Étiquette : règle d’or

  • LE TEMPS QU’IL FAIT LE 24 OCTOBRE 2014 – (retranscription)

    Le temps qu’il fait le 24 octobre 2014. Merci à Olivier Brouwer pour la retranscription.

    Bonjour, nous sommes le vendredi 24 octobre 2014. Et ce dont je voudrais vous parler, c’est de mon intervention, hier, sur Euronews. Le fait que j’étais en studio avec madame Audrey Tilve, à commenter l’arrivée des participants au sommet européen.

    Et alors, c’est un peu, pour quelqu’un comme moi qui pose un regard critique sur la manière dont on envisage les choses, c’est un petit peu casse-gueule, parce que les questions qu’on vous pose, c’est par exemple, voilà : « Ils veulent se mettre d’accord sur une diminution de 40 % d’émissions de CO2 d’ici 2025, est-ce que vous croyez qu’il serait possible de se mettre d’accord sur un compromis à 37 % ?… Lire la suite…

  • Le temps qu’il fait le 24 octobre 2014

    Sur DailyMotion, c’est ici.

    Mon intervention hier sur Euronews (il n’y aura pas de vidéo) à propos du Sommet européen

    Déconstruire le cadre d’une interview

    Euronews

     … Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : LE GARROT ET LA CORDE RAIDE, par François Leclerc

    Billet invité

    Il serait hélas fastidieux d’énumérer les mesures qui, en Europe, convergent vers une diminution des salaires, des retraites, et des prestations sociales, ou contribuent à la baisse des crédits pour la santé et l’éducation. D’autres, destinées aux revenus élevés, tentent symboliquement de rétablir, au nom d’une justice qui peine à être trouvée, un soi-disant équilibre et témoignent que les gouvernements sont sur la corde raide. Affaire de communication plus que de juste politique, est-il ressenti.

    Tour à tour, les mesures de rigueur étranglent progressivement ceux qui n’ont d’autre refuge que leur propre pays et d’autres ressources que leur salaire.… Lire la suite…

  • ATLANTICO.fr, Traité budgétaire européen : étrangleur ou sauveur de croissance ?, le 19 septembre 2012

    Je réponds à la question : « Traité budgétaire européen : étrangleur ou sauveur de croissance ? », aux côtés de Christian Saint-Étienne et de Jean Peyrelevade.

    Atlantico : Le traité budgétaire européen est présenté ce mercredi au Conseil des ministres. Doté d’une « règle d’or » interdisant les déficits structurels à 0,5% du PIB pour les Etats, va-t-il pénaliser la croissance et la sortie de crise en favorisant les hausses d’impôts et les coupes drastiques dans les dépenses afin d’atteindre l’équilibre budgétaire ?

    La suite est ici.

    P.S. : On me fait dire : « Il n’y a pas d’alternative ».… Lire la suite…

  • COMPRENDRE LES TEMPS QUI SONT LES NÔTRES

    The English version of this post can be found here.

    Depuis le début de la crise en 2007, une chose est claire en politique européenne : les sortants ne sont pas reconduits. Devant l’incapacité des gouvernements et des majorités en place à résoudre les problèmes de l’heure, les électeurs – enfin, ceux de plus en plus clairsemés qui prennent encore la peine de se déplacer – votent pour l’opposition, quelle qu’elle soit.

    Dans ces conditions, le manège ne peut faire qu’un nombre restreint de tours avant qu’on ne passe aux gouvernements d’union nationale, préludes aux comités de salut public.

    Le gouvernement français ne vient encore que de fêter ses premiers 100 jours, mais il n’est pas trop tôt pour lui de penser à la nouvelle tendance qui s’est dessinée au sein des électorats européens.… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 10 AOÛT 2012

    Message à M. Ayrault, premier ministre français, sur la « Règle d’Or ».

    Ma chronique du Monde-Économie : « La Règle d’Or, cette blague de potache »

    Sous la direction de Christian Walter, Nouvelles normes financières, Springer 2010

    Sur l’histoire de la modélisation, mon Comment la vérité et la réalité furent inventées, Gallimard 2009… Lire la suite…

  • Der Stabilitätspakt, ein schlechter Witz und eine Verwechslung zwischen Äpfeln und Birnen

    Comme Dagmar Kiderlen renvoyait dans sa traduction en allemand de mon billet d’hier à l’une de mes chroniques dans Le Monde-Économie, cela lui a donné envie de la traduire dans la foulée. Il s’agit de ma chronique du mois de janvier intitulée : La règle d’or, cette blague de potache.

    Unsere führenden Politiker in der Euro-Zone scheinen einige Grundkenntnisse im Wirtschaftsrechnen nicht zu beherrschen. Die Folge davon ist, dass sie die Grundsätze der Demokratie erodieren und das Ende der gemeinsamen Währung beschleunigen.

    Der europäische Stabilitäts-und Wachstumspakt beschränkt das Jahresdefizit und die Gesamtverschuldung in Bezug auf das BIP : 3% maximal des BIP für das Jahresdefizit, 60% maximal für die Gesamtverschuldung.… Lire la suite…

  • ADRESSE À TOUS LES PARLEMENTAIRES EUROPÉENS QUI ENVISAGENT DE VOTER LA « RÈGLE D’OR »

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    La formule inepte du pacte de stabilité financière européen et de la « règle d’or » qui en a été déduite nécessite, comme je l’ai rappelé dans une récente chronique du Monde-Économie, que la croissance soit égale ou supérieure au niveau du coupon « moyen » exigé par le marché des capitaux sur la dette souveraine d’un pays. Bien entendu, moins la croissance est élevée, plus l’économie d’une nation est en danger, et plus une économie semble en péril, plus ce marché des capitaux réclamera que la composante « prime de risque » du taux exigé de cette nation quand elle emprunte soit élevé.… Lire la suite…

  • LE TEMPS, « Nous sommes en train de mettre en place une machine à créer de l’hyperinflation », le 12 mai 2012

    Mon entretien avec Sébastien Dubas

    Avant de retourner chez lui en Bretagne, Paul Jorion a fait escale, jeudi dernier, au « Club 44 » de la Chaux-de-Fonds pour donner une conférence. L’occasion d’évoquer avec cet économiste connu pour avoir prédit la crise des subprime, l’avenir d’un système capitaliste qu’il décrit comme étant « à l’agonie ».

    Le Temps : La fin programmée du « Merkozisme », autrement dit de l’austérité comme seule issue à la crise de la dette, est-elle une bonne nouvelle pour la zone euro ?

    Paul Jorion : Depuis qu’on a commencé à parler des problèmes de la Grèce, en décembre 2009, les décisions politiques ont toujours été prises avec au moins six mois de retard.… Lire la suite…

  • POLITIS.fr, « La perte du triple A entraîne la France dans une machine infernale », lundi 16 janvier 2012

    « La perte du triple A entraîne la France dans une machine infernale »

    Politis.fr : La perte du triple A est-elle une catastrophe ?

    Paul Jorion : À l’intérieur du système tel qu’il est, oui. Mais la catastrophe est liée au pacte de stabilité européen. Parce que cette règle est écrite de telle manière que les taux exigés pour emprunter ne doivent pas être supérieurs au taux de croissance. Le déficit maximum est en effet calculé en fonction du PIB et non pas des recettes de l’Etat. Si le taux d’intérêt s’élève au dessus du taux de croissance le rapport dette / PIB se dégrade inéluctablement.… Lire la suite…

  • LE MONDE-ÉCONOMIE, La règle d’or, cette blague de potache, lundi 9 – mardi 10 janvier 2012

    La règle d’or, cette blague de potache

    Certaines notions élémentaires du calcul économique semblent curieusement étrangères aux dirigeants des nations constituant la zone euro. Ceci les conduit à éroder les principes démocratiques et à précipiter la fin de la monnaie commune.

    L’instrument pousse-au-crime est le Pacte de stabilité et de croissance européen exprimant déficit annuel et dette souveraine en termes de points du Produit Intérieur Brut (PIB) et leur fixant des seuils : 3% maximum pour le déficit, 60% pour la dette cumulée.

    Or le principe du Pacte, et de la « règle d’or » que l’on en tire, recèle une erreur grossière.… Lire la suite…

  • LE MONDE-ÉCONOMIE, Comment on assassine l’euro, lundi 9 – mardi 10 janvier 2012

    Je parle du Pacte de stabilité et de croissance européen et de la « règle d’or », ou « Comment une blague de potache fondée sur une aberration logique entraîne la zone euro par le fond ».

    Certaines notions élémentaires du calcul économique semblent curieusement étrangères aux dirigeants des nations constituant la zone euro. Ceci les conduit à éroder les principes démocratiques et à précipiter la fin de la monnaie commune.

    L’instrument pousse-au-crime est le Pacte de stabilité et de croissance européen exprimant déficit annuel et dette souveraine en termes de points du Produit Intérieur Brut (PIB) et leur fixant des seuils : 3% maximum pour le déficit, 60% pour la dette cumulée.… Lire la suite…