L’imprévisibilité de la réponse révolutionnaire, par Vincent Burnand-Galpin

Ouvert aux commentaires. Certains apportent à la crise climatique une réponse révolutionnaire comme Roger Hallam, fondateur d’Extinction Rebellion. Il milite…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

9 réflexions sur « L’imprévisibilité de la réponse révolutionnaire, par Vincent Burnand-Galpin »

  1. Mike Berners-Lee, … on ne peut pas s’empêcher de penser à son frère (aîné je pense), Tim Berners-Lee, ci-devant inventeur du web.

    L’Etat acteur, pourquoi pas. Avec la condition que l’éducation fourni par ledit Etat à ses ouailles les rende capable de comprendre de quelle action on parle dans la transition écologique.
    C’est pas gagné (il y a des initiatives de ci et de là, mais peu qui soient « fortes ». Soit elles sont « dictées d’en haut » (mon anthropocène, c’est « ça » et pas autre chose), soit elles sont teintées de ce côté « sciences sociales jargonnantes », où la seule façon qu’on trouve de faire se parler entre les silos est de rajouter des mots grecs au tout, pour que chacun puisse provisoirement croire qu’il voit le même midi à sa porte.

    1. Oui, pour informer gravement la population :

      – débarrassé la presse de l’étreinte étouffante des milliardaires.
      Ou
      – tout faire pour que les milliardaires soit avec nous.

      Dans les deux cas il y a un sacré boulot.

  2. Comment faire ?
    Que doit faire tout un chacun pour orienter l’état dans la bonne direction ? Dans un délai raisonnable (=court !)

    Voter bien sûr, et voter bien, mais…. pour qui ?
    Et sans le soutien des milliardaires détenteurs de la presse, ça va prendre un paquet d’années pour orienter les électeurs dans la bonne direction (si tant est qu’il y a une bonne direction !)

    Je veux bien les appeler pour les convaincre d’être avec nous, mais je ne promets rien.
    Quelqu’un a leurs numéros ? 😉

    1. Olivier, il faudrait par exemple aller devant les plus luxueuses écoles primaires de France et faire du Thunberg! Milliardaire ou pas on veut que nos enfants nous aime hehe Les faiblesses de l’êtres humains peuvent devenir une force.

      1. Il y a forcément un moyen d’infiltrer et de convaincre et pas juste de mener une enquête pseudo scientifique sur leurs activités. Parce que ça ça doit les énerver ! Avec autant d’argent c’est évident qu’il y a du sombre comme du moins sombre.

      2. Non mais en fait à bien y réfléchir il faut laisser tomber ceux qui possèdent les médias sont les pires donc à part se casser les dents ça sert à rien. La politique !…

  3. « L’État, en particulier l’appareil étatique français, est aujourd’hui un ensemble d’administrations fonctionnant en boucle fermée : un grand nombre de fonctionnaires surqualifiés produisent des données, des notes et des rapports à longueur de journée qui restent sans conséquences.
    Mais ce travail, vain aujourd’hui, est le témoin d’une compétence opérationnelle et planificatrice forte des administrations. »

    Bel oxymore ! Je risque l’hypothèse : n’est ce pas une attitude « culturellement » implantée en France plus profondément qu’ailleurs ?
    « Produire des données sans conséquence » ? Et chacun estime « avoir fait son boulot » sans se préoccuper des résultats sur le terrain ! Il y a une autre expression qui dit : « Tout le monde s’en fout » ! Faire le contraire n’apportera rien à la carrière, et sera sans doute contre productif! Il n’est pa conseiller de chercher à comprendre si ses résultats sont pris au sérieux « quelque part » ! Ce serait marcher sur des plates-bandes gardées.
    Est-il vrai que pour un militaire – il y en a forcément parmi les lecteurs – une « heureuse initiative » est un acte de désobéissance qui ne sera pas sanctionné ? Puisqu’il profite à la hiérarchie !

    A part cela, Madame la Marquise, Tout va très bien, tout va très bien !
    A part bien sûr des gilets jaunes ici, là deux camps de retraités face à face : les gagnants des régimes spéciaux contre les perdants ?
    Côté écolo, climat, mers mortes, biodiversité à l’agonie, marées vertes, rouges ou bleues, A part cela tout va très bien… L’exemple vient d’en haut, du plus haut .
    Dans le domaine que je connais le mieux, la gestion des espaces aquatiques et aquacoles, nous étions parmi les meilleurs il y a 50 ans; nous n’existons plus ! ( OK Vous avez quand même pu manger des huitres à Noël !

    Cadeau surprise recommandé. Bel exemple de sérendipité, Laurent Chauvaud en travaillant sur la coquille St Jacques à Brest y découvre une mémoire de la vie marine au quotidien ! Chapeau bas ! https://www.meretmarine.com/fr/content/le-chercheur-laurent-chauvaud-raconte-la-coquille-saint-jacques

  4. L’incertitude révolutionnaire est choisie quand dans les autres systèmes les dominants ont abusé de leur pouvoirs aux dépends du plus grand nombre.

    Heureusement, les personnes aux manettes sont très bien conseillées et savent dans leur réformes, ne mécontenter que 300 ou 400 000 personnes à la fois pas plus !

    Comme ça avec 80 000 gendarmes mobiles en face, ça se tient.

Les commentaires sont fermés.