Étiquette : Ukraine

  • Ukraine : À LA RECHERCHE D’UN NOUVEAU COMPROMIS, par François Leclerc

    Billet invité

    Qu’allaient décider les dirigeants russes, se demandait-on encore ce matin ? Deux hypothèses omniprésentes dans tous les esprits peuvent être écartées : celle d’une invasion militaire à la géorgienne, ainsi que celle d’une partition du pays (qui pouvait aussi en découler). Mais la partie qui se joue en Ukraine est trop importante pour que Vladimir Poutine la joue avec des objectifs aussi limités. Seule certitude : après avoir subi un sérieux revers, Poutine ne va pas abandonner la partie ukrainienne et les dirigeants européens sont prêts à satisfaire son désir d’avoir son mot à dire dans la suite des événements.… Lire la suite…

  • Ukraine : L’INCONNUE RUSSE N’EST PAS LEVÉE… par François Leclerc

    Billet invité.

    A Kiev, le Parlement s’apprête à nommer un nouveau gouvernement et un premier ministre, alors que les incertitudes sur les intentions des dirigeants russes demeurent et que Catherine Ashton, la représentante de la diplomatie européenne, se rend sur place. L’ambassadeur russe a été rappelé à Moscou pour consultation et les déclarations des officiels en Crimée – où se trouve la base navale russe de Sébastopol – ne laissent pas présager de la volonté de faire scission. Il résulte d’une conversation téléphonique d’Angela Merkel avec Vladimir Poutine que l’ « intégralité territoriale doit être respectée ».

    Olexandre Tourtchinov, le nouveau chef de l’État, a reconnu que l’Ukraine « est en train de glisser dans le précipice, elle est au bord d’un défaut de paiement » et Frank-Walter Steinmeier, le ministre allemand des affaires étrangères, a fait un appel du pied en estimant qu’« elle serait un poids trop important aussi bien pour son grand voisin de l’est que pour l’Union européenne ».… Lire la suite…

  • L’EUROPE TRIOMPHANTE !

    MaïdanL’idée de l’Europe a inspiré les révolutionnaires de la place Maïdan à Kiev que l’on a vu brandir entre les balles le drapeau européen.

    Tâchons d’être à la hauteur d’une telle espérance, nous Européens, qui préférons nous traiter les uns les autres de noms d’oiseaux plutôt que nous attaquer à nos véritables problèmes.

    Tâchons d’offrir aux Ukrainiens autre chose que l’alignement de leurs salaires sur ceux du Bangladesh, alignement pompeusement rebaptisé « compétitivité », autre chose que des havres fiscaux tolérés au nom de la realpolitik, autre chose que voir la richesse produite par les machines confisquée par les actionnaires et les plus hauts dirigeants des entreprises, autre chose que des cadeaux faits à ces derniers sans contrepartie – sans contrepartie, j’insiste bien – sous la bannière de – tenez-vous bien – la « responsabilité », autre chose que les visites de prêtres d’une religion féroce, appelée Troïka, venant imposer au nom du « pragmatisme » des mesures qui ont fait baisser le niveau d’éducation et régresser l’espérance de vie partout où elles ont été appliquées.… Lire la suite…

  • Ukraine : L’EXPECTATIVE NE VA PAS DURER, par François Leclerc

    Billet invité.

    Folle journée hier, marquée par la destitution du président Ianoukovitch et la libération de l’ancien premier ministre Loulia Timochenko. Le premier est toujours invisible dans l’Est du pays, tandis que la seconde s’est précipitée hier sur le Maïdan, à Kiev, jouant de toutes les cordes sensibles devant une foule toujours sous le choc des tueries des jours précédents. L’armée avait fait savoir qu’elle ne s’impliquerait « en aucune manière dans le conflit » et le Parlement avait convoqué pour le 25 mai prochain des élections présidentielles anticipées.

    Que va-t-il désormais se passer ? Les chancelleries occidentales sont dans l’expectative, appelant au maintien de l’unité territoriale du pays, et le G20 finances de Sydney, divisé, ne fait pas état de l’Ukraine dans son communiqué final.… Lire la suite…

  • Ukraine : LA DIVISION DU PAYS EST EN MARCHE, par François Leclerc

    Billet invité.

    Depuis Kharkiv où il s’est réfugié, le président Iakounevitch a dénoncé à la télévision un « coup d’État » et annoncé qu’il n’avait l’intention ni de démissionner ni de quitter le pays, tandis que les responsables des régions russophiles de l’est de l’Ukraine, dont c’est la principale ville, déclarent que « l’intégrité territoriale et la sécurité de l’Ukraine sont menacées » et mettent en doute la légitimité du Parlement. Une manifestation de 10.000 partisans du président s’est déroulée devant l’enceinte d’un congrès où participaient des hauts responsables de la Douma russe.

    Les ministres allemand et français des affaires étrangères ont de leur côté appelé les deux parties à respecter les accords signés dans des communiqués séparés, dans une ultime tentative d’enrayer la dynamique d’un affrontement embrasant tout le pays.… Lire la suite…

  • Ukraine : LE COMPROMIS EST BALAYÉ, par François Leclerc

    Billet invité.

    Les évènements se précipitent en Ukraine. La foule des manifestants rassemblée sur Maïdan réclame le départ immédiat de Ianoukevitch. Celui-ci a abandonné sa résidence et ses bureaux de Kiev, désertés des forces qui les protégeaient, pour une destination inconnue. Il avait été signalé la veille comme se rendant dans son fief à Kharkiv (autrefois Kharkov), deuxième ville d’Ukraine après Kiev, ou même selon des rumeurs parti à Sotchi rencontrer Vladimir Poutine. L’un de ses proches, le président du Parlement, a démissionné tandis que les défections de son parti pleuvent chez les députés. Vitali Klitschko, l’un des leaders de l’opposition réclame qu’il soit destitué par le Parlement et que des élections présidentielles se tiennent le 25 mai.… Lire la suite…

  • EMBRASEMENTS, par Zébu

    Billet invité.

    Il y a un an presque jour pour jour, on se préoccupait de savoir si enfin un ‘printemps européen’ allait pouvoir naître, tant la crise sociale générée par la crise financière et économique semblait devoir accoucher sous une forme ou sous une autre, en référence au printemps des peuples de 1848 qui vit l’émergence de révoltes populaires en Europe et la mise à bas de régimes politiques pour faire place, même brièvement, à des républiques et aux revendications nationales sur les empires.

    Puis ce fut tout. Du moins quelques temps.

    Et l’on se prit à espérer parmi les tenants de l’ordre établi ou généré par la crise que le système avait encore une fois tenu face aux contestations multiples qui avaient émergé depuis 2009.… Lire la suite…

  • Ukraine : PRÉCAIRE SORTIE DE CRISE, par François Leclerc

    Billet invité

    Que va-t-il sortir de l’accord intervenu entre Ianoukovitch, le président ukrainien, et les responsables des trois principaux mouvements d’opposition ? Les dirigeants russes – dont le représentant n’a pas signé l’accord comme témoin, comme initialement prévu – gardent en main des cartes importantes, pouvant revenir sur leurs récents engagements financiers que l’Europe n’est pas prête à reprendre à son compte (ou dont elle n’a pas les moyens s’agissant du prix du gaz russe), alors que l’Ukraine est au bord de la faillite. Les manifestants, qui occupent à plusieurs dizaines de milliers la place Maïdan, expriment pour leur part une grande défiance vis-à-vis de Ianoukovitch, et on ne les voit pas la déserter facilement.… Lire la suite…

  • UKRAINE : LE CHAUD ET LE FROID, par François Leclerc

    Billet invité.

    Les nouvelles en provenance de Kiev ne cessent de tomber, sans qu’il soit possible de déterminer ce qui ressortira des négociations qui se sont déroulées sans désemparer depuis hier entre le président ukrainien, les représentants de l’opposition ainsi que les ministres des affaires étrangères allemand, français et polonais, dépêchés en toute hâte et rejoints dans la nuit par un émissaire russe.

    Plus de 20.000 manifestants continuent à occuper Maiden et renforcer les barricades, en dépit des tueries d’hier, et ce sont eux qui feront la décision. Du côté de l’armée, la démission du chef d’état-major adjoint a été enregistrée, en raison de son refus de laisser entraîner celle-ci dans le conflit.… Lire la suite…

  • L’UKRAINE

    L’Ukraine est l’un de ces drames comme nous en connaissons trop hélas où des contentieux accumulés sur des siècles, voire des millénaires, ont créé des tensions qui finissent par éclater dans des éruptions tragiques comme celle à laquelle nous assistons là en ce moment.

    Il y a sûrement des gens qui ont des choses très intéressantes à dire sur ce qui se passe en Ukraine, ce n’est malheureusement pas mon cas. J’ai mal à l’Ukraine et l’Ukraine me donne au contraire envie de me taire.

    BenLDxgCMAAT1VX
    2014 – AFP / Sergeï SUPINSKY

    Lire la suite…

  • Écoutes en tout genre : LA RÉPONSE DU BERGER À LA BERGÈRE, par François Leclerc

    Billet invité.

    « – Fuck the EU ! – Exactly ! », voilà l’échange téléphonique qui ne demande pas de traduction entre Victoria Nuland et Geoffrey Pyatt, respectivement secrétaire d’État adjointe américaine pour l’Europe et ambassadeur des États-Unis en Ukraine, que l’on peut entendre sur YouTube. Des propos qui relèvent d’une « conversation diplomatique privée », selon la porte-parole du Département d’État, qui ne les a pas démentis et qui sont considérés comme « inacceptables » par Angela Merkel en dépit des excuses de Victoria Nuland.

    La porte-parole, Jennifer Psaki, a mis en cause les autorités russes pour avoir fait de la publicité autour de cette affaire – ne pouvant les accuser d’être à l’origine d’une écoute – et estimé qu’elles étaient « tombées bien bas ».… Lire la suite…

  • L’Ukraine fait-elle partie de l’Europe ? par François Leclerc

    Billet invité. Paul Jorion : je découvre le billet de François tardivement, je dois néanmoins signaler que mon analyse de la situation en Ukraine est différente (y compris sur la Syrie dont le cas est rapproché de celui de l’Ukraine). J’exprimerai ma propre position quand l’occasion s’en présentera.

    La tragédie ukrainienne que nous pouvons suivre au jour le jour mériterait tout autre chose que des mots, tant ses appels ne rencontrent que le silence, ou des propos ampoulés de circonstance des autorités européennes. Quoi ? cette Europe comparée aux pays émergents et tant décriée en raison du chemin qu’elle emprunte représenterait pour les indomptables manifestants du Maïdan – la place centrale de Kiev dont ils bravent la froidure et les canons à eaux – un espoir qui leur est refusé ?… Lire la suite…