Archives par mot-clé : extinction du genre humain

DOUGLAS RUSHKOFF : « DE LA SURVIE DES PLUS RICHES »

Je reproduis un article publié sur LaSpirale.org pour l’ouvrir ici à la discussion. J’ai voulu leur écrire pour confirmer avec eux qu’ils en étaient d’accord (c’est le principe implicite sur la toile), malheureusement leur interface « Contact » est hors-service. Je leur demande du coup de me contacter si cela leur cause un souci. Ouvert donc aux commentaires.

Quand des patrons de fonds d’investissement new-yorkais font appel à un spécialiste de la société de l’information, afin d’améliorer leurs chances de survie après l’Évènement qui détruira le monde tel que nous le connaissons.

Continuer la lecture de DOUGLAS RUSHKOFF : « DE LA SURVIE DES PLUS RICHES »

930Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Nous sommes cuits. Que faire ? », le 8 août 2018 – Retranscription

Retranscription de « Nous sommes cuits. Que faire ? », le 8 août 2018 – Retranscription. Merci aux quatre qui s’y sont mis ! Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le mercredi 8 août 2018 et aujourd’hui ma causerie s’appellera : « Nous sommes cuits. Que faire ? »

Il y a une semaine à peu près, Cédric Chevalier, qui réfléchit avec moi et avec d’autres sur la question de la collapsologie, de l’extinction de l’humanité, m’avait envoyé une réflexion, que j’ai voulu mettre sur le blog, bien que je ne prenne plus beaucoup de billets invités, sur notre attitude vis-à-vis du danger d’extinction. Alors, il y a des gens qui disent : « Non ce n’est pas vrai », il y en a qui disent : « Oui mais enfin on ne peut plus rien faire », etc. Il avait mis quatre scénarios.

Continuer la lecture de « Nous sommes cuits. Que faire ? », le 8 août 2018 – Retranscription

65Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Qu’on s’intéresse au moins à la partie en cours, qu’on ne lâche rien, par Cédric Chevalier

Pendant que j’enregistrais ma vidéo ce matin, Cédric Chevalier m’écrivait ce  que vous trouverez ci-dessous. Je lui ai fait remarquer que si nous sommes déjà deux à penser dans le même sens [nous nous écartons un peu sur le survivalisme], il y en a encore sûrement d’autres.  [La discussion est bien  partie ici, poursuivons-la à cet endroit].

Merci Paul, j’avoue être profondément affecté par la situation actuelle et mal dormir, à cause de la chaleur mais aussi à cause de cette sourde angoisse. Je suis affecté moins par le dépassement des limites par l’Humanité, qu’on peut estimer être une tendance aussi ancienne que l’espèce humaine (« errare humanum est »), que par l’absence de réaction actuelle pour réintégrer les limites (Belgique, France, Europe) et par pire, des actions qui aggravent les facteurs de la catastrophe (USA de Trump) (« perservare diabolicum »).

Continuer la lecture de Qu’on s’intéresse au moins à la partie en cours, qu’on ne lâche rien, par Cédric Chevalier

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Nous sommes cuits. Que faire ?

Earth at risk of heading towards ‘hothouse Earth’ state : La Terre risque d’évoluer vers un état « Terre-serre ».

Trajectories of the Earth System in the Anthropocene, Trajectoires du système-Terre dans l’anthropocène.

Blog de PJ : Vers un état « Terre-serre » : notre « merveilleuse capacité d’adaptation » impuissante, par Cédric Chevalier, le 8 août 2018

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Vers un état « Terre-serre » : notre « merveilleuse capacité d’adaptation » impuissante, par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Un article scientifique paru le 6 août dans PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences) illustre bien le scénario 2) de ma réflexion du 2 août, Quid du déni face au choc de la réalité ? : pour ceux qui s’informent de la science (« on comprend mais trop tard » : effet de seuil et inertie du système Biosphère),
2) L’Humanité va subir un choc terminal précédé d’une prise de conscience trop tardive, à cause des effets de seuil liés à l’inertie de la Biosphère et de l’Anthroposphère (crise cardiaque fatale du fumeur, où ses derniers mots sont « j’aurais dû arrêter de fumer »)
et le scénario 1), pour les autres, qui disparaissent bienheureux dans leur ignorance…

1) L’Humanité va subir un choc terminal sans prise de conscience, c’est-à-dire qu’elle va s’éteindre sans jamais se rendre compte collectivement des causes réelles de son extinction (crise cardiaque fatale du fumeur, qui demande une dernière cigarette en expirant)

33Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Quid du déni face au choc de la réalité ? par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Quelques réflexions sur le déni psychologique face au dérèglement climatique, mon sujet d’étude autodidacte du moment…

Lors d’une conversation avec un ami, on a distingué 4 cas de figure, étant donné l’incapacité de l’Humanité à réagir à la crise de la Biosphère sans être directement impactée (théorie selon laquelle l’être humain ne réagit que s’il est directement affecté, voire corporellement affecté, cfr Spinoza) :

Continuer la lecture de Quid du déni face au choc de la réalité ? par Cédric Chevalier

35Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le temps qu’il fait le 6 octobre 2017

Le nom du tueur de Las Vegas est « Stephen » Paddock. Eric Paddock, c’est son frère.

La puce Loihi qu’Intel commercialisera en 2018 : « Intel’s New Self-Learning Chip Promises to Accelerate Artificial Intelligence »

Le colloque Transvision, à Bruxelles, les 9-10-11 novembre 2017

Natasha Vita-More, David Pearce, James Hughes (et non Allen Buchanan comme je le dis dans la vidéo), Marc Roux

Blog de PJ : « Toujours à l’avant-garde, la Chine », par François Leclerc, le 28 septembre 2017

6Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Voici comment votre monde pourrait prendre fin, par Peter Brannen

Billet invité. Ouvert aux commentaires. Merci à Alexis Toulet pour la traduction.

Dans cet extrait de son livre Fins du Monde (Ends of the World), le journaliste scientifique Peter Brannen étudie les extinctions massives et l’issue catastrophique de l’augmentation des températures pour l’ensemble de la population mondiale.

Les conséquences sur les sociétés humaines d’un réchauffement même en apparence modéré sont souvent gravement sous-estimées.

Original en anglais – Peter Brannen, © The Guardian, 9 septembre 2017

Continuer la lecture de Voici comment votre monde pourrait prendre fin, par Peter Brannen

127Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Pourquoi j’écris Qui étions-nous ? Défense et illustration du genre humain

Ouvert aux commentaires.

Et dans cette immensité, figurez-vous ce réseau : des orbites de soleils reliées par des ellipses de comètes ; les comètes jetées comme des amarres d’une nébuleuse à l’autre. Ajoutez les vitesses et les flamboiements, des astres faisant des courses de tonnerres. Abîmes, abîmes, abîmes. C’est là le monde.

Victor Hugo, Voyage de 1843

Continuer la lecture de Pourquoi j’écris Qui étions-nous ? Défense et illustration du genre humain

12Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le Monde, Emploi et robotisation : progrès ou prolétarisation ? Un choix politique, par Margherita Nasi

Un excellent compte-rendu par Margherita Nasi de mon intervention hier aux Entretiens du nouveau monde industriel, dans le journal Le Monde.

« Réjouissons-nous, nous sommes à l’aube de l’ère post-humaine », affirme Martin Rees. Pour l’Astronome royal du Royaume-Uni, le destin de l’espèce humaine est tranché : notre rôle au sein de l’évolution aura été de faire advenir les machines. La mise à l’écart de l’homme par les machines est-elle irréversible ? Mardi 15 décembre, ce n’est pas un astrologue mais un anthropologue et économiste, Paul Jorion, qui soulève la question dans le cadre des nouveaux entretiens industriels, organisés au centre Georges Pompidou à Paris et consacrés à « la toile que nous voulons ».

