La théorie moderne de la monnaie (TMM) ne tient pas debout – Feuilleton

M. Bernie Sanders a fait de la Théorie moderne de la monnaie, ou Théorie monétaire moderne (TMM), de l’anglais “Modern Money Theory” (MMT), l’armature de la politique économique de sa campagne aux primaires de la récente élection présidentielle aux États-Unis. Mme Alexandria Ocasio-Cortez dit de la TMM qu’elle “devrait être débattue”. Or cette théorie est viciée par une mécompréhension majeure du mécanisme de la formation des taux d’intérêt à moyen et long terme, cruciaux pour l’économie comme pour la dette publique.

La raison pour laquelle ce défaut passe inaperçu de certains économistes intelligents est qu’ils et elles raisonnent à l’intérieur du cadre d’une monnaie forte comme le dollar ou l’euro, monnaies qui bénéficieraient en effet d’une mise en œuvre de la TMM, mais aux dépens des monnaies faibles et des économies qui y sont attachées.

Mise en œuvre à l’échelle mondiale, la TMM entraînerait rapidement la ruine des petites économies. Un mécanisme de plus aurait été mis en place qui drainerait le peu d’argent des pauvres vers l’escarcelle des riches. C’est bien là la dernière chose dont nous aurions besoin aujourd’hui.

Comme la question est d’actualité et que ses enjeux sont majeurs, je vais y consacrer plusieurs billets et vidéos, en français et en anglais.

Partager :

38 réflexions sur « La théorie moderne de la monnaie (TMM) ne tient pas debout – Feuilleton »

  1. Bonjour Paul,
    Justement j’étais curieux d’avoir votre point de vue sur le sujet de la théorie moderne de la monnaie et aussi sur le sujet de l’annulation des dettes publiques détenues par la BCE. De ce que j’ai commencé à étudier sur le sujet de la théorie moderne de la monnaie, j’ai trouvé les analyses des auteurs qui la défendent intéressantes.
    Votre argument est assez tranchant en effet ! J’ai aussi regardé quelques analyses de Nouriel Roubini sur le sujet de la théorie monétaire moderne qui donne des arguments en faveur de la MMT et d’autres un peu en sa défaveur…

  2. Résumé court pour décideur (Eggzequetivve sumari) :
    “Quand y’en a plus, y’en a bancor”

    3
    1. C’est un peu ce que j’avais cru comprendre en essayant de comprendre le raisonnement de Paul. J’ai l’impression que les auteurs de la MMT ont néanmoins déjà un peu réfléchi aux potentiels effets néfastes y compris dans les pays en développement.
      https://mmt-france.org/2020/03/12/latheorie-moderne-moderne-et-la-peripherie/
      Je vais continuer de réfléchir à ce sujet pour me forger un point de vue et aussi attendre la suite de la saga…

      1. On trouve ceci dans l’article de M. Ndongo Samba Sylla auquel vous renvoyez :

        … comme le souligne He Liping dans Hyperinflation, une Histoire Mondiale : « tant qu’un gouvernement a la capacité d’emprunter au niveau national ou international à un coût raisonnable, un déficit budgétaire, aussi important soit-il, ne devrait pas nécessairement conduire à l’hyperinflation ni même entraîner une inflation importante ».

        Ce propos est assez typique de la naïveté qui caractérise les tenants de la TMM. Car quel est le gouvernement qui “ayant un déficit budgétaire important” aura “la capacité d’emprunter au niveau national ou international à un coût raisonnable” ?

        Le déficit budgétaire important fera grimper en flèche la part prime de risque de crédit des taux d’intérêt réclamés de cet État émetteur de dette à moyen et à long terme.

        N.B. Il n’y a pas que les tenants de la TMM dont les connaissances relatives à la formation des taux d’intérêt laissent à désirer, c’était le cas aussi de la Banque centrale européenne au moment de la crise de la dette grecque. Cf. mon intervention au Parlement européen le 5 novembre 2013 : Taux d’intérêt et situation de la zone euro.

        3
        1. Ok merci je vois très bien. J’y avais un peu pensé aussi en lisant cet article et suite à votre commentaire sur la MMT. Juste une remarque provenant d’une vidéo de Gilles Mitteau : en finance on peut toujours trouver des solutions inventives aux problèmes puisque les mécanismes financiers ont été inventés par l’homme. Je ne maitrise pas aussi bien que vous les taux d’intérêts même si je comprends comment cela fonctionne. Je vais lire le lien que vous avez envoyé sur la crise de la dette grecque (c’est un sujet que j’ai un peu étudié aussi).

          Ce serait intéressant aussi à l’occasion d’avoir votre point de vue sur le débat autour de l’annulation des dettes publiques.

          1. … en finance on peut toujours trouver des solutions inventives aux problèmes puisque les mécanismes financiers ont été inventés par l’homme

            C’est ce que disent aussi les personnes qui croient que l’IA ne peut pas échapper à notre supervision … puisque c’est nous qui l’avons inventée. (Dieu avait cru cela aussi quand il nous avait inventés nous 🙂 ).

            Pensez à ceci :



            3
            1. Oui ok je vois ce que vous voulez dire et je suis d’accord (je suis un peu trop idéaliste parfois). Dans un monde idéal on pourrait trouver de meilleures solutions mais il faut tenir compte de la réalité et des rapports de force. J’ai lu votre article sur la crise de la dette. Ça m’a fait réviser certaines choses et en apprendre d’autres.

            2. ” (Dieu avait cru cela aussi quand il nous avait inventés nous 🙂 )”
              Au delà de la boutade, ce point précis est également’ abordé dans “l’Evangile” de Maria Valtorta ^^.
              Pas par hasard parce que ce n’est pas un détail.

              Grosso modo, ce qu’il en ressort, c’est que Dieu avait déjà connaissance du cas “Lucifer” au moment de la création de l’homme.
              Et qu’Il savait qu’il y avait un risque que l’homme fasse de la m… (d’autant qu’avec la ressemblance – et non l’image – venait le libre-arbitre, libre-arbitre que ne possèdent que les saints après la Chute, à la mesure exacte de leur niveau de sainteté – spiritualisation du corps – les autres vivant selon la chair, et le libre arbitre n’ étant attaché qu’a l’Esprit et non à la chair, c’est logique – faudra expliquer ça un jour à ceux qui essaient de prouver l’existence ou la non existence de ce dernier… ).
              Le reste est l’histoire du Salut pour les chrétiens. Mai s’il y a eu possibilité de Salut (et encore, ça aurait pu échouer, si le Christ avait ne serait-ce que cédé une fois au plus infime péché), c’est parce-que le Fils était ‘possible’. Possibilité du Fils ‘nécessaire” pour la créature humaine, ce qu’il n’était pas pour les Anges. Il faut dire que pour les anges, ca n’impliquait pas de jeter l’expérience à la poubelle, alors qu’en cas d’échec l’homme était foutu (tous les successeurs des 2 premiers étant infectés). Il n’y a donc pas eu de créer un être 100% divin et 100% angélique pour “regreffer”/”rebouturer” le truc.
              Toutefois, les possibilités spirituelles ouvertes par la Rédemption sont une libre grâce du Fils, + élevée encore que ce qui avait été initialement prévu pour les 2 premiers exemplaires. On peche + facilement qu’eux, mais il est posible de s’élever + haut également.

              Donc, l’homme a t-il échappé à la supervision de son créateur?
              oui… et non (il y a toujours eu un plan de secours).

              S’agissant de la manière dont Lucifer a échappé à la supervision de Dieu, 2 fois (d’abord en refusant de servir, puis en s’introduisant dans le Jardin), il y a là, en revanche une vraie difficulté.
              A cette question, le Christ répond en substance, je crois: il s’agit là du “1er mystère d’Iniquité” (il y en a 3 au moins… le second étant il me semble la trahison – non-conversion de Judas). Le Christ ajoute que l’humanité n’est pas encore mûre – prête – capable de les comprendre (pour son propre bien ). Aussi, de même qu’il fut interdit à Jean d’en parler, de même Il dit à Maria qu’il n’en dira pas davantage avant l’heure juste pour le faire.

              Est croyant celui pour qui ce récit n’est pas de l’ordre du “symbolique” et dont les évènements qu’ils racontent ont réellement eu lieu.
              Ne peut croire à ça que celui qui a la Foi ou dont on a lavé le cerveau ou qui a vu (ou croit avoir vu) lui-même.

        2. https://www.touteleurope.eu/actualite/le-deficit-public-des-etats-de-l-union-europeenne.html

          https://www.financialafrik.com/2020/08/03/avec-une-dette-a-130-du-pib-les-etats-unis-conservent-la-triple-a-mais-avec-des-perspectives-rabaissees-fitch/

          La confiance qu’inspire l’économie d’un état ou d’une zone repose aussi beaucoup sur sa balance des paiements ( somme de la balance des transactions courantes et de la balance des capitaux ) , elle même sensible aux taux de changes entre les monnaies .

          Un œil aussi sur le taux d’ouverture ( valeur des exports rapportée au PIB ) qui montre que contrairement aux premières idées , la France ( 32 %) et l’Allemagne ( 48 % ) sont plus ” ouvertes” ( relativement exportatrices ) que la Chine ( 18 %) ou les USA (12 %) qui , comme états continents ont un fort marché “résident “.

          Les impacts du Covid sont encore à venir , mais d’ores et déjà on sait que le PIB de la Chine est peu affecté , celui des USA l’est fortement , celui de l’Europe l’est sensiblement ( avec des différences intra-européennes ). Quand l’addition sera mieux cernée en Europe , ce sera le moment de vérité pour la solidarité européenne , celui où l’Allemagne devra manifester si elle veut maintenir l’Euro en sauvant l’idéal européen et les progrès accomplis depuis 50 ans , ou si , relisant les travaux de Mundell ( et ses 4 critères pour une zone monétaire commune , 1961 je crois ) elle préfère se livrer au choix entre Chine et USA . Dans ce cas , sa balance commerciale lui donne des raisons d’hésiter .

          L’encore première puissance économique mondiale ( l’Europe , de peu maintenant ) n’aura alors que ses yeux pour pleurer et ses habitants à offrir en servage plus ou moins soft .

          2
          1. C’est super intéressant mais en même temps très inquiétant. Quelles solutions on peut proposer maintenant vu qu’on vient d’écarter la MMT et que comme me l’a rappelé Paul il ne faut pas être naïf donc on ne pourra sans doute pas résoudre le problème de la concurrence fiscale et des asymétries de la zone euro rapidement ? Je commence à voir de plus en plus d’économistes qui se disent de gauche et qui se réjouissent d’un possible Frexit…

            1. Si je continue à me référer à Mundell , s’agissant de ses critères d’homogénéité minimale pour assurer un espace socio-économique commun , je les apprécierais ainsi:

              – convergence et harmonisation sociale , fiscale , environnementale : il y a encore bien évidemment des aberrations à tuer ( dont fiscalités des entreprises en particulier) , mais on ne peut nier que depuis quelques décennies , les ” fourchettes deviennent plus resserrées en Europe que partout ailleurs dans le monde . Le social et l’environnemental ont bien encore au moins quinze ans d’efforts à produire pour jouer à peu près dans la même catégorie , dans les pays européens . Mais là aussi c’est déjà plutôt mieux qu’ailleurs . Je passe sur les outils institutionnels dont je préférerais qu’ils soient la traduction des accords et des convergences , plutôt que l’incitation .

              – complémentarité des économies nationales et parallélisme des rythmes économiques : on en est à un niveau passable , mais ça peut assez facilement progresser dans le bon sens pour tous , si on le veut .

              -Mobilité des capitaux : en régime libéral mondial , c’est ce qui marche le mieux ! Reste à se positionner vraiment en termes politiques dans le contexte mondial .

              – Mobilité des travailleurs intra-zone commune . Assurée dans les textes , elle n’est , si on regarde mieux sur le terrain , pas si évidente et pratiquée dans la réalité , car cette mobilité qui , dans l’esprit , concerne les travailleurs et leurs familles , se heurte à la réticence bien compréhensible au déménagement , à la rupture des liens amicaux , aux soucis matériels de logements , d’études des enfants , de la langue . Là où un américain change facilement de pays ( id est d’état ) aux USA , en laissant tout derrière lui , un européen rechignera à abandonner les lieux où il est né , où il a ses liens , sa langue ou son dialecte . Et pourtant , s’il n’apprend pas ( si on ne lui permet pas ) et n’est pas , dans sa chair , bien partout où il s’installe en Europe , nous resterons un puzzle voué à passer sous le joug d’un des deux états continents ayant la taille démographique et économique critique .

              1. Quelle vision déprimante et assez étrange en fait de la réalité mon cher Juannessy !

                “nous resterons un puzzle voué à passer sous le joug d’un des deux états continents ayant la taille démographique et économique critique .”

                En fait tout ton commentaire me donne envie de me pendre ! 😀

                T’en fais pas, une bonne politique à la Chinoise avec des camps de redressement, euh de travail, et tout ira très bien ! Vive Mao !

                1. Ou la version américaine avec de la main d’oeuvre servile dans les prisons…oh wait, on a déjà commencé à pratiquer cela en France.
                  Pas de panique, donc. On peut rassurer tous les économistes qui se disent de gauche et qui envisagent sereinement le frexit (même pas envie d’y mettre une majuscule), si on sort de l’Europe, aucune chance qu’on tombe sous la coupole des “communistes” chinois, on est déjà pro-américains, liberté tout ça…

                  1
                2. Mon futur “annoncé” n’est pas un futur inéluctable , il est précédé de deux ” si” . Mais si la frousse , l’empathie ou la raison ne lèvent pas l’hypothèque , ça me parait bel et bien notre destin en une petite génération . En tous cas , se pendre n’est pas la bonne réponse .

                  La liberté et la dignité “assurées” , ça se construit plus que ça ne se défend ( ce qui n’empêche pas de les défendre si nécessaire ) .

                  1
        3. Il y a une dizaine d’années déjà, j’avais, en vain, signalé( ici, et sur l’une ou l’autre version du blog des amis) que l’importance de la dette publique du Japon était « sans importance », puisqu’elle était détenue par des Japonais. Cette situation, non inflationniste, était liée à la structure sociale japonaise (j’avais, à l’époque, signalé diverses études sur ce sujet), c’est-à-dire une transposition de l’ancien régime féodal dans l’organisation politico-mafieuse de la société japonaise. Dans le cas du Japon, la dette publique consolide – juridiquement -, cet état de fait : les mafias sont de simples créditeurs de l’État, et ainsi, lavées de tout soupçon.

          Devons-nous réfléchir sur la structure sociale à laquelle appartiennent les détenteurs des dettes publiques, mais cette fois, au niveau mondial ?

  3. Plus qu’une bonne idée mais sera-ce suffisant ?
    En démocrature, le Capital a la main sur la balance pour faire pencher en sa faveur le résultat des débats.
    Pari difficile ! Une fois de plus.

  4. Moi j’aimerais bien qu’on clarifie ce que “théorie” veut dire dans “théorie moderne de la monnaie”.
    Qu’est-ce qu’une théorie ?
    Une théorie est un type de discours particulier, qu’on pourrait décrire comme “une explication potentielle fondamentale d’un monde” (là encore il faudrait clarifier “monde”… ).
    Est-ce donc une “théorie” en ce sens ?
    Même pas sûr.
    Et on ne parle pas même encore des critères d’évaluation de la pertinence (+ ou – relative) des théories entre elles…

    De fait, il ne s’agit pas du tout d’une “théorie”.
    Car enfin, de quel ensemble de relations observées s’agit-il d’expliquer?
    Il s’agit plutôt d’une nouvelle “règle du jeu” (je passe sur “règle” et sur “jeu”…), et la partie “théorique” là dedans vient en second, comme une justification après coup. Plus précisément, il s’agit du fondement de l’ensemble des raisons invoquées pour justifier l’innocuité pratique supposée de ladite nouvelle règle/manière de procéder.

    Plus imagé. Je perd au scrabble. Je crée une nouvelle règle/manière de jouer (marquer des points) en expliquant partout que de toute façon, non seulement ça ne casse pas le jeu, mais en + ça le préserve. Et j’ajoute que si on n’a pas pu le faire avant, c’est parce que 1. on n’avait pas compris qu’il était possible de le faire (c’est la partie 1 de la “théorie”… sic) et 2. l’eusse-t-on compris que de toute façon les moyens techniques pour le faire n’étaient pas encore à notre disposition (c’est la partie 2 de la “théorie”).
    Au final, c’est peut-être vrai.
    Mais dans tous les cas ça ne constitue pas du tout une “théorie”.

    Pas plus que le bancor n’est en lui-même une “théorie” (même si sa possibilité pratique repose sur une théorie de la manière dont il ne pourrait pas ne pas fonctionner c’est à dire sur les effets qu’il ne pourrait pas ne pas produire s’il était mis en place). En gros : pourquoi ça pourrait marcher/ne pourrait pas ne pas marcher…

    1. Une théorie doit être prédictive modulo un espace de modélisation identifié.
      (Ne marchera pas en cas de tsunami niveau Sendai/Fukushima par exemple).

      Sauf que on ne peut pas “refaire les manips” pour affiner la théorie, alors on la fait évoluer constamment.
      Ainsi le “multiplicateur” qui relie la variation du PIB à celui du budget, et qui était censé, dans les années 2000 être environ 0,5
      s’est révélé dans la phase post-2008/Grèce etc., taquiner gentiment le facteur 1,5 voire plus.
      Olivier Blanchard, une voix du FMI, s’en est ému et s’est recouvert de cendres islandaises.
      Puis le QE est arrivé et a balayé la façon de voir précédente. Und so weiter.

      2
  5. “Qu’est-ce qu’une théorie ?”
    Dans le domaine social (le monétaire a une influence sociale prépondérante) , une théorie, c’est lorsque vous êtes la victime quand plus rien ne marche. Et elle ne marche jamais, sinon la dénomination serait “la pratique” (monétaire ou autre).

    Dit autrement, vous êtes la paillasse où s’effectue l’expérience…

    1. Ah oui, dans la série “Je suis Charlie”,
      “Je suis la paillasse”.
      “Parle à mes molécules, mes champs électriques sont malades…”

      1
      1. Oh purée, j’adore !
        “Parle à mes molécules, mes champs électriques sont malades”
        You made my day !

        2
  6. Ça fait du bien d’entendre un autre avis sur cette TMM, dont on entend parler un peu partout avec ce livre de Mme Kelton… 🙂

  7. Medellín, le 23 mars 2021

    Afin d’apporter une illustration des paroles sages de Paul Jorion, je traduirai un tout petit article en El Tiempo publié il y a deux semaines plus au moins.

    Avant que je présente la traduction de cet article, j’aimerais ajouter encore deux observations.

    a. Je trouve assez bizarre ce que dit M. Ndongo Samba Sylla:
    ¨Deux critiques fréquentes mais contradictoires, exprimées principalement sur les réseaux sociaux et dans des travaux non universitaires, sont adressées à la MMT : que la MMT ne peut pas être « appliquée » dans les pays en développement, et que sa « mise en œuvre » dans les pays en développement entraînerait une hyperinflation.¨

    Depuis quand les universités se trouvent au premier rang pour observer et analyser et, surtout, bien décrire et présenter au gran public ce qui se passe, pour le meilleur ou pour le pire, dans les pays pauvres (ou en langue diplomatique: pays de revenus faibles et moyens)?

    b. Deuxiemement, les ¨solutions¨ proposées aux pays pauvres par M. Ndongo Samba Sylla et par son ¨héro¨ M. J. Kregel, celles-ci toutes dérivées des programmes analysés et critiqués sans arret depuis plus que 20 ans en Argentine et au Mexique, (¨Jefas y Jefes de Hogar¨) et jadis proposées avec beaucoup de fanfare et marketing, et depuis tous ¨fracasados¨ nous renvoient aux temps de la révolution des généraux de gauche au Pérou dans les années 1968 – 1975 et leur plan pour le développement d’un secteur des entreprises de propiété sociale. Bref, je vous épargnerai les détails du desastre de ce plan, mais ce n’est pas pour rien qu’il n’en reste zéro au Perou.

    Maintenant El Tiempo (et regardez s.v.p. comment Paul Jorion a raison: de telles ¨solutions¨ ne fonctionneront jamais).

    source: https://www.eltiempo.com/politica/congreso/covid-19-plantean-que-colombia-congele-el-pago-de-la-deuda-externa-572383

    quote
    Se propone que La Colombie gele le paiement de la dette extérieure

    L’idée est que, pendant un an, le pays n’effectue pas ce paiement et utilise cet argent pour des questions domestiques.

    RELATED : BUDGET GÉNÉRAL ARGENT DETTE EXTÉRIEURE COVID-19
    Par : POLITICO Le 10 mars 2021 , 11:05 a. m.

    A l’heure où le pays a besoin de liquidités face au fort choc économique qu’a représenté la pandémie, une proposition à la fois audacieuse et controversée a vu le jour, qui suscitera sans doute un vif débat : que la Colombie gèle le paiement de la dette extérieure pendant un an.

    Le paiement de la dette extérieure représente l’une des plus grandes parts du budget annuel du pays. Par exemple, rien que cette année, 70,5 trillions de pesos seront utilisés pour le service de la dette.

    Cette proposition a été mise sur la table par le député de l’Atlantique César Lorduy, sur la base d’une proposition faite par la Banque mondiale dans le même sens.

    Il y a quelques mois, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM) ont proposé la suspension du paiement de la dette des pays les plus pauvres afin qu’ils puissent réorienter les fonds vers la lutte contre la pandémie de coronavirus et la relance économique.

    “L’épidémie de coronavirus est susceptible d’avoir de graves conséquences sociales et économiques pour les pays pauvres, qui abritent un quart de la population mondiale et deux tiers des personnes vivant dans une extrême pauvreté”, ont déclaré les deux institutions dans un communiqué commun.

    La Banque mondiale a également demandé aux créanciers commerciaux de cesser de faire payer les pays les plus pauvres, en particulier ceux qui risquent fortement d’être confrontés à des problèmes d’endettement.

    La proposition, qui a été mise sur la table par Lorduy, fera partie de la discussion au Congrès lors de l’élaboration du budget général de la nation pour l’année prochaine, que le gouvernement devra commencer à préparer pour le semestre prochain.

    “La Banque mondiale propose que de nombreux pays, pour des raisons liées à la pandémie, demandent des délais de grâce ou des prolongations pour le paiement de leur dette extérieure. Bénéfice auquel la Colombie pourrait aspirer en 2022, en tenant compte du fait que pour 2021 seulement, la Colombie paierait 70,52 milliards de dollars pour ce concept”, a déclaré le membre du Congrès.

    Cette semaine, le Banco de la República a annoncé que la Colombie avait terminé l’année 2020 avec une dette extérieure de 154 milliards de dollars, ce qui représentait 55,4 % du PIB national pour cette année-là. Un des niveaux les plus élevés de l’histoire.
    unquote

    1
    1. Très intéressant une fois de plus et un peu triste aussi. Je ne connais pas bien la situation en Amérique du sud. Donc ce que je retiens à ce stade c’est qu’il faut faire du déficit pendant les périodes de creux comme le disent Keynes et Nouriel Roubini mais qu’on ne peut pas faire de la MMT tout le temps sinon cela peut générer des effets potentiellement contreproductifs notamment dans les pays en développement.

      Merci à tous pour la discussion ça m’a permis de faire des progrès.

      1. Cette vidéo de Roubini date d’il y a presque un an (je la vois pour la première fois maintenant), comme d’habitude, il est excellent et nous annonce des choses que nous commençons à voir (heureusement la guerre avec l’Iran qu’il prévoyait n’a pas eu lieu).

        N.B. (avant que j’aille plus loin). Avis aux amis de mon ami Todd et aux souverainistes en général : vous n’aurez pas manqué de noter que Roubini attribue la moitié ou plus de nos malheurs à venir au retour du protectionnisme.

        Je reprends. Remarque générale : Roubini ne semble pas avoir une idée très claire de la TMM, il l’assimile purement et simplement à l’insouciance d’un gouvernement vis-à-vis de sa dette et la fourre dans un grand sac avec l’argent distribué à partir d’un hélicoptère (Milton Friedman … pas vraiment la TMM) et le QE = “quantitative easing” = planche à billets. Il faut être plus spécifique que ça (j’essaierai de l’être).

        1
        1. Medellín, le 24 mars 2021

          @Paul Jorion

          1. C’est essentiel et important que ¨vous l’essaiera¨.

          2. Un ¨retour au proteccionisme¨: non, et cela ne se réalisera jamais.

          Mais, au moins, deux questions restent:

          * que faire contre le manque de calculs des prix ¨justes¨ (au niveau de la production, comme aussi au niveau de la circulation commerciale) qui refusent d’incluir des frais jusqu’ici toujours ¨externalisés¨?

          + frais de ¨circularité¨ complete
          + frais sociaux
          + frais d’oligo- / monopolisation // oppression de circuits de production pres de consommatrices/teurs
          + frais de capitalisation capitaliste // spéculation
          etc

          * que faire contre les mafias de tous azimuths qui operent aux marchés sans protection?

          Il me parait que, entre autres, ni Roubini, ni Todd, ni la MTT échappent a des naivités inimaginables.

          https://www.7sur7.be/belgique/des-petits-revendeurs-danvers-aux-barons-a-dubai-les-dessous-dun-reseau-criminel-tentaculaire~ae50f013/?referrer=https://www.google.com/

          https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/bart-de-wever-menace-par-le-milieu-de-la-drogue-beneficie-d-une-protection-policiere-605b0b487b50a60517120353

        2. La fonction première de l’argent hélicoptère ne fut-elle pas de permettre aux banques de continuer à prêter en contrepartie de l’hypothèque de droits de propriété sur des actifs tangibles ? J’imagine qu’il s’agit désormais de tracer le cheminement juridique, à venir, de ces titres de propriété hélicoptère.

  8. 1 / Il me semble que les monnaies permettent aux humains d’échanger au présent et de préparer l’avenir.

    2 / Il me semble que notre monde
    – nécessite une prise de conscience forte de la réalité de ce que nous sommes en train de vivre afin que nous envisagions le cadre global dans lequel nous serons contraints d’exister,
    – nécessite des réparations d’une extrême urgence dans tous les domaines
    – nécessite de nouvelles valeurs autour desquelles imaginer nos futurs conditions d’existence ,radicalement nouvelles
    -Etc…

    3 / Dès lors, je ne crois pas qu’il s’agisse de réparer des outils tels les monnaies mais bien d’en créer d’autres sans céder à la pression dilatoire de ceux qui ne pensent qu’à nous vendre des périodes transitoires qui n’en finissent pas .

    Nous n’avons plus le temps d’attendre, plus de temps à perdre.
    L’urgence absolue est là !

  9. Encore une fois naïvement, serait-il envisageable de joindre une personne qui a l’oreille de Mme Alexandria Ocasio-Cortez, pour expliquer qui est M. Paul Jorion (et ses vues politiques pas trop éloignées de celles d’AOC) et soumettre son analyse de la TMM ?

    1
    1. Il faudrait d’abord que mon analyse soit là et qu’elle soit disponible en anglais, mais rien n’interdit de préparer AOC psychologiquement, de lui dire que j’arrive 😉 .

      2
      1. J’avoue humblement n’avoir aucun lien pour joindre et réussir à “préparer” notre courageuse AOC à votre discours subversif ;-p

        Mais j’essaie d’imaginer un moyen de capter son attention (enfin quelqu’un de son équipe) :
        https://ocasio-cortez.house.gov/contact/call-us (par téléphone, parce que par mail, il faut être de son district)
        https://www.ocasiocortez.com/splash (son site de campagne, il y a un mail et un téléphone, mais est-ce encore actif ?)
        https://web.facebook.com/OcasioCortez/?_rdc=1&_rdr (arriver à se distinguer dans le bruit de facebook, j’ai un gros doute, par contre un numéro de téléphone indiqué, qui est le même que sur le site de campagne)
        https://twitter.com/aoc (là aussi, dans le bruit ambiant, je ne suis pas sûr que cela ne passe pas inaperçu)

        je vais peut-être tenter un coup de téléphone, sait-on jamais ?
        Mais si d’autres idées émergent, ce serait une bonne chose, non ?

        1
        1. Peut-être via des militantes anglaises, les étudiants de l’université de Manchester, notamment, qui se sont démener
          pour faire de l’économie non orthodoxe après 2008-2011 quand on leur faisait des cours où la notion de crise semblait par nature impossible…

          1. Tu penses qu’elles seraient capables de se faire entendre de par leur statut ?
            Le mouvement a-t-il survécu après plus de 10 ans ?
            Tu as envie de creuser l’affaire de ton côté, ou tu me laisses la job ? ^^

          2. Il y a cette adresse mail de contact : info@rethinkeconomics.org
            Mais j’avoue que je ne sais trop sous quel angle présenter la prise de contact… ^^
            Genre Salut, je suis personne, et je viens voir si vous connaissez PJ en économie hétérodoxe, pour au final si vous sauriez vous faire remarquer plus que moi auprès d’AOC pour lui transmettre un message, qu’elle comprenne son erreur à soutenir la TMM.
            Mmmmmh, j’avoue que là, sur le coup, j’éprouve un tout petit peu le syndrome de l’imposteur 😉

  10. super, retour aux sources, Jorion fait du Jorion, merci !
    (oui, je sais, il a plusieurs cordes à son arc)

  11. Bonjour.

    Une société sans impôts est-elle possible?

    En seulement 10 mois en 2020, environ 35% de tous les dollars américains ont été créés par le gouvernement américain et, apparemment, cela n’a créé aucun type de surinflation.

Les commentaires sont fermés.