50 réflexions sur « Monique Pinçon-Charlot : L’holocauste écologique »

  1. Dans un entretien avec Daniel Mermet (13 avril 2020), Monique Pinçon-Charlot nous dit : « On veut vivre tout simplement de façon humaine, tranquille, heureuse, amoureuse, avec la conscience de notre finitude, dans une humanité savourée. Et bien pour cela, de cela, nous sommes responsables.»

    L’Holocauste écologique est certes organisé par une élite néolibérale entièrement coupable, mais toute une civilisation capitaliste suit, et notamment la classe moyenne Française et Européenne. Quand arrêterons-nous de nous mentir ?

    « C’est le caractère odieux de l’exploitation, qu’elle s’exerce entre ‘’égaux’’. La bourgeoisie justifie – bien malgré elle, on s’en doute – toutes les révolutions. Quand les peuples cessent d’être abusés, ils cessent d’obéir », nous disait Raoul Vaneigem dans son « Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations », en 1967.

    Que veut dire ici cesser d’être abusés ? Très simplement reconnaître que la portée prétendument humaniste du capitalisme est une falsification (théorie du ruissellement, à titre d’exemple) et que son idéologie ne correspond pas aux attentes des populations, mais in fine les menace en menaçant leur seul lieu de vie possible. Cesser de nous mentir, cesser de nous raconter des histoires, et cesser que l’on nous en raconte lorsque celles-ci portent en elles falsification, tromperie, peur paralysante. Enfin, cesser de jouer le jeu ! Cesser d’être capitalistes.

    Pour poursuivre la réflexion, je vous invite à lire mon billet de blog concernant ce moment coronavirus sur Médiapart.
    « Oserons-nous ? »
    https://blogs.mediapart.fr/lrichard7/blog/220420/oserons-nous

    Bon 1er mai

  2. La position de Jancovici n’est pas anti-capitaliste, elle est celle d’un ingénieur qui considère que notre croissance/richesse économique repose pour le principal sur l’utilisation d’énergies fossiles à bas coût (60% de la production de richesse serait dépendante de cet apport), non prise en compte dans la science économique pour élaborer ses modèles d’efficience, et que cette manne , en plus de d’être le facteur du dérèglement climatique, voit sa source se tarir –
    De là il dénonce le discours hypocrite des politiques qui continuent de convoquer la sacro-sainte croissance comme étiage absolu de tout pilotage socio-économique, et qui dans le même temps prennent des engagements d’économies dé-carbonnées en nous racontant des sornettes non prospectées sur la transition énergétiques à base de renouvelable, de taxes du diesel – bref de l’enfumage pour masquer l’impuissance/impréparation de ces sieurs aux véritables enjeux qui nous attendent.

    1. Hadrien et Jancovici sont des thermodynamiciens pur jus, stable car refroidi pour maintenir leur état cantique.

    2. Quasi 100% d’accord.
       »  »  » La position de Jancovici n’est pas anti-capitaliste, elle est celle d’un ingénieur … »  »  »
      A mon sens (après écoute attentive et de longue date de très nombreuses de ses interventions) , J.M.J. NE P(V)EUT PAS se positionner comme « anti-capitaliste » A PRIORI tellement il y a de branches à l’arbre des moyens à développer pour conserver au genre humain un avenir dans des conditions raisonnables… en particulier le fameux « goulag » brun le plus probable…sans exclure son petit frère tout vert à qui il ne manque que le levier de masse populaire paniquée.
      J.M.J. veut,souhaite,prie nos « gouvernants » ( https://www.youtube.com/watch?v=RIlh1MT9WsQ ) de , PARALLELEMENT , mettre en place créscendo les plus intelligentes méthodes d’ économies directes et indirectes de consommation fossile TOUT EN développant , par urgente programmation budgétaire en coopération européenne suscitée par la France la production intensive d’ÉLECTRICITÉ par les moyens les plus EFFICIENTS et GLOBAUX( = 24h/24;7j/7;12m/12 ) …. seul vecteur actuel rendant supportable par les populations la baisse générale CONTINUE du niveau de vie induite par la DÉCOMPENSATION économique en question.
      EXIT donc le fric pour l’installation des « énergies INTERMITTENTES renouvelables »…
      Réconciliation avec « Astrid » et ses petits copains chinois (merci quelque part à Covic19 qui pourrait les ramener à la table de partage des compétences en train d’être perdues par la France pionnière ).
      Remplacement à terme OBLIGÉ (et « justement » subventionné..!!) de toute chaudière ménagère à énergie fossile par une POMPE à CHALEUR … etc etc etc… suffit d’écouter JMJ.

      Alors , et alors seulement…on a une petite chance de ..A LA FOIS épargner les fossiles en les réservant pour de nobles usages (« Astrid II » inclus) , ..A LA FOIS de gagner du temps (de recherche et développement de tous les trucs plus intelligents que ce dont nous disposons aujourd’hui) , ..et A LA FOIS de s’épargner Adolf II ou Green Ier.

      1. …  »  »  » de gagner du temps (de recherche et développement de tous les trucs plus intelligents que ce dont nous disposons aujourd’hui)  »  »  » …
        Complément optimiste pour clôturer? cet échange… :

        … »  » Chaque matin, le petit train bleu vient faire le plein en hydrogène à une station de recharge non loin de la gare de Bremervörde…..Mais cet hydrogène est-il vert?
        Pour l’instant pas réellement comme nous l’explique Stefan Schrank, responsable du projet Coradia iLint d’Alstom. « Une grosse partie de l’hydrogène que nous utilisons provient de l’énergie fossile. Mais à l’avenir nous nous rendons compte que l’excédent de la production des éoliennes onshore et offshore d’Allemagne pourrait être stocké sous forme d’hydrogène . »

        Actuellement, 95% de l’hydrogène est produit à partir de gaz fossiles, comme le gaz naturel, le pétrole, ou le méthane, parce que c’est le plus rentable. L’idée, c’est d’arriver à un processus non-polluant mais moins coûteux.

        Les méthodes de production à partir d’énergies renouvelables existent. L’hydrogène est un atome qu’on retrouve dans l’eau (H20) et qu’on peut isoler grâce à un courant électrique. Ça demande beaucoup d’électricité mais si cette électricité est produite grâce à l’éolien, au solaire ou à l’hydraulique, on arrive à ce qu’on appelle de l’hydrogène VERT!

        https://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-train-a-hydrogene-une-alternative-ecologique-aux-trains-diesel?id=10432148

        [[Je vais finir par me réconcilier même avec les éoliennes.!!.. (^!^)…]]

  3. Plus sérieux: la conférence à Nantes de JM Jancovici, où il n’a pas besoin de prononcer une seule fois le mot « capitalisme » pour expliquer ce qui nous arrive(ra):
    https://www.youtube.com/watch?v=IaQ-U-dP_7M&fbclid=IwAR0DPdTzLcXaIXKe80pmiVAr3lnKDY6NC-9Klpwpt-DalB-4R5ht9iREpl0
    Un peu long. Si pressé, les 4 premières minutes sont obligatoires.
    Pour les allergiques à l’ingénieur, Gaël Giraud, Chef économiste de l’Agence Française de Développement (et jésuite – ce qui rend plus remarquables ses propos sur la surpopulation):
    https://www.youtube.com/watch?v=n3LyVbGUFu4

    Mme M P-C est bien sympathique mais cela ne l’empêche pas de ressasser une théorie du complot des abominables 0.1% riches contre les totalement innocents 99.9 %. C’est bien agréable à croire, donc on y croit (exemple de « vérité sociale »).

    1. Sans prononcer le mot « capitalisme » ?

      Il y a 2 explications possibles.

      Il considère que le versement des intérêts, des dividendes et des coupons

      1° relève de la nature biologique des êtres humains (c’est comme l’écureuil qui ne peut pas s’empêcher de collectionner les noisettes)
      2° est une manifestation de la providence divine.

      Il y a encore une autre possibilité : sa maman lui a dit de ne pas prononcer de gros mots.

      1. et puis en plus un médecin peut très bien vous annoncer une mort certaine et tout ce qu’il va vous arriver sans prononcer une seule fois le mot cancer ,
        donc c’est loin d’être un argument en faveur du capitalisme Si bien sûr le commentateur voulais en arriver là.

      2. Gros mot, c’est un peu ça. Les financiers se tirant la bourre à qui aura le véhicule d’investissement le plus « green », l’emploi de certains termes, dans les prospectus comme dans les prises de parole publique, est très réfléchi. Il n’y a pas de complot. Malgré les intérêts communs, c’est toujours à celui qui aura « la plus grosse ». La concurrence est féroce chez les millionnaires / milliardaires, mais ils s’estiment par moment. Alors qu’ils n’ont aucune conscience de ceux qui ne sont pas des leurs. Madame Pincot-Charlot, quoique vous pensiez d’elle, dit une chose très réelle : ils ont conscience de leur classe et sont prêt à tout pour la conserver. Les exemples de produits dérivés qu’elle cite sont les plus accessibles, il y a beaucoup plus vicieux et inhumains.

      3. Question: comment le versement des intérêts, des dividendes et des coupons (mais pas des salaires ?) détruit – il notre planète ? N’existe-t-il pas d’autres facteurs de destruction ?

        1. Vous lisez ce blog depuis 10 ans, je dois vraiment vous donner la réponse ?

          Parce que ça doit être perçu sur de la richesse « en plus » : il faut de la croissance pour les payer.

      4. @Paul Jorion
        12 février 2020 à 22 h 10 min
        En vous lisant (au 2ème degré ?) vous assimilez capitalisme à croissance. Donc « se débarrasser du capitalisme » égale se débarrasser de la croissance.
        Je suis d’accord qu’il faut se débarrasser de la croissance (en commençant par la croissance démographique).
        Je rappelle toutefois la définition de capitalisme dans le Larousse:
        https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/capitalisme/12906?q=capitalisme#12751
        Le terme croissance ne s’y trouve pas.
        D’autre part, l’arrêt de la croissance rend impossible la progression massive du pouvoir d’achat réclamée par tous les politiques, la gauche (dont je crois que vous êtes) en premier.
        En outre, cela revient à reconnaître la responsabilité principale du capitalisme dans les progrès du niveau de vie (ce que je conteste car la cause première en est le progrès scientifique).
        Enfin, cela brouille votre message: ceux qui vous suivent croient lutter contre un système, sans être instruits des conséquences en cas de succès.
        Sommes-nous d’accord – sauf sur les mots et la méthode de communication ?

        1. Vous appartenez donc à cette catégorie bien fournie de personnes qui commentent sur le blog depuis des années et qui tombent des nues chaque fois qu’elles découvrent l’une des idées que je défends ici depuis 2007.

      5. @Paul Jorion
        13 février 2020 à 11 h 54 min
        Si cette catégorie est si fournie, c’est peut-être parce que votre message manque de clarté.
        Je vous lirai donc en considérant que votre « capitalisme » est synonyme de consommation.

        1. Lisez un jour ce que j’écris : ça fera l’affaire. Bien mieux que vos supputations « Je vous lirai donc en considérant que votre « capitalisme » est synonyme de consommation ».

    2.  »  »  » Plus sérieux ….  »  »  » ?? Pourquoi plus sérieux..?

      … »  »  » Un peu long. Si pressé, les 4 premières minutes sont obligatoires  »  » « …

      J’ai pour l’instant dû arrêter après 7 min 19 … Juste après la lecture de la lettre-pétition naissante de certains étudiants aux candidats à la nouvelle direction.
       » La transition écologique et solidaire  » … Vous qui avez tout écouté , pourriez-vous résumer concrètement?

      1. Pas nécessairement de la croissance en plus pour les payer : des salaires en moins à régler suffisent 😉

      2. Des obligations de dépollution non respectées, des corruptions lors des contrôles d’organismes de tutelle, des déclarations plutôt que des actions aussi suffisent …

      3. @Otromeros
        12 février 2020 à 21 h 37 mn
        1) Les théories complotistes et manichéennes ne sont pas sérieuses car relevant de la croyance (vérité sociale) et non du savoir scientifique (vérité – tout court), dont je propose 2 exemples (JMC et GG).
        2) Mea culpa: ce sont les 4 premières minutes de l’intervention de JMJ, donc juste après.

    3. Pas complètement d’accord avec Paul. Le capitalisme est certes un cliquet qui empêche de revenir en arrière mais de nombreux empires n’ont pas eu besoin de capitalisme pour disparaître. Plus vieux, nous n’avons pas eu besoin de capitalisme pour éradiquer la mégafaune des régions froides ou d’Australie par exemple.

  4. Je viens de finir d’écouter l’émission « Les experts » sur BFM Business ce mercredi matin. Les invités sont ceux qui foutent le monde en l’air, soit propriétaires ou patrons, soit les « économistes » à leur solde. Le dernier 1/4 d’heure vaut le coup. J’ai cru les entendre pleurer, c’est bien la première fois. A Davos il parait qu’on a complètement oublié 1,5° d’augmentation des températures, et que tout le monde est calé sur 3,5°. Un moment l’animateur appelle au secours « MAIS COMMENT FAIRE ? ». Réponse du patron/propriétaires des thés Kusmi: « Les jeunes vont s’en occuper et ça va faire mal ». Et ma réponse en mon for intérieur: « Et pourquoi on s’en occuperait pas nous même, bougre d’abruti ? ». Le solution existe, voir les cours de Jancovici, il faudrait une contraction de l’économie de 4%/an dès l’année prochaine pendant 20 ans (ou bien est ce 30 ans?). Ce qui est arrivé deux fois au 20è siècle, si ma mémoire est bonne. Mais au lieu de l’organiser en nous servant de nos cervelles, nous allons tous subir, bientôt.

    1. Et si chacun d’entre nous appliquait immédiatement ces -4% de déconsommation ? si les très riches sont si puissants c’est que nous leur servons la soupe, il ne se vend que ce qu’on veut bien acheter…
      Hier soir vu le documentaire sur le Goulag. La dictature du prolétariat n’a duré quelques mois, ensuite ce fut la dictature du Parti, puis la dictature de Lénine, puis celle de Staline. Productivisme de droite (capitalisme), productivisme de gauche (communisme), le fond du problème est la surpopulation, la surconsommation, mais on ne peut en vouloir, à nous qui sommes gavés, à ceux qui veulent rejoindre notre niveau de vie, une illusion entretenue par les puissants. Alors ? on ne changera pas le monde sans chaos mais on peut déjà se changer soi-même en espérant faire école, et en plus y trouver une certaine satisfaction. Déjà les jeunes raisonnent autrement, veulent vivre différemment. Je sais, c’est difficile, je me pose en ce moment la question de retourner en Grèce en septembre, pas d’avion ? en voiture ? rester en France ? la vie est courte, j’ai mes petites lâchetés comme beaucoup.
      Le changement ne peux venir que de l’éducation, non pas – ou pas seulement – par la parole, mais par les actes. Je me demande de plus en plus si le monothéisme n’a pas contribué à se croire les maîtres du monde et à saccager nos ressources. Dans le shintoïsme, dans l’animisme, le bouddhisme, dans d’autres constructions philosophiques moins mentales que dans les religions du livre, il me semble qu’on a globalement mieux respecté les environnements aussi bien matériels qu’humains. Mais le changement est toujours possible.

      1. Moi, j’essaie de déconsommer, mais c’est surtout pour être en accord avec moi-même.

        Mais même si une grosse minorité agit comme moi, ça ne changera pas grand-chose. Car voici le raisonnement certainement très juste qui a fini par me démoraliser il y a environ 2 ou 3 ans. Si j’utilise moins d’essence parce que je n’ai plus de voiture par choix, alors ça fera baisser le prix de l’essence (même si, je le sais, la loi de l’offre et de la demande, ce n’est pas la tasse de thé de Paul !). Et ça permettra à un américain de l’Arizona (pourquoi l’Arizona ?) de se payer un SUV qui consommera davantage d’essence.

        Quand à Paul lui-même, après que je l’ai taquiné plusieurs fois sur ce sujet, sa réponse a été : il faut se battre à armes égales avec ceux d’en face, ce qui implique malheureusement de crâmer autant d’énergie. Comme je n’ai rien trouvé à redire, j’ai cessé de le titiller sur le sujet… Mais il arrivera un moment où Paul ne pourra plus se payer les armes dont il a besoin, contrairement aux autres !

      2. @Arnould – Baisser votre consommation de 4% ne peut que faire du bien mais ce ne sera pas un Américain d’Arizona qui en profitera (là-bas il gagne du fric avec le pétrole de schiste dont votre geste fera baisser le prix). Ce sera un bourgeois de près de chez vous qui s’achetera un SUV.
        Attention, ne mettez pas le bel argent ainsi épargné à la banque car ils le feront fructifier en soutenant les énergies fossiles (mettez le plutôt sous votre matelas, vous ne paiererez pas les intérêts négatifs, ou travaillez moins…).
        Et puis, si chacun agit sans concertation, ce sera la récession, une retraite dans le désordre (Berezina).
        Optons plutôt pour une décroissance collective bien réfléchie avec, à côté de la décroissance des consommations, la décroissance des inégalités.

        1. Sacrés bourgeois ! Chez Pinçon-Charlot ils complotent votre holocauste, et chez Adriaens, ils confisquent toutes vos petites privations de colibri frugal et altruiste pour s’acheter une plus grosse bagnole.

          P.S. Personnellement je n’assimile pas toute la classe moyenne à un Zuckerberg qui s’achète des îles dans le Pacifique pour y vivre en autarcie dans un bunker.

      3. …  »  »  » Hier soir vu le documentaire sur le Goulag  »  » « …

        Suffisant à mon estime pour perdre toute ambition démesurée pour la sauvegarde à tout prix du genre humain !

        A tout hasard… je serais preneur d’un lien vers la description sourcée du supplice appliqué au prisonnier attaché à un très lourd boulet « dévalant » le très grand escalier en bois « montant » vers l’église au sommet de la colline..!!
        Un « chef d’oeuvre » oublié?

    2. …  »  »  » La solution existe, voir les cours de Jancovici, il faudrait une contraction de l’économie de 4%/an dès l’année prochaine pendant 20 ans (ou bien est ce 30 ans?)  »  » « …

      Justement… et SURTOUT en ayant soin d’en répartir les « inconvénients » en terme de niveau/qualité de vie courante de manière proportionnée au standard individuel de chacun pris séparément.. Bon courage.. pas impossible… mais le système politique mondial chargé de veiller à son application reste à inventer.. (quoique la tentation de certains  » copier/coller  » du passé , sous d’autres appellations éventuellement colorées , me semble inéluctable.)
      Veiller aussi à ne pas prendre chez Jancovici QUE seulement ce qui vous convient … faut s’enfiler l’ensemble du « paquet-cadeau »… décembre 2019: https://www.youtube.com/watch?v=RIlh1MT9WsQ … nucléaire type « Astrid » compris en soutien indispensable..
      Ou alors , espérer en l’ « homme » , naturellement bon , que seule la société corrompt..

      1. Je sais que Jancovici est pour l’énergie nucléaire, y compris pour les surgénérateurs type Phenix/Super Phenix/Astrid. Mais selon lui ça ne suffira jamais à remplacer les 75% d’énergies fossiles que nous consommons aujourd’hui, elles serviront juste d’amortisseur. Il faudra que ces centrales sachent s’arrêter seules lorsque les humains seront à nouveau chasseurs/cueilleurs, j’espère que c’est au cahier des charges.

      2. Je n’ai personnellement rien contre l’énergie nucléaire  » type Astrid  » productrice d’électricité , seul actuel vecteur d’énergie permettant( au sens de « la rendant supportable » sans révolution des plus touchés dans leur mode de vie fût-il « raisonnable »..avec arrivée d’Adolf II , ou équivalent , démocratiquement au pouvoir ..) à mon sens la fameuse « décompensation économique » CONTINUE que vous semblez soutenir.

        Un (ultra)faible risque ( = nucléaire) pour quelques uns/centaines/milliers… contre un « certitude » à terme ( = extinction générale aux exceptions minimales près)… pour moi , YAPA photo… (^!^ )

  5. Bonsoir les éclairés…Je vous entends Monique …Vous êtes une lanterne eclairée. …Comment peuvent ils imaginer comme le patron de Facebook…etc… échapper à la destruction programmée de notre planète….c’est  » mad max » qui nous attend ou… »levy » .

  6. Si l’on tient pour inspiration « philosophique » du capitalisme, la fable des abeilles et La Recherches sur l’origine de la vertu morale de Mandeville, rédigés il y a près de 300 ans, philosophie ensuite théorisée par Adam Smith, on ne peut s’étonner qu’un système qui confie à nos instincts les plus délétères, l’avidité, la concupiscence, l’égoïsme et j’en passe, le soin d’organiser la production et ses échanges, ne finisse, faute du fameux ruissellement attendu par ailleurs, par corrompre même les bases de sa propre survie.
    Le couple Pinçon-Charlot à très bien décrit cette classe sociale de l’hyper bourgeoisie, les fameux 0,1 %, très organisée et solidaire pour assurer la transmission et l’augmentation continuelle de sa richesse – une classe ultra conservatrice qui ne lâchera rien au nom d’une solidarité fondée sur l’empathie,
    Alors si notre économie repose sur un terreau psychologique si malveillant, je crains que la convocation de bonne volonté, de bon sens pour faire face au risque climatique ne soit voué qu’au silence ou au mépris de la part de ceux qui décident de la direction des affaires du monde,

    Un rapport de force paraît inéluctable, mais comment l’organiser, quand le virus de l’égoïsme, de l’individualisme est largement répandu au sein même des couches sociales les plus populaires, comment, alors que plus aucune structure n’agrège les rapports humains au sein d’un dispositif d’intégration politique, sociologique – ne reste que des associations, des ONG, des collectifs de ceci ou cela atomisés comme l’est la population.
    Le défi est immense, et à part la figure de proue qui tomberait du ciel et agglomérerait les colères de ceux qui ne sont pas les bénéficiaires de ce système prédateur, par un charisme hors norme, le chemin est encore long avant d’entrevoir une coalition internationale des exploités affronter les barons du capitalisme

    1. Le pseudo facile et la prose légère m’avaient empêchés jusqu’ici à me rendre compte de notre accointance d’esprit 😉
      Au contraire de notre hôte, que je salue au passage, moi qui le suit depuis l’ouverture de son blog.

    2. Du coup, je me sens un peu moins seul, même si on s’en fout, et même si vous n’êtes (heureusement) pas le seul à me procurer la même sensation (mais malheureusement, nous ne sommes pas assez nombreux) …

    3. Je pense également qu’il faut poser la question du rapport de forces. Le couple Pinson-Charlot a fait un travail de description de la Haute classe et de sa culture, qui est utile et instructif. Mais il ne faut pas pour autant les diaboliser (comme dans cet interview), ce qui ne sert à rien, ce qui ne change rien. Ce qui est attendu, c’est que des limites soient imposées à toute classe « haute » et proche du pouvoir. Et c’est aux 90 % de faire ce travail. Et ce travail existe mais il fluctue dans l’histoire en fonction des événements vécus et de quelques jolies trahisons des « représentants » de ces classes plus basses.
      En ce sens, le « dégagisme » est un slogan trompeur. On va renverser l’élite, on pourrait même la guillotiner, Mais ensuite ? Comment allons-nous contrôler « nos » nouveaux dirigeants et les empêcher de se prendre pour une élite ? Rappelons que la Chine n’a pas éradiqué totalement les anciennes « hautes », (sauf émeutes et tueries rurales bien compréhensibles) et a autorisé leurs partis, au contraire des soviets. JE viens de lire chez Piketty (chapitre X de Capitalisme et Idéologie) qu’en Angleterre un People’s PArty (dit Partii populiste) a pu, sans accéder au pouvoir, promouvoir une révolution fiscale qui a entraîné la suppression de la Chambre des Lords et l’instauration d’un impôt fortement progressif sur le revenu et sur les successions. Ils ont ainsi mis fin à la période de la « Belle époque », celle des richesses héréditaires qui ne connaissaient ni l’inflation, ni la ponction fiscale. Et les inégalités croissantes d’aujourd’hui, n’ont pas encore reproduit celles d’alors (mis cela ne va pas tarder).
      Ce n’est qu’un exemple historique. Il est donc clair qu’avoir un programme de recettes basées sur l’argent excessif des fortunes, surtout quand il est improductif pour la communauté nationale (il est parti à l’étranger, il est seulement foncier, etc), et qui serait affecté à l’investissement national (pour le climat, l’innovation, le progrès social, l’économie d’énergie, les gratuités), et au remboursement du capital de dettes publiques, ferait une vraie différence.

  7. Pour l’instant, les nababs n’ont l’air de croire ni à l’hypothèse d’une autre planète à coloniser ni à celle des robots humanoïdes. Mais plutôt aux canots de sauvetage.
    Étrange que les radios et les télés-Macron nous rebattent les oreilles avec des reportages sur l’absence de neige dans les stations de ski à quelques jours des vacances scolaires, nous saturent d’informations sur les incendies, les inondations et tant d’autres évènements sans que sa seigneurie elle-même ne vienne, devant nous, en tirer des conclusions et faire des suggestions pratiques. Prêt à fuir, lui aussi ? Quel sera le nouveau Varennes ?

  8. Les trop riches qui pensent s’en tirer dans un bunker sur une ile déserte pourraient bien être les premiers à se faire littéralement dévorer. Ça ne règle rien mais ça console. Il est fort probable que les futurs Robespierre/Saint Just ou Lénine/Trotski ou Hitler/Himmler et j’en oublie soient déjà nés.

  9. Oui.
    Et si l’on devait faire appel la population pour trouver le profil type d’un serial killer à la française, on ne serait pas déçu.
    Du politiquement correct.

  10. Hervé Kempf titrait déjà il y a une dizaine d’années je crois: « Comment les riches détruisent la planète »…

  11. Il est inconséquent de souscrire à ces propos tout en mettant à l’écart la question de la violence, qui catalysé, ferait basculer les intérêts du plus grand nombre du bon côté de la démocratie.

    1. Non ce n’est pas de l’inconséquence, soit c’est de la gentille couardise,
      soit c’est une certaine sagesse douillette dont l’époque est bien dotée, sauf que Il y a des horloges.

    2. Beaucoup de bla bla de la part de cette dame qui semble être de bonne foi mais qui est empêtrée dans son idéologie criminelle marxiste: c’est incontestablement le communisme qui a fait le plus de morts en Afrique en créant des dictatures avec les toutes les famines qui s’en sont suivies!

      1. Et ça compte les morts pour critiquer ! C’est salissant.
        Et d’abord C’est la vieillesse qui tue le plus maintenant, ça vient de l’idéologie naturelle* , et en porte parole, je vous prie de l’excuser.

      2.  »  »  » Beaucoup de bla bla de la part de cette dame qui semble être de bonne foi mais qui est empêtrée dans son idéologie criminelle marxiste  »  » « …
         » Celle-là  » , je suis quelque part content de l’avoir vu écrite de mes propres yeux… (^!^^)
        Un moment d’égarement?

      3. Certes,le communisme a fait pas mal de victimes mais en Russie, en Chine ou au Cambodge. En Afrique ce sont les impérialisme occidentaux qui en ont fait ET CONTINUENT à en faire (reportage édifiant sur le drame actuel à Kolwezi et ailleurs au Katanga pour le pillage du scandale géologique qu’est ce bout de terre africaine (et la Chine capitaliste s’y met aussi…).

  12. Oui.
    Intuitivement je le ressens mais n’ai pas engrangé les preuves qu’il serait facile de comptabiliser en suivant les politiques de privatisations tout azimut depuis quelques années.
    Suivre Macron dans ses postures et ses décisions et vous avez le profil du serial killer à la française. Portrait type.

    1. Plus personne n’est dupe, même François Dosse qui fut un de ses professeurs et était proche de Ricoeur, ne se reconnaît plus dans l’action d’Emmanuel Macron.

      Il est clair désormais qu’une bonne partie de la gauche n’apportera plus ses suffrages au deuxième tour si par malheur celui-ci il se représentait.
      Macron n’est pas, et ne peut être un rempart contre l’extrême-droite, puisqu’il est lui-même un éminent représentant de celle-ci dans son département religion féroce.

  13. C’est excellent, c’est « cash » et au fond elle dit la même chose que Paul Jorion, on a reconnu sans peine quelques idées familières au blog. Une bonne citation de Lordon aussi.

    On l’a sent hésiter un peu sur le terme d’holocauste, je pense qu’elle devrait trouver autre chose, car ce terme renvoie à la notion de sacrifice, qui donne une connotation religieuse à la destruction de notre milieu naturel.
    Pourtant tout le propos de Monique Pinçon-Charlot atteste que ce sont bien des humains, et certains d’entre-eux, qui se constituent en classe dominante, de façon assumée, qui provoquent par leur comportement, la destruction des éco-systèmes qui sont indispensables à notre survie.

Les commentaires sont fermés.