Archives par mot-clé : extinction du genre humain

Le Monde / L’Écho – Les valeurs contre la valeur, le 11 février 2019

Ouvert aux commentaires.

Dans Le Monde : « De la valeur de marché à la tragédie des communs »

Dans L’Écho : Quand la valeur doit laisser la place aux valeurs

[J'apprends à l'instant par un coup de téléphone que cette chronique dans Le Monde sera ma dernière : un courrier m'est adressé qui m'expliquera la suppression du cahier Économie en raison du coût du papier].

En novembre 2013, le comité pour les affaires économiques et monétaires du Parlement européen mit en accusation la Troïka, dont les trois composantes sont la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international. En cause, la politique drastique d’austérité imposée à la Grèce. 

Les parlementaires et les experts présents furent ulcérés par la mauvaise foi flagrante des représentants de la Troïka dans leurs réponses aux questions posées. Des grondements s’élevèrent même de l’hémicycle à plusieurs reprises. Ils mentaient, mais avec maladresse, trahissant ainsi leur malaise. Convoqués pour expliquer comment ils envisageaient les enjeux d’un monde humain axé sur des valeurs, ils n’avaient à opposer à leurs accusateurs que la valeur nue : la logique froide d’un monde sous l’empire seul de sommes d’argent.

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho – Les valeurs contre la valeur, le 11 février 2019

44Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Externalités négatives » ? Non : brutalisation ! par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires.

« En sciences économiques, on n’a rien inventé depuis Marx » lancent les journalistes du Monde Diplomatique et coordinateurs du Manuel d’économie critique, Hélène Richard et Renaud Lambert lors d’une conférence à l’ENSAE ParisTech le 6 décembre 2018. Leur idée ? Les concepts de la science économique actuelle sont « pauvres », autrement dit, ce sont des rustines que l’on appose par-ci par-là pour que la théorie néoclassique reste valide : un remake du géocentrisme de Ptolémée faisant face à la théorie de Copernic ? La science économique actuelle manque d’un vrai travail sur les concepts, un concept devant être une notion qui tend, par sa simple définition, à coller au mieux à une réalité. Plus il rend compte et explique un spectre de phénomènes par lui-même, plus le concept est riche.

Continuer la lecture de « Externalités négatives » ? Non : brutalisation ! par Vincent Burnand-Galpin
13Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LYON, FÊTONS LA GRATUITÉ, Paul Jorion, le 5 JANVIER 2019 – Retranscription

LYON, FÊTONS LA GRATUITÉ, le 5 JANVIER 2019

Ouvert aux commentaires.

Chers Amis, l’heure est grave parce que je me suis rendu aux conseils de ce brave jeune homme qui voulait nous faire boire sa bière artisanale et je ne sais pas si, du coup, je pourrai suivre mon exposé comme je l’aurai souhaité au départ. J’ai quelques antisèches qui devraient m’aider et, heureusement, j’ai pu intervenir de la salle ce matin et dire quelque chose qui me paraissait très important sur le capitalisme. Peut-être que l’on pourra passer sur ce sujet-là…

Soyons sérieux. Deux dangers nous menacent et, vous le savez, une personne qui se trouvait là ce matin m’a glissé dans l’oreille : « Le problème, essentiellement, est de savoir comment nous allons prendre le risque qui est le nôtre maintenant. » C’est vrai, il y a un danger d’extinction pour l’espèce humaine qui est lié au fait que nous risquons effectivement d’enfreindre ce que l’on appelle la capacité de charge d’un environnement pour une espèce, c’est-à-dire le fait que cet environnement doit lui être favorable. Il faut qu’il n’y ait pas de gaz toxiques dans ce que nous respirons. Il nous faut une certaine quantité d’oxygène. Il faut que l’eau ne soit pas polluée, eau que nous buvons, et il faut que nous ayons le droit de la boire, de la trouver. Il faut que nos aliments soient des aliments qui ne soient pas toxiques à leur manière également.

Le risque d’extinction est réel.

Continuer la lecture de LYON, FÊTONS LA GRATUITÉ, Paul Jorion, le 5 JANVIER 2019 – Retranscription
9Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Greta Thunberg nous demande d’avoir un futur, par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Greta Thunberg est une adolescente suédoise de bientôt 16 ans, célèbre pour avoir lancé une « grève de l’école pour le climat » et pour manifester toutes les semaines devant le parlement suédois afin d’exiger une action politique à la hauteur de cet enjeu. Elle est atteinte du syndrôme d’Asperger, dont certains porteurs présentent une intelligence hors norme, ce qui semble le cas pour elle.

Continuer la lecture de Greta Thunberg nous demande d’avoir un futur, par Cédric Chevalier

15Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Taylor Swift ou « J’ai fait un rêve…. », le 21 octobre 2018 – Retranscription

Retranscription de Taylor Swift ou « J’ai fait un rêve…. », le 21 octobre 2018. Merci à XYZ !

Bonjour, nous sommes le dimanche 21 octobre 2018, et aujourd’hui ma petite causerie s’intitulera Taylor Swift ou « J’ai fait un rêve…. ».

Vous le savez, M. Martin Luther King avait fait un rêve, et dans ce rêve, il rêvait la fin de la ségrégation aux États-Unis, l’égalité entre les gens d’origine africaine et les autres personnes qui se trouvent aux États-Unis, les colons qui sont d’une autre origine.

Moi j’ai fait un rêve. C’est un rêve ce matin, au moment de me réveiller puisque mon rêve s’achève par moi émergeant du sommeil, et puis regardant ma montre, et il est 7h40.

Continuer la lecture de Taylor Swift ou « J’ai fait un rêve…. », le 21 octobre 2018 – Retranscription

23Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Un lobby pour La Survie de l’espèce – A lobby in favour of The Survival of the Species

Mesdames et Messieurs du monde des affaires, avez-vous réfléchi à l’impact de l’extinction du genre humain sur votre propre entreprise ?

Autorité reconnue en ces matières, je lance un lobby international en faveur de La survie de l’espèce. Contactez-moi ici.

* * *

Ladies & Gentlemen of the business world, have you ever thought of the consequences for your own business of the extinction of the human race?

A world authority in these matters, I’m launching an international lobby in favour of The Survival of the Species. I can be reached here.

37Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Merci M. Hulot ! et la conclusion à en tirer

Ouvert aux commentaires.

Les gouvernements ultralibéraux, qu’ils soient honteux ou décontractés (ou se transformant avec allégresse ces jours-ci de l’un en l’autre), précipitent d’une main la concentration de la richesse et, de l’autre, l’extinction du genre humain (et de toutes les autres manifestations du vivant) ; les gouvernements populistes prennent les choses en main et entreprennent de nous débarrasser de la vermine que constituent les étrangers et les journalistes *, responsables évidents de ces deux grands malheurs.

Rassemblons-nous, nous la majorité silencieuse des abstentionnistes, désabusés, et autres dissidents, pour une mobilisation en faveur de la cause de toutes les causes : la survie du genre humain, en passant par celle de l’Europe et de nos propres nations.

Demain (« si j’ai le bonheur de vivre »), je lancerai un appel en ce sens.

*

Les porteurs de mauvaises nouvelles

91Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

DOUGLAS RUSHKOFF : « DE LA SURVIE DES PLUS RICHES »

Je reproduis un article publié sur LaSpirale.org pour l’ouvrir ici à la discussion. J’ai voulu leur écrire pour confirmer avec eux qu’ils en étaient d’accord (c’est le principe implicite sur la toile), malheureusement leur interface « Contact » est hors-service. Je leur demande du coup de me contacter si cela leur cause un souci. Ouvert donc aux commentaires.

Quand des patrons de fonds d’investissement new-yorkais font appel à un spécialiste de la société de l’information, afin d’améliorer leurs chances de survie après l’Évènement qui détruira le monde tel que nous le connaissons.

Continuer la lecture de DOUGLAS RUSHKOFF : « DE LA SURVIE DES PLUS RICHES »

1233Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Nous sommes cuits. Que faire ? », le 8 août 2018 – Retranscription

Retranscription de « Nous sommes cuits. Que faire ? », le 8 août 2018. Merci aux quatre qui s’y sont mis ! Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le mercredi 8 août 2018 et aujourd’hui ma causerie s’appellera : « Nous sommes cuits. Que faire ? »

Il y a une semaine à peu près, Cédric Chevalier, qui réfléchit avec moi et avec d’autres sur la question de la collapsologie, de l’extinction de l’humanité, m’avait envoyé une réflexion, que j’ai voulu mettre sur le blog, bien que je ne prenne plus beaucoup de billets invités, sur notre attitude vis-à-vis du danger d’extinction. Alors, il y a des gens qui disent : « Non ce n’est pas vrai », il y en a qui disent : « Oui mais enfin on ne peut plus rien faire », etc. Il avait mis quatre scénarios.

Continuer la lecture de « Nous sommes cuits. Que faire ? », le 8 août 2018 – Retranscription

66Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Qu’on s’intéresse au moins à la partie en cours, qu’on ne lâche rien, par Cédric Chevalier

Pendant que j’enregistrais ma vidéo ce matin, Cédric Chevalier m’écrivait ce  que vous trouverez ci-dessous. Je lui ai fait remarquer que si nous sommes déjà deux à penser dans le même sens [nous nous écartons un peu sur le survivalisme], il y en a encore sûrement d’autres.  [La discussion est bien  partie ici, poursuivons-la à cet endroit].

Merci Paul, j’avoue être profondément affecté par la situation actuelle et mal dormir, à cause de la chaleur mais aussi à cause de cette sourde angoisse. Je suis affecté moins par le dépassement des limites par l’Humanité, qu’on peut estimer être une tendance aussi ancienne que l’espèce humaine (« errare humanum est »), que par l’absence de réaction actuelle pour réintégrer les limites (Belgique, France, Europe) et par pire, des actions qui aggravent les facteurs de la catastrophe (USA de Trump) (« perservare diabolicum »).

Continuer la lecture de Qu’on s’intéresse au moins à la partie en cours, qu’on ne lâche rien, par Cédric Chevalier

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Nous sommes cuits. Que faire ?

Earth at risk of heading towards ‘hothouse Earth’ state : La Terre risque d’évoluer vers un état « Terre-serre ».

Trajectories of the Earth System in the Anthropocene, Trajectoires du système-Terre dans l’anthropocène.

Blog de PJ : Vers un état « Terre-serre » : notre « merveilleuse capacité d’adaptation » impuissante, par Cédric Chevalier, le 8 août 2018

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Vers un état « Terre-serre » : notre « merveilleuse capacité d’adaptation » impuissante, par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Un article scientifique paru le 6 août dans PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences) illustre bien le scénario 2) de ma réflexion du 2 août, Quid du déni face au choc de la réalité ? : pour ceux qui s’informent de la science (« on comprend mais trop tard » : effet de seuil et inertie du système Biosphère),
2) L’Humanité va subir un choc terminal précédé d’une prise de conscience trop tardive, à cause des effets de seuil liés à l’inertie de la Biosphère et de l’Anthroposphère (crise cardiaque fatale du fumeur, où ses derniers mots sont « j’aurais dû arrêter de fumer »)
et le scénario 1), pour les autres, qui disparaissent bienheureux dans leur ignorance…

1) L’Humanité va subir un choc terminal sans prise de conscience, c’est-à-dire qu’elle va s’éteindre sans jamais se rendre compte collectivement des causes réelles de son extinction (crise cardiaque fatale du fumeur, qui demande une dernière cigarette en expirant)

33Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Quid du déni face au choc de la réalité ? par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Quelques réflexions sur le déni psychologique face au dérèglement climatique, mon sujet d’étude autodidacte du moment…

Lors d’une conversation avec un ami, on a distingué 4 cas de figure, étant donné l’incapacité de l’Humanité à réagir à la crise de la Biosphère sans être directement impactée (théorie selon laquelle l’être humain ne réagit que s’il est directement affecté, voire corporellement affecté, cfr Spinoza) :

Continuer la lecture de Quid du déni face au choc de la réalité ? par Cédric Chevalier

35Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail