Archives par mot-clé : kompromat

Trump & Co. : on n’a encore rien vu ni entendu

Ouvert aux commentaires.

La démoralisation créée dans les rangs des Démocrates par le résumé du rapport de Robert Mueller par William Barr, ministre de la Justice américain,  est compréhensible mais illogique.

Compréhensible car la justice nous a offert au fil des mois une accumulation de faits susceptibles de soutenir l’idée de collusion entre l’équipe Trump et la Russie. Mais illogique car, si l’on en croit les sondages, la quasi totalité des électeurs s’affirmant Démocrates sont convaincus que Trump est compromis par les Russes, hypothèse impliquant que ces derniers exercent une influence sur lui sans qu’aucune communication entre les deux parties ne soit nécessaire. J’écrivais en avril de l’année dernière : « Même si ces derniers n’ont jamais évoqué la question avec le président, il suffit que lui sache qu’ils sont eux au courant pour qu’il se conduise selon les désirs qu’il leur prête » (voir « Trump ? En fait, on sait tout depuis longtemps ! »).

Continuer la lecture de Trump & Co. : on n’a encore rien vu ni entendu

22Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

57% des Américains considèrent probable que la Russie « possède des informations compromettantes » sur Trump

… contre 31% qui jugent l’hypothèse improbable.

According to the poll, 57 percent believe it’s likely that Russia “has compromising information“ on Trump, compared to 31 percent who don’t think it’s likely.

Sondage Politico : Shutdown, Russia drive Trump to all-time high disapproval, le 23 janvier 2019

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Trump ? En fait, on sait tout depuis longtemps ! »

« Trump ? En fait, on sait tout depuis longtemps ! », c’est la réflexion qui me vient alors que je rédige les chapeaux des différents chapitres du Tome II de mon « La chute de la météorite Trump » (le Tome I est prêt). Voyez vous-même ce que j’écrivais il y a neuf mois.

13 avril 2018

Le 17 avril, soit dans quatre jours par rapport à mon billet, paraîtra le récit autobiographique de James Comey, patron du FBI révoqué par Trump un peu moins d’un an auparavant, en mai 2017 : « Une loyauté d’un ordre supérieur ». Le livre contient essentiellement trois messages. Le premier est parfaitement explicite : le  président se conduit comme un parrain de la mafia. Le second est implicite : il est logique du coup que le FBI le traite comme tel. Le troisième message est subliminal, dit à demi-mot : le rapport Steele (révélé le 10 janvier 2017 par Buzzfeed), rédigé par l’ex-espion britannique Christopher Steele, doit être pris au sérieux : comme il y est écrit, Trump est la victime de kompromat, de matériaux compromettants pour lui rassemblés par les Russes. Même si ces derniers n’ont jamais évoqué la question avec le président, il suffit que lui sache qu’ils sont eux au courant pour qu’il se conduise selon les désirs qu’il leur prête.  

Continuer la lecture de « Trump ? En fait, on sait tout depuis longtemps ! »
29Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail