Archives par mot-clé : Sergey Aleynikov

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 13 AVRIL 2012

Bo Xilai et Gu Kailai en Chine
Sergueï Aleinikov aux États-Unis
« L’ange du bizarre » d’Edgar Alan Poe
L’explication par les structures
LE CAPITALISME COMME PERVERSION, par Zébu

P.S. : À un moment j’appelle M. Bo Xilai du nom de la province dont il était le dirigeant et de la ville dont il était le maire : Chongqing. Nos lecteurs auront rétabli d’eux-mêmes 😉

La même chose sur YouTube

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

DOVE SI RIPARLA DEI LADRI DI GALLINE CHE FANNO I TITOLONI DEI GIORNALI

La traduction en italien par Alessio Moretti de OÙ L’ON REPARLE DES VOLEURS DE POULES QUI FONT LA MANCHETTE DES JOURNAUX

(17 febbraio 2012 – Questo testo è un “articolo presslib’”(*))

L’altro ieri scrivevo in “Il Sig. Stiglitz non è al corrente”:

[…] era necessario che la Borsa fosse in continua scalata (si è pensato un tempo – ed alcuni apparentemente ancora lo pensano – che lo High Frequency Trading avrebbe dato una mano – di nascosto: senza dover mettere in prigione un numero troppo grande di informatici svelanti l’inghippo) […]

Ora, lo Wall Street Journal annuncia in questo medesimo istante che “La Corte di Appello annulla la condanna dell’ex-programmatore di Goldman Sachs”, condannato – ricordo – nel 2011 ad una pena incompressibile di otto anni di prigione. L’articolo fra l’altro dice ciò che segue:

Giovedì in fine giornata, in un giudizio di una sola pagina, la Corte d’Appello americana del Secondo Circuito dichiara che la condanna del Sig. Aleynikov deve essere annullata e che lui dovrebbe essere rilasciato; la Corte non dà le sue ragioni.

Continuer la lecture de DOVE SI RIPARLA DEI LADRI DI GALLINE CHE FANNO I TITOLONI DEI GIORNALI

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

OÙ L’ON REPARLE DES VOLEURS DE POULES QUI FONT LA MANCHETTE DES JOURNAUX

J’écrivais avant-hier dans M. Stiglitz n’est pas au courant :

…il fallait que la Bourse grimpe en permanence (on a pensé un moment – et certains le pensent toujours apparemment – que le High Frequency Trading donnerait un coup de main – en douce : sans qu’il faille mettre en prison un trop grand nombre d’informaticiens vendant la mèche)…

Or, le Wall Street Journal annonce à l’instant que « La cour d’appel annule la condamnation de l’ancien programmeur de Goldman Sachs », condamné je le rappelle en 2011 à huit ans ferme de prison. L’article dit entre autres ceci :

Jeudi en fin de journée, dans un jugement d’une seule page, la Cour d’Appel américaine du Second Circuit déclare que la condamnation de M. Aleynikov doit être annulée et qu’il devrait être acquitté ; la Cour ne donne pas ses raisons.

Si vous ne savez pas qui est Sergey Aleynikov, relisez mon billet de juillet 2009 : Sergey Aleynikov, évitez les balcons ! J’y écrivais ceci :

Mr. Joseph Facciponti, Assistant du Procureur Général américain a déclaré le 4 juillet au tribunal, lors d’une déclaration à la presse, que « La banque (Goldman Sachs) a mentionné la possibilité qu’il existe un danger que quelqu’un qui sache utiliser ce programme puisse l’utiliser pour manipuler les marchés de manière malhonnête ». Ah ! voilà qui est tout à fait remarquable : un programme qui aurait pu conduire Mr. Aleynikov à manipuler les marchés malhonnêtement s’il travaillait pour Teza Technologies, et qui lui permettait de gagner sa vie comme un honnête travailleur quand il travaillait chez Goldman Sachs ! Il y a là un mystère que j’aimerais bien comprendre, d’autant que le 4 juillet, c’est la fête nationale américaine : pour que la cour siège l’équivalent du 14 juillet en France, il fallait donc que le cas de Mr. Aleynikov soit jugé, c’est le moins qu’on puisse dire, affaire pressante !

Je parlais aussi d’Aleynikov dans un autre billet, publié deux jours plus tard, intitulé (allez savoir pourquoi ?) Dans ma petite boîte à anomalies, où je mentionnais trois anomalies qui n’avaient sûrement aucun rapport entre elles : une somme intraçable de mille milliards de dollars dans le bilan de la Fed, la présence inopinée sur les marchés à terme américain de « quelqu’un quelque part [ayant] à sa disposition des sommes colossales destinées à lancer sur les marchés boursiers des signes d’optimisme forcé », et l’arrestation de Sergey Aleynikov un jour de fête nationale.

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 4 MARS 2011

Présidentielles françaises en 2012
Sergent Manning
Julian Assange
Sergey Aleynikov
La manipulation du prix des actions
Lloyd Blankfein
Le prix à payer pour sauver un système à l’agonie
La nuit du 4 août 1789

Note, le 5 mars : Hier matin j’émettais dans la vidéo ci-dessus l’hypothèse qu’il existe désormais un « accord de coopération » à l’amiable entre les dirigeants de Goldman Sachs et les autorités américaines, judiciaires et/ou financières. Ce qui le fait supposer, c’est qu’aucun des dirigeants de la firme n’a été inculpé en dépit de la gravité de l’accusation portée à son encontre lors de l’audition au Sénat le 27 avril 2010 : qu’en vue d’un gain, elle a procédé à une destruction délibérée du système financier américain par une utilisation massive de CDO (Collateralized Debt Obligations) synthétiques portant sur des CDO structurés par ses propres soins de manière à ce que leur dépréciation soit maximale.

Cette hypothèse a reçu un début de confirmation dans l’après-midi puisque le Wall Street Journal titrait : Goldman’s Blankfein Agrees to Testify at Insider-Trading Trial : « Blankfein de chez Goldman accepte de témoigner dans un cas de délit d’initié ». Blankfein témoignera à charge, à la demande du procureur.

Pourquoi Blankfein a-t-il accepté, se demande le Wall Street Journal, au risque de présenter sa firme sous un éclairage défavorable ? Si mon hypothèse est correcte, la question du WSJ pèche par sa naïveté.

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

HALTE AU CRIME ! LES VOLEURS DE POULES DEVRONT PAYER !

Dernières nouvelles !

Judge Unexpectedly Imprisons Ex-Goldman Programmer

Rappelez-vous, j’en avais parlé à l’époque dans Sergey Aleynikov, évitez les balcons !

Ce Monsieur sait manifestement des choses qu’il ne devrait pas savoir ! Mon hypothèse se révélera-t-elle exacte ?

Voyez aussi : Dans ma petite boîte à anomalies, rédigé deux jours plus tard.

Ah ! on vit une époque passionnante !

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail