démocratiques. L’objectif du Docteur Schäuble soutenu par l’opinion publique germanique est l’instauration d’une administration financière indépendante des pouvoirs politiques et de la Commission Européenne pour imposer une même mécanique budgétaire austéritaire à tous les pays débiteurs de l’Allemagne par la monnaie unique.

Continuer la lecture de L’Euro-Reich et ses collaborateurs français, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager

L’Union Européenne respecte-t-elle les conventions de Genève ?, par Serge Boucher

Billet invité.

Si ceux qui s’étaient réjouis de l’arrivée au pouvoir de Syriza ont bien des raisons d’être contrariés, leurs ennemis idéologiques semblent réticents à savourer leur victoire. Les économistes néo-libéraux allemands, par exemple, sont semble-t-il très en colère contre les soutiens de Syriza, spécifiquement les prix Nobel Joseph Stiglitz et Paul Krugman, qu’ils décrivent comme « impolis », « inconscients » des traités européens, et « paléo-Keynesiens ».

Continuer la lecture de L’Union Européenne respecte-t-elle les conventions de Genève ?, par Serge Boucher

Partager

Union Européenne – Non à la barbarie coloniale, par Roberto Boulant

Billet invité.

Oh ! nous savons bien que ceux qui vivent sous l’Union Européenne, les esclaves de S.M. le roi Marché ne sont pas moins cruellement torturés. Nous savons bien qu’en Grèce, en Espagne, de toutes les colonies, à quelque peuple qu’elles appartiennent, montent les mêmes plaintes, les mêmes hurlements de douleur vers le ciel sourd. Nous savons, hélas ! cette vieille et terrible histoire. Voilà quarante ans que les prêtres de la Religion Féroce se disputent entre eux l’extermination des états-sociaux européens. C’est ce que l’on appelle la civilisation moderne.

Continuer la lecture de Union Européenne – Non à la barbarie coloniale, par Roberto Boulant

Partager

Grèce – Poursuivant en sifflotant mon petit bonhomme de chemin…

Certains s’étonnent – dans les commentaires ici, et dans les mails que je reçois – de mon humeur égale depuis le 25 janvier, date de la victoire de Syriza aux législatives grecques. Ils me recommandent d’adopter leur propre point de vue qui, si j’en juge par la suite de leurs messages, est fait de montagnes russes, où les périodes de désespoir profond succèdent aux époques de folle exaltation.

Continuer la lecture de Grèce – Poursuivant en sifflotant mon petit bonhomme de chemin…

Partager

Grèce : La stratégie du casseur d’os, par Un Belge

Billet invité.

Pour décrire ce qui se joue en ce moment entre la Grèce et ses partenaires européens, il est tentant de chercher des précédents historiques. Le passé des nations de notre continent est suffisamment lesté de cadavres et entaché d’infamies pour nous laisser l’embarras du choix. Il n’est donc pas rare d’entendre comparer Wolfgang Schäuble, Angela Merkel, François Hollande, Jeroen Dijsselbloem (et bien d’autres élites européennes) à des figures peu sympathiques des années ’20 ou des années ’30. Parfois, ce sont les Etats eux-mêmes qui sont incriminés (« l’Allemagne », « la France »), comme s’il s’agissait d’individualités crapuleuses. L’inconvénient de ce type de propos est double : d’une part, ils contribuent à alimenter une sorte de magma émotionnel au sein duquel ils deviennent eux-mêmes inaudibles. D’autre part, ils rendent toute réflexion prisonnière de ce passé auquel ils ramènent, retardant le dépassement des vieilles catégories, celles-là même qui nous ont conduits dans l’impasse où nous sommes.

Continuer la lecture de Grèce : La stratégie du casseur d’os, par Un Belge

Partager

La Troïka dépasse les bornes

Le 27 février dernier, je publiais un billet intitulé Troïka : Il va peut-être falloir s’en occuper nous-mêmes ! J’y lançais l’idée d’un « tribunal d’opinion », dit aussi, d’après un exemple fameux, « Tribunal Russell », pour juger les meneurs de la Troïka.

Continuer la lecture de La Troïka dépasse les bornes

Partager

GrèceL’EUROPE ENTRE DANS UNE CRISE POLITIQUE, par François Leclerc

Billet invité.

François Hollande déclare que « l’accord c’est tout de suite », tandis que Wolfgang Schäuble considère qu’il n’y a « aucune base sérieuse pour négocier » et qu’Angela Merkel ajoute qu’elle ne veut pas « d’un compromis à tout prix ». Le front des créanciers européens a éclaté, les apparences ne peuvent plus être sauvées.

Continuer la lecture de GrèceL’EUROPE ENTRE DANS UNE CRISE POLITIQUE, par François Leclerc

Partager

L’Écho – Paul Jorion: « Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner », le 28 juin 2015

Paul Jorion : « Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner »

28 juin 2015 19:43

Celui qui avait prévu la crise des subprimes n’est pas rassurant. « La situation est détonante. Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner. C’est une situation très mal maîtrisée. » Presqu’à la Lehman Brothers, avoue le détenteur de la chaire « Stewardship of Finance » à la VUB.

Continuer la lecture de L’Écho – Paul Jorion: « Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner », le 28 juin 2015

Partager

Crise européenne : aux limites de l’invulnérabilité…, par Gérard Dumont

Billet invité.

Il y a maintenant près de deux ans je rédigeais ici un billet dont le titre était le suivant : “La dronisation de la crise européenne”.

La lecture de l’ouvrage Théorie du drone (Ed, La Fabrique) d’un jeune philosophe du CNRS en la personne de Grégoire Chamayou m’avait, de manière assez inattendue, amené à effectuer des rapprochements entre ce véritable emblème de la guerre ou plutôt de la chasse anti-terroriste mondiale qu’est le drone et certains des fondements de la crise européenne.

Continuer la lecture de Crise européenne : aux limites de l’invulnérabilité…, par Gérard Dumont

Partager

Le cynique réalisme de la Troïka, par Michel Leis

Billet invité.

Beaucoup voient dans la position dure de la Troïka vis-à-vis des positions grecques une volonté de faire passer la Grèce sous les fourches caudines, adressant ainsi un message fort aux peuples qui seraient tentés de faire un tel choix. Une telle idée n’est probablement vue par les membres de la Troïka que comme un bénéfice secondaire. En réalité, plus que le dogmatisme que j’évoquais comme l’une des pistes dans mon billet d’hier, ce qui me semble caractériser la position de la Troïka est l’expression d’un réalisme cynique, celui d’institutions ayant parfaitement intégré les rapports de forces et qui est au service de ces rapports de forces.

Continuer la lecture de Le cynique réalisme de la Troïka, par Michel Leis

Partager

« Ah les cons ! », par Zébu

Billet invité.

« Ah les cons ! », c’est en ces termes peu amènes qu’Edouard Daladier s’est exprimé lorsqu’il descendit de son avion revenant de Munich, s’attendant à être insulté et à recevoir des tomates après avoir signé l’accord du même nom, sidéré par l’accueil exalté que fut celui des foules pensant recevoir le sauveur de la paix.

Continuer la lecture de « Ah les cons ! », par Zébu

Partager

Les responsables de la prochaine crise financière catastrophique sont déjà connus

Rouge

Le système financier international est d’une extrême fragilité. Bien davantage encore qu’en 2008. Les raisons : une plus grande concentration encore due aux vétos mis aux réformes par les financiers et les leçons qu’ils ont tirées de la crise : « Qu’on ne compte plus sur nous pour jouer le jeu de la solidarité la prochaine fois ! », comme l’a dit en substance M. Jamie Dimon, le patron de JP Morgan Chase.

Continuer la lecture de Les responsables de la prochaine crise financière catastrophique sont déjà connus

Partager

Deux leçons grecques, par Michel Leis

Billet invité.

Les articles de journaux qui se sont multipliés ces derniers jours sur la crise grecque suscitent à parts plus ou moins égales deux types de réactions.

Nombre d’entre elles soutiennent le peuple grec, parfois au nom de la démocratie, parfois au nom de l’antieuropéanisme, parfois par simple compassion envers un peuple qui n’a pas mérité de punition collective.

Continuer la lecture de Deux leçons grecques, par Michel Leis

Partager

La ‘leventia’ d’Alexis Tsipras, par Jacques Seignan 

Billet invité.

En voyant ces images des réunions sur la Grèce, plusieurs sentiments peuvent se bousculer en nous : indignation, incompréhension, crainte, espoir… Et toute personne qui a dû se confronter à un jury, à une quelconque assemblée, parler face à des gens pas forcément sympathiques ou bien intentionnés, ne peut que ressentir une profonde admiration pour ce qu’Alexis Tsipras accomplit ces jours-ci.

Continuer la lecture de La ‘leventia’ d’Alexis Tsipras, par Jacques Seignan 

Partager

Les instances de la Troïka se chargent de tout et ne pourront s’en prendre qu’à elles-mêmes

Dans sa chronique publiée hier soir dans le Financial Times, Wolfgang Münchau écrit :

« Les ministres des Finances européens, ainsi que Madame Lagarde, signalèrent, lors de la réunion calamiteuse à Luxembourg la semaine dernière que, pareils aux Bourbons au XVIIIe siècle, ils n’ont rien appris, ni rien oublié. »

Quand Christine Lagarde s’est plainte jeudi soir lors des négociations en cours avec la Grèce qu’évoque Münchau, de « l’absence d’adultes dans la salle », elle a fait comme tous ceux ayant jamais prononcé ce genre de phrases : elle s’est comptée elle-même au rang des adultes. L’histoire en juge malheureusement parfois autrement, et nous en saurons plus peut-être à ce sujet pas plus tard que la fin de la semaine qui débute.

À la différence de ceux qui furent dirigés autrefois par des Louis XVI, notre participation citoyenne n’est nullement requise pour précipiter l’effondrement : les « adultes » auto-proclamés de la Troïka qui veillent sur notre destinée, se chargent de tout !

Partager

LA GRÈCE A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN !

Ouvert aux commentaires.

Les prêtres d’une religion féroce sont dans la rue ! (Quelqu’un qui les a connus de très près me disait hier qu’ils sont pires que je ne les décris ! C’est dire !)

Nous sommes indignés du traitement auquel les Grecs sont soumis (sauf les armateurs parce qu’ils sont créateurs-d’emplois, n’est-ce pas ?), nous sommes l’opinion publique même si les organes de presse qui sont censés être nos porte-paroles ne nous parlent que de football (à combien s’élevaient les pots-de-vin pour la coupe du monde en 1882 ? Y avait-il aussi des copains des enfants dans l’avion ? Etc. Etc.), aussi faisons savoir ce que nous en pensons. Ici, sur Facebook, sur Twitter, partout où on peut écrire un commentaire, en ouvrant la fenêtre et en criant : « Je suis fou de rage et je sens que je vais casser quelque chose ! », etc. (Laissez libre cours à votre imagination ! Traduisez en patagon … Je compte sur vous !)

Partager