Archives par mot-clé : La transmission des savoirs

Film. Une nuit en Bretagne par Sébastien Le Guillou

Gérard Prémel, Film. Une nuit en Bretagne, Le peuple breton, le 26 février 2017

Le film « Une nuit en Bretagne » réalisé par Sébastien Le Guillou a été diffusé pour la première fois le 17 décembre dernier sur France 3 Bretagne.

Continuer la lecture de Film. Une nuit en Bretagne par Sébastien Le Guillou

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

Ouvert aux commentaires.

I- La « mentalité primitive »

Jacques Athanase GILBERT

Votre parcours est particulièrement atypique, marqué en particulier par cette étonnante transition du chercheur au blogueur. Au-delà, votre pensée s’enracine dans le champ de la transdisciplinarité, empruntant à la fois à la philosophie, à l’anthropologie, à la sociologie et à l’économie. Comment appréhendez-vous cet itinéraire ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

21Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

De l’anthropologie à la guerre civile numérique (IV), La « vérité ordinaire », entretien réalisé le 21 mars 2016

Franck CORMERAIS

Vous évoquez, Geneviève Delbos et vous, dans La transmission des savoirs (1984), une « vérité ordinaire » placée entre savoir empirique et savoir scientifique. S’agit-il de cette dimension lacanienne ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique (IV), La « vérité ordinaire », entretien réalisé le 21 mars 2016

8Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

De l’anthropologie à la guerre civile numérique (I) La « mentalité primitive », entretien réalisé le 21 mars 2016

Jacques Athanase GILBERT

Votre parcours est particulièrement atypique, marqué en particulier par cette étonnante transition du chercheur au blogueur. Au-delà, votre pensée s’enracine dans le champ de la transdisciplinarité, empruntant à la fois à la philosophie, à l’anthropologie, à la sociologie et à l’économie. Comment appréhendez-vous cet itinéraire ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique (I) La « mentalité primitive », entretien réalisé le 21 mars 2016

20Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le temps qu’il fait le 10 octobre 2014

Sur DailyMotion, c’est ici.

L’appel au boycott des Rendez-vous de l’histoire de Blois par Edouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie en raison de l’exposé de Marcel Gauchet sur les rebelles.

Mes propres interventions à Blois

Geneviève Delbos et Paul Jorion, La transmission des savoirs (1984)

Pierre Bourdieu

Michel Foucault, Georges Canguilhem, Louis Althusser

Michel Foucault, Naissance de la clinique : une archéologie du regard médical (1963)

Steve Keen

2Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le paludier : L’inconscient ingénieur du sel, par Arnaud Castex

Billet invité. À propos de « La transmission des savoirs », à Bécherel, le 19 avril 2014

Lors de son exposé à Bécherel, Paul Jorion nous fait découvrir la complexité du métier de paludier et plus particulièrement, son apprentissage.

J’avoue que la proposition du pèse-sel m’a interpellé car elle sous-estime tout de même grossièrement la complexité du problème. Elle ne concerne que la réaction de cristallisation elle-même et le gradient moteur de celle-ci (à savoir la concentration d’une saumure). Cette « solution » fait l’impasse sur la dynamique de l’installation concernée et les moyens à disposition des exploitants.

En fait le paludier réalise un véritable travail d’ingénierie, caché par l’apparente simplicité des choses et bien entendu l’absence de conceptualisation. Simplicité du produit tout d’abord, aujourd’hui qui peut s’étonner d’avoir du sel sur sa table alors qu’il fut une monnaie du fait de sa rareté. Simplicité de la matière première (de l’eau de mer, dont la composition n’est pas si « simple »), simplicité du principe d’obtention (la concentration et la cristallisation par évaporation de l’eau à l’air libre), simplicité des installations (des étendues d’eau inertes).

Continuer la lecture de Le paludier : L’inconscient ingénieur du sel, par Arnaud Castex

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« La transmission des savoirs », à Bécherel, le 19 avril 2014

Si vous ne m’avez jamais entendu parler d’éducation, de la difficulté qu’il y a à transmettre un savoir empirique sur les bancs d’une école et même de la difficulté qu’il y a à transmettre le savoir scientifique, de la raison pour laquelle le pèse-sel n’est pas d’une aussi grande utilité sur un marais salant que pourrait l’imaginer un scientifique, ou de ce qui distingue un pêcheur de homards grottiers d’un pêcheur de homards coureurs, eh bien, une occasion vous est offerte de le faire.

Car si on me demande souvent de parler d’économie – ce qui n’est pas mon métier – on ne me demande pratiquement jamais de parler d’anthropologie – ce qui l’est pourtant. Mais c’était le cas à La fête du livre à Bécherel le 19 avril, où j’ai parlé de La transmission des savoirs, le livre que j’ai co-rédigé avec Geneviève Delbos, publié aux éditions de la Maison des Sciences de l’Homme en 1984, et toujours disponible.

Ceci dit, je parlerai cette fois de Comment la vérité et la réalité furent inventées (Gallimard 2009), aux Rencontres du Louvre le 13 octobre. Je vous en dirai plus à ce sujet en temps utile.

Le son est un peu faible au début mais ça s’arrange par la suite.

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

VOIR OU NE PAS VOIR ? UNE QUESTION DE CAGE DE VERRE ET DE CONNECTIQUE, par Jean-François Le Bitoux

Billet invité. À propos de DIX ÊTRES HUMAINS RÉSOLUS POUR SAUVER UNE ESPÈCE EN DANGER !

Je tentais de faire en quelques lignes une proposition de coopération afin de « Sauver une espèce en danger » quand est parue l’entrevue titrée : « Notre classe politique est déconnectée de la réalité ». Puis j’ai écouté Xavier de La Porte sur France Culture qui dit que nous risquons d’être bientôt prisonniers des algorithmes. Une crainte que deux chercheurs belges ont souligné dès 2010 !

Au moment d’envoyer ce billet, Hubert Védrine confirme sur France Culture que « les professionnels de la politique ont perdu le contact avec le monde réel ». En matière de connexion entre le politique et la réalité, tout se passe comme s’il était prévu que le personnel politique au moment où il passe en charge des « affaires publiques» cesse de se brancher sur le monde d’en bas qui les finance. Comme dans les films de science-fiction, dès que qu’il atteint la strate sacrée des responsabilités politicienne et/ou financière, toute la connectique ad hoc s’autodétruit : il n’est plus joignable, il ne comprend plus rien à ceux qui hier encore lui parlaient. Chacun sait qu’il ne nous est pas possible de conserver tous ces vieux câbles devenus inutiles quand le matériel change. En politique, il en va de même. Au mieux pour les obliger à se reconnecter sur la réalité, la seule manière de se faire entendre sera donc de tout casser et de revenir à des méthodes moins culturelles, plus sauvages, plus animales ? Étonnant non ? D’autant plus que cette impossibilité de se connecter est aussi entretenue chez les serviteurs fonctionnaires au nom du sacro-saint « devoir de réserve » et d’une carrière dans l’ombre de ses chefs grands ou tout petits.

Continuer la lecture de VOIR OU NE PAS VOIR ? UNE QUESTION DE CAGE DE VERRE ET DE CONNECTIQUE, par Jean-François Le Bitoux

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le temps qu’il fait, le 2 avril 2010

Peter Laslett (1915 – 2001)

La transmission des savoirs, avec G. Delbos (Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme 1984 ; 1991 ; 2009)

Max Stirner (1806 – 1856)

Comment la vérité et la réalité furent inventées (Gallimard 2009)

Le dimanche de Bouvines (1973) est un livre de Georges Duby (et non d’Emmanuel Le Roy Ladurie comme je le dis erronément). Ma mémoire m’a trahi, désolé !

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail