Archives par mot-clé : Afghanistan

Afghanistan : Des loups va-t-en-guerre déguisés en agneaux humanitaires ! par Yorgos Mitralias

© Chantal Montellier
Le paysage politique américain de ces jours-ci n’a jamais été aussi clair et net. Contre la décision du président Biden de retirer définitivement les troupes américaines de l’Afghanistan le 31 Août, se rangent : L’ensemble de l’établissement politico-économique du pays, le parti Républicain et son chef Donald Trump, une grande partie de la direction du parti Démocrate et de ses groupes parlementaires, le complexe militaro-industriel et tout ce qui a un rapport direct ou indirect avec la guerre, tous les grands media (quotidiens, chaînes de télé,…) indépendamment de leur sympathies partidaires, une importante partie de la hiérarchie militaire, les centres de décision néolibéraux et atlantistes. (1) En faveur de la même décision de Biden se rangent : L’ensemble de la gauche -radicale et moins radicale- américaine ainsi que tous les grands mouvements sociaux, la plupart des organisations de vétérans, la grande majorité (selon les sondages, 63%-65%) du peuple américain.

Quant à l’Europe, contre la décision de Biden se rangent : Tous les alliés atlantiques des États-Unis et l’OTAN, la direction de l’Union Européenne et ses pays-membres, tous les grands médias, les principaux groupes politiques (Chrétiens-démocrates, Libéraux, Sociaux-démocrates, Extrême-droite), plusieurs ONG. Et en faveur de la même décision du Président américain, se rangent : D’après ce qu’on connaît, il n’y a pas des forces de la gauche européenne rangées clairement et catégoriquement en faveur de cette décision et contre les efforts persistants des gouvernements de leurs pays pour que Biden recule et consente à faire prolonger le déploiement des forces américaines en Afghanistan…

Continuer la lecture de Afghanistan : Des loups va-t-en-guerre déguisés en agneaux humanitaires ! par Yorgos Mitralias

Partager :

Veille effondrement #29 – “Ça ne sera jamais pire que …”

Il est dans la nature humaine d’être optimiste et je suis certain qu’il y a dû y avoir des ministres, voire un président américain, pour se dire que “Ça ne sera jamais aussi grave à Kaboul que l’évacuation de Saïgon en 1975”.

Or plutôt que “Ça ne sera jamais pire que …”, l’Histoire nous a plutôt habitués à “En réalité, on n’avait encore rien vu…”.

Nous aurons hélas de nombreuses occasions de nous souvenir de cela dans les années qui viennent.

Partager :

Une pensée pour l’Afghanistan

Avant les Américains (2003-2021), que les Russes avaient précédés (1979-1989), les Anglais s’y étaient déjà cassé les dents (1839-1842, etc.).

Les filles n’iront plus à l’école. La charia sera appliquée. Je n’en dis pas plus, cela vaut mieux pour tout le monde.

Ceci, c’était il y a 46 ans. Espérons que ce ne soit pas encore pire là-bas, d’ici lundi.

P.S. Merci à A. C.

Partager :

États-Unis, Royaume-Uni : dernières nouvelles, le 11 septembre 2019 – Retranscription

Retranscription de États-Unis, Royaume-Uni : dernières nouvelles, le 11 septembre 2019

Bonjour, nous sommes le mercredi 11 septembre 2019. Aujourd’hui, je vais vous parler de deux évènements : la démission/limogeage de M. John Bolton aux États-Unis et les aventures de M. Boris Johnson, où on en est.

Les États-Unis. Quand la nouvelle est tombée, c’était dans la soirée, pour nous, hier, de la démission, disparition en tous cas, de M. John Bolton comme conseiller à la défense de M. Trump, j’ai immédiatement réagi par l’ironie. J’ai dit « M. Trump a choisi entre ses deux conseillers en matière de défense, entre M. John Bolton et M. Vladimir Poutine, et il a choisi M. Vladimir Poutine ». C’était de l’ironie mais je n’étais pas loin de bien décrire quand même la situation.

Continuer la lecture de États-Unis, Royaume-Uni : dernières nouvelles, le 11 septembre 2019 – Retranscription

Partager :

CHINE – Tensions internationales – Le long des frontières chinoises  (1) : Inde, Pakistan, Vietnam, par DD & DH

Billet invité.

Le XIXème Congrès du Parti Communiste Chinois se prépare en ce début d’automne dans un contexte international qu’on a connu meilleur ! Contrainte de revoir à la baisse ses objectifs économiques à cause d’une croissance qui s’essouffle et de mettre un frein à certains investissements de ses entrepreneurs capitalistes en direction de l’étranger pour limiter les risques de casse, la Chine n’a pas actuellement tous les vents favorables en poupe. Continuer la lecture de CHINE – Tensions internationales – Le long des frontières chinoises  (1) : Inde, Pakistan, Vietnam, par DD & DH

Partager :

UNE HISTOIRE DE DOMINOS (EGYPTIENS), par Zébu

Billet invité

Mianne a récemment évoqué dans un post la possibilité d’un parallèle entre la situation actuelle de l’Egypte pour les USA et celle de la Pologne en 1989 pour l’URSS : une situation vitale. Car pour ces deux puissances militaires, « l’extérieur », qu’il soit proche ou lointain, a toujours eu de forts liens d’interdépendance avec l’ensemble du système.

Ce dont on oublie aussi de parler sur ce sujet, si l’on parle « d’extérieur », c’est l’analogie possible avec l’URSS sur un autre front : celui de l’Afghanistan, un des fronts de « l’extérieur lointain » (pour peu que l’on suive la thèse de De Defensa) pour les USA. On pourra arguer que l’Afghanistan était un « extérieur proche » de par sa situation limitrophe, mais cela ne constituait néanmoins pas le cœur du système soviétique, à l’inverse de la Pologne dans les années 80, de la Hongrie dans les années 50 ou de la Tchécoslovaquie dans les années 60.

Si la Pologne a fortement contribué à son effondrement en 1989, l’URSS est déjà en guerre en Afghanistan depuis plus d’un an quand le syndicat Solidarnosc naît en 1980. Et quand le 15 février 1989 les dernières troupes soviétiques sont évacuées du pays, il ne reste plus que quelque mois avant la chute du mur de Berlin qui verra deux mois plus tard, la légalisation du syndicat Solidarnosc et sa participation aux élections. L’empire soviétique aura été saigné à blanc par cette guerre : plusieurs dizaines de milliers de morts et de blessés au combat, des centaines de milliers de malades, 900 000 soldats ayant servis, pour un coût au final de 2 milliards de dollars par an (soit environ 6 milliards en dollars constants).

Si on prend, au regard du nombre de soldats ayant servi, le nombre de morts pendant les neuf années de conflit (14 000 morts pour 900 000 soldats), on obtient un pourcentage de tombés au combat faible (1,56 % du total), a fortiori si l’on prend le nombre total de soldats dans l’armée de l’URSS. Pour autant, l’impact fut très important psychologiquement, avec les dizaines de milliers de soldats blessés au combat revenant au pays et surtout la première défaite de l’armée rouge sur le terrain depuis la seconde guerre mondiale.

Continuer la lecture de UNE HISTOIRE DE DOMINOS (EGYPTIENS), par Zébu

Partager :

Le temps qu’il fait, le 27 août 2010

L’adresse de Nicolas Sarkozy aux ambassadeurs
Réfléchir aux leçons de l’histoire
L’Afghanistan
La spéculation sur les matières premières
Le désordre monétaire international : un vrai nouveau Bretton Woods
Les discours d’Alan Greenspan
La Chine comme soutien du système monétaire international

Partager :