LE TEMPS QU’IL FAIT LE 1er AOÛT 2014

Sur DailyMotion, c’est ici.

Un temps qu’il fait prophétique et empreint de solennité.

Le soliton : espèce colonisatrice / complexité et robotisation / machine à concentrer la richesse
La guerre comme solution classique à nos problèmes
Les lois de la physique jouent contre nous
Le principe de La finale Costa Rica-Corée du Sud
Le Grand Tournant est surtout un Grand Défi

Paul Jorion : Misère de la pensée économique (Fayard 2012)
François Roddier : Thermodynamique de l’évolution (Parole Éditions 2012)
Thomas Piketty : Le capital au XXIe siècle (Le Seuil 2013)
Paul Jorion : Le capitalisme à l’agonie (Fayard 2011)
Georges Duby : Le dimanche de Bouvines – le 27 juillet 1214 (Gallimard 1973)

Le Blog de PJ : LE GRAND TOURNANT (présentation graphique)

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 1er AOÛT 2014

Partager

LA GAITÉ LYRIQUE, LE TRIBUNAL POUR LES GÉNÉRATIONS FUTURES, Le capitalisme va-t-il mourir ?, le mercredi 22 janvier à 19h30

Chaque trimestre, Usbek & Rica organise à la Gaîté lyrique une conférence en forme de procès, pour tenter de comprendre les révolutions multiples auxquelles nous assistons et le futur qu’elles dessinent. Le Tribunal pour les générations futures consacre chaque édition à un thème crucial pour l’avenir et convoque un accusé, un procureur, des témoins et un jury tiré au sort parmi le public pour l’explorer.

Pour réserver, c’est ici.

Tribunal pour les Générations Futures

Mercredi 22 janvier 2014

Auditorium de la Gaîté Lyrique

19h30 – 21h

Le capitalisme va-t-il mourir ?

Cinq ans après la crise des subprimes, l’économie mondiale ne semble toujours pas s’être remise de la plus grave crise de son histoire. Les États continuent de s’endetter, la finance n’a pas retrouvé la raison et la mondialisation semble en panne. Le capitalisme est-il à l’agonie ? La révolution numérique est-elle en train de le faire renaître de ses cendres ? L’économie collaborative et le social business peuvent-ils « moraliser » le système ou permettre de le dépasser ? Peut-on mettre le capitalisme au service du bien commun ?

19h : Accueil à la Gaîté Lyrique des quatre invités : Paul Jorion, Axel Kahn, Anne-Sophie Novel et Christian Saint-Étienne + Arrivée du public dans la salle.

19h30 : Présentation par Jérôme Ruskin de l’actualité d’Usbek & Rica (nouveau numéro, nouveau site, nouvelle appli).

19h40 : Introduction du Tribunal pour les Générations Futures sur l’avenir du capitalisme par Blaise Mao (président du tribunal).

19h45 : Tirage au sort de 5 jurés dans les public + Diffusion d’une courte vidéo sur le capitalisme (extraits de films célèbres sur le sujet).

19h55 : Intervention à la barre de Paul Jorion, dans le rôle du « procureur » : pourquoi le système économique actuel court à sa perte / 10 mn.

20h05 : Interrogatoire à la barre d’Axel Kahn (premier témoin) : 5 minutes d’échanges avec Thierry Keller (rédacteur en chef d’Usbek & Rica) + 5 minutes d’échanges avec Paul Jorion et Christian Saint-Étienne.

20h15 : Interrogatoire à la barre d’Anne-Sophie Novel (second témoin) : 5 minutes d’échanges avec Thierry Keller (rédacteur en chef d’Usbek & Rica) + 5 minutes d’échanges avec Paul Jorion et Christian Saint-Étienne.

20h25 : Intervention à la barre de Christian Saint-Étienne, dans le rôle de « l’avocat de la défense » : comment l’« Iconomie » va sauver le capitalisme.

20h35 : Questions du jury aux quatre intervenants.

20h45 : Questions du public aux quatre intervenants.

20h50 : Diffusion d’une courte vidéo sur le capitalisme (extraits de reportages sur le sujet) pour laisser aux jurés le temps de délibérer.

