Étiquette : Île de Houat

  • La mort statistique, et puis l’autre, le 4 mai 2020 – Retranscription

    Retranscription de La mort statistique, et puis l’autre, le 4 mai 2020. Ouvert aux commentaires. Bonjour, lundi 4 mai 2020…

    Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l’article. Vous pouvez vous abonner iciLire la suite…

  • « La mer et les jours » (1958)

    Ouvert aux commentaires.

    La mer et les jours de Cinémathèque De Bretagne.

    À l’époque où j’habitais l’Île de Houat, de février 1973 à mai 1974, quand on se réunissait pour mettre sur pied une belle fête, quelqu’un disait immanquablement : « Et si on montrait ‘La mer et les jours’ ? »

    Un grand silence se faisait alors car montrer ce petit film impliquait une sacrée responsabilité : chacun se souvenait des fois précédentes et leur cortège de visages rougis, de nez qu’on vidait dans un bruit de clairon au moment où apparaissait le mot « Fin » sur l’écran.… Lire la suite…

  • Souvenirs de jours en mer…

    Mon nouveau jardin, pour le moment, je l’observe.

    Je suis en cela les conseils de Jean-Michel, l’un des Houatais qui m’ont appris la pêche : « Quand t’as un nouveau bateau, il faut d’abord l’observer. Pour comprendre comment il marche. Il y en a qui ont tendance à remonter, et d’autres à abattre. Il y en a qui sont plus à l’aise à rouler, et d’autres à tanguer. Il faut d’abord que tu comprennes ce qui lui convient. C’est seulement à ce moment-là que tu pourras lui dire ce que tu voudrais qu’il fasse ! »

    J’attends d’avoir compris comment mon nouveau jardin marche, je lui ferai alors savoir ce que j’aimerais bien qu’il fasse pousser.… Lire la suite…

  • De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

    Ouvert aux commentaires.

    I- La « mentalité primitive »

    Jacques Athanase GILBERT

    Votre parcours est particulièrement atypique, marqué en particulier par cette étonnante transition du chercheur au blogueur. Au-delà, votre pensée s’enracine dans le champ de la transdisciplinarité, empruntant à la fois à la philosophie, à l’anthropologie, à la sociologie et à l’économie. Comment appréhendez-vous cet itinéraire ?… Lire la suite…

  • De l’anthropologie à la guerre civile numérique (II), Anthropologie de l’Île de Houat, entretien réalisé le 21 mars 2016

    Franck CORMERAIS

    Votre étude sur les pêcheurs d’Houat vous a amené à interroger les techniques, en particulier par le biais des techniques du corps. Vous reliez la technologie avec la topographie imaginaire, posant ainsi le paradigme de la mesure.… Lire la suite…

  • Diffuser ou résister à la diffusion : Fractales fatales, par Jean-François Le Bitoux

    Billet invité.

    « Il y a deux types de populations. Il y a ceux où ce type d’information circule, et puis ça ne se diffuse pas à l’intérieur du reste du système. »

    Paul Jorion, Le temps qu’il fait le 6 mars 2015

    L’anthropologue s’étonne d’un problème qu’il connait et dénonce depuis toujours : ce qui parait simple aux uns est parfois insupportable et irrecevable aux voisins. Bruno Latour enseigne que le « fait scientifique » est peu de choses sans le « fait sociologique » qui le porte. La science pastorienne n’existerait pas sans l’encadrement sociétal et de communication que le savant a su gérer simultanément.… Lire la suite…

  • L’Île de Houat

  • PIQÛRE DE RAPPEL : ANTHROPOLOGUE INCLASSABLE, Journal des Anthropologues, N°126-127 : 335-339

    Un entretien avec Laura Ferré. Je suis depuis quelques semaines en dialogue avec une personne qui veut s’initier à l’anthropologie pour comprendre son environnement de travail. J’allais lui signaler ce texte ce matin et, le relisant, je me suis dit que cela pouvait intéresser certains d’entre vous qui ne l’auraient pas lu.

    Comment définissez-vous un anthropologue ?

                Je dirais que c’est simplement quelqu’un qui a obtenu un diplôme en anthropologie délivré par une université. Comme l’enseignement est très différent d’un endroit à l’autre, un anthropologue peut être beaucoup de choses différentes. Dans mon expérience, en Belgique et en France, les professeurs d’anthropologie enseignent un peu ce qu’ils connaissent et ce n’est pas très structuré, donc ça peut très bien être une mosaïque de différentes choses.… Lire la suite…

  • Joseph Le Hyaric

    Raphaël Péron, Jean-Michel Le Roux et Joseph Le Hyaric (maire de l’Île de Houat à l’époque) m’ont appris la pêche en mer. Lorsque je me suis rendu à Houat en 2009, à mon retour des États-Unis, trente-cinq ans après avoir vécu dans l’île, c’est malheureusement au petit cimetière sur la falaise que j’avais dû aller saluer Raphaël et Jean-Michel. Jo était était toujours là lui, bon pied, bon oeil, et j’avais tenu à vous en parler. La dernière fois que je l’ai vu, c’était il y a exactement deux semaines, à l’hôpital de Vannes. Il était inconscient tout le temps que j’ai été à ses côtés.… Lire la suite…

  • Dans le sillage des pêcheurs d’Houat, par Jérôme Lamy

    Billet invité. Cet article paraît aujourd’hui 20 septembre dans L’Humanité.

