Archives par mot-clé : psychanalyse

Trump perd la boule. Bonne ou mauvaise nouvelle ?

La capture d’écran ci-dessus vient d’une émission sur la chaîne MSNBC. Il s’agit de citations d’un article paru hier, le 16 août, dans le New York Times. Ce dont il est question, c’est d’un meeting de Trump la veille dans le New Hampshire.

L’extrait de l’article dit ceci :

Comme à son habitude, il s’est mis à digresser pendant plus d’une heure et demie, à s’écarter de manière apparemment aléatoire de ce qu’il avait prévu de dire, il a répété des points qu’il avait déjà soulevés plus tôt dans la soirée, comme s’il ne se souvenait plus les avoir déjà mentionnés. 

Continuer la lecture de Trump perd la boule. Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Partager :
Email This Post Email This Post

Les saisons du plaisir (1988) de Jean-Pierre Mocky

« Les saisons du plaisir » (1988) est un film où tout le monde, les jeunes, les vieux, les hétérosexuels, les homosexuels, les zoophiles, ne pense qu’à baiser, ce qui le rapproche du documentaire plutôt que du film de fiction où l’on rencontre en général ce qu’on appelle des « sentiments plus élevés ».

Ceci permet au spectateur transporté d’entendre dire des horreurs pendant 1h22m par Bernadette Laffont, Jean Poiret, Eva Darlan, Fanny Cottençon, Richard Bohringer, Sylvie Joly, Stéphane Audran, Bernard Menez, Judith Godrèche, Darry Cowl, Jean-Pierre Bacri, Jacqueline Maillan, Jean-Luc Bideau et Sophie Moyse puisqu’on est chez Mocky.

Continuer la lecture de Les saisons du plaisir (1988) de Jean-Pierre Mocky
Partager :
Email This Post Email This Post

Fake news : « L’indicible est tabou », par TomBilabong

Ouvert aux commentaires.

Votre post Si vous n’avez pas l’occasion de venir m’écouter à Fleurance samedi… est très juste. Il me semble évident qu’il est le reflet d’une personne qui a fait une psychanalyse. Pourquoi ? Parce qu’il montre qu’on peut parfaitement inverser cause et conséquence et donner un tout autre sens à ce qu’on considère comme un fait, et donc une info, etc. et au final un affect . Et donc une opinion / pulsion. L’inconscient est tout proche… 

Mais pour dire tout cela, il faut impérativement avoir fait une analyse ou parfaitement en mesurer/connaître les effets – bons ou pervers : être en mesure d’interpréter différemment, verbalement notamment, en donnant un autre sens à ses affects.  

Continuer la lecture de Fake news : « L’indicible est tabou », par TomBilabong

Partager :
Email This Post Email This Post

« On nous ment ! » – La seule vérité à laquelle certains sont réduits

Ouvert aux commentaires.

Un article intéressant sur le complotisme dans le Washington Post d’hier : 50 ans après Apollo, les conspirationnistes hurlent toujours au « canular de la lune » met en évidence que le complotiste ne propose pas une représentation alternative de la réalité, il s’en tient à une seule proposition : « On nous ment ! » Aucune démonstration, aucune preuve, aucun raisonnement, ne peut le faire reculer, pas même celle de la difficulté pratique qu’il y aurait à mettre en oeuvre le contraire de la version officielle.

Continuer la lecture de « On nous ment ! » – La seule vérité à laquelle certains sont réduits

Partager :
Email This Post Email This Post

Espace Analytique, « La greffe de tête : corps donneur ou tête donneuse ? », le 8 novembre 2018 à 21h

Le 8 novembre, dans le cadre du Cercle international d’anthropologie psychanalytique, je ferai à 21h un exposé à l’Espace Analytique, 12 rue de Bourgogne, 75007 Paris.

Pour assister à ce séminaire, prière de s’inscrire ici.

« À partir de la question délibérément provocante, « La greffe de tête : corps donneur ou tête donneuse ? », on entend interroger la thèse transhumaniste de la mise en oeuvre – dans un avenir envisageable – du transfert d’un sujet humain pré-existant dans un corps artificiel.

Alors que les transhumanistes manient avec dextérité et en toute connaissance de cause les concepts empruntés à l’informatique et maîtrisent parfaitement la notion de « corps artificiel », pour ce qui est du « sujet humain » qu’il s’agirait de transférer, ils se contentent d’invoquer de manière non-critique des notions empruntées à la « psychologie populaire », où la « conscience » est une entité intuitive imprécise, si ce n’est qu’elle est l’organe d’une « volonté » transparente dont la finalité est de réaliser nos « intentions ».
La question est débattue de ce qu’impliquerait en réalité – c’est-à-dire à la lumière de la métapsychologie freudienne – le transfert d’un sujet humain pré-existant dans un corps artificiel. »
Partager :
Email This Post Email This Post

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 15 DÉCEMBRE 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 15 décembre 2017. Merci à Catherine Cappuyns !

Bonjour, nous sommes le vendredi 15 décembre 2017 et ce matin j’ai oublié de faire la vidéo. Voilà, c’est la première fois que ça m’arrive. C’est peut-être un signe de ma lassitude générale. Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 15 DÉCEMBRE 2017 – Retranscription

Partager :
Email This Post Email This Post

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 15 SEPTEMBRE 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 15 septembre 2017. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 15 septembre 2017 et parfois dans la vie il y a ce qu’on appelle d’heureuses coïncidences. Et ce matin, quand j’ai ouvert mon courrier, quand j’ai regardé mes mails, il y avait une heureuse coïncidence. C’est qu’on me proposait – quelqu’un qui fait souvent des billets pour le blog – ce dont je le remercie : Alexis Toulet, il me proposait un billet qui dit exactement le contraire de ce que je m’apprêtais à vous dire. Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 15 SEPTEMBRE 2017 – Retranscription

Partager :
Email This Post Email This Post

NOTRE CERVEAU : CONSCIENCE ET VOLONTÉ

Le biologiste François Jacob a utilisé à propos de notre cerveau, une image admirable : le cerveau humain est conçu, dit-il, comme une brouette sur laquelle aurait été greffé un moteur à réaction. Par cette image frappante, il attirait notre attention sur le fait que notre cerveau n’est pas constitué comme une machine d’une seule pièce. Il y a en son centre, le cerveau reptilien, appelé ainsi parce qu’il possède déjà la même structure chez le reptile, et le cerveau des mammifères s’est construit comme une couche additionnelle, absolument distincte : le cortex est d’une autre nature que le cerveau reptilien. Lequel est celui de la réaction immédiate, celui du réflexe, de l’affect, comme s’expriment les psychologues.

Le cortex s’est spécialisé dans le raisonnement, dans la réflexion rationnelle, l’enchaînement des arguments, le calcul mathématique, et il est greffé sur ce cerveau reptilien qui est lui d’une nature purement instinctive, ce qui fait que nous réagirons par l’enthousiasme ou par la peur devant ce que notre cerveau-cortex aura déterminé de faire. Les plus beaux exemples dans ce domaine, ce sont bien sûrs les traders qui nous les proposent. Ceux d’entre mes lecteurs qui connaissent des traders savent que le jour où ils ont gagné beaucoup d’argent ils sont dans les restaurants et les bars des beaux quartiers, ils fument de gros cigares et boivent beaucoup, alors que les jours où ils ont perdu des sommes impressionnantes, on les voit beaucoup moins : ils sont à la maison, ils essaient de dormir et ont pris des cachets pour tenter d’y parvenir.

Continuer la lecture de NOTRE CERVEAU : CONSCIENCE ET VOLONTÉ

Partager :
Email This Post Email This Post