20h55 : Verdict du Tribunal : appelé à la barre, le porte-parole du jury répond à la question : « Les capitalisme va-t-il mourir ? »

21h : Conclusion du débat

Partager

« Jorion pénètre le système ! »

Billet invité.

Cher Paul,

Extrait d’un mail reçu ce matin d’une amie avocat d’affaire :

Petite anecdote. Je parle longuement à mon coloc Alain et puis il me tend un bouquin vert fluo en me disant que cela pourrait m’intéresser. Jorion dans ses mains ! Encore mieux c’est un pote à lui travaillant dans la cellule évaluation des risques pour [nom d’une très grosse banque de la place] qui le lui a conseillé pour sa pertinence. Jorion pénètre le système ! C’était la bonne nouvelle de la journée, vous pouvez reprendre une activité normale.

Je vous souhaite donc une excellente journée,

Abyssin

Partager

BRUXELLES, « Coups de midi des Riches Claires », Rencontre littéraire animée par Jacques De Decker avec Paul Jorion, vendredi 29 novembre 2013 à 12h30

Rencontre avec Jacques De Decker, à propos de Le capitalisme à l’agonie (2011) et Misère de la pensée économique (2012).

Riches Claires 1
Riches Claires 2

Partager

BONJOUR MADAME LA TERRE, le mardi 17 septembre 2013 à 8h21

Sur YouTube, c’est ici.

Comprendre les gens qui comprennent le bijoutier de Nice

Le domaine de la personne, qui va de son corps seulement à l’ensemble de ses « appartenances » (ce qui l’évoque aux yeux du reste du monde), est culturellement déterminé

Paul Jorion, Comment la vérité et la réalité furent inventées, 2009 : 28-58

Paul Jorion, Le capitalisme à l’agonie, 2011 : 283-297

« On voit s’esquisser en réalité, dans ces exemples, une autre manière d’envisager le rapport entre hommes et choses, où l’identité de qui décide et de qui se plie à la volonté d’un autre n’est pas aussi claire qu’on aurait pu un moment l’imaginer, et où ce que l’on serait éventuellement tenté de qualifier d’« intérêt égoïste » d’un être humain se révèle, à notre grande surprise, être en réalité son inverse, à savoir la subordination de la volonté humaine à la persistance d’une chose, même si ce sont des hommes qui ont initialement institué ce genre de choses pour leur propre bénéfice, comme dans le cas d’une ferme ou d’un bateau de pêche. Que vaut la liberté de celui qui a une grosse fortune à gérer ? » (p. 288)

Partager

Viviamo un disastro annunciato

“Viviamo un disastro annunciato”

(l’originale in francese è stato pubblicato il 04/01/2012 in Le Progrès

Paul Jorion è diventato celebre con la crisi dei subprimes del 2007, che è stato une degli unici a prevedere: lavorava allora negli USA nel settore bancario dopo essere stato trader in Francia. Da allora non ha più smesso di alimentare controversie nel suo blog e nei suoi libri. Il 12 gennaio 2012 è stato l’ospite a Lione della Villa Gillet, con il saggista Nicolas Bavarez e la storica Sophie Wahnich, a proposito del tema della rivolta. Ecco l’intervista che ci aveva concesso prima di quell’evento.

FB: Il pessimismo domina in questo inizio dell’anno (2012). Lei può darci una ragione di essere ottimisti?

PJ: Si: i politici sanno ciò che si dovrebbe fare … Il discorso del Signor Sarkozy a Tolone il 25 settembre 2008 è stato, a mia conoscenza, l’unica dichiarazione fatta da un politico che non soltanto prendeva atto della gravità della situazione, ma spiegava ugualmente quali misure si dovessero prendere per salvare il sistema esistente. Ma in seguito nulla è stato fatto, né in Francia, né altrove, per mettere in atto tali misure.

Continuer la lecture de Viviamo un disastro annunciato

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 28 DÉCEMBRE 2012

Le Blog en 2013

Le Blog est né le 28 février 2007 (il y a près de six ans)
Le temps qu’il fait est né le 12 décembre 2008 (il y a quatre ans)

Le capitalisme à l’agonie (2011)
Misère de la pensée économique (2012)
La survie de l’espèce, avec Grégory Maklès (2012)

Sur YouTube, c’est ici.

Partager

POUR LES GENS PRESSÉS : TOUT JORION EN 3 PAGES, par La Glue

Billet invité.

« L’économie, quelle que soit son importance pour le bien général, ne peut prétendre étouffer les autres valeurs, la vie étant le plus grand de tous les biens et devant être protégée jusqu’aux limites les plus extrêmes » (attendus du procès en responsabilité du Bois du Cazier – cités dans La Survie de l’Espèce).

L’ambiance est pesante.

Mais on a LA méthode scientifique. A quoi sert-elle ? Voir ou ne plus voir ?

Pas de constance chez l’Homo erectus (l’economicus étant une fable d’économistes faisant allégeance au capitalisme) pour faire évoluer les choses en mieux, surtout si son sort est encore supportable.

Le capitalisme : comment ça marche ?

Rapidement dans nos sociétés dites modernes, civilisées et surtout capitalistes, le pouvoir de la force est remplacé par le pouvoir de la terre, qui est remplacé par le pouvoir de l’argent. Plus t’en as, mieux c’est et plus tu risques d’en avoir.

Continuer la lecture de POUR LES GENS PRESSÉS : TOUT JORION EN 3 PAGES, par La Glue

Partager

IL NE SUFFIT PAS QUE LE MONDE VOUS PARAISSE ÉTRANGER POUR QU’IL LE SOIT VRAIMENT

J’expliquais hier que tout – ou presque – dans ma nouvelle vie m’était nouveau, et que ma ville natale me paraissait, quarante ans plus tard, bien étrange et étrangère.

Quand voilà qu’en fin d’après-midi, revenant de la VUB en direction de l’appartement qui est mon logement provisoire, je passe devant un café. Je n’y aurais pas prêté particulièrement attention si la dame derrière le comptoir ne m’avait alors fait de grands signes.

Quand quelqu’un que vous ne connaissez pas vous fait de grands signes, vous pensez spontanément – à moins que vous ne souffriez de mégalomanie avancée – que les gestes s’adressent en réalité à quelqu’un situé derrière vous. Ce qui fut en effet ma réaction initiale.

Mais, me retournant, à la recherche de ce passant éventuel, je découvris que j’étais seul dans la rue et que j’étais donc bien le destinataire de ces grands signes. Je fis donc demi-tour pour découvrir ce que la dame derrière le comptoir du café Le Vicomte, chaussée de Boondael à Bruxelles (dans le dernier pâté de maisons avant le boulevard Général Jacques en remontant de la place Eugène Flagey [la « place Sainte-Croix » de mon enfance]), pouvait bien vouloir me dire.

Nous nous retrouvâmes nez-à-nez et elle me dit alors : « Monsieur Jorion, c’est moi qui vous ai envoyé un livre du XIXe siècle sur l’exception de jeu ! »

Je voyais très bien de quel livre elle parlait, et je lui répondis que j’en avais repris des passages dans Le capitalisme à l’agonie.

Sur ces entrefaites, le patron du Vicomte nous avait lui aussi rejoint dans la rue, pour me dire : « Monsieur Jorion : je vous lis depuis 2007 ! », à quoi je ne pus répondre que : « Depuis le début du blog ! »

Je me vis offrir un verre de Jupiler (sans double imposition), et une invitation à goûter à toute heure de la journée qui pourrait me convenir, le spaghetti maison.

Mais les choses n’en restèrent pas là : nous avons longuement parlé ensuite de ce qui était possible autrefois et qui ne l’était plus : acheter une maison, lancer son affaire, dire à ses enfants qu’avec un peu de détermination, tout est possible.

Après quelques minutes, je me retrouvais en famille, et ce monde qui m’avait paru hier encore étrange et étranger, avait entièrement cessé de l’être.

De Tijd a publié il y a quelques jours un article très aimable à mon sujet, comme l’avaient déjà fait Le Soir et La libre Belgique. Demain, c’est De Morgen qui publiera un long article mettant en avant, avec un enthousiasme bien sympathique, les idées qui sont défendues ici sur le blog.

Alors, que vous parliez français, flamand, wallon, anglais, ou quelqu’autre langue que ce soit, souvenez-vous que quand je serai à Bruxelles, j’essaierai dans la mesure du possible de passer au Vicomte (1 rue du Bourgmestre à Ixelles) aux environs de 18 heures, où l’on cultive – que je m’y trouve ce soir-là ou non – les valeurs du Blog de Paul Jorion !

P.S. Pour ceux d’entre vous qui lisent le néerlandais, l’entretien dans l’édition du week-end de De Morgen est très bien présenté : sur deux pages et… avec des photos, prises à la VUB, jeudi avant le cours.

P.S. II Samedi 18h30. Je viens de me rendre au Vicomte. Enfer et damnation, c’est fermé ! Il faudra que je me renseigne sur les heures et les jours d’ouverture. Je vous tiens au courant.

Partager

CHEDD, Les chemins de la transition, « La transition… », Rennes, le 3 juillet 2012, par Sylvie Gendreau

Billet invité.

Le ton est calme, presque rassurant. Son argumentaire est clair, documenté. Paul Jorion est assis au centre de la scène. Les auditeurs du Collège des hautes études du développement durable de Bretagne l’ont invité à prononcer la conférence d’ouverture de leur colloque annuel sur le thème de La transition.

Ce mardi 3 juillet 2012, le chercheur, ex-trader, a fait une démonstration importante qui illustre à quel point l’heure est grave. Il nous reste moins d’une petite trentaine d’années pour inventer un autre système que le système capitaliste. Il compare la situation que nous vivons à un phénomène en physique, le soliton, une vague qui remonte le courant et qui ne veut pas faiblir, la propagation d’un tsunami qui n’épargnera personne.

Continuer la lecture de CHEDD, Les chemins de la transition, « La transition… », Rennes, le 3 juillet 2012, par Sylvie Gendreau

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 11 MAI 2012

Relier les pointillés
Envisager la partie plusieurs coups à l’avance
Gouvernements d’union nationale, comités de salut public
Construisons une Europe de la relance, Jacques Attali & Pascal Lamy
Comment rembourser une dette exorbitante ?, Cédric Mas

Sur YouTube, c’est ici.

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 3 FÉVRIER 2012

Un monde qui craque à chacune de ses coutures

Profit vs. Gratuité / Don
Le MAUSS
Marcel Mauss (1872-1950)
Le capitalisme à l’agonie (2011)
La guerre civile numérique (2011)

La même sur YouTube

Illustration de Sébastien Marcy

Partager

DEVENTER, Saxion College, « Occupy Wall Street: The death throes of capitalism », jeudi 24 novembre de 16h00 à 17h30

Si vous passez jeudi par Deventer, aux Pays-Bas, ou si vous habitez là, venez m’écouter parler de Occupy Wall Street et de la fin du capitalisme.

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 7 OCTOBRE 2011

Apple vs. IBM/Microsoft
Steve Jobs
Akhénaton – Julien le Philosophe – Robespierre
Époques charnières et changements de paradigme
Mes propres livres : prixmonnaiecapitalismevérité et réalité
sauver Dexia

Partager

LE MIROIR DE DORIAN GRAY, par Nikademus

Billet invité

On nous dit que cela pourrait être un acteur, mais le fait même que le doute soit possible est significatif du discrédit généralisé à l’encontre de ce que font ces gens.

On nous dit que c’est un outsider, qui ne représente rien ni personne. Mais justement, seul un outsider pouvait dire cela, et pas un employé de banque qui serait viré dans la minute.

On nous dit que c’est un sociopathe ou un psychopathe, selon l’école psychiatrique dont on revendique l’autorité, mais cela ne résout pas la question. Est-ce que l’on n’a pas déjà montré sur le blog de Paul Jorion et depuis longtemps que tous les traders sont des sociopathes qui font précisément ce qu’il prétend faire ? C’est de cela dont ils doivent se défendre en général, et pas à propos de ce particulier là.

Continuer la lecture de LE MIROIR DE DORIAN GRAY, par Nikademus

Partager