    Initialement parue en 1983, la thèse de l’anthropologue Paul Jorion sur les pêcheurs d’Houat dans les années 1970 reparaît aujourd’hui augmentée d’une préface. La description minutieuse des codes langagiers, des modes d’existence et des manières de faire de cette petite communauté insulaire de Bretagne fait ressurgir un monde englouti. La parole rare des pêcheurs s’est vidée de tout sujet, laissant aux éléments naturels l’initiative de la réussite ou de l’échec commercial. Le discours des femmes sur l’île est, lui, plus directement politique puisqu’il se situe en permanence dans les rapports entre individus.… Lire la suite…

  • RELIRE « LES PÊCHEURS d’HOUAT », TRENTE ANS PLUS TARD (I)

    Il m’arrive plus souvent aujourd’hui qu’autrefois de relire les textes que j’ai écrits précédemment. La raison en est le blog. Les commentaires sont nombreux qui demandent : « Pourquoi ne parlez-vous jamais de ceci ? » et je réponds alors : « Parce que j’y ai déjà consacré tant de chapitres dans mon livre paru telle année ». Pour que je puisse répondre cela, il aura fallu alors que je me relise pour être sûr de l’avoir bien écrit et, si nécessaire, je complète de telle ou telle manière.

    Mais pour un livre comme Les pêcheurs d’Houat, paru en 1983 et réédité aujourd’hui, la dernière fois que je l’ai lu a dû être au moment de la correction des épreuves, soit environ six mois avant sa parution.… Lire la suite…

  • LES PÊCHEURS D’HOUAT – Réédition 2012

    Après avoir été longtemps épuisé, Les pêcheurs d’Houat (Hermann 1983), reparaît lundi 25 juin aux Éditions du Croquant.

    Comme leur nom le suggère, les Éditions du Croquant ne sont pas un empire de presse mais une coopérative, si vous avez l’intention de vous procurer le livre en-ligne, vous les aiderez en l’achetant directement ici.

    Lire la suite…

  • LES PÊCHEURS D’HOUAT (1983)

    Les Éditions du Croquant vont rééditer mon premier livre, publié originellement par Hermann mais depuis longtemps épuisé. Voici ce qui sera la « Préface 2012 ».

     

    J’ai habité dans l’Île de Houat de février 1973 à mai 1974. J’y suis retourné plusieurs fois dans les années qui ont suivi, la dernière fois en 1978. La fois qui serait la suivante, ce fut en 2010. De l’eau avait coulé sous les ponts. Beaucoup d’eau de mer avait coulé, au rythme des marées, entre Valuec et le Grand Coin.

    Je pensais souvent à Houat. Je me disais : « La prochaine fois que je vois Jean-Michel, il faudra que je lui dise ceci » ou « Tiens !… Lire la suite…

  • FR3, LITTORAL, « Flocons d’écume, et vagues en creux », samedi 28 janvier à 16h15

    L’émission est visible ici. Si ça ne marche pas dans votre région, un autre lien, ici.

    Sur l’île d’Houat dans le Morbihan, un économiste mondialement connu (PJ : hum ! hum !…) revient sur le terrain de son étude, la criée et les pêcheurs… mais la crise est passée par là.

    Le 28 janvier à 16h15 (Bretagne, Pays de Loire, Normandie), rediffusion le lundi matin 30 janvier à 10h15 (mêmes régions, plus Pas de Calais, Poitou Charente, Ile de France, Aquitaine, Midi-Pyrénées), ainsi que sur TV5 Monde et Planète Thalassa.

    Oui, la mode était légèrement différente en 1973 de ce qu’elle est aujourd’hui.… Lire la suite…

  • ANTHROPOLOGUE INCLASSABLE, Journal des Anthropologues, N°126-127 : 335-339

    Un entretien avec Laura Ferré.

    Comment définissez-vous un anthropologue ?

                Je dirais que c’est simplement quelqu’un qui a obtenu un diplôme en anthropologie délivré par une université. Comme l’enseignement est très différent d’un endroit à l’autre, un anthropologue peut être beaucoup de choses différentes. Dans mon expérience, en Belgique et en France, les professeurs d’anthropologie enseignent un peu ce qu’ils connaissent et ce n’est pas très structuré, donc ça peut très bien être une mosaïque de différentes choses. Donc ça laisse une énorme liberté pour se définir comme étant anthropologue. Dans le monde anglo-saxon, que j’ai connu en particulier à Cambridge, c’est beaucoup plus précis.… Lire la suite…