Archives de catégorie : Extinction rebellion

Éco-stalinisme, par Jacques Seignan

Ouvert aux commentaires.

Je voudrais clarifier d’une façon plus rationnelle ce que j’ai ressenti en voyant la vidéo « Anita ». Je me suis infligé une relecture de la vidéo et j’ai lu l’interview de Félicien Bogaerts et les choses se sont clarifiées pour moi…

Un premier point, pour ma part, je ne trouve pas que la qualité filmique de cette vidéo soit très bonne, en particulier les acteurs surjouent, mais ce qui compte est son message et la façon dont il est délivré. Malheureusement il est très clair dans son infamie et je m’explique.

Tout d’abord, la première partie. Que voit-on ? Exactement l’illustration des thèses d’une pseudo-intelligentsia française, chiens de garde du système, omniprésents sur les médias, ceux que dénonçaient Stéphane Foucart dans son article du Monde que j’ai repris dans mon billet « Vive Greta » : Onfray, Bruckner, Enthoven… et avant-hier, sur France Inter, Finkielkraut. Sans oublier le comique Laurent Alexandre. Continuer la lecture de Éco-stalinisme, par Jacques Seignan

Partager :

« Le niveau des océans monte, notre colère aussi » : une grève mondiale historique pour le climat, par Bruno Lecoeur

« Vous faites peur aux gens avec vos trucs d’apocalypse ! »

Bonjour Paul,

Pour avoir manifesté cette après-midi en compagnie de quelques jeunes et très peu de moins jeunes à Rennes (a priori, à Rennes, tout le monde se fiche du réchauffement climatique et des effondrements qu’il va provoquer, c’est sans doute cette notion qui n’est pas encore assimilée d’ailleurs), en échangeant avec une personne contre la manifestation, celle-ci m’avoue, au bout du rouleau, de ses arguments et de sa défense : « Arrêtez de manifester, vous nous faites peur ! ».

Le constat est clair désormais.

Partager :

La haine contre Greta, par Yorgos Mitralias

Ouvert aux commentaires.

La haine contre Greta, avec le nom et l’adresse de ceux qui la financent

Il est généralement accepté que les vainqueurs des élections européennes du 26 mai ont été l’extrême droite et les Verts. Et il est aussi généralement accepté qu’aux succès des Verts ont contribué grandement les mobilisations sans précédent d’une jeunesse s’inspirant de la combativité et des thèses radicales de la jeune suédoise Greta Thunberg. En conséquence, il n’est pas surprenant que cette extrême droite choisisse d’attaquer ce qu’elle appelle “le mythe du changement climatique” et surtout, cible de plus en plus son attaque sur la personne de cette Greta Thunberg qui galvanise la jeunesse en Europe et au-delà !

Continuer la lecture de La haine contre Greta, par Yorgos Mitralias
Partager :

« Vous faites peur aux gens avec vos trucs d’apocalypse ! »

« Vous faites peur aux gens avec vos trucs d’apocalypse ! »

Combien de fois n’entend-on pas ça dans la vie d’un lanceur d’alerte devant le risque d’extinction ?

Cela m’a donné l’envie de m’intéresser à l’Apocalypse de Jean de Patmos, le dernier les 27 livres du Nouveau Testament, par rapport à nous, les semeurs d’Apocalypse… et vous lirez mes premières réflexions à ce sujet bientôt.

Mais cela a donné d’autres idées à Ronald Grandpey (dont vous savez tout le bien que je pense de ses projets graphiques) et à moi. On va faire ça en grand (oui, on a besoin de financement, comment avez-vous deviné ? M’écrire ici.) Voici déjà un petit hors-d’oeuvre.

Partager :

De la médecine du défaitisme, par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Le défaitisme est humain, trop humain. Mais prolongé et diffusé, il est un poison mortel pour tout ce qui est beau dans l’Humanité, pour la Vie elle-même. A petite dose il inspire et éduque, à forte dose, il tue par défaut d’action. Il doit être dépassé, surmonté, pour ne pas devenir le cynisme et le nihilisme du dernier homme.

La question que pose Paul Jorion ici, en passant, est d’importance existentielle, à la fois pour l’individu, pour le groupe et pour l’espèce humaine. J’ai déjà traité ici de cette question et je maintiens cette première ébauche de réponse : il y a certes un absurde indépassable dans le Cosmos (beaucoup de gens sont-ils à même d’en parler ouvertement ?), l’être humain a le malheur d’en avoir conscience, l’espèce humaine est la conscience réflexive du Cosmos de lui-même (Paul Jorion l’a déjà dit). Continuer la lecture de De la médecine du défaitisme, par Cédric Chevalier

Partager :

Trans-Mutation – Paul Jorion : A quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?

Ouvert aux commentaires.
Partager :

Vive Greta ! par Jacques Seignan

Ouvert aux commentaires.

Greta Thunberg est une immense personne. Il arrive ainsi que dans l’Histoire de telles personnalités exceptionnelles surgissent, avec un charisme fédérateur, un courage indomptable.

Paul Jorion l’a déjà dit dans un billet

« Il y a deux camps qui sont en train de se créer et ces deux camps, c’est clair : il y a ceux qui sont pour Greta Thunberg et il y a ceux qui sont contre, et ce sont des camps qui sont véritablement dressés l’un contre l’autre. Il y a d’un côté ceux qui disent du bien de Greta Thunberg, c’est-à-dire de la survie de l’espèce – appelons ça par son nom – et ceux qui en disent du mal et ceux-là, ce sont des ennemis de l’humanité, ce sont des gens qui ont toujours été pour l’obscurantisme, contre la pensée, contre l’humain ».

Greta est donc un marqueur qui au-delà des postures de tel ou tel montre à quel camp on appartient.

Continuer la lecture de Vive Greta ! par Jacques Seignan
Partager :

Courrier reçu : Prendre les gens pour des cloches ou « Les Amish et moi »

Ouvert aux commentaires.

De : LW

Sujet : Votre article sur la bourse et Greta Thunberg

Bonjour,

Je suis bien d’accord avec vous en ce qui concerne l’urgence climatique et le combat de Greta Thunberg. Mais on apprend qu’après son voyage à bord du voilier pour rejoindre New York,  l’équipage de 5 personnes reviendra par avion tandis que cinq autres iront rechercher le bateau, également par les airs. Au total, il y aura 10 trajets aériens pour le convoyage d’une seule personne. C’est interpelant. La conscientisation et la communication justifient-elles ces excès qui peuvent s’avérer contre-productifs?

Ne serait-il pas possible et grand temps de mettre son comportement en accord avec sa philosophie et ses objectifs?

LW

Paul Jorion à LW :

« Ne serait-il pas possible et grand temps de mettre son comportement en accord avec sa philosophie et ses objectifs ? »

Non, le temps presse : je vais continuer à vous répondre par un mail sur un ordinateur, et pas en vous envoyant une lettre manuscrite par la poste.

Les ennemis du genre humain utiliseraient l’IA, et j’essaierais de les contrer en devenant Amish ? Non merci, le combat est déjà assez inégal comme ça !

PJ

Suite :

Peut-être mais j’ai quelques soucis avec l’idée qui consiste à demander aux gens d’être plus respectueux de l’environnement sans l’être soi-même. Cela ressemble au traditionnel “faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais”, une recommandation que j’ai du mal a admettre même s’il elle vient de Jésus-Christ ou de saint Mathieu.

Paul Jorion à LW :

Vous vous souvenez de la fable du colibri ? « Je fais ma part ! » Et tous les autres animaux pris de fou-rire quand il meurt d’épuisement : « Il n’a rien compris à l’action collective ! Il croit qu’il va sauver le monde en ne prenant une douche qu’un jour sur deux, alors qu’il a en face des gens qui vont à Dubaï pour le weekend ? »

Ils nous prennent pour des cons de baba-cools, ne soyons pas cons : ça leur ferait trop plaisir, et ils ne méritent pas qu’on leur fasse plaisir !

Partager :

The Guardian, « L’effet Greta » fait exploser les livres pour enfants sur l’environnement, le 11 août 2019

Merci à Patrick Meulnet pour la traduction. Ouvert aux commentaires.

The Guardian, ‘Greta effect’ leads to boom in children’s environmental books, par Donna Ferguson, le 11 août 2019

Greta Thunberg : Cette jeune militante de 16 ans incite les jeunes à lire davantage en faveur de la sauvegarde de la planète.
La militante du changement climatique Greta Thunberg : les éditeurs de livres pour enfants pensent qu’elle est responsable de l’augmentation considérable du nombre de jeunes qui lisent sur les questions environnementales.
 
Certains cherchent à faire comprendre la merveille que sont les animaux en voie de disparition tandis que d’autres donnent des conseils sur la façon de s’en prendre au gaspillage ou racontent des histoires de militants environnementaux sources d’inspirations.
Continuer la lecture de The Guardian, « L’effet Greta » fait exploser les livres pour enfants sur l’environnement, le 11 août 2019
Partager :

Le coup de Jarnac de l’Institut Momentum

Ouvert aux commentaires.

Vous me direz qu’il y a mieux à faire que se disputer avec des gens qui sont très proches de vous, voire même avec qui l’opinion publique vous confond éventuellement, et je suis tout à fait d’accord avec vous, mais à certains moments, des amis peuvent prendre un virage à 180°, et là, il faut dire : « Non ! ». Et fermement !

Le Monde a commencé à publier il y a quelques heures une série d’articles intitulés « Face à l’effondrement, il faut mettre en œuvre une nouvelle organisation sociale et culturelle ». Le titre peut sembler optimiste, mais le ton est donné par un paragraphe que je cite en entier :

Ainsi, l’effondrement est inévitable non parce que la connaissance scientifique de son advenue est trop incertaine, mais parce que la psychologie sociale qui habite les humains ne leur permettra probablement pas de prendre les bonnes décisions, au bon moment. Il existe souvent plusieurs manières de résoudre un problème local ou circonscrit, mais affronter tous les problèmes ensemble et globalement rend le coût d’éventuelles solutions si élevé que seul le déni s’avère être la réponse adaptée. C’est ce déni de masse qui garantit que l’effondrement est certain.

Vous aurez relevé la transition inexpliquée entre le « probablement pas » en milieu du paragraphe et le « certain » qui le termine.

« Vive le déni de masse ! » qui nous permet ensuite de vendre du survivalisme « à la Mad Max ». Si on vous évoque tout de suite les petites communautés de « braves gens comme nous » qui survivront sur un mode Amish, coupées du reste du monde, on vous épargne pudiquement les raids sanglants qui auront lieu autour du dernier poids lourd bourré de diesel, ce qui fera qu’on passera rapidement dans la pratique de « Mad Max » à « La route ».

Pourquoi est-ce un coup de Jarnac ? Parce que les jeunes sont en train de se lever en masse pour sauver la mise du genre humain dans son ensemble. Ils échoueront peut-être, je n’en sais rien, mais notre rôle à nous, les aînés, n’est certainement pas de théoriser le fait que nous ayons nous, à titre individuel, fait notre deuil du genre humain.

Décider de jeter l’éponge, et prôner les petits Fort-Chabrol du futur, c’est un choix personnel. En faire une règle de vie pour tout le monde, c’est une fois de plus faire passer les intérêts particuliers avant l’intérêt général. Et ce genre de mentalité – merci beaucoup ! – on a déjà donné. Beaucoup trop donné !

Allez les jeunes, on est avec vous ! Et pas dans un combat perdu d’avance !

Partager :

Que faire face à l’inconscience et au nihilisme écologiques ? Se révolter ! par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Quelques fonctionnaires et des personnes engagées dans l’environnement et la politique, voudraient que se développe en Belgique une véritable politique de résilience territoriale locale. La résilience, cela signifie la capacité à rebondir après un choc, éventuellement extrême, et à reprendre une dynamique fonctionnelle, éventuellement différente. Ainsi, une personne qui perd ses deux jambes dans un grave accident peut néanmoins se remettre du drame, apprendre à fonctionner sans jambes et continuer à vivre, y compris en étant heureuse, à condition d’être dotée de suffisamment de résilience ou de renforcer suffisamment sa résilience spirituelle, psychologique, sociale, économique et physique. Elle ne sera plus jamais la même personne, mais elle « fonctionnera » à nouveau.

Alors que tous les signaux d’alarme retentissent pour nous avertir chaque jour de la hausse spectaculaire des catastrophes écologiques et de leur cortège de victimes, la résilience des territoires et de leurs habitants face aux chocs devient un impératif moral et politique absolu.

Continuer la lecture de Que faire face à l’inconscience et au nihilisme écologiques ? Se révolter ! par Cédric Chevalier
Partager :