Archives par mot-clé : jetons commercialisables

La Chine et le Bitcoin : « Charité bien ordonnée commence par soi-même »

Je reçois tout à l’heure le message suivant :

Il semble que la Chine commence à tester son pouvoir sur le Bitcoin. Ce qui vous donne raison *. Allez-vous développer tantôt un nouveau papier sur la question ? Ça m’intéresse car les rapports de force sont désormais tels que je n’arrive pas à envisager le futur sans lever les sourcils (surtout le droit).

Faux-jeton comme pas deux, je réponds ceci à mon correspondant :

Je réagis rarement à une nouvelle isolée : j’attends qu’il y ait une configuration qui fasse sens.

Comme on est entre nous, je vous explique honnêtement ce qui s’est en réalité passé.

Quand j’ai vu que la Chine interdirait désormais les transactions en jetons commercialisables (appelés par dérision « cryptomonnaies ») comme le bitcoin dont le cours chutait aussitôt de 30%, je me suis dit que les moins stupides des investisseurs en jetons allaient aussitôt convertir en or ce qui leur restait en cette variété d’argent de Monopoly. Ce que j’ai immédiatement fait moi aussi.

Mais je n’allais pas encourager la panique avant d’être certain que mes ordres à moi soient bien passés (d’où le titre de mon billet : « Charité bien ordonnée commence par soi-même »). D’autant que le volume de mes propres positions engendrerait son propre slippage ** !

P.S. Sorry guys, that’s the name of the game: if the smarter doesn’t get something for his own honest red cents, what’s the point?

P.S. N°2 – Elon Musk déclare : « Jo vends mo bitcoins car je sens un rat *** : oune magniovre de la Chine pour déstabiliser lo dollar ! ».

La presse financière vous traduit cela : « Elon Musk vend ses bitcoins parce que le minage (franglais pour « extraction ») est énergivore ! »

Sacrée presse financière : on peut vraiment toujours compter sur vous ! 

=======
* Vidéo – US-Chine : Le bitcoin comme arme de guerre, le 26 avril 2021

** Slippage : vous dites à votre courtier « Si ça tombe à $25.10, tu vends ! ». Oui mais comme votre ordre est d’un million de titres, il arrive à en vendre 750k à $25.10, mais comme il n’y a plus grand monde en face, il doit en vendre 200k à $25.00, et les 50k qui restent à $24.90. Égale = bad news!. C’est ça le slippage : le marché qui va contre vous en raison du volume de votre ordre.

*** « to smell a rat » = « il y a anguille sous roche ».

Partager :

Libra : beaucoup à dire – et s’interroger, par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

1. Le libra ne sera pas une monnaie souveraine comme l’euro ou le yen – ce que dit craindre Bruno Lemaire. Il lui manquerait pour cela d’avoir cours légal sur un certain territoire, de même que l’euro a cours légal sur le territoire des Etats qui l’ont adopté comme monnaie, c’est-à-dire qu’il existe une obligation légale pour les débiteurs de l’accepter en paiement. En revanche, nul ne sera obligé d’accepter d’être payé en libras, dans aucun pays. Il n’est cependant pas acquis que cela fasse une vraie différence, tant sont populaires les médias sociaux.

Continuer la lecture de Libra : beaucoup à dire – et s’interroger, par Alexis Toulet

Partager :

Saint-Etienne, Conférence de l’hôtel de ville : « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (VI) Le bitcoin et autres « jetons commercialisables »

Je publie en feuilleton la retranscription (merci à Éric Muller !) de ma très longue conférence le 29 novembre 2018. Ouvert aux commentaires.

Question de la salle : Est-ce que les monnaies virtuelles ne seront pas le grain de sable du capitalisme ?

PJ : Quand vous dites « monnaie virtuelle », vous pensez peut-être à des choses comme le bitcoin mais il y a une première chose à dire, c’est que ce n’est ni virtuel ni des monnaies. On emploie de plus en plus, en anglais, le mot « token » pour en parler, c’est-à-dire le mot « jeton », et c’est l’expression que j’utiliserais moi-même aussi. Ce sont des jetons commercialisables, c’est-à-dire qu’on peut faire le commerce de ce jeton. Le bitcoin, c’est du même ordre que ces transactions qui ont lieu, par exemple, entre des gens qui sont dans des communautés autour de certains jeux vidéo où un commerce s’est installé, où on peut acheter des pouvoirs magiques ou des armes, etc. autour de certains personnages dans des jeux vidéo. Et là, effectivement, autour d’un jeu vidéo, des gens peuvent acheter avec du vrai argent des choses qui sont en fait de l’ordre du jeton, c’est-à-dire que ça n’a pas de reconnaissance au niveau de ce que pourrait être une vraie monnaie.

Continuer la lecture de Saint-Etienne, Conférence de l’hôtel de ville : « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (VI) Le bitcoin et autres « jetons commercialisables »

Partager :