LA DETTE, CETTE SAVONNETTE ! par François Leclerc

Billet invité.

L’appartenance de l’Italie à la zone euro s’annonce comme un thème majeur d’élections législatives désormais repoussées à 2018. Cessant d’être un tabou, elle a été discutée au grand jour lundi dernier, à l’occasion d’une conférence organisée par le Mouvement des 5 étoiles à la Chambre des députés.

Continuer la lecture de LA DETTE, CETTE SAVONNETTE ! par François Leclerc

Partager

DU DÉMANTÈLEMENT DE L’EUROPE A SON IMPLOSION, par François Leclerc

Billet invité.

Inexorablement, la crise politique européenne s’approfondit. La liste des partis classés à gauche ou au centre gauche atteints par une fracture interne s’allonge : le Labour britannique et le PSOE l’ont initié, le Parti démocrate italien et Syriza les y rejoignent.

Continuer la lecture de DU DÉMANTÈLEMENT DE L’EUROPE A SON IMPLOSION, par François Leclerc

Partager

ÉCLAIRAGES SUR LA DETTE, par François Leclerc

Billet invité.

Comment réduire l’endettement public ? Cette lancinante question toujours pratiquement sans réponse ne va pas tarder à réapparaitre dans l’actualité à propos de la Grèce. Mais ceux qui ne veulent pas la prendre à bras le corps auront beau jeu dans ce cas de proposer de rallonger la période de grâce pour repousser à dans des dizaines d’années la constatation qu’elle n’est pas soutenable. Grosse inconnue : le FMI se laissera-t-il prendre ?

Continuer la lecture de ÉCLAIRAGES SUR LA DETTE, par François Leclerc

Partager

Grèce – Nos dirigeants politiques, ces spéculateurs (mé)connus, par Zébu

Billet invité.

Si Tsipras n’obtient rien des créanciers sur la dette, il y aura crise politique en Grèce.

L’acceptation de nouvelles mesures d’austérité (notamment sur la TVA et le report de l’âge de retraite), associées à la prolongation du plan d’aide et en l’absence d’engagements sur la dette, vont très mal passer au sein de Syriza.

C’est le but, politique, des créanciers, sans doute leur véritable but.

Continuer la lecture de Grèce – Nos dirigeants politiques, ces spéculateurs (mé)connus, par Zébu

Partager

L’INSOUTENABLE LOURDEUR DE LA DETTE, par François Leclerc

Billet invité.

Les créanciers européens de la Grèce auront consacré ces quatre derniers mois à escamoter toute discussion sur la viabilité de la dette grecque et à focaliser l’attention sur des mesures présentées comme allant en permettre le remboursement. Et ce n’est pas fini ! Seul le FMI a finalement fait discrètement entendre une petite musique, dans le fil des interventions qui avaient abouti à sa restructuration précédente, mais sans insister pour ne pas déranger.

Continuer la lecture de L’INSOUTENABLE LOURDEUR DE LA DETTE, par François Leclerc

Partager

LE FMI EST PENCHÉ SUR LA DETTE… ET NE S’EN RELÈVE PAS ! par François Leclerc

Billet invité.

L’endettement des 129 États notés par Standard & Poor’s progressera de 1,7% cette année et atteindra 44.300 milliards de dollars. Au fur et à mesure que la masse de la dette publique s’accroît et que la croissance économique s’installe dans ce qui est qualifié de stagnation séculaire – deux tendances fortes – le risque de défaut souverain augmente. Que faire ?

Celui-ci n’apparait plus à l’horizon de lointains pays émergents mais en Europe, même si le risque d’éclatement de la zone euro s’est éloigné depuis l’épisode de 2011. La stratégie de désendettement qui y est imposée alimente une crise sociale et politique qui autorise à douter de sa viabilité. L’énormité d’autres dettes dont la croissance est sans fin, comme celles du Japon et des États-Unis, est telle qu’il est feint de croire qu’elle pourront être éternellement financées, faute d’alternative. A la vue de ce spectacle, une constatation s’impose : la problématique du désendettement a de l’avenir.

Continuer la lecture de LE FMI EST PENCHÉ SUR LA DETTE… ET NE S’EN RELÈVE PAS ! par François Leclerc

Partager

RIEN NE VA PLUS COMME AVANT !, par François Leclerc

Billet invité.

Le Comité européen du risque systémique (CERS) (*) a enfin rendu son rapport après trois ans de réflexion soutenue sur un sujet épineux : comment traiter la dette souveraine dans les bilans bancaires ? En attendant son verdict, on retenait son souffle.

On se souvient en effet que la BCE avait considéré comme étant sans risques les titres de la dette publique lors de sa rigoureuse évaluation des bilans des grandes banques européennes de l’année dernière, et que certains mauvais esprits s’en étaient chagrinés. Que nous apprennent donc aujourd’hui les experts du CERS ? Selon le communiqué de presse, « le rapport fait valoir que d’un point de vue macro-prudentiel, le cadre réglementaire actuel pourrait avoir conduit les institutions financières à des investissements dans la dette publique excessifs. Le rapport reconnaît la difficulté de réformer le cadre existant sans générer une instabilité potentielle dans les marchés de la dette souveraine. » Pour parler clair : les banques sont dangereusement gavées de dette publique, mais abandonner la fiction du risque nul accordé à ces titres déséquilibrerait le système financier. Heureusement, le CERS ne se décourage pas et voit une solution à ce dilemme, mais seulement « à moyen-terme, quand la crise sera finie »…

Continuer la lecture de RIEN NE VA PLUS COMME AVANT !, par François Leclerc

Partager

À ces Messieurs-Mesdames qui tremblent à l’idée que les Grecs puissent encore voter

Couverture choisie

Déjà publié le 9 novembre 2014.

Il est paradoxal de constater qu’aujourd’hui, avec une dette de 93,4%, la zone euro ne pourrait pas intégrer… la zone euro. Nous sommes en effet très éloignés des 60% requis par le Traité de Maastricht. Aujourd’hui, la zone euro devrait consacrer un an de sa production pour rembourser sa dette. Est-ce tenable ?

Bruno Colmant : Et les chiffres qui sont cités ne tiennent même pas compte du surcoût des pensions lié à une espérance de vie plus longue !

Toute dette doit être mesurée de manière prospective. Il s’agit d’évaluer sa soutenabilité ou supportabilité dans le futur et de mesurer la prospérité qu’elle est censée avoir créée. Si un pays affiche une dette de 200% du PIB mais que l’on y découvre par exemple un important gisement de pétrole, le problème est évidemment moins aigu. Mais si la soutenabilité n’est pas assurée, cette dette peut être remise en cause et disqualifiée. Dans la zone euro, je pense que l’on ne pourra pas imposer cette soutenabilité aux générations futures.

Paul Jorion : À mes yeux, toute évaluation de la dette en pourcentage du Produit Intérieur Brut, qui est un index de l’activité économique, est privée de signification. Ce ratio permet de comparer entre elles les nations mais pas de la manière qu’il faudrait. En période de récession, le PIB va baisser et le ratio augmenter mécaniquement, ce qui dramatisera le chiffre de la dette exprimée en pourcentage de PIB, sans compter un effet pervers supplémentaire, un véritable cauchemar mathématique : pour que ce ratio ne se détériore pas, il faut que le taux de croissance soit supérieur au taux d’intérêt « moyen » auquel la dette souveraine a été contractée. Quand je dis taux « moyen », c’est le taux d’intérêt pondéré en fonction du montant des emprunts qui ont été faits et du temps qui reste à courir sur chacun d’eux. En finance, on parle de taux associé à la « duration », qui est le centre de gravité dans le temps de la dette souveraine d’une nation.

Continuer la lecture de À ces Messieurs-Mesdames qui tremblent à l’idée que les Grecs puissent encore voter

Partager

CETTE FRAGILITÉ BANCAIRE INTACTE ET INAVOUABLE, par François Leclerc

Billet invité.

Encore une louche de déstabilisation financière ?

Cela n’est pas nouveau et a déjà été diagnostiqué depuis des années : la détention de la dette publique par les banques de la zone euro augmente la corrélation entre risque souverain et risque bancaire, fragilisant à la fois les États et le système bancaire. Mais que cette fragilité demeure et se soit même accentuée n’est pas clamé sur les toits. Il est préféré se féliciter de la stabilité du marché pour en profiter, sans s’interroger sur le paradoxe que représentent des taux obligataires si bas – passés en dessous de 2% pour les titres espagnols et italiens à dix ans – au sein d’une telle situation d’incertitude et de risque. Que représentent ces taux, si ce n’est l’expression même de l’anormalité de la situation ?

Comme les données de l’Autorité bancaire européenne le montrent, les achats de la dette souveraine nationale ont fortement progressé depuis septembre 2011, comparés à décembre 2013. Non seulement en Espagne et en Italie, mais également en France. Dans ce dernier cas, les progressions sont éloquentes : +40 milliards d’euros pour le BPCE, +25 milliards pour le Crédit Agricole et +15 milliards pour la Société Générale.

Continuer la lecture de CETTE FRAGILITÉ BANCAIRE INTACTE ET INAVOUABLE, par François Leclerc

Partager

La gauche radicale a raison à propos de l’Europe, par Wofgang Münchau

L’article de Wolfgang Münchau intitulé La gauche radicale a raison à propos de la dette de l’Europe, dans le Financial Times d’aujourd’hui, a été traduit en français : on le trouve ici sur le site regards.fr.

Vous n’ignorez sans doute pas que la position qu’il approuve rejoint celle que je défends ici-même depuis plusieurs années sous le nom de « défaut généralisé de la zone euro ».

Je la proposais pour la première fois le 24 juillet 2012, sous l’intitulé : LE SEUL MOYEN QUI RESTE ENCORE DE SAUVER L’EURO ; on la trouve ici en anglais : THE ONLY REMAINING MEANS OF SAVING THE EURO.

J’ai défendu la même position le 5 novembre 2013 devant le Parlement européen, ici : Taux d’intérêt et situation de la zone euro (I) Le cadre théorique et là : Taux d’intérêt et situation de la zone euro (II) Le cadre restreint des alternatives ; le texte en anglais s’intitule : The Future of the Eurozone from an Interest Rate Standpoint.

Et j’y suis revenu dans Penser l’économie autrement, avec Bruno Colmant, publié chez Fayard en septembre.

Partager