Archives par mot-clé : Deep State

Dossier Steele, Impeachment, etc., le 11 décembre 2019 – Retranscription

Retranscription de Dossier Steele, Impeachment, etc., le 11 décembre 2019. Ouvert aux commentaires. Bonjour, nous sommes le mercredi 11 décembre…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Où est le Deep State ? Qu’on lui coupe la tête !, le 27 octobre 2019 – Retranscription

Retranscription de Où est le Deep State ? Qu’on lui coupe la tête !, le 27 octobre 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le dimanche 27 octobre 2019. Deuxième vidéo pour la journée. La première s’intitulait : « Le Brexit expliqué en deux mots » et celle-ci s’intitulera « Où est le Deep State ? Qu’on lui coupe la tête ! ».

Et je vais commencer par une citation. C’est une citation que j’ai reproduite dans un article qui a paru le 1er septembre [Félicien Marceau : « Le péché de dissimulation », dans Quinzaines] et où je parle de M. Félicien Marceau à l’époque où il s’appelait encore de son vrai nom, c’est-à-dire Louis Carette, et où il avait écrit en 1942 un livre qui s’appelait « Le péché de complication » et je rappelais un petit peu, voilà, qui était ce M. Louis Carette à l’époque et pourquoi il avait été justifié de le condamner à 15 ans de travaux forcés à la libération pour faits de collaboration. Que ce n’était pas, comme il l’a prétendu après, que tout le monde avait rêvé. Non, il y avait de bonnes raisons.

Continuer la lecture de Où est le Deep State ? Qu’on lui coupe la tête !, le 27 octobre 2019 – Retranscription

Partager :

Où est le Deep State ? Qu’on lui coupe la tête !

C’est le complotisme qui aura eu la peau de Trump

C’est comme les gens qui croient que l’hitlérisme ce n’est rien d’autre que l’antisémitisme. Sottise pure. Un parti qui ne serait qu’antisémite ne tiendrait pas six mois le pouvoir. Ou plutôt il ne tiendrait le pouvoir que tant que durerait le danger juif.

Louis Carette [Félicien Marceau], Le péché de complication, 1942

cf. Paul Jorion, Félicien Marceau : « Le péché de dissimulation », le 1er septembre 2019
Partager :

La Maison-Blanche se rebiffe, le 9 octobre 2019 – Retranscription

Retranscription de La Maison-Blanche se rebiffe, le 9 octobre 2019

Bonjour, nous sommes le mercredi 9 octobre 2019. Il faut que j’aille très vite : je suis dans une chambre d’hôtel. Ça va prendre des heures à télécharger mais il faut que je vous parle quand même de ce qui s’est passé pour nous dans la soirée, c’est-à-dire une lettre de la Maison-Blanche disant qu’elle refusait dorénavant de coopérer d’aucune manière avec la procédure d’impeachment qui est lancée donc par le Congrès. 

Tout ça est relativement logique. Il y a quelques journaux qui parlent de « crise constitutionnelle ». Non, l’impeachment, c’est effectivement quelque chose que le Congrès, c’est-à-dire le législatif, peut lancer contre l’exécutif. C’est un contre-pouvoir. Des choses du même ordre se sont passées durant le Watergate. Donc, une lettre de 8 pages disant que la « pseudo-procédure d’impeachment » est simplement une manière de remettre en question la légitimité de l’élection de M. Trump. Donc, voilà l’argument authentiquement populiste que l’élection présidentielle a décidé d’un président, que « le peuple a choisi » et les représentants… du peuple seraient, eux, illégitimes. C’est un argument classique. C’est ce que l’on trouve aussi en ce moment en Angleterre, au Royaume-Uni, avec M. Johnson. 

Continuer la lecture de La Maison-Blanche se rebiffe, le 9 octobre 2019 – Retranscription

Partager :

27/9/19 : Impeachment live

Qui était donc le lanceur d’alerte ayant déclenché la rentrée dans l’atmosphère de la météorite Trump ?

Cette fois-ci en tout cas il n’aura pas fallu énormément d’imagination aux complotistes puisqu’il s’agit selon le New York Times, non pas comme Trump le soupçonnait d’un « Démocrate enragé », mais beaucoup plus banalement de quelqu’un faisant son métier … d’agent de la CIA. 

Le « Deep State » donc, contre le ministère de la Justice dirigé par William Barr, homme de main de Trump, et qui, mouillé jusqu’au cou, risque sans aucun doute la prison.

C’était donc un agent de la CIA qui avait fait fuiter la tentative de la Maison-Blanche de faire disparaître la retranscription de la conversation compromettante du 25 juillet entre Trump et le président ukrainien. Il ne reste plus qu’à comprendre qui a fait fuiter le fait que  Barr tentait d’étouffer l’affaire en bloquant la transmission du rapport du lanceur d’alerte au Congrès – comme la loi l’exige pourtant. 

18h27 : Pourquoi les commentateurs américains sont-ils encore unanimement en retard d’une longueur par rapport aux événements qui agitent leur nation depuis quelques jours ?

L’explication se trouve me semble-t-il dans l’expression « ne pas en croire ses yeux », qui rend compte du délai qui existe souvent entre notre prise de conscience d’un état de fait, et le moment où nous avons été capables de l’assimiler sans décomposition majeure de notre personnalité. [Dans les termes que j’ai introduits dans Principes des systèmes intelligents (1989) : le temps et l’énergie nécessaires à ré-écrire les noyaux de croyance de notre réseau mnésique.]

19h10 : Une circulaire interne à la chaîne télé Fox News, porte-voix depuis l’élection du Président de la vision Trump du monde, avise le personnel qu’il doit se préparer à « une représentation du monde sans Trump ».

20h17 : Michael Savage, éditorialiste recommandant la déportation des États-Unis de tous les Musulmans – supporteur enthousiaste et inconditionnel de Trump – à propos des derniers développements : « Tout ce que vous voyez en ce moment est mensonge ! ». On dit aux États-Unis, « circling the wagons » : disposer les chariots en cercle, pour tenter de survivre aux Indiens résistant au vol de leurs terres. [À ce propos, revoyez Avatar (2009) de James Cameron, l’admission par certains Blancs que leurs ancêtres étaient dans le mauvais camp – plusieurs suites dans les tuyaux].

Partager :

S’il y avait un deep state, on n’en serait pas là !, le 25 décembre 2018 – Retranscription

Retranscription de S’il y avait un deep state, on n’en serait pas là !, le 25 décembre 2018. Merci à Eric Muller !

Bonjour, nous sommes le mardi 25 décembre 2018, le jour de Noël, et aujourd’hui, ma petite causerie s’intitulera Si un deep state existait, nous n’en serions pas là ! et vous avez compris que ce sera axé essentiellement sur les États-Unis.

Vous l’avez entendu dire (ça date de quatre ou cinq jours), M. Trump a décidé de retirer les troupes américaines de Syrie, ce qui a provoqué un tollé parmi ses militaires, l’ensemble de ses généraux, et en particulier de M. Jim Mattis qui était ministre de la défense, qui a donné sa démission. Il a donné sa démission en disant qu’il partirait à la fin du mois de février, et M. Trump n’a pas aimé du tout les commentaires qu’a fait M. Mattis sur sa démission, et il l’a aussitôt démis de ses fonctions de manière absolument immédiate.

Continuer la lecture de S’il y avait un deep state, on n’en serait pas là !, le 25 décembre 2018 – Retranscription
Partager :