Archives par mot-clé : Rudolph Giuliani

20/11/19 – Auditions Commission impeachment – Commentaires en direct

Des journalistes ayant vu le témoignage préalable écrit de Sondland parlent de coup de tonnerre : Sondland aurait bien transmis…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Le point sur l’impeachment, le 11 novembre 2019 – Retranscription

Retranscription de Le point sur l’impeachment, le 11 novembre 2019. Bonjour, nous sommes le 11 novembre 2019. Nous fêtons l’Armistice…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

« Bande de sales communistes ! »

Je vous ai reproduit dans mon dernier billet la réaction de la Maison-Blanche au témoignage hier de William « Bill » Taylor, par le biais de sa secrétaire de presse Stephanie Grisham : « une campagne coordonnée de calomnie de la part de députés d’extrême-gauche et de bureaucrates radicaux non-élus en guerre avec la Constitution ».

Il faut dire que le compte-rendu des événements, quasi minute par minute devant la commission du Congrès étudiant l’éventualité d’un impeachment, laissait peu de place à une contestation des faits. Il ne restait alors que l’argument « Bande de sales communistes ! », auquel M. Trump lui-même n’avait pas hésité à recourir lors de son affrontement à la Maison-Blanche le 16 octobre avec une délégation du Parti démocrate : « Il y a des communistes impliqués [en Syrie], ce que vous les gars, aimez peut-être ».

On parle beaucoup en ce moment de l’avocat actuel de M. Trump : Rudolph Giuliani, chef officieux donc de la « seconde équipe » du Président en Ukraine : celle travaillant – jusqu’à récemment – sous les ordres directs de Trump. On parle moins de Michael Cohen, son avocat précédent, sous les verrous  pour trois ans, pour avoir fait ce que son client lui demandait. On parle encore moins du premier avocat de Trump : Roy Cohn.

Continuer la lecture de « Bande de sales communistes ! »
Partager :

Déposition de William Taylor, ambassadeur des États-Unis par intérim en Ukraine

Je viens de lire les 15 pages de la déclaration écrite préalable de William « Bill » Taylor avant sa déposition à huis-clos hier devant la commission du Congrès chargée d’une enquête pouvant déboucher sur une destitution (impeachment) du président Trump.

Je me pose la question sur ce qu’il a pu déclarer de plus que ce qui se trouve dans ces 15 pages en texte serré car tout est dit : les élus US votent une aide militaire à l’Ukraine, son versement est bloqué par un ordre donné directement à l’OMB (Office of Management and Budget) par le président Trump, lequel a sur le terrain ce que Taylor appelle une « seconde équipe », constituée de l’envoyé spécial Kurt Volker, Rick Perry, ministre de l’énergie et Gordon Sondland, ambassadeur auprès de l’Union européenne, équipe supervisée par Rudy Giuliani, avocat personnel de Trump. Cette « seconde équipe » subordonne le déblocage des fonds à la promesse par le président ukrainien Volodymyr Zelensky de découvrir des faits compromettants sur les affaires en Ukraine de Hunter Biden, fils de Joe Biden, Vice-président sous Obama et candidat en ce moment à l’investiture démocrate à la présidentielle de 2020, et des informations pouvant confirmer l’hypothèse que ce seraient les Ukrainiens et non les Russes qui auraient commis des ingérences dans la campagne présidentielle de 2016 (hypothèse répandue dans l’entourage de Trump).

Continuer la lecture de Déposition de William Taylor, ambassadeur des États-Unis par intérim en Ukraine

Partager :

Rudy Giuliani a eu tort de prendre ses anciens collègues pour des nazes

Je vous ai parlé hier de MM. Lev Parnas et Igor Fruman, deux personnages dans l’entourage de M. Rudy Giuliani, avocat (non-rémunéré) de M. Trump, que la presse qualifie selon les sources d’« adjoints », « associés » ou « collaborateurs » de l’ancien maire de New York, et qui furent arrêtés mercredi dernier 9 octobre alors qu’ils s’apprêtaient à quitter les États-Unis avec des billets d’avion aller-simple (ce qui suggère qu’ils se doutaient des ennuis qui ne tarderaient pas à être les leurs). 

Ils sont toujours en prison, leur caution ayant été fixée à 1 million de dollars.

Leur acte d’accusation offre des explications détaillées des raisons de leur arrestation, à savoir comme je vous le disais, que ces personnes ont servi de prête-nom à un financement des activités de la campagne de M. Trump et d’autres, en cachant l’origine étrangère de ces fonds.

La source de ces fonds est décrite dans le texte de l’inculpation comme un « Citoyen étranger Russe et homme d’affaires ».

Continuer la lecture de Rudy Giuliani a eu tort de prendre ses anciens collègues pour des nazes
Partager :

Trump lâché par ses troupes, le 11 octobre 2019 – Retranscription

Retranscription de Trump lâché par ses troupes, le 11 octobre 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le 11 octobre 2019. J’avais l’intention de vous parler du Brexit. J’avais préparé quelque chose mais ça peut attendre, il y a des choses plus importantes. Il y a quelqu’un qui m’écrit ce matin pour me dire que je devrais parler du fait que Mme Sylvie Goulard n’a pas été nommée commissaire européen. Et là, je me gratte la tête quand je vois ça et je réponds à cette personne que « Vous avez vraiment l’impression que je parle de ce genre de choses d’habitude ? » [rires].

Non, il se passe des choses plus importantes. Il y a une guerre. M. Lindsey Graham, c’est un inconditionnel de M. Trump, il avait eu des mots très peu aimables pour lui pendant la campagne électorale mais après, c’était un loyal de chez loyaux, quelqu’un qui donnait raison systématiquement à M. Trump absolument sur tout et, sur cette décision de M. Trump de retirer des troupes américaines du nord de la Syrie permettant à la Turquie de lancer une offensive dont font essentiellement jusqu’ici les frais les Kurdes qui se trouvent dans la région, on a posé la question hier à M. Graham de ce qu’il en pensait et il a dit : « Jamais même M. Obama n’a fait des choses de cet ordre-là » et le reporter lui dit : « Est-ce que ce sera le Vietnam des États-Unis, durant la présidence Trump ? » et M. Lindsey Graham lui dit : « Non, non, c’est bien pire que le Vietnam ! ». C’est dire que des craquements se font entendre du côté des Républicains, d’autant plus qu’il s’agit, comme je vous le disais, de vraiment quelqu’un dont on pouvait supposer qu’il faisait partie du dernier carré quoi qu’il arrive.

Continuer la lecture de Trump lâché par ses troupes, le 11 octobre 2019 – Retranscription

Partager :

« Ambitions financières personnelles » et politique américaine en Ukraine

Mme Marie L. Yovanovitch était ambassadrice des États-Unis en Ukraine d’août 2016 à mai 2019. La presse américaine d’extrême-droite a mené campagne pour son renvoi. Il lui a été enjoint de quitter l’Ukraine « par le premier avion ». La raison qui lui a été donnée par son supérieur : qu’elle avait « perdu la confiance » du Président, il l’a cependant rassurée que par ailleurs elle « n’avait rien fait de mal ».

Le Congrès avait convoqué l’ex-ambassadrice en Ukraine pour une audition vendredi 11 octobre. Dans la nuit du 10 au 11, le ministère des Affaires étrangères (State Department) lui a intimé par un coup de fil de ne pas se rendre à la convocation. Une injonction qu’elle a ignorée. Elle a déposé à huis clos pendant près de dix heures. (Nul doute que ceux qui l’ont entendue ont appris certaines choses qu’ils ignoraient jusque-là).

Continuer la lecture de « Ambitions financières personnelles » et politique américaine en Ukraine

Partager :

La Maison-Blanche se rebiffe, le 9 octobre 2019 – Retranscription

Retranscription de La Maison-Blanche se rebiffe, le 9 octobre 2019

Bonjour, nous sommes le mercredi 9 octobre 2019. Il faut que j’aille très vite : je suis dans une chambre d’hôtel. Ça va prendre des heures à télécharger mais il faut que je vous parle quand même de ce qui s’est passé pour nous dans la soirée, c’est-à-dire une lettre de la Maison-Blanche disant qu’elle refusait dorénavant de coopérer d’aucune manière avec la procédure d’impeachment qui est lancée donc par le Congrès. 

Tout ça est relativement logique. Il y a quelques journaux qui parlent de « crise constitutionnelle ». Non, l’impeachment, c’est effectivement quelque chose que le Congrès, c’est-à-dire le législatif, peut lancer contre l’exécutif. C’est un contre-pouvoir. Des choses du même ordre se sont passées durant le Watergate. Donc, une lettre de 8 pages disant que la « pseudo-procédure d’impeachment » est simplement une manière de remettre en question la légitimité de l’élection de M. Trump. Donc, voilà l’argument authentiquement populiste que l’élection présidentielle a décidé d’un président, que « le peuple a choisi » et les représentants… du peuple seraient, eux, illégitimes. C’est un argument classique. C’est ce que l’on trouve aussi en ce moment en Angleterre, au Royaume-Uni, avec M. Johnson. 

Continuer la lecture de La Maison-Blanche se rebiffe, le 9 octobre 2019 – Retranscription

Partager :

L’homme qui n’avait jamais tort, le 3 octobre 2019 – Retranscription

Retranscription de L’homme qui n’avait jamais tort, le 3 octobre 2019.

Bonjour, nous sommes le jeudi 3 octobre 2019.

J’ai commencé à parler de Donald Trump sur mon blog au tout début de la campagne des primaires du parti Républicain, qui conduiraient aux élections qui ont vu la nomination de M. Trump et ce qui attirait l’attention, à ce moment-là, c’est qu’un outsider, quelqu’un qui n’avait absolument pas sa place dans la course, se présentait et commençait à caracoler en tête de manière tout à fait remarquable. C’est M. Michael Moore qui, hier ou avant-hier, dans une interview, a mis le doigt sur ce qui se passa à ce moment-là, à partir de la connaissance qu’il a de la région de Flint (Michigan), qui est son pays natal, qui est le grand pays de l’industrie automobile à l’époque où ça se passait aux États-Unis et qui a dit qu’il apparaissait comme un sauveur. Voilà quelqu’un qui parlait à ces ouvriers sans emploi, à toute une région dévastée du Michigan où jamais il n’y a eu de réindustrialisation ou même de retour de services en quantités suffisantes. Et il apparaissait comme un sauveur. Voilà quelqu’un qui allait donner un coup de pied dans la fourmilière. Voilà quelqu’un qui allait changer les choses et c’est ça que ces personnes voulaient entendre.

Continuer la lecture de L’homme qui n’avait jamais tort, le 3 octobre 2019 – Retranscription

Partager :

Trump et les enfants persécutés, le 1er octobre 2019 – Retranscription

Retranscription de Trump et les enfants persécutés, le 1er octobre 2019

Bonjour, Nous sommes le mardi 1er octobre 2019 et les choses évoluent rapidement, en particulier aux États-Unis, depuis que l’impeachment, la procédure d’impeachment à l’égard de M. Trump, a été lancée.

Les Démocrates, majoritaires au Congrès, avaient été très frustrés par les résultats de la commission Mueller. D’abord, le fait est que le ministre de la Justice, M. William Barr, avait extrêmement bien joué pour essayer de neutraliser le rapport en faisant une déclaration, en disant qu’il n’y avait rien à voir et qu’il fallait circuler avant de permettre, un mois plus tard, au public de voir le rapport, de voir qu’il y avait bien davantage. C’était bien joué puisque l’opinion publique s’était dite qu’effectivement, il n’y avait rien.

Continuer la lecture de Trump et les enfants persécutés, le 1er octobre 2019 – Retranscription

Partager :