La presse française au crible de l’analyse automatique des données

Ouvert aux commentaires.

Il y a d’une part ce que les gens affirment d’eux-mêmes, et d’autre part ce qui transparaît de ce qu’ils racontent.

Les psychanalystes s’intéressent à cette différence. L’analyse automatique des données la fait apparaître par des méthodes statistiques.

Une étude vient de paraître, intitulée Unfolding the Multi-layered Structure of the French Mediascape, par Dominique Cardon, Jean-Philippe Cointet, Benjamin Ooghe, Guillaume Plique.

Elle fait apparaître, entre autres, un grand nombre de rapprochements qui vous intéresseront. [La question se pose toujours de comment nommer les familles « souterraines » qui émergent de cette manière ; dans certains cas, un nom s’impose, dans d’autres c’est un peu plus problématique.] Quoi qu’il en soit, quelques découvertes intéressantes.

La presse de droite fait preuve d’une grande solidarité, la presse de gauche est faite de gens se snobant, voire pire encore

Cela ne vous surprendra pas, nous nous en plaignons suffisamment ici : vous trouverez mon blog au sein d’une catégorie dont les autres membres me manifestent pour la plupart une franche hostilité depuis de nombreuses années.

Sputnik, RT (Russia Today France) sont proches de Fdesouche

Les Crises aux côtés de Égalité et réconciliation

… et bien d’autres choses encore.

Partager :

25 réflexions sur « La presse française au crible de l’analyse automatique des données »

  1. Le genre de « méthode » que ne renierait pas la « science » économique que vous passez votre temps à fustiger; Une pseudo-science donc. Hyphe recense des liens hypertexte. La belle affaire, si on ne tient aucun compte du contexte dans lequel ces liens sont évoqués. Ça peut être pour vanter ou pour dénoncer, mais cela, Hyphe ne l’analyse pas, avec possiblement des contresens magistraux à la clé. Gazouilloire ne vaut pas mieux, c’est un outil d’analyse de twitter, c’est à dire de l’un des pires dépotoirs du net (disons un modèle d’élevage intensif de trolls) modéré de manière très sélective et dans lequel on est supposé « développer » sa pensée en 140 signes max. Assurément une source fiable.

    Cerise sur le gâteau, l’étude est commanditée par l’institut Montaigne, think tank d’inspiration libérale, et la liste de médias considérée est tirée des décodeurs du Monde… N’en jetez plus, la coupe est pleine. Ou plutôt si, balancez cette étude à la poubelle et fuyez les gens qui trouvent judicieux de confier de l’analyse politique à un algorithme bricolé vite fait pour analyser des sources foireuses. Ces gens sont des charlatans, aussi sophistiquée soit leur méthode.

    Un exemple: Lundi.am est classé dans la même catégorie que le blog de Paul Jorion dans le diagramme de la page 7, ce qui s’explique probablement par le fait que l’un et l’autre utilisent des références similaires. Pourtant la manière dont ces références sont utilisées produisent très fréquemment des discours quasiment antagonistes, peut-être pas dans les objectifs, mais assurément dans les méthodes. Encore faut-il savoir lire, et ne pas se contenter de mots-clé, pour s’en rendre compte.

    Ajoutons à cela, pour finir, que même si plusieurs lecteurs manifestent sur ce blog leur intérêt pour la production de Berruyer, ceux-ci sont fréquemment censurés par la modération. Alors que valent les statistiques analysées dans de telles conditions? Cette production n’est-elle pas biaisée dès son entame?

    1. Il y a d’un côté des méthodes mathématiques, et d’un autre côté, des êtres humains qui les utilisent à plus ou moins bon escient. Ne prenez pas prétexte du fait que je critique le mauvais escient quand c’est le cas pour essayer de me faire dire qu’il ne faut jamais utiliser de méthodes mathématiques.

      La technique utilisée ici mesure des distances effectives. Ce qui apparaît dans les diagrammes comme des « clusters », des noyaux, ce sont les entités qui sont effectivement « proches » (au sens « euclidien », pour les spécialistes).

      Si vous n’aimez pas ce que vous voyez, ni non plus l’Institut Montaigne, cela n’entame en rien la méthodologie, ni l’usage qui en est fait ici (excellent, par Dominique Cardon et une équipe). Le relatif arbitraire est dans la dénomination des noyaux qu’on découvre (ce que l’article souligne d’ailleurs) ; par exemple, on pourrait dire « souverainiste » au lieu de « national révolutionnaire ».

      Illustration de la validité de la méthode :

      « Ajoutons à cela, pour finir, que même si plusieurs lecteurs manifestent sur ce blog leur intérêt pour la production de Berruyer, ceux-ci sont fréquemment censurés par la modération. Alors que valent les statistiques analysées dans de telles conditions ? Cette production n’est-elle pas biaisée dès son entame ? »

      Non ! Vous confirmez ce que vous croyez infirmer : la modération du Blog de PJ permet précisément de maintenir la distance (euclidienne !) entre Les Crises et lui. Et ça marche : le Blog de PJ se retrouve dans le groupe « La gauche », et Les Crises dans le groupe « souverainiste ». c.q.f.d.

      1. malheureusement je ne peux donner mon avis : je ne parle que français….(et un peu le patois morvandiaux !) dommage que la langue française soit à ce point méprisée, et que la banalisation de la langue de l’Empire imprègne même les sites réputés « sérieux » !

      2. @Paul

        Je n’essaie pas de vous faire dire qu’il ne faut jamais utiliser les mathématiques, je vous affirme que les mathématiques utilisées ici ne le sont pas à bon escient, parce que les données utilisées sont de qualité douteuse et la méthodologie discutable.

        Quelques autres exemples de résultats idiots: Topito, un site gadget proposant des top10 de tout et n’importe quoi, ainsi que le gorafi, fameux site exclusivement satirique, tous deux classés dans la catégorie « hypercentre » avec l’à peu près totalité des media mainstream… On voit ici exactement le genre de résultat biaiseux que j’évoquais, l’analyse par mots clés ne permettant d’aucune manière de déchiffrer les intentions des auteurs. Maitre Eolas, et plus spectaculaire encore Patriote.info, classés dans la catégorie « Aile gauche » avec vous…

        Je pourrais continuer encore longtemps à relever toutes les aberrations contenues dans cette étude, et notamment dans ce diagramme de la page 7, si je ne craignais pas de me faire un torticolis à la longue. Allez, encore une, plus légère mais qui achève la démonstration, France football, un hebdo spécialisé dans le foot mais classé dans « presse quotidienne régionale ». Une méthode « scientifique » qui laisse passer de telles coquilles ne vaut pas grand chose de plus qu’une séance d’astrologie ou qu’un tirage au sort.

      3. Bah ici jaillit en abondance une variété du citoyennisme de gauche compatible avec une liste Glucksmann aux européennes, si on veut positionner cette variété un peu clairement. Est il besoin d’un algo pour semer le flou dans cette eau limpide? S’il se croisait que pourrait bien se dire un poisson de Lundi.am et un PJ? Allo quoi, t’es de gauche et t’as pas de cirage?

      4. Je reviens sur un exemple précédemment cité, celui de Patriote.info, dont le titre à lui seul devrait faire sonner une alarme dans la tête des lecteurs de ce blog. Ce site donc, se retrouve comme je le disais précédemment classé par l’étude dans le même groupe « aile gauche » que le blog de PJ.

        Ayant creusé un peu plus le contenu de ce site, je demande donc à Paul Jorion s’il ne voit pas au minimum une incohérence, pour ne pas dire un bug majeur, de se retrouver classé dans le même groupe qu’un site faisant la promotion des ouvrages d’Eric Zemmour, Phillipe de Villiers ou encore Laurent Obertone, dont l’un (le seul?) animateur n’est autre que Tepa, animateur de la très controversée Meta TV, web TV qu’on peut qualifier sans avoir besoin d’en passer par un algorithme de conspirationniste, et de tout à fait compatible avec l’extrême droite la plus rance (interviews de Soral et de Conversano, entre autres joyeusetés), qui relaie des vidéos particulièrement cinglantes contre sa chouchoute Alexandra Ocasio Cortez, j’en passe et des meilleures?

        Un travail correct, vous êtes bien certain?

  2. Tout ce qui m’entoure passe au crible de l’analyse de mes sens et ses données sont synthétisées par mon énorme cerveau. