Étiquette : complexité

  • Remarquables. #9 Paul Jorion (I) : Effondrement, pandémie, soliton – Retranscription

    Première partie du podcast Remarquables. #9 Paul Jorion

    Thomas Gauthier : 

    Bonjour, je suis Thomas Gauthier, Professeur à EM Lyon Business School. Vous écoutez « Remarquables », le podcast qui va à la rencontre de celles et de ceux qui explorent les futurs et se remémorent l’histoire pour bâtir dès à présent un futur durable. Bonne écoute ! 

    Paul Jorion est un anthropologue / expert financier / essayiste / chroniqueur et professeur associé à l’Université Catholique de Lille. Tour à tour fonctionnaire des Nations-Unies, chercheur en Intelligence Artificielle, acteur du développement du trading à haute fréquence, il a également participé aux travaux du Groupe de réflexion pour une économie positive présidé par Jacques Attali.… Lire la suite…

  • Crise ou effondrement ? cela ne tient qu’à nous !, par Zébu

    Billet invité.

    « Le glissement vers une complexité croissante, initialement opéré pour atténuer les tensions ou profiter d’un aubaine, est au départ une stratégie rationnelle et productive qui génère un rendement marginal favorable. Cependant, comme toujours, les tensions continuelles, les épreuves non anticipées et le prix élevé de l’intégration socio-politique se combinent pour faire baisser ce rendement marginal. Alors que celui-ci décline, la complexité, en tant que stratégie, génère des bénéfices comparativement plus faibles à des coûts de plus en plus élevés. Une société qui ne peut enrayer cette tendance, comme au moyen de l’acquisition d’un subside d’énergie, devient vulnérable aux poussées de tensions qu’elle ne put affronter car elle est devenue trop faible ou trop appauvrie, ainsi qu’au déclin du soutien de sa population.

    Lire la suite…

  • « L’affaire » DES TER, par Michel Leis

    Billet invité

    L’ampleur prise par la polémique sur les rames des TER (transports express régionaux) dans la semaine qui vient de s’écouler nous interpelle, non pas sur les faits eux-mêmes, mais sur la couverture de cet élément qui illustre certaines tendances de fond de notre société.

    De quoi parle-t-on : d’une erreur dont l’impact, pas encore précisément chiffré, peut aller de 50 millions d’Euros à 100 millions, voire un peu plus suivant les estimations. Ramené à l’investissement initial, on est dans un ordre de grandeur de moins de 1 %. Une « dérive » de cet ordre est loin d’être inhabituelle dans un programme qui engage des sommes importantes sur des durées assez longues.… Lire la suite…

  • Les Grands séminaires de Chimie ParisTech 1ère édition : Paul Jorion « Crises d’aujourd’hui & champs des possibles »

    Le 12 février 2014 a eu lieu la première conférence des Grands Séminaires de Chimie ParisTech sur le thème « Crises d’aujourd’hui & champs des possibles ».

    Avant la conférence proprement dite, des étudiants de Chimie ParisTech ont voulu m’interviewer. C’est l’entretien qui suit, déjà mis en ligne précédemment.

    Lire la suite…

  • À propos de DIX ÊTRES HUMAINS RÉSOLUS POUR SAUVER UNE ESPÈCE EN DANGER ! (II), par Jacques Seignan

    Billet invité. À propos de DIX ÊTRES HUMAINS RÉSOLUS POUR SAUVER UNE ESPÈCE EN DANGER !

    Avec le recul du temps, Paul Jorion apparaîtra comme le seul penseur ayant analysé la Crise sous ses trois composantes – en synergie dont l’image est celle d’un soliton. De plus si les composantes économiques et écologiques sont souvent analysées par de nombreux spécialistes ou experts – et tout le monde (presque) a bien pris conscience de ces défis – pour autant, jamais (à ma connaissance) la composante de la complexité non maîtrisée n’est explicitement mentionnée au même niveau que les deux autres, par les conséquences induites sur la survie de notre espèce.… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT LE 21 NOVEMBRE 2013

    Sur YouTube, c’est ici.

    Trop de processus entièrement fragilisés… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 23 AOÛT 2013

    Sur Youtube.

    Où l’on reparle d’un système financier en très piteux état…
    … et où l’on préconise une fois de plus de restaurer l’interdiction de la spéculation

    La dépendance à la planche à billet

    Pour ceux qui ont raté les épisodes précédents :
    – Blog de PJ : Le temps qu’il fait le 28 juin 2013
    La déclaration de Ben Bernanke le 19 juin 2013
    4 milliards de dollars imprimés par jour font du dollar une monnaie de singe
    La fin du carry trade  est une catastrophe pour le real brésilien, la roupie indienne

    La complexité non-maîtrisée

    La panne du NASDAQ le 22 août et l’erreur de trading de Goldman Sachs la veille
    Ma simulation d’un marché : « Adam Smith’s Invisible Hand Revisited.Lire la suite…

  • IMPOTENCE DE LA SURPUISSANCE, par Bertrand Rouziès-Léonardi

    Billet invité

    Nous sommes les contemporains sidérés de l’achèvement d’un processus entamé il y a quelques siècles : l’humanisation de la biosphère, ce que le prix Nobel de chimie Paul Crutzen a baptisé du nom
    d’« anthropocène ». Même les pôles, relativement épargnés jusqu’à présent par notre empreinte, se trouvent ravalés, du fait de la fonte de la calotte glaciaire, au rang d’eldorados accessibles. Un nouveau gold rush s’ourdit dans les pays circonvoisins et les scientifiques sont invités à troquer leurs carottes contre des sondes. L’ère des explorateurs monomaniaques, des mappemondes extrapolantes, des léviathans anthropophages, des sirènes naufrageuses et des maelstroms avaleurs d’armadas se referme.… Lire la suite…

  • L’ÉCONOMIE DU DISCERNEMENT, par Bertrand Rouziès-Léonardi


    Lucas Cranach l’Ancien, Adam et Ève, 1528.

    Billet invité.

    Partons du commencement. Soit un extrait très fameux de la Genèse, 3, 1-13 : « [Le serpent] dit à la femme : « Alors, Dieu a dit : “Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin” ? » La femme répondit au serpent : « Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin. Mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : “Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas, sous peine de mort.” » Le serpent répliqua à la femme : « Pas du tout !… Lire la suite…

  • LE VOTE UTILE… AU PREMIER TOUR

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Dans la conférence que j’ai eu l’occasion de faire en décembre dernier pour un public composé des anciens de HEC et dont j’ai l’intention de reprendre la trame dans mon livre à venir intitulé : Les questions qui restent à résoudre, j’ai recours à l’image du soliton : une énorme vague résultant de la superposition de plusieurs vagues de taille normale venues accidentellement s’agréger en un monstre.

    Les trois vagues que j’évoquais sont 1° la crise financière et économique, conséquence de la machine à concentrer la richesse qui caractérise nos sociétés, de nouveau régime, aussi bien que d’ancien régime, faute pour nous d’avoir jamais accordé l’attention qu’il mérite à ce vice qui handicape nos systèmes économiques, 2° la complexité de notre monde qui a cessé d’être maîtrisable depuis que nous avons abandonné de gaité de cœur à l’ordinateur les rôles d’une part de comprendre notre monde, et d’autre part de prendre les décisions qui s’imposent à son sujet, enfin 3° la fin du processus de colonisation de notre planète par notre espèce, qui découvre tardivement les limitations qu’une politique de « terre brûlée » finit par rencontrer et qui sont celles du Réel.… Lire la suite…

  • DEUX CULTURES

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Dans Le capitalisme à l’agonie (2011), j’attribue à la crise un certain nombre de causes : 1) une fragilisation du système financier due à l’existence de longues chaînes de crédit, la présence toujours croissante de celles-ci étant due à la concentration de la richesse, laquelle elle-même est due à l’existence du prêt à intérêt, 2) l’évolution des règles comptables, qui ont de plus en plus facilité la distribution de gains futurs imaginaires aux actionnaires (et aux dirigeants d’entreprises par le biais des stock-options), 3) le développement de la spéculation, d’énormes volumes de capitaux ne pouvant plus aller de placer dans la production, le pouvoir d’achat de la grande masse de la population étant devenu trop faible du fait, là aussi, de la concentration de la richesse, 4) la complexité en général, reflet de la complexité des produits financiers « innovants », depuis la fin des années 1970, mais aussi, purement et simplement, en raison de la quantité d’interactions permises par l’informatique, comme on le constate par exemple dans le High Frequency Trading, les opérations financières à très grande vitesse.… Lire la suite…

  • MESSIEURS QU’ON NOMME GRANDS, SIMPLIFIEZ !

    La panique et la paralysie au sommet
    Les impasses
    La « rationalité » de l’agent économique
    * Le crédit
    * La complexité des instruments financiers
    * * Un ordre monétaire international : demain !
    * La variabilité des prix, et les paris qu’elle autorise

    The moral decay of our society is as bad at the top as the bottom, par Peter Oborne

    L’argent, mode d’emploi (Fayard 2009)… Lire la suite…

  • FLASH SPÉCIAL Crise de la dette publique US – Veillée d’armes

    Le spectre de Lehman Brothers
    La zone euro
    Le bancor
    Convaincre les Américains de la fin du dollar
    La situation précaire de l’économie américaine
    Le crédit et la complexité
    Mon billet du 15 septembre 2008 : « On ne va pas pouvoir rabibocher »
    Les institutions !… Lire la suite…

  • Pour un changement de paradigme du droit des affaires, par Valérie Bugault

    Billet invité

    La perte de cohésion du « droit » résulte de l’intrusion rapide et peu scrupuleuse de la conception anglo-saxonne de la loi dans notre univers juridique, notamment par le biais du lobbying. Jusqu’à cette intrusion, le système de droit français était conçu comme un ensemble cohérent et hiérarchisé de règles, dont la perfection historique date de 1804, avènement de notre fameux Code civil (ou Code Napoléon), souvent vanté et exporté.

    Que le mélange des systèmes juridiques en vigueur ait précédé l’avènement du grand capital, en étant son instrument, ou qu’il n’ait fait que le faciliter, à son insu, importe finalement peu aujourd’hui.… Lire la suite…