Archives par mot-clé : création monétaire

« Paul Jorion est un homme raisonnable (il n’est pas fou) », le 9 août 2019 – Retranscription

Retranscription de « Paul Jorion est un homme raisonnable (il n’est pas fou) », le 9 août 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le vendredi 9 août 2019 et aujourd’hui, ma petite vidéo s’intitulera « Paul Jorion est un homme raisonnable (il n’est pas fou) ».

Qu’est-ce qui m’a fait penser à vous faire un petit exposé de ce type-là ? C’est un ensemble de choses. J’ai en particulier réfléchi hier. Il s’est fait que j’ai appris la mort, comme nous tous, de Jean-Pierre Mocky quelques minutes avant de devoir sortir. Et donc, j’ai mis deux lignes, je suis revenu un peu plus tard et j’ai complété avec les idées qui m’étaient venues par la suite. Et, Jean-Pierre Mocky, vous le savez, c’est quelqu’un qui a fait de l’excellent cinéma. On a dit souvent à propos de ses films que c’était fait par un fou et, à ce moment-là, tout le monde pouvait dire : « Non, regardez, c’est Jean-Pierre Mocky. Regardez ce qu’il a déjà fait. Ce n’est pas un fou ! C’est quelqu’un de très raisonnable mais qui choisit, à certains moments, de parler de certaines choses de telle et telle manière ». Parce que, vous le savez, il y a toujours un message. C’est un message toujours d’une grande humanité. Il emploie tous les moyens qui sont à la disposition des gens qui n’ont pas beaucoup de pouvoir, c’est-à-dire la dérision, l’ironie, se moquer des imbéciles comme ce monsieur, vous avez dû le voir, qui est devenu viral. C’est-à-dire qu’il y a 2 cinglés de partisans de Trump dans une réunion et ce monsieur habillé en vert ne peut pas s’empêcher d’éclater d’un fou-rire qu’il n’arrive pas à arrêter. On voit bien que c’est de bon cœur. Il se dit : « J’ai affaire à des cinglés », mais là, de vrais cinglés. Il suffit de les voir avec leur casquette « Make America Great Again ». Manifestement, des suprémacistes blancs qui n’osent pas s’appeler de cette manière-là, en particulier.

Continuer la lecture de « Paul Jorion est un homme raisonnable (il n’est pas fou) », le 9 août 2019 – Retranscription
Partager :

L’ÉCHO, L’histoire du plan monétaire de Chicago, le 12 août 2019

À propos de Bruno Colmant, L’histoire du plan monétaire de Chicago, Académie Royale de Belgique, 2019. Ouvert aux commentaires.

Bruno Colmant vient de publier, avec la complicité de l’Académie Royale de Belgique, un petit livre très intelligent (les siens le sont toujours) sur L’histoire du plan monétaire de Chicago.

Le « plan monétaire de Chicago » est ce que l’on appelle aussi la « monnaie pleine », une proposition faite en 1936 par l’économiste américain Irving Fisher. Cette proposition qui réduirait le rôle des banques commerciales à celui d’antennes de la Banque centrale d’une zone monétaire (en général, un pays unique), n’a jamais connu d’application. Elle est cependant ressuscitée de temps à autre et a ainsi fait l’objet d’un referendum en Suisse, une « votation », le 10 juin 2018, où elle a été rejetée par la population par 75,7% des voix, et par chacun des cantons. Dans un article publié en 2012, deux chercheurs du Fonds monétaire international ont cependant émis un avis favorable sur la proposition de Fisher.

Continuer la lecture de L’ÉCHO, L’histoire du plan monétaire de Chicago, le 12 août 2019
Partager :

Deux questions à Paul Jorion sur « Nous sommes cuits. Que faire ? » et « Deux grands classiques du complotisme ou conspirationnisme », par Matthieu Galey

Ouvert aux commentaires.

Cher Monsieur,

Je vous adresse deux questions que m’ont inspiré vos posts.

1) La première concerne votre post « Nous sommes cuits que faire ? » (j’ai un peu l’esprit d’escalier), où vous évoquiez pour finir les tentations individualistes du survivalisme, comme quelque chose à venir.

Continuer la lecture de Deux questions à Paul Jorion sur « Nous sommes cuits. Que faire ? » et « Deux grands classiques du complotisme ou conspirationnisme », par Matthieu Galey

Partager :

DEUX GRANDS CLASSIQUES DU COMPLOTISME OU CONSPIRATIONNISME, le 31 août 2018 – RETRANSCRIPTION

Retranscription de Deux grands classiques du complotisme ou conspirationnisme. Merci à Éric Muller et Olivier Brouwer.

Bonjour, nous sommes le vendredi 31 août 2018. Et aujourd’hui, le thème de ma causerie : Deux grands classiques du conspirationnisme ou complotisme.

Voilà. Le premier, je vais vous le dire tout de suite, parce que c’est de ça que je vais parler, mais le second, je vais le laisser apparaître en conclusion, mais vous le reconnaîtrez à ce moment-là.

Alors, le premier, c’est : « Les sondages d’opinions se trompent toujours. » Voilà. Vous allez voir, c’est assez systématique, il y a des gens qui répètent ça – j’allais dire, qui expliquent ça. Non, il ne peuvent pas l’expliquer parce que ce n’est manifestement pas vrai, mais ça se répète. Et le plus remarquable, c’est que même à la suite de grandes victoires dans les sondages d’opinions, la légende se reconstitue peu de temps après – voilà, elle se remet en marche – que même dans ce cas-là, eh bien, en fait, les sondages s’étaient trompés.

Continuer la lecture de DEUX GRANDS CLASSIQUES DU COMPLOTISME OU CONSPIRATIONNISME, le 31 août 2018 – RETRANSCRIPTION

Partager :

C’est quoi une surpopulation ?

Ouvert aux commentaires.

C’est une discussion qui vient d’avoir lieu dans les commentaires du Blog, mais comme c’est susceptible d’intéresser davantage de monde que les seuls aficionados qui se défient dans les commentaires, je la reproduis ici.

Hadrien écrit (14h18) :

Ma question : pourquoi faudrait il une IA pour constater le problème démographique ?

La surpopulation détruit notre planète, bien plus que le capitalisme.

Cette évidence reste refusée par P. Jorion et beaucoup de jorionistes, sans compter le Pape, les économistes, les politiques, des « intellectuels », les journalistes tous populationnistes.

Continuer la lecture de C’est quoi une surpopulation ?

Partager :

Création monétaire ex nihilo : le vrai complot n’est pas celui qu’on vous raconte, par Jean-Baptiste Auxiètre

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

J’ai été surpris de voir véhiculer par un média ou un Média qui s’imagine de gauche, la théorie créationniste selon laquelle les banques commerciales créent de la monnaie ex nihilo quand elles prêtent = quand nous empruntons.

Continuer la lecture de Création monétaire ex nihilo : le vrai complot n’est pas celui qu’on vous raconte, par Jean-Baptiste Auxiètre

Partager :

L’argent, mode d’emploi (2009) à paraître en poche dans la collection Pluriel

L’argent, mode d’emploi en poche (Pluriel)

Préface

J’ai publié il y a quelques années un ouvrage intitulé Le prix (Le Croquant 2010 ; Champs Flammarion 2016). J’avais été surpris à cette époque qu’avant le mien, aucun livre n’avait été consacré à cette question, ni n’avait choisi ce titre. Mais l’année d’avant, j’avais eu une expérience similaire quand j’avais voulu appeler un livre L’argent. Ni le prix, ni l’argent n’avaient en effet suscité jusque-là grand intérêt, si ce n’est, bien sûr, le roman d’Émile Zola intitulé L’argent (1891) dont vous verrez que je cite ici de nombreux passages pour illustrer ce que j’aimerais vous expliquer.

Pour distinguer mon essai d’un ouvrage de fiction à juste titre célébrissime, le livre que vous avez entre les mains fut appelé L’argent, mode d’emploi. Il parle de ce que chacun croit connaître – parce que, de l’argent, il en a en poche – mais dont, en réalité, il ignore tout.

Continuer la lecture de L’argent, mode d’emploi (2009) à paraître en poche dans la collection Pluriel

Partager :

L’obscénité de la non-création monétaire ex nihilo, par Anton Klimm

Billet invité.

Il a été expliqué sur ce blog à divers endroits et de façon référencée qu’il n’y a pas de création monétaire ex nihilo en dehors des banques centrales. Derrière les écritures comptables, il y a bien en effet chaque fois, versement de compte à compte.

Continuer la lecture de L’obscénité de la non-création monétaire ex nihilo, par Anton Klimm

Partager :

De la monnaie qui ne compte plus rien, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité.

La mise au point de Paul Jorion sur l’éventualité d’une création monétaire ex nihilo, illustrée par la thèse de Nadia Piffaretti sur la monnaie électronique (2000), révèle l’hypothèse ontologique qui sous-tend la thèse de la création monétaire « ex nihilo » par les banquiers. L’hypothèse est celle de la non-réalité voire de la non-existence du sujet dans l’objet. La matière aurait sa finalité en elle-même indépendamment des choix des sujets, indépendamment des consciences, indépendamment de la pluralité subjective en acte.

Continuer la lecture de De la monnaie qui ne compte plus rien, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager :

Retour sur la prétendue « création monétaire ex nihilo » par les banques commerciales

En plus d’un compte-rendu quotidien (parfois heure par heure) de la crise des subprimes, se tenait en 2008 sur le blog, un débat sur la prétendue « création monétaire ex nihilo » par les banques commerciales.

Continuer la lecture de Retour sur la prétendue « création monétaire ex nihilo » par les banques commerciales

Partager :

La prétendue création monétaire « ex nihilo » par les banques commerciales, par Stéphane-Samuel Pourtalès

Billet invité.

Depuis quelques années, de plus en plus de vidéos veulent nous « réinformer » sur le « scandale » de la création monétaire par les banques privées.

Paul Jorion consacre tout un chapitre de son Penser tout haut l’économie avec Keynes (pp. 111-124) à cette croyance, qui n’est pas née d’hier. Elle a fait l’objet de publications depuis la fin du XIXe siècle (Newcomb, Fisher, Withers) rapportées (et soutenues) par Schumpeter dans l’Histoire de l’analyse économique.

Continuer la lecture de La prétendue création monétaire « ex nihilo » par les banques commerciales, par Stéphane-Samuel Pourtalès

Partager :

CROISSANCE ET ENDETTEMENT, UN COUPLE INFERNAL, par François Leclerc

Billet invité.

Coller le nez à la fenêtre afin de ne pas perdre une miette des lancinantes péripéties de la crise européenne en ferait presque oublier l’essentiel : de 2008 à 2011, le ratio de la dette publique et privée des pays avancés est passé de 208% à 236% de leur PIB. Conduisant les auteurs du dernier Rapport de Genève à titrer celui-ci : « Le désendettement, quel désendettement ? ».

Ce n’est cependant pas cette impressionnante progression qui doit prioritairement retenir l’attention, mais son point de départ. Celui-ci illustre ce que la croissance des pays avancés doit à leur endettement. Avec comme corollaire que cette dernière s’affaiblit fortement lorsqu’il est contenu comme actuellement, perturbant sa résorption. Le mystère d’une croissance introuvable n’est pas à chercher ailleurs : croissance et dette font un couple infernal.

Continuer la lecture de CROISSANCE ET ENDETTEMENT, UN COUPLE INFERNAL, par François Leclerc

Partager :

POUR COMPRENDRE LE « REPO »

Le « repo » (pour repurchase agreement), en français : « pension livrée », une expression très peu usitée, consiste à obtenir de l’argent liquide, du « véritable argent », en ayant mis en gage un instrument de dette (qui sera remboursé ultérieurement mais donne lieu à versement d’intérêts en attendant). Ce qu’on met en gage, c’est ce qu’on appelle le collatéral.

Un instrument de dette qui n’est pas arrivé à échéance (on dit aussi « à maturité »), n’a pas encore été remboursé, mais cela ne l’empêche pas d’avoir une « valeur marchande », c’est-à-dire un prix, ce prix ayant un rapport bien précis (mathématiquement calculable selon l’une ou l’autre méthode) avec l’argent qui sera remboursé auquel s’ajoutent les intérêts qui seront encaissés d’ici-là.

Cela fait dire à certains que ces instruments de dette sont une monnaie, alors qu’il vaudrait mieux dire – pour ne pas introduire la confusion – qu’ils sont une marchandise.

Quand on emprunte, il n’y a pas nécessairement d’exigence qu’un collatéral d’un montant équivalent soit mis en gage. C’est seulement quand l’économie n’est pas en bonne santé qu’il y aura exigence du côté du prêteur qu’un bien soit mis en gage, pouvant être le cas échéant, un instrument de dette, comme un mode d’assurance que la somme prêtée ne soit pas entièrement perdue en cas d’accident.

Continuer la lecture de POUR COMPRENDRE LE « REPO »

Partager :

LA LIBRE BELGIQUE, 2013 : LE DÉFI DES DETTES PUBLIQUES, par Paul Jorion et Bruno Colmant, le 23 février 2013

OPINION

2013: le défi des dettes publiques

Une opinion de Paul Jorion, anthropologue, chargé de cours à la VUB, et Bruno Colmant, économiste, chargé de cours à l’UCL.

Il y a, bien sûr, un ralentissement généralisé du rythme de croissance mondiale, phénomène classique de tassement conjoncturel qui succède avec la régularité du pendule aux périodes de crédit excessif, comme celle qui a caractérisé la période 2001-2007, périodes de surexploitation de l’effet de levier qu’autorise l’endettement, débouchant sur un « moment Minsky ». Un tel « moment » s’exprime par un retour brutal au seul roc solide de l’économie : celui de l’argent sonnant et trébuchant, alors que les reconnaissances de dette – qui étaient fondées sur des châteaux en Espagne – feront apparaître, dans la vérité de leur prix, la différence qui existe entre la richesse qui a véritablement été créée et celle qui ne reposait que sur des espoirs infondés.

Continuer la lecture de LA LIBRE BELGIQUE, 2013 : LE DÉFI DES DETTES PUBLIQUES, par Paul Jorion et Bruno Colmant, le 23 février 2013

Partager :

L’actualité de demain : LE BAL DES HYPOCRITES, par François Leclerc

Billet invité.

Ouvert à propos de la parité de l’euro, le débat sur une intervention de la BCE est fermé par Mario Draghi, tandis qu’au Japon le premier ministre tance à nouveau la Banque du Japon pour ne pas intervenir avec assez de vigueur afin de faire monter l’inflation (et baisser le yen). Shinzo Abe renouvelle ses menaces de réformer son statut et de lui faire perdre son indépendance, appelant à une création monétaire massive qui ne vient pas, dernier espoir de briser le sortilège de la déflation. Plus le temps passe et le déficit de l’ État japonais augmente, plus la question devient insoluble.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : LE BAL DES HYPOCRITES, par François Leclerc

Partager :