Archives par mot-clé : Claude Lévi-Strauss

Sir Edmund Leach et moi ou “Comment résoudre des casse-tête sans convaincre personne”, le 23 avril 2020 – Retranscription

Retranscription de Sir Edmund Leach et moi ou “Comment résoudre des casse-tête sans convaincre personne”, le 23 avril 2020. Quand…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Franz Boas (1858-1942)

Inédit. Le souci de combler un important trou dans mon enseignement “Grands courants en anthropologie” m’a conduit à mettre en ordre mes notes sur l’un des grands noms de l’anthropologie.

Franz Boas est né à Minden en Allemagne. Il se forma à la physique et à la géographie dans des universités allemandes. Il émigra aux États-Unis considérant que pour un Juif tel que lui, le pays lui offrirait de meilleures opportunités de carrière, en sus d’une vie plus paisible. À l’appui de cette opinion, les cicatrices qu’il portait au visage, conséquence de duels avec des condisciples antisémites au cours de ses études universitaires.

Continuer la lecture de Franz Boas (1858-1942)

Partager :

Le totémisme (I) – Laissé à d’autres par les anthropologues

Texte de synthèse inédit en plusieurs parties sur cette question que j’ai eu l’occasion d’effleurer ici et là. J’ai mentionné…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Les conditions d’une autre histoire de l’anthropologie (1979)

Les conditions d’une autre histoire de l’anthropologie A paru dans les notes de mon cours Encyclopédie de l’ethnologie et histoire…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Compte-rendu de David PACE, Claude Lévi-Strauss. The Bearer of Ashes (1986)

Compte-rendu inédit de David PACE, Claude Lévi-Strauss. The Bearer of Ashes, Routledge & Kegan Paul, Boston, London, 1983. 263 pp.

David Pace a écrit sur Lévi-Strauss en tant qu’intellectuel un livre plein de sensibilité. Ce faisant, il permet au non-spécialiste d’apprendre ce qu’il a toujours voulu savoir sur une célébrité sans passer par l’épreuve rebutante de textes extrêmement techniques consacrés à la parenté ou aux arcanes de la mythologie amérindienne. Le ton de Pace est très plaisant, à mi-chemin entre le style universitaire et le journalisme littéraire. Cela sied d’ailleurs parfaitement à un « historien de la culture et du climat intellectuel, spécialisé dans l’Europe des XIXe et XXe siècles » à l’Université d’Indiana. 

Continuer la lecture de Compte-rendu de David PACE, Claude Lévi-Strauss. The Bearer of Ashes (1986)

Partager :

Le scandale des faux Hommes des Cavernes ! (1987)

Le scandale des faux Hommes des Cavernes ! a paru dans L’Âne Le magazine freudien, 30, 1987 : 22.

Un scandale de plus secoue les Philippines pourtant déjà durement éprouvées ces mois derniers. Particularité curieuse cependant de ce scandale récent : il est ethnologique ou plutôt, politico-ethnologique : les Hommes des Cavernes du Président Marcos seraient faux ! Résumons les faits : le 8 juillet 1971, le monde ébahi apprenait par la presse que l’on venait de découvrir à Cotabato dans l’île de Mindanao, une tribu de vingt-quatre Hommes, Femmes et Enfants des Cavernes, les Tasaday, vivant encore à l’Âge de Pierre. En décembre de la même année, un ethnologue nommé Carlos (sans parenté avec le terroriste) déclare à l’équipe du National Geographic qui s’est dépêchée sur les lieux : « Selon des estimations récentes, ils ont vécu une existence séparée pendant 500 à 1 000 ans ».

Continuer la lecture de Le scandale des faux Hommes des Cavernes ! (1987)

Partager :

Cambridge University IV. Glissements progressifs de la curiosité intellectuelle

Je me suis toujours laissé guider par le fil de ma pensée. J’avais dans un premier temps lu les anthropologues contemporains, puis leurs maîtres, pour remonter ensuite, par étapes successives, aux « ancêtres » : les « philosophes des voyages » du XVIIIe siècle. Durant les années où j’ai enseigné l’anthropologie sociale à Cambridge, j’ai ouvert encore davantage mon horizon en me passionnant pour l’histoire des mathématiques et de la physique. Durant cette période, je participais avec un enthousiasme égal à nos séminaires et à ceux du département d’histoire et de philosophie des sciences, qui jouxtait le nôtre dans Free School Lane, une simple allée comme son nom l’indique, à l’arrière de la chapelle de Corpus Christi college, avec à un bout, faisant face au fameux pub The Eagle où plus d’une théorie physique révolutionnaire fut mise au point, la boutique de tissus précieux asiatiques qu’avait ouverte Deirdre Evans-Pritchard, fille du fameux anthropologue du même nom (1902-1973) et sœur du tonitruant journaliste Ambrose Evans-Pritchard, et à l’autre bout, le boucher qui découpait la viande « à l’anglaise », c’est-à-dire à la tronçonneuse, mais qui me révéla les secrets du crackling et m’initia à la cuisson céleste de l’épaule d’agneau. 

Continuer la lecture de Cambridge University IV. Glissements progressifs de la curiosité intellectuelle
Partager :

« Les nervures du chaos » ou une physique sociale de Durkheim à Lacan (1988)

« Les nervures du chaos » ou une physique sociale de Durkheim à Lacan a paru dans Synapse, mai 1988, n°44 :…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Reprendre à zéro (1986)

Reprendre à zéro

A paru dans L’Homme 97-98, 1986, XXVI : 299-308

Comme mon programme n’intéressait pas grand monde, je l’ai réalisé moi-même dans Comment la vérité et la réalité furent inventées (2009).

– Sous couvert de « scientificité », l’anthropologie s’est enfermée dans un discours objectiviste qui ne laisse aucune place à ce que Sauvages, Barbares et Paysans savent et que nous ne savons pas. En conséquence, l’anthropologie n’apporte plus rien de neuf, et la classe des intellectuels s’en désintéresse. Or un domaine qui n’intéresse plus que ses praticiens va vers une fin certaine.

On indique, à titre d’exemples, deux voies qui pourraient contribuer à replacer l’anthropologie au centre de la scène intellectuelle : premièrement, l’éclairage qu’elle peut apporter à l’histoire et à la philosophie des sciences à partir de sa fréquentation des mentalités autres ; deuxièmement, le renfort qu’elle apporterait aux autres sciences humaines en mettant au point une approche authentiquement anthropologique, au-delà des hésitations éclectiques entre « psychologisme » et « sociologisme ».

Continuer la lecture de Reprendre à zéro (1986)
Partager :