Archives par mot-clé : Bernie Sanders

La théorie moderne de la monnaie (TMM) ne tient pas debout – Feuilleton

M. Bernie Sanders a fait de la Théorie moderne de la monnaie, ou Théorie monétaire moderne (TMM), de l’anglais “Modern Money Theory” (MMT), l’armature de la politique économique de sa campagne aux primaires de la récente élection présidentielle aux États-Unis. Mme Alexandria Ocasio-Cortez dit de la TMM qu’elle “devrait être débattue”. Or cette théorie est viciée par une mécompréhension majeure du mécanisme de la formation des taux d’intérêt à moyen et long terme, cruciaux pour l’économie comme pour la dette publique.

La raison pour laquelle ce défaut passe inaperçu de certains économistes intelligents est qu’ils et elles raisonnent à l’intérieur du cadre d’une monnaie forte comme le dollar ou l’euro, monnaies qui bénéficieraient en effet d’une mise en œuvre de la TMM, mais aux dépens des monnaies faibles et des économies qui y sont attachées.

Mise en œuvre à l’échelle mondiale, la TMM entraînerait rapidement la ruine des petites économies. Un mécanisme de plus aurait été mis en place qui drainerait le peu d’argent des pauvres vers l’escarcelle des riches. C’est bien là la dernière chose dont nous aurions besoin aujourd’hui.

Comme la question est d’actualité et que ses enjeux sont majeurs, je vais y consacrer plusieurs billets et vidéos, en français et en anglais.

Partager :

Présidence Trump : Quatre ans qui ont ébranlé le monde, mais ont laissé de marbre les gauches européennes !, par Yorgos Mitralias

Le premier acte de l’actuel drame américain étant achevé avec l’investiture de Joe Biden, on peut légitimement s’interroger sur les réactions ou le manque de réactions qu’a provoqué la tumultueuse présidence de Donald Trump en dehors des États-Unis. Et évidemment, s’interroger sur la totale incompréhension de ce qui s’est passé tant au sommet qu’à la base de la société américaine durant les 4 ans de cette présidence Trump, dont ont fait preuve les médias et les élites intellectuelles internationales mais aussi l’écrasante majorité des gauches européennes.

Il ne fait pas de doute que l’origine de cette « totale incompréhension » doit être recherchée dans la scandaleuse indifférence que tout ce monde, pour le reste très hétéroclite, a montré pour ce qui se passait non pas dans un petit pays du Tiers Monde mais au cœur de la super-puissance mondiale ! Et si la victoire, l’ intronisation et les quatre ans de la présidence de Trump ont attiré un peu l’attention, on ne pas dire de même de la candidature de Bernie Sanders et du grand mouvement populaire qui s’est formé autour d’elle. Il va sans dire que l’indifférence des médias n’est pas surprenante vue qu’ils n’avaient aucun intérêt à informer l’opinion publique européenne qu’aux États-Unis était en train de naître un formidable mouvement populaire de masse, composé surtout de jeunes gens radicalisés qui osaient se déclarer socialistes au pays où ce mot était traditionnellement plus que diabolisé.

Continuer la lecture de Présidence Trump : Quatre ans qui ont ébranlé le monde, mais ont laissé de marbre les gauches européennes !, par Yorgos Mitralias

Partager :

Flash Info : Bernie Sanders et Elizabeth Warren

  • Bernie Sanders jette l’éponge dans la primaire du Parti Démocrate
  • Barack Obama essaie de relancer la candidature d’Elizabeth Warren en disant énormément de bien d’elle (se dirait-on dans le camp Démocrate que Joe Biden ne fera pas le poids devant un Trump et sa “pensée positive” ? [“Je suis le cheerleader * de la nation”, affirme le Président]).

===================
* Cheerleader :

Partager :

Deux candidats et un virus, par Madeleine Théodore

Ouvert aux commentaires.

Face à la débâcle que nous subissons et à l’incertitude quant à sa fin et aux moyens de gérer cette crise au mieux, nous observons et sommes à la fois partie prenante des meilleurs et pires comportements humains, ces derniers étant principalement le mépris des consignes, le quant-à-soi, l’incompréhension des processus de base de l’épidémie et parallèlement la médication sauvage, attitudes principalement dues non à la malveillance mais à l’absence d’information et d’esprit critique, les réseaux sociaux jouant un puissant rôle d’information et son contraire.

C’est donc l’éducation qui nous poussera à la solidarité plutôt qu’au repli mais c’est aussi bien sûr l’assurance d’être soigné quel que soit notre statut social qui nous intègre dans la communauté humaine.

Continuer la lecture de Deux candidats et un virus, par Madeleine Théodore

Partager :

Primaire Démocrate : le sort en est jeté

Pour avoir encore une chance à l’arrivée : la nomination comme candidat Démocrate à la présidence des États-Unis, après son mauvais score au Super Tuesday, Bernie Sanders aurait dû l’emporter de manière franche dans les primaires d’hier dans 6 états. Or ce n’est pas le cas : il est à la traîne, et tout particulièrement dans le Michigan, très peuplé, le 10e état sur 50, qui envoie un grand nombre de délégués.

État actuel du dépouillement (14h30) : Joe Biden – 169 délégués ; Bernie Sanders – 105 délégués (274 sur 365).

Partager :

Elizabeth Warren abandonne la course à la Maison-Blanche

La décision était inévitable vu son très mauvais score au Super Tuesday. Elizabeth Warren fera une déclaration officielle plus tard dans la journée. Elle pourrait laisser le choix à ses supporters de se rallier à Biden ou à Sanders, ou bien recommander le soutien à l’un des deux.

Le choix logique pour elle serait de se rallier à la campagne Sanders vu que leur programme de gauche est très proche. Les attaques vitrioliques, voire ordurières, de certains partisans de Sanders à son égard pourraient cependant l’en dissuader. Interrogé à ce sujet sur MSNBC par Rachel Maddow, Sanders s’est contenté de quelques banalités sur le côté négatif des propos excessifs en général.

Nous serons fixés bientôt !

Partager :

C’est aujourd’hui Super Mardi

La campagne d’Elizabeth Warren

Super Tuesday déterminera plus de 1.000 délégués aux primaires sur les près de 4.000 qui décideront qui sera le candidat Démocrate à la présidentielle du 3 novembre.

Sanders est en tête mais Biden a réalisé une belle performance en Caroline du Sud. Warren est à la traîne. Bloomberg est l’outsider. Les bookmakers donnent Biden à 49 contre 44 pour Sanders.

Qu’un “socialiste” ait de sérieuses chances d’arriver premier révèle ce que Trump est parvenu à faire dans son pays : d’éventuels miracles !
Continuer la lecture de C’est aujourd’hui Super Mardi

Partager :

Un (gaspation !) “Socialiste” succédera-t-il à Trump ?

Je ne vous apprendrai rien si je vous dis que les périodes de crise se caractérisent par des fluctuations de vaste amplitude où l’on passe aisément d’un extrême à l’autre.

Mais là, on serait quand même sacrément surpris. À moins que la recette ne soit là : “Donnez-nous un Trump, qu’on aie vraiment envie du socialisme ensuite !”

Partager :

Parti Démocrate : 6 semaines plus tard…

Ce sont des captures d’écran de RealClear Politics, un site spécialisé dans l’agrégation de sondages.

1er Janvier 12 février
Biden 28,3 % Sanders 23,6 %
Sanders 19,1 % Biden 19,2 %
Warren 15,1 % Bloomberg 14,2 %
Buttigieg 8,3 % Warren 12,4 %
Bloomberg 4,8 % Buttigieg 10,6 %

Six semaines plus tard, Biden plonge (plombé pour avoir fait capoter la stratégie Démocrate d’impeachment avec sa casserole ukrainienne) ; Sanders fait mieux que se maintenir ; Bloomberg grimpe (il arrose le câble de clips présentant Trump comme le “génie stable” qu’il est en vérité), un exemple :

Qui les Démocrates préféreront-ils à l’arrivée, Bernie Sanders, le socialiste variété Front populaire, ou Mike Bloomerg, un vrai milliardaire ?

(Ne comptez plus sur moi pour faire des pronostics en matière de politique américaine : chat échaudé craint l’eau froide !)

Partager :