Archives par mot-clé : politiquement correct

ATTENTION : ÉCOLE EN DANGER = RÉPUBLIQUE EN DANGER !, par Danièle Hainaut

Le terrible drame de Conflans-Ste-Honorine doit sonner l’alarme chez tous les républicains ! Un professeur qui ne faisait que son métier et « tout » son métier d’éveilleur de l’intelligence et de formateur de la conscience civique de ses élèves a été mis au pilori sur les réseaux sociaux par des parents voulant purement et simplement son « élimination ». Peut-être n’exigeaient-ils qu’une sanction administrative (ce qu’ils plaideront sans doute), mais un coutelas dans les mains d’un exalté fanatisé a commis l’acte définitif d’effroyable barbarie dont ils rêvaient et dont ils sont les vrais instigateurs.

Continuer la lecture de ATTENTION : ÉCOLE EN DANGER = RÉPUBLIQUE EN DANGER !, par Danièle Hainaut

Partager :

La pudibonderie n’est pas de gauche

À propos de Le Monde, Le cinéma indépendant américain saisi par le puritanisme, par Jean-François Rauger, le 12 octobre 2020.

Sous-titre de l’article : « Le souci des cinéastes semble aujourd’hui de ne pas être soupçonnés de vouloir rassasier un regard masculin qui, par essence, serait suspect. »

J’abonde dans le sens de l’article : ni le néo-puritanisme, ni la néo-pudibonderie, ne sont progressistes, ne sont « de gauche » : ils se situent dans la même lignée que leurs prédécesseurs, le puritanisme et la pudibonderie, dans la grande tradition de la pensée réactionnaire : un refus dogmatique de la condition humaine telle qu’elle est, déterminée par notre condition de mammifère, d’animal sexué, programmé (et rétribué) pour la copulation, selon un mécanisme assurant la reproduction de l’espèce (c’est comme cela que la vie se perpétue, c’est tout).

Affirmer le contraire s’inscrit dans une longue tradition de condamnation des « actes contre nature », une « nature » définie en l’occurence arbitrairement, sur la base seule du préjugé – que celui-ci soit clairement « obscurantiste » ou de manière ambivalente, « politiquement correct », importe peu : il s’agit toujours de préjugé.

Partager :

Le « politiquement correct » n’est pas une invention US

Ouvert aux commentaires.

Une des nombreuses organisations afro-américaines dont je reçois la newsletter me demande mon soutien ce soir parce qu’un film nigérian ne pourra se qualifier pour l’Oscar du film étranger du fait qu’un comité obnubilé par le « politiquement correct » a jugé qu’on y parle trop … l’anglais (une des langues officielles du Nigéria – même s’il s’agit bien entendu d’un héritage du colonialisme).

Notre vie est parasitée par ce nouveau puritanisme censé redresser une myriade de torts passés, certains pleinement justifiés, d’autres, largement partagés (voir le pataquès de la manifestation de dimanche : « Stop à l’islamophobie »). Quand nous réconcilierons-nous avec l’idée que l’Histoire du genre humain n’a jamais été un fleuve tranquille, mais un champ de bataille permanent ?

Continuer la lecture de Le « politiquement correct » n’est pas une invention US

Partager :

Victoriens du smartphone : De la pruderie du discours ambiant et des codes qui la sous-tendent, par Timiota

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Peut-on tenir un discours sur le discours ambiant « prude et victorien » (cf. « Le temps qu’il fait » du 22/12 vers la minute 7’25 ») qui s’abstraie de son contenu désigné auquel on souscrit forcément : « Oui il faut limiter les violences et harcèlements faits aux mineurs, femmes, minorités » ? Je m’y essaye, car il existe sans doute des déterminants autres que « l’état imparfait de la société » qui président à la teinture de ce discours.

Continuer la lecture de Victoriens du smartphone : De la pruderie du discours ambiant et des codes qui la sous-tendent, par Timiota

Partager :