L’obscénité de la non-création monétaire ex nihilo, par Anton Klimm

Billet invité.

Il a été expliqué sur ce blog à divers endroits et de façon référencée qu’il n’y a pas de création monétaire ex nihilo en dehors des banques centrales. Derrière les écritures comptables, il y a bien en effet chaque fois, versement de compte à compte.

Pourquoi la plupart des gens se refusent-ils à l’admettre ? La raison principale me paraît être celle que je vais dire : le refus d’accepter l’obscénité même de notre système économique.

Chaque génération emprunte lourdement pour s’offrir son logement. Elle hypothèque pour cela la quasi-totalité de ses moyens disponibles (au-delà des charges) sur la quasi-totalité de la période efficace de sa carrière : une vie entière de labeur pour la grande majorité pour finir en bout de vie, « propriétaire ».

Une obscénité se cache là, à laquelle la plupart refusent de souscrire : comment concevoir que certains, une petite minorité, seraient à même de prêter à la grande majorité l’équivalent de ce qu’elle devra « capitaliser » au cours d’une vie entière ?

Cela voudrait dire qu’une petite minorité disposerait de suffisamment d’argent – dont elle n’a pas elle-même de besoin immédiat – pour le prêter à vous, représentant de la grande majorité. Cela voudrait dire que l’argent « en trop » d’une petite minorité représenterait davantage que l’ensemble de ce que pourra économiser la grande majorité au cours d’une vie.

Le comble de l’obscénité à laquelle se refuse de croire la grande majorité, c’est que la part dont dispose une petite minorité – et qui lui permettra à elle, grande majorité, de s’acheter un logement au terme de toute une vie de labeur – n’est bien entendu encore qu’une petite part de ce dont cette petite minorité dispose, le reste étant placé dans les obligations d’état, dans les entreprises, et dans des opérations financières spéculatives.

La grande majorité n’a pas pris conscience à quel point les plus riches sont plus riches qu’elle. Cela dépasse absolument son imagination !

« J’ai 10.000 euros à la banque. Un millionnaire, il doit être 10 fois plus riche que moi ! » – Non, c’est 100 fois !
« Et un milliardaire, il doit être 100 fois plus riche qu’un millionnaire ! » – Non, c’est mille fois !

C’est l’obscénité de ce facteur d’échelle – qui dépasse entièrement son imagination – qui conduit la grande majorité à se dire : « Si la banque accepte de me prêter – et aussi à tous mes voisins – l’argent qu’il me faut à moi une vie entière pour rassembler, elle n’a pas d’autre choix que de l’inventer ! »

62 individus possèdent autant que la moitié la moins riche de l’humanité, que 3,7 milliards d’habitants de la planète. 62 autant que 3,7 x 1.000 x 1.000 x 1.000, et ils n’auraient pas assez pour vous prêter à vous et à tous vos voisins de quoi vous acheter un logement ? Non mais allô, quoi ?

Que se passera-t-il quand la grande majorité aura fait rentrer ça dans sa petite tête ?

Partager :