Continuer la lecture de Le Monde, Emploi et robotisation : progrès ou prolétarisation ? Un choix politique, par Margherita Nasi

35Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Trois chercheurs britanniques : « Si l’intelligence extra-terrestre est très répandue, sa tendance à l’autodestruction l’est sûrement également »

La proposition de trois chercheurs britanniques [*] de partir à la recherche des traces de civilisations extra-terrestres éteintes plutôt qu’en activité se situe dans la ligne droite de l’hypothèse pessimiste de l’Astronome royal britannique Martin Rees selon qui, comme nous l’avons vu, si les civilisations d’animaux inventeurs et producteurs de machines précèdent nécessairement celles-ci, ces civilisations s’éteignent lors du passage du flambeau pour laisser les machines désormais seules et livrées à elles-mêmes, soit parce que le stade de l’invention de machines intelligentes appartient aux derniers feux jetés par une civilisation en voie d’autodestruction, soit parce que si des machines sont intelligentes, elles chercheront nécessairement à se débarrasser d’une espèce aussi nuisible que la nôtre. Les auteurs de l’article parlent à ce propos de « civilisations qui ont surpassé (ou succombé à) une Singularité technologique [P.J. : le dépassement global de l’intelligence humaine par celle de la machine] », et ils ajoutent qu’« il s’agit alors moins de la mort d’une civilisation que de sa transmutation en quelque chose de fondamentalement différent ».

Continuer la lecture de Trois chercheurs britanniques : « Si l’intelligence extra-terrestre est très répandue, sa tendance à l’autodestruction l’est sûrement également »

65Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Sommes-nous vraiment plus malins que les dinosaures ? Ou comment ne pas devenir prématurément une espèce fossile, par Cédric Chevalier

Billet invité.

Pendant 165 millions d’années, les dinosaures ont largement dominé la Vie sur Terre : pas un territoire n’échappait à leur emprise. Il y a 65 millions d’années, dans une conjonction d’événements encore l’objet de discussion entre les scientifiques, ils disparurent pour la plupart, laissant les ancêtres des oiseaux actuels comme seuls descendants. Nous n’avons aujourd’hui connaissance de leur existence que via les empreintes qu’ils ont laissées dans la roche : les fossiles. Mais qu’y a-t-il de commun entre les dinosaures et nous ?

Continuer la lecture de Sommes-nous vraiment plus malins que les dinosaures ? Ou comment ne pas devenir prématurément une espèce fossile, par Cédric Chevalier

113Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

C’est quoi notre espèce ? (I) La donne est médiocre, biaisée en notre défaveur

Je l’ai fait pour l’ensemble de mes livres récents, et en 2013 et 2014 pour Penser tout haut l’économie avec Keynes (chez Odile Jacob, le 2 septembre) : vous les offrir en cours de rédaction sous forme de feuilleton. Voici une première livraison de Le dernier qui s’en va éteint la lumière (à paraître chez Fayard… quand ce sera terminé). Il faut que nous avancions ensemble sur ces problèmes (c’est une question de vie ou de mort 😀 ).

Si nous pouvons nous représenter des dangers considérables à l’horizon de vingt ou de trente ans, ils nous sont pourtant indifférents, et notre espèce est tout spécialement mal outillée pour faire face à une menace aussi brutale et aussi énorme que son extinction éventuelle. Nous n’avons pas tant survécu jusqu’ici en raison de nos qualités que du fait que la planète qui nous accueille est une corne d’abondance débordant de tous côtés de ses incroyables richesses, prête du coup à pardonner tous les errements, et qui nous a autorisés à la piller outrageusement. Mais malgré sa générosité quasi infinie, nous sommes quand même parvenus à dépasser ses bornes. C’est là que nous en sommes.

Continuer la lecture de C’est quoi notre espèce ? (I) La donne est médiocre, biaisée en notre défaveur

90Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail