Archives de catégorie : Presse

En une de Paris Match : Mélenchon et Ruffin au camping ? par Thomas Saupique

Durant mes récentes recherches sur les crises républicaines françaises marquantes, je remontai le temps et tombai sur l’Affaire Dreyfus. Affaire à tiroirs tellement notable dans l’histoire de la nation qu’un jeu de l’oie (!) fut crée pour en retracer les différents rebondissements.

je crois qu’il faudrait inventer un jeu de l’oie pour démocratiser de manière ludique la notion de “privatisation de l’espace public”. Ou un jeu de 7 familles puisqu’il y existe essentiellement sept groupes qui règnent sur les principaux canaux, pourvoyeurs d’information. La famille Bolloré et le groupe du même nom étant aujourd’hui le cas le plus spectaculaire de concentration médiatique.
Continuer la lecture de En une de Paris Match : Mélenchon et Ruffin au camping ? par Thomas Saupique

Partager :

Le quotidien Le Monde et la logique

Un article sur le site Le Monde en ce moment : Non, il n’est pas indispensable de manger de la viande pour être en bonne santé, par Maxime Vaudano.

Mon commentaire :

La question qui est posée est “Un enfant peut-il être en bonne santé sans manger de viande ?”

Vous dites : “Manger de la viande n’est pas une garantie de bonne santé.” Ne voyez-vous pas qu’il s’agit d’une réponse à une autre question, sans rapport direct avec celle qui est posée ?

Voyez, c’est une question de logique :

d’un côté,
      (être en bonne santé) ET non-(manger de la viande) ?

de l’autre,
      (manger de la viande) => (être en bonne santé) ?

Partager :

Le New York Times, le Washington Post et moi

Je l’ai déjà fait remarquer : il faut entre 24 heures et 4 ans au New York Times et au Washington Post pour aboutir aux mêmes conclusions que moi ici. Mais ils finissent toujours par y arriver. (Quatre ans quand même avant qu’ils n’appellent Trump : “fasciste” 🙂 ).

En une sur le New York Times en ce moment, les observations que j’ai faites dans ma vidéo de jeudi :

Les plaintes en justice au premier rang  de la lutte contre la désinformation. Les poursuites engagées par les compagnies de technologie ont réussi  ce que des années d’indignation de l’opinion de gauche ont échoué à faire : mettre un frein à la désinformation dans la presse de droite.

Partager :

Une pensée de droite et d’extrême-droite pétant de santé

Ouvert aux commentaires.

Un article récent dans la presse quotidienne qui s’interrogeait sur la visibilité extravagante en ce moment à la radio et à la télévision de la pensée de droite et d’extrême-droite m’avait conduit à réagir.

Comme il s’agit d’une correspondance privée, je n’en reproduis ici que ma propre part, en ayant pris soin de gommer l’identité de mon interlocuteur.

Continuer la lecture de Une pensée de droite et d’extrême-droite pétant de santé

Partager :

« On nous cache tout ! On nous dit rien ! », le 26 juillet 2019 – Retranscription

Retranscription de « On nous cache tout ! On nous dit rien ! », le 26 juillet 2019. Ouvert aux commentaires. La discussion est tout naturellement consacrée en ce moment au suicide [apparent] de Jeffrey Epstein.

Bonjour, nous sommes le vendredi 26 juillet 2019 et, dans cette petite vidéo qui s’appellera « On nous cache tout ! On nous dit rien ! », je vais, comme le titre l’indique, d’une certaine manière, justifier le conspirationnisme et le complotisme.

En 11 ans de vidéos que vous avez pu voir ici, je n’ai jamais fait ça. Je n’ai jamais rien dit de ce type-là. Je n’ai jamais rien écrit non plus de cette manière-là mais je suis obligé de le faire en raison d’un petit texte que j’ai trouvé hier. J’ai réagi aussitôt. J’ai eu un coup de sang. J’ai pas mal de coups de sang ces jours-ci. Ça devait être lié au climat ou bien à des choses particulièrement révoltantes que l’on voit dans l’actualité. J’ai fait un petit texte à propos de l’AFP demandant si leurs journalistes étaient tous en vacances ou s’ils étaient rentrés à la maison en raison de la canicule. Je vais vous expliquer.

Continuer la lecture de « On nous cache tout ! On nous dit rien ! », le 26 juillet 2019 – Retranscription

Partager :

On nous cache tout ! On nous dit rien !

Pourquoi l’information officielle nous donne-t-elle le sentiment qu’on nous cache délibérément des choses ?

Censure ? Auto-censure ? Mauvaise information ? Désintérêt ? Incompétence ?

Blog de Paul Jorion : Audition de Robert Mueller devant le Congrès, le 24 juillet 2019
Blog de Paul Jorion : Audition de Robert Mueller le 24 juillet 2019 : un bilan, le 25 juillet 2019
Blog de Paul Jorion : Témoignage de Robert Mueller : Tout le monde en vacances à l’AFP ? le 25 juillet 2019

Je dis “Washington Inquirer”, c’est “Washington Examiner”.
Partager :

Télérama, BFMTV financée par l’évasion fiscale ? “On a autorisé certaines combines, il est un peu tard pour s’en plaindre”, par Étienne Labrunie, le 12 juillet 2019

BFMTV financée par l’évasion fiscale ? “On a autorisé certaines combines, il est un peu tard pour s’en plaindre”

Après la diffusion de l’enquête du Média mettant en cause le financement de la chaîne d’information en continu, l’anthropologue Paul Jorion analyse les implications de ces montages financiers. Il estime que l’optimisation fiscale telle qu’elle est décrite est une pratique légale, devenue banale pour les entreprises européennes.

De grands médias français se seraient-ils développés avec des fonds d’investissement nichés dans des paradis fiscaux ? Question subsidiaire : auraient-ils évité de payer leurs impôts en remontant une partie de leurs bénéfices vers ces mêmes paradis fiscaux ? C’est en tout cas ce que prétend Le Média dans une enquête mise en ligne le 8 juillet. La webtélé affirme en effet que NextRadioTV et Altice, notamment propriétaires de BFMTV et RMC, ont eu recours à des fonds d’investissements basés à Jersey et au Luxembourg pour contourner le fisc. « Nous produisons des faits indéniables et vérifiés prouvant que BFMTV s’est construit en partie avec des capitaux en provenance de paradis fiscaux et les utilisent pour défiscaliser une partie de ces bénéfices. Pour une chaîne qui traite régulièrement d’évasion fiscale, cela devrait au moins poser des questions en interne », insiste Denis Robert, le patron de la webtélé.

Continuer la lecture de Télérama, BFMTV financée par l’évasion fiscale ? “On a autorisé certaines combines, il est un peu tard pour s’en plaindre”, par Étienne Labrunie, le 12 juillet 2019

Partager :

La presse française au crible de l’analyse automatique des données

Ouvert aux commentaires.

Il y a d’une part ce que les gens affirment d’eux-mêmes, et d’autre part ce qui transparaît de ce qu’ils racontent.

Les psychanalystes s’intéressent à cette différence. L’analyse automatique des données la fait apparaître par des méthodes statistiques.

Une étude vient de paraître, intitulée Unfolding the Multi-layered Structure of the French Mediascape, par Dominique Cardon, Jean-Philippe Cointet, Benjamin Ooghe, Guillaume Plique.

Elle fait apparaître, entre autres, un grand nombre de rapprochements qui vous intéresseront. [La question se pose toujours de comment nommer les familles “souterraines” qui émergent de cette manière ; dans certains cas, un nom s’impose, dans d’autres c’est un peu plus problématique.] Quoi qu’il en soit, quelques découvertes intéressantes.

Continuer la lecture de La presse française au crible de l’analyse automatique des données

Partager :

Les ravages du business as usual

Ouvert aux commentaires.

Le débat fait rage sur les vraies nouvelles et les fake news, sur la censure qu’exercent, à l’occasion ou par habitude, des patrons de presse richissimes sur leur empire, ou sur l’autocensure que s’infligent les journalistes de peur de perdre leur boulot dans un contexte de naufrage de la presse écrite.

“Quelqu’un s’est-il préoccupé de la perte en valeur ajoutée ?”, avais-je demandé quand la suppression du supplément Économie du journal Le Monde – pour réduction hélas inévitable des coûts ! – avait conduit le mois dernier à la suppression de ma chronique mensuelle. La réponse fut – accrochez-vous bien – Non !

C’est à juste titre que le sensationnalisme a mauvaise presse  : il a toujours constitué l’ordinaire de la presse de caniveau cherchant à faire vendre à n’importe quel prix. “Comment j’ai découvert que mon mari était non seulement extraterrestre mais aussi homosexuel”, affiche ainsi le National Enquirer, honte de la profession, organe de presse qui fournit un soutien capital à Donald Trump durant sa campagne électorale par une combinaison de moyen légaux et illégaux, comme plus personne ne l’ignore.

Mais l’inverse du sensationnalisme, le lénifiant business as usual n’est pas moins toxique. Ce qui m’y fait penser c’est de lire ce soir les titres de la presse française, britannique et américaine, trahissant tous aux yeux d’un observateur modérément attentif, l’effondrement simultané de ces trois sociétés, formulés dans chacun de ces pays sur le ton soporifique de l’inoffensif et routinier chiens écrasés.

Partager :

Brexit, contrepouvoirs et effondrement généralisé, le 14 décembre 2018 – Retranscription

Retranscription de Brexit, contrepouvoirs et effondrement généralisé, le 14 décembre 2018. Merci à Eric Muller et moi-même (pour les bouts dont YouTube n’a pas voulu) ! Ouvert aux commentaires.

Vidéo complète ici :

Bonjour, nous sommes le vendredi 14 décembre 2018, et l’autre jour, j’avais entrepris de vous écrire un billet sur le Brexit mais vous n’avez jamais pu deviner que c’est de cela que je voulais vous parler parce que j’ai pensé qu’il fallait d’abord faire une introduction sur la collapsologie, où j’allais poser la question de savoir si le Brexit est un exemple de système qui s’effondre, et, une fois que j’ai commencé à parler de collapsologie, je me suis dit qu’il fallait penser à la manière dont les états qui sont les nôtres peuvent s’effondrer, et une réflexion m’est venue sur le fait que ce sont les contrepouvoirs qui craqueront les premiers, et que si un ennemi d’une nation voulait encourager son effondrement, il ferait un effort tout à fait particulier pour s’en prendre à ces contre-pouvoirs et, un exemple qui me venait de l’actualité, c’est bien sûr les attaques qui sont portées contre les journalistes, en particulier dans les manifestations des « Gilets jaunes » mais aussi, en dehors de cela, parmi des partis qui se présentent pourtant comme étant des partis de type démocratique et en faveur de la survie de nos nations occidentales.

Continuer la lecture de Brexit, contrepouvoirs et effondrement généralisé, le 14 décembre 2018 – Retranscription

Partager :

Brexit, contrepouvoirs et effondrement généralisé

Je n’arrive malheureusement pas à télécharger une version de cette vidéo qui ne soit pas corrompue ici ou là. Désolé ! Comme la vidéo originale est intacte, j’ai complété à la retranscription les passages manquants. Ouvert aux commentaires.

Vidéo complète ici :

Le Brexit relève-t-il de la collapsologie ?

Quand les journalistes cessent-ils de faire leur métier ?

Blog de PJ : Collapsologie appliquée : les journalistes en tant que contrepouvoir, le 12 décembre 2018

Les principes implicites des démocraties

Partager :

Collapsologie appliquée : les journalistes en tant que contrepouvoir

Ouvert aux commentaires.

Si un authentique processus d’effondrement devait être en cours, et si l’on voulait se donner les outils pour le contrôler (à la fois le “monitorer” et le maîtriser), il serait essentiel de distinguer les événements qui participent à proprement parler de cet effondrement (“pathologiques”), de ceux qui se situent toujours à l’intérieur de la perpétuation de nos formes d’organisation (“normaux”), même lorsque celles-ci sont en crise profonde (périodes pré-révolutionnaires ou révolutionnaires).

Continuer la lecture de Collapsologie appliquée : les journalistes en tant que contrepouvoir

Partager :

Le Monde / l’Écho – Facebook : Vie et mort d’un business plan, le 3 décembre 2018

Le Monde : « Le plus étonnant dans la chute de Facebook est peut-être que l’on s’en étonne »

L’Écho : Facebook, vie et mort d’un business plan

La compagnie américaine Facebook, fondée en 2004 par Mark Zuckerberg, qui en est toujours le président et en contrôle 60%, compte 30.000 employés et gère un réseau social de deux milliards d’utilisateurs. Son chiffre d’affaires en 2017 a été de 35 milliards d’euros. Mais au cours des cinq derniers mois, l’action Facebook a perdu 38% de sa valeur, dont 21% sur la seule semaine du 24 au 30 juillet. La perte se monte, pour ses actionnaires, à plus de 100 milliards de dollars. Certains réclament la démission de Zuckerberg.

Continuer la lecture de Le Monde / l’Écho – Facebook : Vie et mort d’un business plan, le 3 décembre 2018

Partager :