Étiquette : vente à découvert

  • Vidéo – Bourse : Le petit gars a perdu

    La Bourse n’est pas faite pour les pauvres
    Robin des Bois a trahi les manants

    P.S. Je n’arrête pas de dire « Gameshop » au lieu de « Gamestop »… Lire la suite…

  • Wall Street : Les fous ont pris le contrôle de l’asile

    Comment les autorités des marchés boursiers vont-elles réagir au fait qu’une bande de zozos intéressés seulement à « pomper » les cours de nanars ont pris le pouvoir depuis vendredi (pour coincer [squeeze] des fonds spéculatifs vendant ces nanars à découvert)  ?

    La SEC (Securities and Exchange Commission), le régulateur des marchés boursiers US a un nouveau patron : Gary Gensler, qui s’est fait une réputation d’interventionniste quand il était (2009-2014) à la tête de la CFTC (Commodity Futures Trading Commission), le sous-régulateur des produits dérivés.

    Gensler va bouger, c’est sûr, mais l’exercice est délicat : le mythe ultralibéral toujours dominant est que tout prix est objectif puisqu’il résulte de l’action omnisciente d’une puissance plus formidable encore que Dieu-le-Père : « Le Marché ».… Lire la suite…

  • Bourses : la nouvelle déprime. Expliquons pourquoi

    Vous avez dû voir, j’ai remis le ticker dans la colonne de gauche : les cours de la Bourse. Ce…

    Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l’article. Vous pouvez vous abonner iciLire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 12 AOÛT 2011

    Un état d’apesanteur

    Ventes à découvert sur des établissements financiers
    Interdire les paris sur les fluctuations de prix
    Croissance et récession
    L’évaluation du risque
    Résoudre à chaud
    La Bourse et ses rebonds

    Un article du Wall Street Journal : Raters Fail to See Defaults Coming, Les agences ne voient pas venir le défaut… Lire la suite…

  • COMMENT FURENT AUTORISES LES PARIS SUR LES FLUCTUATIONS DE PRIX (V) CE QU’IL CONVIENT DE FAIRE MAINTENANT

    J’ai attendu de disposer d’un texte complet sur l’exception de jeu avant de vous le proposer en cinq livraisons. Certains de vos commentaires relatifs aux épisodes précédents du feuilleton m’encouragent à modifier mon texte, et tout particulièrement la présente conclusion. J’ai cependant préféré – avant d’introduire le moindre changement – vous présenter le texte entier dans sa rédaction originale. Cette partie V débouchera donc sur une version révisée qui intégrera toutes vos observations, y compris celles que vous ne manquerez pas de faire à son propos.

    Je rappelle que l’article 421 du code pénal abrogé le 28 mars 1885 déclarait que : « Les paris qui auraient été faits sur la hausse ou la baisse des effets publics seront punis des peines portées par l’art.Lire la suite…

  • COMMENT FURENT AUTORISES LES PARIS SUR LES FLUCTUATIONS DE PRIX (IV) LA « COULISSE » ET LE MARCHE A TERME

    Voilà le contexte historique et pratique dans lequel la problématique des marchés à terme se situe au XIXe siècle : paris illicites à la hausse ou à la baisse, donnant lieu à ventes à découvert et à règlements par paiement des différences. Ces marchés sont en place cependant, mais en-dehors du secteur financier réglementé : dans ce qu’on appelle la Coulisse. Relève, comme nous le verrons de la Coulisse, le « marché gris » (Gallais-Hamonno 1996 : 2), une expression qui n’est pas sans en rappeler une autre, celle-ci contemporaine : le « shadow banking », la « banque de l’ombre » dont parlent aujourd’hui les Américains, où règnent en maître les hedge funds, les fonds d’investissement spéculatifs ainsi que les SPV, les Special Purpose Vehicles : véhicules en vue d’un objectif spécial, mis en place pour permettre la titrisation sous forme d’une obligation unique de quelques milliers de crédits individuels.Lire la suite…

  • COMMENT FURENT AUTORISES LES PARIS SUR LES FLUCTUATIONS DE PRIX (II) LA VENTE A DECOUVERT

    L’ordre des agents de change est créé en France en 1723 (1) dans un but précis : il s’agit avant tout de régler la question des ventes fictives d’« effets publics » visant à en faire baisser le prix. Les effets publics sont alors : « les fonds d’État, inscriptions de rentes, bons du Trésor, actions et obligations de certains canaux, chemins de fer et compagnies garanties par l’Etat, titres émis par les villes, les établissements publics et les sociétés anonymes » (Maréchal 1901 : 8). Ces « ventes fictives » visant à faire baisser les prix, ce sont les ventes à découvert.Lire la suite…

  • Le temps qu’il fait, le 3 septembre 2010


    Paul Jorion Le temps qu'il fait, le 3 septembre 2010
    envoyé par PaulJorion. – L'actualité du moment en vidéo.

    De quoi parle la vidéo du vendredi
    Les autres formats : BD, dessin animé
    Les réglementations envisagées à Bruxelles
    La finance survivra au capitalisme
    Le court-termisme des milieux financiers…
    … et ce qu’il signifie … Lire la suite…

  • Un abominable malentendu !

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Extrait d’un article du Wall Street Journal en ligne d’aujourd’hui : EU Call for Unity on Short-Selling Ban Angers France

    The euro came under new pressure amid a market perception that an EU-wide crackdown on short-selling could make the common currency the main way for investors to express bearish views on the region’s debt crisis.

    Je traduis : « L’euro à nouveau soumis à des pressions en raison d’une perception du marché qu’une répression de la vente à découvert à l’échelle de l’Union Européenne pourrait transformer la monnaie commune en principal moyen pour les investisseurs d’exprimer leur opinion négative sur la crise de la dette dans la région ».… Lire la suite…