Belfer : une famille au flair infaillible !

Un intéressant article du Financial Times * sur la famille Belfer, philanthrope et mécène, qui, après avoir perdu une fortune dans la chute de la compagnie Enron, en perdit une deuxième dans la pyramide de Bernard Madoff, pour en perdre une troisième dans la banqueroute de Sam Bankman-Fried et sa « bourse » FTX de crypto- « monnaies ».

Décidément, le talent, ça ne se discute pas !

* Enron, Madoff and now FTX: New York’s Belfer family strike out again (« Enron, Madoff et maintenant FTX : La famille Belfer de New York frappe à nouveau »), le 15 janvier 2023

Partager :

23 réponses à “Belfer : une famille au flair infaillible !

  1. Avatar de Dom
    Dom

    La question que je me pose, c’est comment on peut perdre une fortune deux fois, et encore pouvoir rejouer.

    1. Avatar de Paul Jorion

      Cela dépend de la grandeur des tiers, c’est bien connu !

  2. Avatar de Eloi Batard
    Eloi Batard

    Bon, quand on peut se permettre de faire trois banqueroutes de suite, cela veut dire au choix :
    – que des réserves existent malgré tout… tout ne va pas si mal !
    – qu’on s’est refait entre temps, finalement on gagne et perd un coup sur deux
    – que ce n’était pas des pertes si énormes que cela

    Je conclurais par mon étonnement éternel devant ce système financier qui permet la possibilité de pouvoir jouer l’équivalent du budget de la santé d’un pays, perdre, et trouver cela tellement drôle que l’envie de recommencer persiste. Tout en ayant encore une seconde puis une troisième fois l’autorisation de le faire.
    Dans l’indifférence générale.
    Tellement comique. Tellement tragique.

    1. Avatar de Paul Jorion

      Les gens comme nous ne pouvons pas même imaginer à quel point les riches sont plus riches que nous.

      Vous vous souvenez de cette enquête aux États-Unis où on demandait aux salariés combien de fois le patron était mieux payé qu’eux ? Les gens répondaient « 7 fois », « 12 fois », en se demandant s’ils n’exagéraient pas, alors que le chiffre par rapport au salarié moyen était 450.

      1. Avatar de Guy Leboutte

        Une étude où des sociologues belges il y a 25-30 ans demandaient à des sans-abri ce que les plus riches pouvaient bien gagner par mois. « Oh beaucoup, beaucoup… ». « Oui, mais combien? » « Je ne sais pas, moi, …40.000 francs? » (Le taux de l’euro à son introduction un peu plus tard fut de 1 euro pour 40 francs).

        D’un autre côté, les mêmes se sont adressés à des membres de la jeunesse dorée la plus riche du pays, dont certains recevaient une allocation paternelle mensuelle de 200.000 francs (5.000 euros bientôt).
        « Les pauvres vivent vraiment avec très peu d’argent? » « Oh oui. » « Les plus pauvres, avec combien par mois? » « Oh très peu, très peu… » « Très peu, oui, mais combien? » « Je ne sais pas, moi, …40.000 francs? »

        Les chiffres étaient faciles à mémoriser.

    2. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Eloi Batard Il suffit de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Ceci dit les pertes sur ces opérations correspondent en fait à des gains précédents purement fictifs.
      Cela signifie cependant qu’il y a encore des investissements dans d’autres opérations de ce genre (les autres paniers).

      1. Avatar de Christian Brasseur
        Christian Brasseur

        Au guise de paniers, ce serait plutôt des mannes (ne pas confondre avec cette chose providentielle envoyée aux Hébreux dans leur traversée du désert) 😉 😉 😉

  3. Avatar de konrad
    konrad

    Bonjour,

    Ce qui m’interroge le plus dans cette histoire, c’est d’avoir un tas d’or et d’en vouloir toujours plus, jusqu’à investir dans des « entreprises » aux offres si alléchantes qu’elles sentent le rassi.
    Vraiment, la cupidité est une « maladie » ou une infirmité.

    1. Avatar de timiota
      timiota

      Non, c’est le trope que les protestants ont mis en avant (et les cathos n’ont pas dit non):
      Laisser de la fortune dormir est un péché, il faut que l’argent « travaille ».
      Donc le placer.
      Or, le système récompense mieux les grosses sommes (Piketty l’explique bien avec les fonds des universités américaines, Harvard étant le top, le rendement croit avec la masse considérée, Harvard paye 100 million de $ par an pour faire fructifier sont fond de 30 Milliards de $ (à l’époque), soit 0,3% de salaire, mais ça suffit à payer une vingtaine de gens très au fait de l’art de gérer du K (Kapital), bien mieux que l’université de CornBeltVillePaumed avec son fonds à 4,8 millions de $ seulement. La machine à concentrer concentre, puis les machins concentrés fond des krachs pour deux raisons :
      Les erreurs des investisseurs (qui ne se moyennent pas sur les grands nombres, quand c’est concentré) et l’envie des autres de trouver des rendements analogues, ce qui les poussent dans les bras des Madoff, FTX et autres Ponzi.com(iques) .
      En physique, on a plein de cas où c’est pas linéaire quand c’est trop fort (physique non linéaire) et on a plein de cas appelés « limitation » parmi les mécanismes existant. Révélation : le signe de l’effet non-linéaire compte ! il n’est pas mauvais qu’il soit négatif pour stabiliser le système. Vous protestez ? vous êtes protestants !

      1. Avatar de arkao

        @timiota
        « CornBeltVillePaumed  » Excellent 🙂

        1. Avatar de timiota
          timiota

          Plus de thunes à Béthune !
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_universitaire_de_technologie_de_B%C3%A9thune
          L’Institut universitaire de technologie de Béthune a été créé en 1968. Il a été rattaché à l’université d’Artois en 1993. Il est situé à proximité du centre-ville de Béthune, à proximité du Technoparc Futura.
          On fait mieux pour la diagonale du vide, mais je visais 59/62…

    2. Avatar de Christian Brasseur
      Christian Brasseur

      maladie, infirmité, sans doute, mais peut-être aussi illusion des « riches » qui se considèreraient donc pauvres…et qui se doivent encore et encore d’accumuler de vaines richesses pour atteindre l’inaccessible étoile ( impayable)??

  4. Avatar de Thomas Jeanson
    Thomas Jeanson

    C’est ça la vraie misère :

    Être riche et avoir pour préoccupation de jouer au loto.

    Le monde meurt de l’ennui de ceux qui ont tout.

    1. Avatar de Benjamin
      Benjamin

      Bonjour Thomas Jeanson,

      En parallèle de leurs « paris » financier hasardeux, la famille Belfer (dynastie pétrolière new-yorkaise) a toutefois eu le bon goût de faire d’importants dons au Metropolitan Museum of Art de New York pour rénover les galeries grecques et romaines de l’institution (qui portent le nom des Belfers).

      La famille est également l’un des principaux bienfaiteurs de Harvard.

      Ils sont finalement meilleurs mécènes qu’investisseurs.

      1. Avatar de konrad
        konrad

        Bonsoir Benjamin,

        Le mécénat c’est l’autre face du pouvoir de l’argent, on s’achète une notoriété – souvent défiscalisée – à peu de frais d’une certaine manière.
        Pour Répondre à Timiota, il y a des placements dont les rendements sont raisonnables par rapport au marché et d’autres qui sont tellement surestimés – à deux chiffres – que quelqu’un d’avisé sent rapidement que ceux-ci sont déconnectés de la « réalité ».
        C’est la différence entre la modération et l’hubris.

      2. Avatar de Thomas Jeanson
        Thomas Jeanson

        Une répartition différente des richesse ne ferait pas nécessairement de l’art un parent pauvre.

        Et de même que le fait que le choix, d’investir dans tel ou tel secteur, soit réservé au petit nombre détenteur du grand capital, est un problème majeur,

        De même le fait que les fondations du même grand capital donnent le LA en terme d’infrastructures de l’art devrait aussi nous préoccuper.

        ( Sans compter que ces dons défiscalisés leur rapportent bien plus en influence, qu’ils ne leur coute en terme de finance )

        Deux anecdotes :

        Lors de recherche de financement, en faisant le porte à porte des fondations, on constate assez vite que le groupe Machin, a demandé au cousin ( ou à la cousine ) Machin de gérer la fondation Machin, non pas parce qu’il ou elle avait des compétences particulières, mais plutôt parce qu’il n’en avait pas. ( » Va donc claquer X millions par an, et surtout, fiches nous la Paix et ne touche pas au business « )

        En 1994 j’avais proposé au Cloister’s de New York ( qui dépends du Metropolitan Museum ) une charpente landaise pour y établir un  » Diner  » dans leur parc, mais ils n’avaient pas les sous. J’aurai rêvé passer
        trois semaines de montage à New York avec l’équipe de charpentiers de mon village…

        Comme dit José mon voisin, « Dieu donne du pain, à ceux qui n’ont pas de dents… »

        1. Avatar de Benjamin
          Benjamin

          @ Thomas Jeanson et Konrad,

          Je n’ai jamais dit que le mécennat était la panacée au non partage des richesses : je suis bien conscient que les retombées (en terme d’image et d’influence) pour ceux et celles qui le pratique sont plus intéressantes que les sommes données et que ces sommes données posent tout un tas d’autres questions « éthiques »…

          Mais entre de l’argent donnée à l’économie réelle (même avec une contrepartie pour la communauté) et de l’argent évaporée dans l’économie virtuelle des opérations financières foireuses (bien souvent aussi avec une contrepartie pour la communauté par effet « dominos »), j’ai tendance à trouver la première plus « supportable » que la seconde.

          1. Avatar de Thomas Jeanson
            Thomas Jeanson

            C’est sur !

          2. Avatar de konrad
            konrad

            @Benjamin,
            Tout à fait d’accord.

  5. Avatar de Hervey

    Une astuce simple pour mieux comprendre (en gros) le pouvoir de l’argent dans le monde de l’art ou de la science c’est de revisiter les « indulgences », cette pratique mise en place par le pouvoir spirituel (Eglise catholique) pour prendre le pas sur le pouvoir bourgeois.

    Taxer les riches qui ne respectaient pas les dix commandements en leur faisant payer l’absolution, fut vraiment une trouvaille.

    Trouvaille que l’on retrouve aujourd’hui étendu dans l’espace public, l’Eglise n’est plus cet organisateur au nom d’un dieu tout puissant. Il a disparu remplacé par « l’ordre moral de la société ».
    L’art et la science sont dans les pays occidentaux (où l’on ne construit plus d’Eglises et peu de mosquées) les premiers bénéficiaires de ces largesses issues d’un monde richement doté.
    Ensuite, tout le monde suit. C’est mécanique.
    Les Musées embrayent dans leur domaine, idem pour les universités et centres de recherches.

  6. Avatar de Nosfératus
    Nosfératus

    Le luxe se porte très bien, les riches se font invariablement plaisir et investissent. La valeur boursière de LVMH a dépassé le 400 milliards. Dû à la crise?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta