LE VOTE UTILE… AU PREMIER TOUR

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Dans la conférence que j’ai eu l’occasion de faire en décembre dernier pour un public composé des anciens de HEC et dont j’ai l’intention de reprendre la trame dans mon livre à venir intitulé : Les questions qui restent à résoudre, j’ai recours à l’image du soliton : une énorme vague résultant de la superposition de plusieurs vagues de taille normale venues accidentellement s’agréger en un monstre.

Les trois vagues que j’évoquais sont 1° la crise financière et économique, conséquence de la machine à concentrer la richesse qui caractérise nos sociétés, de nouveau régime, aussi bien que d’ancien régime, faute pour nous d’avoir jamais accordé l’attention qu’il mérite à ce vice qui handicape nos systèmes économiques, 2° la complexité de notre monde qui a cessé d’être maîtrisable depuis que nous avons abandonné de gaité de cœur à l’ordinateur les rôles d’une part de comprendre notre monde, et d’autre part de prendre les décisions qui s’imposent à son sujet, enfin 3° la fin du processus de colonisation de notre planète par notre espèce, qui découvre tardivement les limitations qu’une politique de « terre brûlée » finit par rencontrer et qui sont celles du Réel.

Ces trois vagues, considérable chacune, constituent désormais un tout indissociable et un candidat à l’élection présidentielle française doit vouloir les traiter de manière cohérente toutes ensemble.

À l’époque du discours de Toulon, M. Sarkozy parlait en termes très éloquents de la crise financière et économique. Ce thème a cependant disparu entièrement de son programme actuel pour se concentrer sur une problématique du montrer-du-doigt-de-préférence-quelqu’un-d’autre-que-soi-même, si bien qu’aucun des deux candidats les mieux placés pour l’emporter dans les élections présidentielles ne parle ni d’une manière ni d’une autre de l’une quelconque des trois composantes du soliton.

En fait, de la complexité engendrée par le développement de l’informatique et de la maîtrise sur le monde qui nous a échappé à cette occasion, aucun des candidats en présence ne parle en aucune manière : à les en croire, le monde reste transparent à leurs yeux, hypothèse qui conforte la supposition implicite qu’ils seront en mesure de prendre les décisions qui s’imposent, et que le monde répondra sans broncher à leurs injonctions et de la manière prévue par eux. M. Mitterrand revenu d’outre-tombe, pareil au spectre du père de Hamlet, pourrait leur expliquer ce qu’il en est réellement dans ces cas-là.

Restent les deux autres vagues : la planète et ce qu’il en reste sous nos coups de boutoir, et la crise financière et économique. Comme la première de ces deux vagues constitue le contexte général au sein de laquelle vient se loger la seconde, il aurait été logique que le parti qui maîtrise le mieux la problématique écologique insère conceptuellement la crise financière et économique au sein de celle-ci et nous propose un programme cohérent de réforme globale.

Pour des raisons que j’ignore mais qui sont probablement liées à la supposition fautive, et calamiteuse, qu’il fallait choisir de parler SOIT du contexte écologique et planétaire, SOIT de la crise financière et économique, et que, pareil à l’âne de Buridan, on était disposé à hésiter indéfiniment sur la ligne à suivre, EE – Les Verts sont tombés dans un mutisme mortifère dont les chiffres d’intentions de vote en faveur de leur candidate sont le reflet sans appel.

Le Front de Gauche qui, après avoir pris l’aspect crise financière et économique à bras le corps et avec un bel enthousiasme, s’aventure maintenant sur le terrain de la revendication écologique, s’en tire mille (à vue de nez) fois mieux.

Il n’en reste pas moins que le point de jonction entre la vague de l’avanie imposée par nous à notre planète et la vague de la machine à concentrer la richesse, source de dérive financière, est celui de la troisième vague, à savoir celle de la complexité hors de contrôle. Le parti qui parviendrait à présenter aux électeurs la combinaison complète de ces trois facteurs qu’il s’agit pour nous d’affronter d’abord et de résoudre ensuite, imposerait sa façon de voir au premier tour, et du coup, certainement au second, soit dans le meilleur des cas, directement, soit, faute de mieux mais sans se déjuger, indirectement par la cohérence de son approche.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

373 réflexions sur « LE VOTE UTILE… AU PREMIER TOUR »

  1. Les bookmakers devraient être obligés de rembourser les parieurs, puisque comme d’habitude, le parti qui obtiendra le plus de voix sera celui des abstentionnistes.
    Une suggestion de pari tout de même pour nos amis bookmakers : « Si F.Hollande est élu Président de la République, fera-t-il semblant pendant quelques mois de lutter contre le système ou bien prendra-t-il immédiatement des ‘‘mesures courageuses’’ ? »
    Mais baste de ces paris pour petits joueurs, ceux qui gagneront le Bingo en 2012 seront encore une fois nos amis capitalistes…

  2. Et si on parlait aussi de ce qui va fâcher?

    J’aperçois entre les lignes des divergences très profondes sur les questions relatives à la technique, via une conceptualisation très molle de la notion de « nature ».

    Ainsi lorsqu’on parle de « planification écologique », ou de souci de l’environnement etc (peu importe ici l’expression) qu’est-ce que cela signifie exactement et dans quels domaines ou directions?

    S’agit-il de décider politiquement des grandes orientations technologiques, du devenir des innovations ou des capacités techniques(bio et nao tech par exemple)? Ce qui serait un minimum, évidemment

    S’agit-il d’une « affaire entendu » et de célébrer un nouvel absolu : la nature, la planète etc? Est-ce un avartar politique d’une technophobie d’opinion?

    Le concept d’émancipation, qui est au coeur du telos de la gauche, liait la désaliénation de la relation sociale et le progrès de la maîtrise de la nature. Est-ce qu’on peut défaire l’un sans renoncer à l’autre? etc.

    Le champ des question est vaste, je lance ces quelques fils à l’heure de l’apéro, passablement avancé ici, mais il vaut mieux commencer à prendre langue sur ces aspects qui risque demain de provoquer quelques fictions et désillusions.

    1. Point du tout l’ami Pas de notion molle…. Exemple si tu répond pour la même question par le concept d’environnement ou de nature cela n’a pas le même impacts sur les solutions et les budgets adopter. Exemple ( pour être volontairement très provocateur): est-il nécessaire de défendre toute la biodiversité? Si tu réponds par l’environnement tu diras non parce l’ours polaire n’as pas de Feedback (effet de retour) sur l’humain alors que la disparition des abeilles oui… Donc tu feras certains choix.
      Si tu réponds en terme de nature, cela implique une diminution de l’impact humain sur les changements naturels.

      Le capitalisme s’accorde très bien du concept d’environnement mais mal du concept de nature, vers quoi la planification écologique du front de gche va -t-elle tendre? Vers une défense de l’environnement (appropriation qualitative et quantitative d’un périmètre naturel) ou de la nature( système de diversités et de l’altérité radicale à l’humain) …

      1. J’avais bien remarqué dans un de vos précédents post que pour votre part vous aviez des idées claires sur ce point; mais je doute que tous soit d’emblée d’accord avec vous. Continuons d’enfoncer le clou : la notion d’environnement est anthropocentrée; elle ignore la nature comme telle, qui elle même, vous le savez bien, ne se réduit ni aux vivants qui nous sont utiles ni aux vivant tout court

        Là où cela se corse c’est que le rapport de l’homme à la nature (au donné comme tel, vivant comme matière) est dorénavant, en droit et très bientôt en fait, de l’ordre de l’ingéniérie. C’est ici que des difficultés économique et politique cruciales nous attendent. Il est un peu tard, je fatigue et vous aussi peut-être, alors je formule une seule difficulté d’importance : le problème est-il conçu dans le programme du FDG comme relevant du pilotage politique des innovations techniques et des conséquences économiques qui les accompagnent, ou comme une mise en question du développement technique comme tel? Sur cet aspect des choses, le débat me semble nécessaire, et il est lourd de différends potentiels avec l’éventail des sensibilités de l’écologie politique. Quant aux autres difficultés, je passe le micro à d’autres.

      2. @ jicé
        « le rapport de l’homme à la nature est en droit de l’ordre de l’ingénierie. »
        Pouvez-vous justifier cette affirmation que je trouve bien péremptoire.

      3. J’ai regarder ce que @timiota nous a mis comme doc…. Et cela peut servir d’exemple pouvant nous faire avançais… Il est vrai que l’on pourrait tiré de nombreux biens fait à court et moyen terme, par exemple sur la maîtrise du climat, mais certaines choses à longtemps risque de ne pas être maîtrise à cause de leur complexité…. Le climat est un système plus ou moins choatique ( dont les prévisions peuvent anticipé comme dans la finance par des modèles mathématiques et des ordinateurs très puissance et pourtant le climat nous échappe).
        Le problème se sont les connaissance » hors champ: par exemple on peut trouvé que le réchauffement climatiques est somme toute pas si terrifiant si on l’accompagne; hors du champ de l’analyse des climatologues se trouvait l’existence au fond des Océans de grande poche de méthane liquéfier qui pourrait si l’atmosphère et les océans à sa suite se réchauffent se libérer modifié très brutalement non seulement le climat mais aussi la composition moyenne de l’atmosphère terrestre.

        En fait, il y a tellement de hors champ dans le savoir des hommes du XXI° siècle qu’il est très risquer d’utiliser nos connaissances. ( Tempête de 1999 en France dont la dépression tournée dans un sens contraire à la force de Coriolis).

        Aussi sur le contrôle du climat on parle de travaux à grande échelle avec l’éléctro magnétisme, on sait faire pleuvoir depuis longtemps avec de l’iodure d’argent, mais la ionisation de l’atmosphère peut engager des forces incontrôlée. La ionisation de l’atmosphère par les ondes électromagnétiques artificielles réchauffe-t-elle le climat (réseaux de télécom et diverses activités humaines).

        Si sans doute le champ des mesures à prendre ne peuvent être qu’environnementale, il faut une analyse poussée sur la complexité du donné naturel.

        Tout cela pour dire que l’Ecologie politique actuelle est très loin du compte!!! Surtout avec les envies de notabilités qu’ils ont tous dans ce genre de mouvement politique. Il sont le comble du conformismes alors que justement s’il était un temps soit peu sincère ils seraient le comble du poil à gratter de la société capitaliste.

      4. @ Timiota
        Merci.

        @ jicé
        Il y a ama deux attitudes possibles.
        La première, démiurgique, consiste à tenter de comprendre la nature afin d’agir sur elle. C’est l’attitude actuelle.
        Or toute innovation, dans la mesure oú elle a un impact social, est par essence déstabilisatrice.
        Si nous continuons à priser par-dessus tout l’efficacité technologique je suis convaincu que les inévitables corrections à l’équilibre entre l’homme et la Nature ne pourront être -au sens strict et usuel du terme- que catastrophiques.
        La deuxième est herméneutique. Voir ES pp. 223 à 225. Elle conduit pour moi à préférer les sociétés « froides » de Lévi-Strauss.
        Jean Petitot, qui fut intellectuellement très proche de Thom et figure parmi les plus fins connaisseurs de sa pensée à fait le choix démiurgique comme en témoignent ombre de ses publications. Thom à fait le choix opposé.

      5. @BasicRabbit

        C’est vrai que notre vision du progrès actuel est Prométhéen (se rebelle contre l’ordre des chose), il faut le faire évolue par une harmonisation avec le cosmos par le logos…. Exemple d’utopie réalisable et peut-être déjà en cours de réalisation: puisqu’on relargue des gaz de combustion et de réaction chimique dans l’atmospère pourquoi ne pas orienter les recherches fondamentale et appliqué vers les moyens qui existent (processus naturels) de recaptures de ceux-ci….
        Ex: gaz de schistes et huiles pétrolière ( normale ou de nouvelles extraction) sont des matières carbonés (Fixation des CO etCO²), qui naturellement était en végétaux et animaux (la vie c’est de la matière carbonée) sédimenté et fossilisés en pétrole gaz et micro- gisement ( pour les gaz de schistes), la libération par combustion ( nos activités humaines ) de cette fixation sous-terraine est très grave parce la capture par processus naturel de ce carbone a rendu notre terre viable. La science qui peut cherché la fracturation hydraulique pourrait -aussi cherché à réparer les Etats légiférant pour rendre légal l’obligation de dépolluer de refixer les diverses émissions atmosphériques. Cela pourrait même crée de nouveau champ d’activité économique. Si les majors du pétroles et du gaz sont malines….(dans une optique capitaliste) j’investirais massivement dans les industries de réparations naturelles (recherche et développement), mais leur inventivité est visiblement en berne et le progrès est unidirectionnel et prométhéen.

      6. @ MAZERAN Jean-Marc
        J’habite en Bretagne où comme chacun sait il y a beaucoup de pollution à cause des porcheries et poulaillers industriels.
        Face à ce problème il y a deux solutions: tenter de le régler soit en amont soit en aval.
        Le système actuel choisit toujours la solution aval pour les raisons que vous exposez très bien: en polluant on crée le marché de la dépollution.
        Et on lance ça à l’échelle mondiale avec le CO2…
        Pour moi c’est de la démence pure et simple et ça va très mal se terminer.

      7. à jicé : 6 avril 2012 à 21:38
        En quoi la technologie serait-elle opposée à une prise en compte de la conservation de notre biotope ? La conservation de « notre » biotope impose la prise en compte de la biodiversité dont nous sommes partie intégrante. Il n’existe pas de biotope propre à l’espèce humaine que l’on pourrait extraire de celui de tous les autres êtres vivants.
        Pour illustrer par un exemple, comment pensez vous développer le photovoltaïque de troisième, quatrième, cinquième génération en tournant le dos à la technique. Savez vous que cette technique en est à ses balbutiements et que la recherche dans ce domaine se fait tous azimuts, que les panneaux photovoltaïques de demain n’auront pas grand chose à voir avec le « produit industriel mature » que nous produisons aujourd’hui.
        De mon point de vue la promotion de la technique n’est ni « productiviste » ni « décroissantiste », c’est comme la langue d’Esope le fabuliste, la meilleure et la pire des choses.

      8. @ RV et @ vigneron

        Attention parce que les panneaux photovoltaïques actuels, n’est pas une technologie aussi propre que tu le crois…. Il paraît, mais on reste très discret sur ce point, que comme les nouvelles technologies ils contiennent des matériaux extrêmes polluants dont les dé pollutions coûteront très cher au démontage à la fin de leur cycle de vie… En fait c’est le même problème que les centrale nucléaire, dans le prix (vu que maintenant je sais qu’il est une construction du social dans l’économique) par sans doute omission délibérer on oblie de le dire ne refléte pas la valeur réelle des coûts environnementaux.
        Juger de la politique environnementale actuelle et du silence ( notamment des écolo sur de tel sujets techniques) de tout le monde (ERDF, les industriels, les pouvoirs publics);
        perso dans ce domaine c’est de l’arnaque( je VEUX militer pour la défense du consommateur: par l’info),
        Arnaques du photovoltaïques: 1° ERDF te fait cofinancer (à crédit ) l’installation première (avec la carotte du crédit d’impôts retiré depuis peu), 2°ERDF te rachète l’électricité à un prix inférieur à celui auquel ils le vendent conséquence (comme tu n’as pas d’accu pour stocker) ta diminution de facture est ridicule,3° A la fin du cycle de vie de tes panneaux ( je ne crois pas mais il faudrait vérifier s’il finance la dépose/ dépollution) tu paye un max…. Ca va en faire des malheureux cette politique publique…

        Et tu crois que les écolo politico l’aurait dénonçait, il se sont tus comme les autres alors qu’ils revendiquent maintenant l’exclusivité de la pensée écologique. C’est pour cela que je les prends pour des usurpateurs. Les vrais combats(où ils sont sensés être expert), ils les ratent…

        PS: Si vous êtes sur le point de prendre ce genre de décision(installation), à mon avis il faut surseoir, et se renseigner par la bande.

    2. @jicé

      Il ne s’agit pas de s’opposer au « progrès ». A condition de savoir de quoi on parle. Ceux qui prétendent que « l’on n’arrête pas le progrès » limitent celui-ci à une course technologique supposée résoudre tous nos problèmes. Ceux qui en sont les bailleurs l’ont détourné à leur seul profit. Le progrès n’a pour eux qu’un seul objectif : le retour sur investissement le plus rapide possible en se foutant complètement du bien de l’humanité.

      Aujourd’hui, le progrès des connaissances permet d’utiliser la nature avec plus d’efficacité tout en visant une économie de moyens. Par exemple, les derniers acquis de la biologie permettent de traiter les effluents par lagunage en se passant de la filière physico chimique. Pour un coût dix fois inférieur et une valorisation des déchets. Ceci n’est pas considéré comme un progrès par Bayer qui, par le truchement des administrations et des concessionnaires (Vivendi et autres) impose le maintien de la filière technologique. Au nom du progrès.

      Ceci pour dire qu’une humanité devenue multitude ne pourra pas se passer de la science ni des techniques pour occuper cette planète de manière acceptable. A condition que ces connaissances soient mises au service de cette humanité et non à celui de quelques multinationales et mandarins oeuvrant pour leur carrière et surtout pour leur seule gloire.

      Amicalement
      Franz

      1. Superbe commentaire Franz.
        Toute la pensée écologique résumée en quelques lignes !
        On peut faire plus court encore.

        Un progrès technique est bon lorsqu’il maximise le bien-être du plus grand nombre et non le portefeuille de queqlues-uns…

        Mais votre style est largement supérieur à ce raccourci.

        Amicalement too

        Ben

  3. Vive la droiche ou la gaute à moins que se soit l’inverse qui dans les salons démocratiques journalistiques qui développe soudainement le non chiffrage complet du programme 90° et 1200 tr/min d’ essorage du Front de Gauche; tant qu’il n’était pas à 15% d’intentions de votes pas de brevet de réalisme à passer, on peut donc faire comme le parti de l’Amour (Parlement Italien: cicciolina) tant que t‘approche pas 15 % et que t’as le dynamisme politique d’une huître….pour les journaliste français qui évite les bons sujet, comme un tank évite les mines anti-chars…. Si la campagne ne vaut rien s’est aussi qu’ils nous lénifie, nous laisse lénifier par les politiciens!!!

      1. Bien sûr que oui, mais les journalistes eux feignent de l’ignorer par dé cre di bi bli ser! En fait je crois qu’en faisant leur métiers en muet comme the artist ça serait marrant parce que beaucoup explicite…. Leurs questions s’est du flan mais eux qui ont la parole, alors ces pauvres aires font payés à Melenchon ce qui l’a eu audace de leur dires à mente reprises….

  4. Pourquoi n’a-t-on pas entendu tout ce que Jean-Marc Governatori ( Alliance Ecologiste Indépendante ) propose ? Les idées de ce parti sont si novatrices, si évidentes ! Là, les 3 vagues dont il est question plus haut sont prises en compte.
    Allez, ça vaut le coup d’aller visiter le site de l’AEI !

  5. Notre civilisation dépends du pétrole dont aussi pour l’alimentation alors que le pic pétrolier est déjà dépasser.

    Il est impensable dans notre société actuelle de croire que l’on pourra s’adapter alors que de nouveaux marchés à démographie très importante comme la Chine ou l’Inde viennent de s’ouvrir au capitalisme.

    La question n’est pas de savoir, je veux garder mon confort et eux ils se débrouillent. Techniquement l’Occident avec son niveau de consommation à 5 ou 6 planètes ira elle-aussi vers une crise, dont la famine est la résultante.

    De nos jours les habitants qui ont accès aux richesses, ont un niveau de dépendance très élevé/total à l’énergie du pétrole. Des infrastructures existent autour du pétrole, et aucune énergie ne pourra la remplacer par le biais de ses infrastructures.

    De toute façon, les dirigeants ou les banques s’en foutent, le but est de faire du profit, d’assamer des chiffres et de les cacher dans lieux fiscaux inexistants.

    Les populations vont subir ses impacts, en premier lieu des problèmes agricoles qui vont provoquer des révoltes, ce qui est logique. En plus des problèmes de logements avec les locations ou les banques propriétaires en cas de problèmes financiers.

    Ils existent des droits pour les citoyens, et il faut avoir conscience de les mettre en avant, car le productivisme nous mène droit dans le mur.

  6. Ce serait bien si un candidat osait, retournant en quelque sorte les tristes concepts politiques en sensibilités face au réel, retourner les histoires d’argent en histoires de temps…., un temps pas encore historiquement conceptualisé.

    -N’est-il pas vrai que la grand absent, dans la métaphore de la vague sur-multipliée le soliton, c’est la durée qui s’estime avant l’apparition…, réalité d’un grand silence?
    -N’est-il pas vrai que si ce temps incertain serait néanmoins compté, cela serait en années, en mois, semaines, heure, …voire instants?
    -N’est-il pas vrai que si le temps se présente par l’élection décompté pour être compris avec l’argent, néanmoins l’ordinateur décompte, avec toute l’accélération qu’il permet, le même temps comptabilisé d’argent antique agité en sur-fréquence alors qu’autant chacun des rôles antiques attribués pour chacun par l’emploi sont mis en sur-fréquence, et tandis que l’élimination que produit cette sur-fréquence se présente comme complexité, à la marge masquée en brèves éliminations?

    Oui, » l’argent complexe » est bien le plus réactionnaire moyen de sa solidité dans un monde qu’il détruit!
    S’attend véritablement une monnaie adaptée à un monde complexe, celui des temporalités dégagées…, puisqu’elles sont déjà là (?)!

  7. à Bob

    « ceux qui gagneront le Bingo en 2012 seront encore une fois nos amis capitalistes… »

    Aux Etats-Unis on saît parfois qui a investit pour les partis politiques, donc on peut connaître les vrais gagnants capitalistes de l’élection. Sinon pour les populations, il n’y a pas de lobbys sinon on casse les syndicats ou on les achètent.

    Par contre les votes rapportent de l’argent, les citoyens aident aussi les capitalistes qui sait, ah oui certains le sont déjà, les cumuls des mandats et des retraites en millions en exerçant en même temps d’autres emplois (même fictifs aussi).

  8. Donc le débat c’est Eva Joly ou Jean-Luc (Le siècle ça existe?) Mélenchon au 1ER tour ? Ok

    Désolé mais aucun intérêt.

    Vous aurez la rigueur et puis c’est tout.

    En 2017 nous verrons, mais pour cette fois on est tous foutus.

    1. Mitterrand avait Élisabeth Tessier (laquelle avait prévu DSK président…), Sarkozy a Channel Kristina, dans un super numéro de lèche !!!
      Espérons que la lune de la population française ne soit pas percuté par un astéroïde…

    2. Bref, il y a des astrologues qui sont de droite, et d’autres qui sont de gauche.
      ça c’est un scoop ! 😉

  9. Le Parti de Gauche n’est que le cache sexe d’un PCF profondément pro-nucléaire. Mélenchon appelle à un référendum sur le nucléaire, rien de plus.

    1. Bonjour,

      @Manuelle

      Je ne répondrais pas à cet argument fin, d’une profondeur politique imparable, énoncé en premier lieu par Jean-marie Lepen du « front de gauche (pas parti de gauche – déjà vous dominez mal votre « sujet ») cache sexe du PCF ».

      Vous dites :

      Mélenchon appelle à un référendum sur le nucléaire, rien de plus.

      Bon, si pour vous mettre en débat le sujet du nucléaire, qui n’a jamais été discuté démocratiquement, c’est pas grand chose…

      D’ailleurs si vous pouviez me dire quelles sont les propositions concrètes des autres candidats à ce sujet pour la prochaine législature?

      D’avance merci.

      Cordialement.

      1. « Front » oui, et pas Parti. Il me semble que le Front de gauche est dominé par le PCF, le Parti de Gauche ne représentant qu’un peu plus de 8.000 membres seulement sur un total de plus de 120 000 adhérents pour le PCF, et il me semble que le PCF n’a rien de très écolo, il n’y a qu’à lire l’Humanité pour s’en convaincre. Qui veut opter pour l’écologie, à mon avis, devrait d’abord penser à voter Eva Joly, qui est très claire sur les perspectives qu’elle compte donner à l’énergie électro-nucléaire en France (http://atomicwiki.org/Nucl%C3%A9aire_et_politique#Eva_Joly). Pour l’avoir entendue parler, elle fait très bien le lien, sans doute aussi bien que Mélenchon, entre crise écologique et crise financière. Je m’étonne que Paul Jorion n’en ait rien vu.

      2. @Manuelle

        Et alors ? Le referendum est le meilleur moyen d’évoquer les tenants et les aboutissants de cette question qui est stratégique pour notre pays. Cela mérite bien un débat non ? Je vous rassure chaque communistes n’aura qu’une voix et une seule par personne, comme tout le monde. La tendance est clairement à la sortie de cette énergie.

        Pour le reste le Front de Gauche propose également de se passer à terme des énergies carbonées, de protéger la mer et de lancer une vaste campagne de recherches sur un milieu dont nous ne connaissons encore qu’une infime partie, qui est entre autres source potentielle d’énergie renouvelable et propre. Par ailleurs, la Confédération paysanne, syndicat paysan engagé pour une agriculture durable a apporté son soutien au Front de Gauche. J

        Je suis désolé pour Eva Joly que j’aime bien, mais son parti s’est révélé incapable de porter une parole politique et notamment l’écologie. Vous pouvez remercier Cécile Duflot notamment et son marchandage au rabais avec le PS. Belle leçon de politique politicienne ! Désormais, pour la protection de notre environnement, il faut se tourner vers le Front de Gauche.

      3. bonsoir,

        au cas où vous ne l’auriez pas remarqué il y a un programme partagé qui engage donc les communistes …

        Pour ce qui concerne Eva Joly, j’ai beaucoup de respect pour elle et pour les idées qu’elle développe.

        Malheureusement, et à mon grand désarroi, la direction d’EE-LV a quasi renoncé à son programme, contre des sièges avec son accord avec le PS!

        C’est pour celà à mon avis qu’elle est si basse dans les sondages. Comment appliquer son programme avec les futurs députés éventuels d’EE-LV qui auront les mains liées par cet accord avec le PS.

        Cerise sur le gâteau le PS signe avec Jean-pierre Chevènement un accord prévoyant de continuer dans la voie du nucléaire…

        Cécile Duflot qui aurait dû « naturellement » en temps que dirigeante d’EE-LV se présenter pour la présidentielle, ou d’autres, ont laissé aller Eva Joly au casse pipe avec des moyens dérisoires en lui savonnant la planche régulièrement (voir les déclarations du maire de Bègles).

        Ayant pesé tout cela, un réferundum faisant enfin débat sur le nucléaire qui n’a jamais été discuté démocratiquement , ou tous le monde pourrait voter (donc cela échappe aux communistes sur ce sujet) et engageant même, à priori, les gouvernements suivants ça serait vachement mieux que rien ou pas grand chose.

        Qu’en pensez-vous vu sous cet angle?

        Cordialement.

    2. C’est sans doute pas faux chez les anciens, mais le PCF est dans le truc, un peu noyé dedans d’ailleurs, et propriétaire de rien. Le succès du rassemblement autour de ce programme en rend déjà dépassé bien des points, non? Un instrument est en train de se créer, ce sera d’ailleurs peut-être juste une occase, avant le retour de la chape de plomb PS UMP (bientôt DP-FN d’ailleurs), ou les entrechats EELV, essayons de le manier et de le diriger collectivement vers là où cela compte. De toutes façons c’est ça qu’est dans le tuyau, pas autre chose, l’effectif du réel, et rien d’autre, tant pis si cela déplait. Alors on en fait quoi? C’est pas un pacte qu’on va signer de notre sang. Libre à chacun d’envoyer paître par la suite (qui sera des plus amères dans ce cas…). Cela fait combien de temps que ce genre de choses, en laissant les appareils de côté, d’événement populaire donc, ne s’était pas produit? ça mérite qu’on s’y penche, qu’on travaille le matériau je crois.

      1. La femme de l’Affaire Elf est à mon avis la seule à pouvoir lancer une opération mains propres à vaste échelle dans notre république. N’est-ce pas pour cela qu’elle a été désignée d’ailleurs comme représentante des Verts? Le lobby nucléaire a de tout temps reçu les faveurs des grands partis d’élus. Le PCF est pour l’industrie, Mélenchon aussi. Peut-être même aime -t-il davantage le terme « planification » que le terme « écologie » dans son projet de planification écologique?

      2. Re-bonsoir,

        @ Manuelle

        Même si Eva Joly est élue, ce qui est de plus en plus grandement improbable, vous croyez que les socialistes vont laisser faire une opération main propre?

        Mélenchon (à titre personnel) et le parti de gauche ce sont prononcés contre le nucléaire, vous êtes mal informée. De plus ils soutiennent le scénario « négawatt » de sortie du nucléaire et des énergie carbonées.

        Quant au poids respectfs de « planification » et « écologique » dans l’esprit de Mélenchon je vous en laisse l’oracle.

        On peut noter qu’il y a au sein du front de gauche la FASE (écologiste) et des écologistes venant d’EE-LV.

        Si par affection vous souhaitez voter Eva Joly, je vous comprends, elle le mérite.

        Cordialement.

  10. époché des Å’ufs de Pâques .
    Passage étroit
    et trois pas sages.
    C’est toujours mieux que le trépas .

    Misère qui sans cesse se répète
    Clef égarée quelque part entre Rome et Constantinople
    Clef mise en conserve en boite au lieu d’être offerte.
    parce que la Porte, tout le monde la voit ,
    mais quel bazar autour pour ouvrir …
    🙂

  11. Jorion et les autres, n’êtes-vous pas transportés par la formidable vague de questions environnementales submergeant cette campagne, poussée autant par le souffle puissant s’échappant du clairon de notre stentor frontiste rougeo-verdissant que par la sidérante dynamique tellurique du courant océanique qui l’accompagne ?
    Question subsidiaire : quelqu’un aurait-il l’amabilité de nous communiquer le libellé exact de la question référendaire concernant le nucléaire civil gogaulois annoncée par le clairon susnommé ?

    1. @Vigneron

      Je crois que c’est celle-ci :

      « Etes vous d’accord pour que Vigneron décide qu’il faille élire d’autres formations que le Front de gauche pour mettre les questions environnementales en avant, parce que franchement c’est inadmissible que ce parti soit le premier à avoir réussi à imposer la question écologique dans le champ politique ? »

    2. Vigneron, l’affaire est entendue; tu vas pas éructer pendant encore deux semaines non? Tu te mets tout seul à la mauvaise place là, ça te ressemble pas, celle du ressentiment, du cocu de l’histoire, du benêt qui tient la chandelle. Je t’assure, plus tu gigotes, plus tu t’enfonces. Zappes, comme dis la jeunesse. Ou rends-toi utile (j’ai pas dit idiot, hein).

      1. Par exemple : si c’est crapulerie que tu veux dénoncer, de la lourde, de la pire espèce, celle qui masque le cynisme du pur calcul politique et de la trahison des idéaux sous l’apparence de la bonhommie, penches-toi sur le cas Borloo. Un pur stipendié sur sarkozysme, que nos querelles de clocher nous font oublier. Eh bien rappelons-nous l’existence de ce genre de fossoyeur de la vie publique.

    3. Selon moi aucun intérêt ce référendum sur le nucléaire civil. Comme un seul coup de crayon en a décidé, un seul le stoppera. Pas la peine de demander à la population sur un sujet où on ne lui a rien demandé d’ailleurs avant. Correction automatique. Hé hop, réglé. Je suis pour une décision d’arrêt et de démantèlement immédiatement , planning à voir 5, 10, 15, 20 ans ? Moi 10/15 maxi pour l’arrêt total ! M’obligez pas à me présenter !

    4. Crois- tu vraiment que l’écologie politique actuelle vaille vraiment la peine d’être sauvé…. C’est une bande d’arrivistes sorte de Rastignac politique qui ne pense qu’aux mandats (emplois de professionnels de politique locale ou nationale). Je pense que leur échec aux élections n’est pas très préjudiciable aux question écologiques et de la défense de la nature, parce que visiblement s’est parfaitement secondaire chez eux. Des gens comme cela à part de passer pour des clowns, ou bien dans le meilleur des cas comme boosters d’un grand parti ne peuvent réellement poser les enjeux environnementaux (sans être erroné ou simplifier)….

      Souvenez-vous de dominique V dans le gouvernements de gauche plurielle, l’environnement dans la réglementation n’as fait que de maigres avances, qui auraient avoir lieu avec le zèle d’un gouvernement de droite….

      Le seul apport véritable de l’écologie politique est la lente mais réelle inclusion dans les planifications et processus d’Aménagement du territoire Loi voynet, qui par diverses structures (pays, plan de déplacements urbains,….) tente de dégager pour la France qui le problème de l’émiettement urbain (plus important que dans d’autres pays vu les 36000 communes) avec une rurbanisation croissante…. Essaye de repèrage de territoire cohérent par rapport aux bassins de vie et d’emploi et d’inclure des logiques de projet de territoires tenant compte des logique environnementale… S’est mieux que rien mais s’est faible!

      Excusez; M.Jorion s’est très Franco-Français ce que je dis là mais comme vous parlez de la campagne présidentielle Française….

      Il y aurait plein d’autres logiques à impulser de ce type dans de multiple domaine et pourtant la visibilité politique des écolo ne s’opère que sur le nucléaire l’effet de serre, faiblement la justice sociale. Qu’ils sont pauvres intellectuellement me suis-je pensé? Même par rapport à l’époque Voynet.

    5. Non solum sed etiam ? Chers futurs suceurs de queues de cerises ? Des réponses ?
      Quel ramassis de branquignols. Tiens, rien que pour avoir groupiert tout ce beau monde, l’avoir mis en lumière, bien rangé entre les cornadis, ben le faisan Méluche j’dois avouer que s’il existait pas j’l’aurais bien inventé. Hollande aussi sans doute. Cornérisés les cornards, comptez vous dans le corral maintenant. La bétaillère arrive…

      1. Merci, tu viens de m’apprends un nouveau mot cornadis…. Mais vois-tu je ne suis pas dupé sur mélenchon; la pensée est plus intéressante que les autres partis politique s’est tout… Mais si les autres parties sont au niveau d’évolution de la paramécie intellectuelle Le Front de gauche est au niveau du mammifères le plus primaire qui soit… Je ne suis pas plus content que cela que citoyen mélenchon passionne les foule, s’est bizarre mais sarko était aussi très fort pour conquérir le pouvoir; cela ne gage pas la valeur de la réalisation politique ultérieure….Malheureusement!

  12. Seule Marine Lepen se positionne contre les banques au benefice des classes moyennes :
    – augmentation de la fiscalité des grands groupes internationaux
    – abrogation de la loi de 1973 obligeant l’état à se financer aupres des marchés
    – remboursement des bonus indecents des banquiers
    – retour a un service public correct (securité, infrastructures, education)

    Elle seule stigmatise l’europe ultra-liberale de bruxelles, sous la tutelle de goldman sachs & co, et le dogme indefectible de l’euro qui ne sert qu’à engraisser les banques et detruire l’economie des pays les plus faibles de la zone.

    Elle montre aussi que les 1% les plus riches s’enrichissent toujours plus, alors que les 99% de la population s’appauvrissent.

    Vous pouvez suivre tout son programme économique dans son meeting du 7 avril à Lyon :
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wyHKdGjq8YE

    1. Il est difficile de ne ne pas stigmatiser l Europe ultra libérale, c est très porteur :
      Même le candidat président propose de geler notre contribution au budget européen.
      Votre tract est au minimum inexact.
      Il n y a pas d avenir à diviser, il faut unir les citoyens autour de valeurs communes.
      Ces valeurs sont républicaines et le candidat elu devra respecter dans le temps les engagements pris avec les autres pays, ou laisser le temps nécessaire à ceux ci pour s’ adapter à un changement de cap de notre côté si telle est la volonté du peuple souverain.

      1. C’est pas parce qu’elle reprend des constats fait sur le blog; Maintenant M.Jorion l’avait vous réellement convaincu; s’est une des techniques préférées de l’extrême droite pour arriver au pouvoir s’est de reprendre des constats réalistes (en tirant le constat vers l’interprétation paranoïaque) tout en y accolant des solutions disjointes avec un volet à la haine (et vu la taille du volet si on se le prend dans la figure, c’est mort). Ce que je disais pour mélenchon est aussi exact pour moi pour Marine Lepen. Cela ne gage pas la valeur de la réalisation politique ultérieure….Malheureusement!
        Le fait que les extrêmes gauche et droite aient raison, s’est parce que la situation économique et politique tourne à l’absurde…. Ce qui au départ pouvait être faux devient vrai par la force de la situation. Bien que j’ai de la sympathie pour le côté gauche.

        Quelques fois la démocratie représentative, met en place des processus délétères!!!

      2. Et c’est comme cela que Dédé Magot arrive au pouvoir ou que des des démagots « idem »…

    2. Je viens d’écouter son meetings plus une heure, elle a été une excellentissime politicienne…. Mais je ne partage pas le fond de ses idées sauf le constat économique et social qui fait 90% du temps du meeting, Très peu de véritable solution… Parce que c’est la que cela pêche et que certaines ne serez pas montrable….

  13. Nous sommes à un moment clé et c’est important de se positionner clairement.
    Dire que c’est pareil d’un côté comme de l’autre fait le jeu du candidat sortant et c’est en quelque sorte choisir un camp.

  14. Je crois que chacun ici doit écouter cette conférence sur un sujet crucial : la géopolitique. Encore une fois, on peut critiquer le positionnement, peut-être les manques de la vision. Mais dans l’offre politique actuelle, je n’ai pas relevé cette connaissance des sujets, cette finesse d’analyse et la pertinence des solutions. A mon sens les deux candidats des media sont a des années-lumières :

    http://www.youtube.com/watch?v=g6heICDlWFs

  15. Le titre du billet me fait penser à la fable de La Fontaine « Le renard et le bouc ».
    Extrait:
    « de ce lieu là je sortirai
    après quoi je t’en tirerai ».

  16. Chapeau Jorion. Bien joué le corner à mélAnchistes. Les voilà bien parqués (et marqués…) sur leur voie de garage, leur bac à sable. Nous foutent la paix sur les autres fils. Ce marigot leur suffira bien pour les quinze jours qui leur restent à vivre…
    Encore bravo. Du grand Art…
    Z’auriez pas bossé dans la finance par hasard ?

    1. Précis de cornerisation :

      « Les derviches avancent lentement et font trois fois le tour de la piste. Chacun à un endroit donné se retourne vers celui qui le suit et tous deux s’inclinent profondément, puis reprennent leur tour. Cette circumambulation est l’image des âmes errantes, s’agitant, cherchant à la périphérie de l’existence. Le premier tour symbolise l’exotérisme, le deuxième l’ésotérisme, le troisième la Vérité. Mais la périphérie de l’existence contient déjà cette dernière dans la révélation de la Loi. Leur salutation mutuelle est le symbole de la solidarité spirituelle, où les âmes se reconnaissent mutuellement comme étant d’une même origine. C’est aussi la réciprocité des consciences, chacun des derviches servant de miroir à l’autre.

      A la fin du 3ème tour, le maître s’assoit sur son tapis et les danseurs se mettent dans un coin. »

    2. Bonsoir,

      ben voilà qu’il y est aussi le Vigneron dans le marigot et c’est pas la première fois…

      Pauvre Vigneron sur la voie de garage (malheureusement pas seulement sur ce corner).

      Espérons qu’il sortira de son marigot personnel trop souvent fait d’aigreurs confites en un ressac quasi permanent.

      Un peu enfantin de se contenter de projeter souvent sur le monde son propre désabu, bon comme ça cela rassure, il est à son image …

      Doit pas être terrible son pinard.

      Bon c’est le billet le plus commenté, il viennent sûrement pour Vigneron.

      Cordialement.

      1. Ce sont donc les cataniens qui maîtrisent le monde. De ce que j’en imagine via l’article de wikipedia, traduite par automate, la version préhistoire m’intrigue, une forme d’enfance.

  17. Le choix est simple: La finance au pouvoir ou le Peuple au pouvoir.
    Voter Mélenchon, c’est le Peuple au pouvoir et la Finance au service du Peuple. Voila tout!

Les commentaires sont fermés.