Archives de catégorie : Extinction rebellion

#lapireexcuse vs COVID-19 : discussions grand public en visio

Partager :

L’appel de 1 000 scientifiques : le mot « courage » n’est pas trop fort

Ouvert aux commentaires.

Dans L’appel de 1 000 scientifiques : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire », il est dit en particulier :

nous appelons à participer aux actions de désobéissance civile menées par les mouvements écologistes.

Wikipédia explique que

la désobéissance civile refuse d’être complice d’un pouvoir jugé illégitime et de nourrir ce pouvoir par sa propre coopération.

Affirmer ou laisser entendre que le pouvoir de son pays est « illégitime », est très loin d’être un geste banal. Ce qui explique pourquoi Wikipédia ajoute :

Encore faut-il une prise de conscience générale et le courage des premiers militants pour que ce principe puisse être efficace.

Je disais l’autre jour dans un entretien qui n’a suscité de votre part aucun commentaire :

Ce qui m’a paru le plus révélateur ces jours derniers c’est le fait qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni, le mouvement Extinction Rebellion (XR) a été classé comme mouvement terroriste en très mauvaise compagnie à côté de mouvements néo-nazis, djiadistes etc. Il ne s’agit pas là de l’évaluation du danger réel qu’il représente mais d’une évaluation du fait que les gouvernements savent que ce type d’opposition va se développer en raison de leur propre incurie, de leur incapacité à faire que les problèmes qui se posent, ceux sur lesquels met l’accent un mouvement comme XR, soient pris en considération.

« Courage », le mot n’est pas trop fort.

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (III) La rébellion devant l’extinction

Ouvert aux commentaires. TF : Que pensez-vous des mobilisations pour le climat et en particulier, d’Extinction Rebellion ? PJ :…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

L’imprévisibilité de la réponse révolutionnaire, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. Certains apportent à la crise climatique une réponse révolutionnaire comme Roger Hallam, fondateur d’Extinction Rebellion. Il milite…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Les attitudes possibles devant la menace d’extinction (I & II)

Ouvert aux commentaires. I. Déni de l’extinction I.1 Le refus à titre privé I.2 L’agnotologie du « Marchand de doute…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

À propos de « La peur d’avoir peur » : Le sentiment de créer sa propre réalité, par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

La peur de la peur – davantage que la peur, comme vous le soulignez de manière convaincante – est une cause majeure du déni et du refus de réagir de manière décidée face à l’urgence environnementale.

Je soupçonne qu’il existe au moins une autre cause majeure, l’idée, le sentiment ou le présupposé inconscient que l’on peut créer sa propre réalité.

Cette idée n’est que rarement exprimée avec une telle crudité, l’interpellation irritée de Karl Rove à un journaliste peu après l’invasion de l’Irak – « Nous sommes un empire maintenant, et quand nous agissons, nous créons notre propre réalité » – restant une rare exception. Mais elle reste là en arrière-plan, et bien souvent à la base des actions non seulement du pouvoir américain, mais de bien d’autres gens. Si elle est trop absurde pour que la conscience l’accepte ouvertement, cela ne l’empêche pas d’influencer très largement.

Continuer la lecture de À propos de « La peur d’avoir peur » : Le sentiment de créer sa propre réalité, par Alexis Toulet

Partager :

L’Écho – La peur d’avoir peur, le 11 décembre 2019

Ouvert aux commentaires.

S’il existe une chance de s’en tirer, notre passivité est criminelle. ©Photo News

C’est la peur d’avoir peur, le fléau de notre époque, qui conduit à la paralysie plutôt que la peur elle-même.

Dépêche AFP : « Le Parlement européen a décrété jeudi 28 novembre l’urgence climatique et environnementale, un vote symbolique pour maintenir la pression sur les dirigeants de l’UE à l’approche de la COP25 sur le climat et avec l’arrivée d’un nouvel exécutif européen. La résolution, adoptée à une majorité confortable (429 pour, 225 contre et 19 abstentions), affirme l’engagement du Parlement pour « limiter le réchauffement de la planète à 1,5ºC et éviter une perte massive de biodiversité ».

« Ces décisions auront un impact réel sur la vie quotidienne des Européens. Il y a urgence à agir, mais pas un état d’urgence à déclarer », a réagi Peter Liese au nom du PPE, qui plaidait pour l’utilisation d’un terme qui ne donne pas l’impression de « panique ». »

Continuer la lecture de L’Écho – La peur d’avoir peur, le 11 décembre 2019

Partager :