Histoire d’un malaise nommé Solastalgie. Témoignage, par Hervey

Hervey Déclinaison "Effondrement du vivant"
©Hervey : « De leffondrement du vivant à l’extinction »

Voilà plusieurs nuits que « je ne dormais plus » et en plein jour j’étais victime d’un curieux malaise.

Je n’arrivais pas à fixer mon attention, quelque chose se brouillait dans ma tête, j’étais saisi par un trouble se transformant vite en une sorte d’angoisse, devant impérativement me lever, m’agiter, sortir et marcher pour tenter d’évacuer ce mal-être.

En ces jours de canicule, ça chauffait aussi dans ma tête … je ne savais pas ce qu’il se passait, quel tourment m’habitait.

La nuit lorsque je parvenais à trouver le sommeil, je me réveillais transpirant, couvert de sueur, le cerveau en ébullition, retrouvant ce type de malaise, vite gagné par un sentiment de panique, obligé à nouveau à me lever, marcher, boire un verre d’eau fraiche car j’avais la bouche sèche. Puis prenant un livre, j’essayais de lire pour occuper mon esprit et faire disparaitre cette angoisse.

Mon médecin référent à qui j’avais touché deux mots m’ausculta sans rien trouver.

Si. Il me prescrivit des bas de contention.

Quelques jours plus tard, j’en parlais à Jean, un ami médecin qui me voyant sincèrement inquiet et mal en point fit le nécessaire pour me prescrire une analyse de sang complète.

Trois jours plus tard, l’analyse des résultats n’indiquait rien de particulier pouvant expliquer les dysfonctionnements constatées.

Nous avons tous notre lot de problèmes quotidiens d’ordre personnels ou familiaux et je suis pas mal loti de ce côté là, dépassant haut la main le niveau courant mais j’ai du me résoudre à devoir écarter cette idée et chercher ailleurs les raisons de mon malaise.

Après une douzaine de jours et nuits de galères, j’ai enfin « compris ».

Je ne sais comment expliquer cette délivrance (bas de contention-accouchement) c’est venu d’un coup comme une illuminationje souffrais du danger d’extinction qui hante notre espèce.

Si vous n’êtes pas convaincu de cette explication, j’en suis désolé car pour moi, depuis cette illumination, ça va beaucoup mieux, mes problèmes ont disparus comme par enchantement (même si l’expression est mal venue), je ne suis plus sujet à ces angoisses, de jour comme de nuit. Aussi sec ! J’ai fait mon deuil, j’ai perdu mes illusions, ce fut long mais c’est désormais éprouvé, encré dans ma chair.

Partager :

40 réponses à “Histoire d’un malaise nommé Solastalgie. Témoignage, par Hervey”

  1. Avatar de Ar c'hazh du

    Encré ou ancré ? ^^
    Peut importe au fond, acter qu’on est foutu « tous ensemble » est assez peu différent de « je vais mourir un jour » selon mon point de vue.
    Mieux même, je n’ai pas ce sentiment de jalousie face aux « jeunes », (ces salauds qui vont continuer à vivre après ma mort à moi). C’est plutôt de l’empathie pour eux et le monde infernal que les (rares) survivants vont avoir à affronter.
    Notre espèce chimpanzé à eu sa chance ; elle a préféré laisser une part infime d’entre nous tout casser et tout pourrir pour avoir plus de bananes que les autres (et qu’il ne pourront jamais en manger) et tenter ainsi (sans succès) de soigner leur failles égotiques…
    Nous préférons être gouverné par des tarés plutôt que de n’être pas gouverné du tout ?
    Ainsi soit-il ! RIP Homo Sapiens (le mal nommé), demain les chats. ^^

    6
    1. Avatar de Hervey

      Encré, écrit, marqué et du coup bien ancré, bien saisi, bien compris (enfin … je crois).

      Mais je ne vois pas au loin aussi précisément que vous (d’après ce que je peux comprendre et anticiper de ce que vous dites)

  2. Avatar de Chabian

    C’est un peu l’angoisse de l’absence d’avenir.
    Dans mon cas personnel, c’est un syndrome du type du burn out (quand votre activité professionnelle perd tout sens — bien que le concept est étendu à toutes les sauces).
    Mon témoignage : le surgissement de la pandémie (11mars 2000), tombant aussi sur une destabilisation en cours de ma vie personnelle, a entraîné clairement une rechute dans ce syndrome de burn out (professionnel) qui m’était arrivé quatorze années auparavant et m’avait mis en retraite précoce.
    Il y a des effets physiques (hypertension, insomnie…) et psychiques (troubles de l’attention, de la concentration, procrastination, addictions diverses, dont la lecture de certains blogs !).
    Dont cette revue de presse : https://www.facebook.com/laure.e.constant
    Depuis lors je me protège de crises d’angoisse en écartant toute pression. Le soir, j’écarte toute lecture sérieuse et lis un roman pour avoir un meilleur sommeil. Ah, le pouvoir de la fiction.
    Cette angoisse de l’absence d’avenir, cette impossibilité de se projeter, frappe tout le monde et, notamment, les jeunes. Le complexe Climat-Pandemie-Guerre (l’effondrement), depuis deux ans, est hypnotisant.

    3
    1. Avatar de Hervey

      Oui.
      Et ce cocktail est ce nouveau breuvage dur à avaler qui nous expédie dans ce toboggan de « l’absurdité » de notre espèce, un trou noir qui coupe les jarrets du bonhomme et le frappe de « solastalgie ».

  3. Avatar de mezigue

    Ça ma fait le coup y’a des années, bien avant que ce soit « à la mode ». Découvrir ce blog m’a alors beaucoup aidé à comprendre et, depuis, je vis et meurs nettement plus serein.

    1. Avatar de Khanard

      @mezigue
      « je vis et meurs » plus serein . Est ce que mourir c’est vivre ? Votre phrase est ambiguë.

  4. Avatar de l'arsène

    Je ne suis pas du tout sûr que l’Homme soit plus respectable que le requin qui, lui, est en voie de disparition, alors serait-ce une injustice si on suivait son tragique destin ?
    Car si les requins et les autres espèces sont en voie d’extinction, la responsabilité de l’Homme y est pour beaucoup : en fait on aurait juste mérité ce qu’on a fait subir aux autres .

    1. Avatar de Hervey

      Pour vous en assurer, suivez le lien indiqué sous l’image.
      😉

      1. Avatar de l'arsène

        Merci Hervey, c’est en effet plus explicite !

        1
    2. Avatar de gaston

      L’homme suivra-t-il le tragique destin du requin ou de toute autre espèce menacée?

      Il me semble que le destin le plus approchant pourrait être celui de cette créature mythique : Ouroboros.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouroboros

      1
  5. Avatar de Christian Brasseur

    Je suis heureux pour vous. Et à la réflexion, il n’est pas étonnant que ce néologisme né en 2003, dont un premier article serait paru en 2005, correspond à la création par BP en 2004, de la notion d’ »empreinte carbone » apparue dans un média dont je n’ai pas retenu le nom à mon grand regret.
    Ce genre de compagnies hyper capitalistes qui, pour se dédouaner et qui nous dit-on sont « personnes morales », n’ont fait d’autre choix que de faire porter sur les épaules de chaque citoyen, leurs propres responsabilités dans le désastre en cours. Si, comme je l’espère, chacun pouvait faire comme vous l’avez fait en évacuant ce malaise, prendre aussi conscience de cette manipulation instrumentée par le véritable responsable, la recherche du profit à tout prix, ce serait alors peut-être encore l’occasion de se dire que le moment Pearl Harbor dont nous a parlé notre hôte, est arrivé.

    1
  6. Avatar de l'arsène

    « Histoire d’un malaise. »
    63 milliardaires français émettent autant que le Danemark, la Finlande et la Suède réunis. En France, l’empreinte carbone moyenne d’un individu appartenant au 1 % les plus riches est 13 fois plus importante que celle des 50 % les plus pauvres, en raison du mode de vie .
    Rester dans ce système capitaliste revient à accepter ce qui va nous tomber sur la tronche, se mobiliser est donc une question de survie.

    2
    1. Avatar de Ar c'hazh du

      « 63 milliardaires français émettent autant que le Danemark, la Finlande et la Suède réunis ».
      Sans vouloir remettre en cause cette assertion, la façon dont a été établi ce calcul m’intéresse.
      Auriez-vous une source à me fournir ?

      1. Avatar de CloClo

        A ce sujet sur les émissions des plus riches :

        https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-temps-du-debat-d-ete/le-temps-du-debat-du-jeudi-18-aout-2022-3063230

        Où l’on apprends que dans les faits et non pas en moyenne, les derniers 25% parmi les 10% les plus pauvres émettent plus de CO2 que les premiers 25% parmi les 10% les plus riches…

        Etonnant non ?

      2. Avatar de l'arsène

        @ Ar c’hazh du
        C’est un rapport publié le 23 février 2022 conjointement par les associations Greepeace et Oxfam, quant au mode de calcul, je vous conseille de lire un article sur Reporterre et surtout celui plus détaillé sur Usbek&Rica par Pablo Maillé qui en font état.

  7. Avatar de sydney

    On peut aussi se sentir mieux quand d’autres ressentent ce mal être du monde, internet a parfois de bons cotés finalement quand on trouve des gens plus réalistes et qui voient ce que nous voyons et qui osent dire tout haut les degats qui sont là et qui augmentent , peut être grace a l’effet plus ou moins de l’anonymat sur le net que dans la vie. Ce que tu as ressenti c’est qu’il y a dans le monde reel souvent un décalage, une fausse apparence du : je vais bien tout va bien, il ne faut pas trop montrer son ressenti aux autres, et il y a ceux qui font abstration de tous les problemes ou tout du moins essaye de donner cette illusion, vivre au jour le jour , profiter des bons moments ne pas vouloir entendre les mauvaises nouvelles. Une insouciance un peu dérangeante mais qui permets de croire à un futur merveilleux, j’avoue que quelque part j’envie parfois ces personnes qui arrivent a effacer les problemes d’un coup de baguette magique mais j’ai aussi le sentiment que même si ils sont plus heureux que nous ils sont aussi plus faibles car être incapable d’admettre la réalité. Oui on est beaucoup a ressentir ce genre de passage a vide quand on se sent impuissant. Il parait que l’on est tous un peu névrosés, il faut juste trouver le bon dosage pour vivre au mieux le temps qu’il nous reste. Profiter tout de même de la vie mais toujours s’interresser au monde ne pas être nombriliste comme je l’ai vu parfois. Ces gens là reagissent parfois même violemment quand ça les touche car c’est le reveil brutal.
    En ce moment on nous avertit que l’hiver risque d’être difficile sur plusieurs plans energetiques. Incroyable de voir comment certaines personnes s’amusent a la plage comme si ils s’en fichaient.

    2
  8. Avatar de Hervey

    J’ai l’impression que nous vivons un genre de remake des « années folles ».
    Déjà l’année dernière à la même époque j’ai du descendre dans le sud et emprunter l’A6. C’était la sortie du Covid et la circulation était très intense. J’ai du quitter l’autoroute pour reprendre les nationales mais n’ai rien gagné au change, ça bouchonnait partout et j’ai du par trois ou quatre fois reprendre l’autoroute pour arriver à l’heure pile au rendez-vous qui motivait mon déplacement.
    Un trajet que je faisais habituellement en 5 ou 6h … là plus du double.
    Dernièrement durant ces dernières soirées d’été j’ai pu observer la poursuite des « soirées gourmandes » du samedi innovées l’année dernière, un rassemblement qui bat des records de participations et d’inflations sur les prix avec des scènes felliniennes jusqu’au décors des stands « à le ferme » pour attirer le client … et conjurer par l’excès ce que l’on veut repousser … loin ou remettre à plus tard.
    Forcément c’est la fête, les gens profitent pour dépenser et encaisser. De ce point de vue ça marche bien, c’est l’entente cordiale.
    Ensuite, ensuite c’est après.

    1. Avatar de gaston

      Ah les soirées gourmandes ! elles me font penser à ceci :

      https://www.youtube.com/watch?v=ii1_hVtvCeE

      Préludes à l’effondrement ?

      1972 : l’année du rapport Meadow et du tournage du film de Ferreri, deux visionnaires, il y a des années comme ça…

  9. Avatar de naroic

    Bon j’ai du pot moi j’ai encore la bonne vieille angoisse du  » de quoi vais-je vivre dans 1 mois », bon celle-là on la connaît bien, un coup de jaja et le lendemain on remet sur sa peine de nouveaux draps – des enfants ? – affirmatif ! – inquiêt pour leur avenir ? – c’est le propre de la parentalité que de s’en inquiéter – là c’est même le présent qui est anxiogène – le décors est là mais la vermoulure partout.
    L’engagement pour soulager tout ça ? arf quant on n’y croit pas, à la révolution populaire, au peuple, à cette obsidienne de la vertu du maigre sur la pléonexie des rois – non, tout comme notre hôte oriente son enthousiasme vers une mémoire artificielle de l’expérience Homo-sapiens, moi je vise au minimum d’ontique et ne m’oblige que par ma responsabilité d’accompagner mes enfants jusqu’à l’âge adulte.

    1. Avatar de Hervey

      Je ne crois pas.
      Sous vos apparences désabusées vous percevez aussi la complexité du sujet.
      Votre présence ici témoigne en ce sens.

        1. Avatar de Hervey

          C’est que nous sommes ici à bonne école. 😉
          Bien vu CloClo.

        2. Avatar de timiota

          L’anxiété reconfigure le savoir.

          Entonces:
          Trouver une configuration où « ça se boucle le moins mal », entre une anxiété et un savoir qui se nourrissent.

          Nous avons l’expérience de cela dans un cadre « exo-énergétique », les années 30 en gros, les fascismes, l’impossible conjuration d’une seconde guerre mondiale, qui ne sera pas bouchère de la même façon. Cadre exo-énergétique car le charbon restait encore l’épine dorsale de la consommation d’énergie primaire (transports ~ train à vapeur pour la grande majorité des grandes distances, l’Allemagne pourra « carburer » en bonne partie avec la « LeunaBenzin » convertie du charbon, etc.), et une logistique d’accroissement du charbon restait possible (rappelons d’ailleurs qu’en 2022, il n’a toujours pas baissé, à peine stagné, ce qui a seulement diminué sa part face aux autres énergies, mais n’a donc pas diminué sa consommation absolue).

          L’anxiété d’aujourd’hui va de pair avec la perspective d’une pénurie énergétique, et d’une « nature » pas très disposée à nous la jouer douce avec les extrêmes climatiques qu’on lui fait faire et la biodiversité qu’on fauche en masse.
          Néanmoins, la résurgence des simplificateurs dans la politique, proches de ceux qui furent en chemise brune, suggère que la sanction si nous ne trouvons pas comment boucler anxiété et savoir, on si nous nous contentons d’une version médiocre de cette boucle, sera un nouvel épisode de haine, de fragmentation de l’humanité suivant des prismes insensés.

          Si l’art peut servir, à travers de nouveaux Guernica, de nouveaux Otto Dix, à nous éloigner des fosses et de la haine, à nous faire persévérer à « mieux boucler » anxiété et savoir, alors faisons lui grande place.

          2
          1. Avatar de Hervey

            Je suis heureux de cette démonstration, de cet affichage, de ce commentaire, de plus venant d’un « scientifique » !
            Merci TIMIOTA !
            Le couple éthique-esthétique a beaucoup de charme et pratiquement la confrontation anxiété+savoir est un puissant carburant.
            Bravo ! Dans le mille !

            1. Avatar de timiota

              Cent [Otto] Dix, ça fait dans le mille, on est d’accord !

  10. Avatar de H4LG4ND

    Rejoindre XR, ANVCop21, GIGNV, Greenpeace ou autre atténuerai l’ecoanxiété, alors soyons écovénères !

    https://nantes.alternatiba.eu/category/actualites/

  11. Avatar de 2Casa

    Voilà une politique propice à soigner la solastalgie du CloClo :

    https://www.vanityfair.fr/actualites/article/au-japon-le-gouvernement-incite-les-jeunes-a-redynamiser-leur-consommation-d-alcool

    Si l’atmosphère y est moite et torride, quelques glaçons et ça ira ! 😉

    Mais dans le cadre de l’effondrement ça sent un peu les masques à oxygène dans l’avion :

    Bon vol à tous ! 🙂

    1. Avatar de CloClo

      Oui c’est une théorie intéressante ! 😀

      1. Avatar de CloClo

        Mais celle là semble un peu plus adaptée :

        https://www.alibabuy.com/actualite/voyage/14007-toute-verite-masques-oxygene-dans-avions.html

        Et pour l’alcool celle là aussi pour la France :

        https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/10/12/oui-l-alcool-et-surtout-le-vin-est-beaucoup-moins-taxe-en-france-que-le-tabac_5368351_4355770.html

        Faire rentrer des sous-sous dans les caisses avec le vice … A ce sujet légaliser le cannabis et autres drogues feraient augmenter les recettes de l’état et améliorerait la qualité sanitaire de ces trucs. Or argent bien mal acquis ne profite jamais 😀

        1. Avatar de CloClo

          Pourquoi ai-je mis « ent » à ferait ? Va savoir ! Drôle de fonctionnement du cerveau quand on est pas concentré…

        2. Avatar de 2Casa

          Effectivement. Terra Nova avait publié une étude sur le cannabis vers les débuts du blog (2009/2010 de mémoire) où ils chiffraient entre 800 millions et 2.4 milliards les économies ou les profits réalisés en fonction des politiques choisies : de l’arrêt simple de la pénalisation (économie de personnels, frais de procédures, etc) à la légalisation sous la férule de l’État avec distribution version SEITA (politique commerciale agressive dans un premier temps pour casser les réseaux et augmentation progressive des tarifs jusqu’à 8/10 balles le gramme, comme le CBD).

          Les grosses boites sont derrière maintenant, le CBD a préparé le terrain. On y viendra comme aux US ou au Québec…

          Faut laisser le temps aux Banlieues de se reconvertir sinon ça risque d’être méga le boxon !

          1. Avatar de Garorock

            Le CBD…
            La nouvelle arnaque de Big Karma.

            1. Avatar de 2Casa

              Mos def !

              Mais qui fera la différence entre un produit psychoactif et un autre qui ne l’est pas dans la vitrine digne d’un coffee hollandais qu’arborent désormais tous le bureaux de tabac ?

              C’est super bien vu… Quand le Marché s’en mêle, c’est d’un autre acabit quand même.

        3. Avatar de Ruiz

          @Cloclo « la légalisation du cannabis et celle d’autres drogues feraient augmenter les recettes de l’état » en même temps il faudrait inciter à la culture locale du cannabis, pour reconvertir certains de nos agriculteurs à nos nouvelles conditions climatiques (ainsi que des startupeurs courageux de périphérie urbaine) celà améliorerait la balance commerciale et pourrait permettre d’avoir une attitude clémente sur la taxation du produit devenu production locale, pour éviter comme pour le vin d’avoir à soutenir autrement les producteurs, d’un produit psychotrope alternatif mieux adapté à une population dont une part de plus en plus importante se trouve réticente culturellement à la consommation d’alcool.

      2. Avatar de 2Casa

        So… your Tyler is not rich !

        (Argh ! Qui est le double de qui ?! :-/ )

  12. Avatar de Pascal

    « Aussi sec ! J’ai fait mon deuil, j’ai perdu mes illusions, ce fut long mais c’est désormais éprouvé, encré dans ma chair. »
    Perdre ses illusions, c’est comprendre que nombres de nos souffrances sont liées à « nos représentations ». Notre mental (comme disent les Indiens) est là source de ces Illusions, ces constructions mentales, ces fictions auxquelles il nous arrive parfois de nous attacher, souvent inconsciemment, et qui nous enferment dans une impasse mentale : sentiment d’une responsabilité face à un phénomène dont l’ampleur nous renvoie à notre impuissance. Cette impasse mentale peut nous conduire jusqu’à la somatisation .
    Toute la question est : comment sortir de cette impasse mentale ?
    Certains vont se jeter à « corps perdu » dans l’Action (militantisme, révolte et même potentiellement l’acte criminel). D’autres vont choisir l’autodestruction pour mettre fin à cette souffrance dont le corps est devenu l’incarnation. D’autres encore vont choisir la « fuite » dans le déni ( devenir climatoseptique par exemple), l’expression artistique (qui peut aussi être militante), toutes les substances licites ou non qui permettront de soulager temporairement la souffrance du corps et du mental.
    Et puis, il y a l’acceptation, qui ne signifie pas soumission et encore moins démission. C’est semble t il le chemin que vous avez pris, Hervey. L’acceptation est semble t il une voie de la sagesse (bouddhiste notamment).
    Chacun est libre (plus ou moins) de son chemin mais celui de l’acceptation permet de retrouver une liberté d’être dont sont dépourvus tous les autres chemins.
    Je vous souhaite de garder le souvenir de cette expérience et qu’elle puisse vous permettre à d’autres occasions de retrouver cette liberté de l’acceptation (certains diraient du non-attachement).
    A toutes et tous, prenez soin de vous.

    2
    1. Avatar de Hervey

      C’est bien vu et bien dit.
      J’étais pourtant aguerri aux menaces et les avais en grande partie assez bien débusquées ce qui ne pas mis pour autant à l’abri de la chute.
      D’où le témoignage.

  13. Avatar de Hervey

    Quand le passé refait surface …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx La survie de l'espèce pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta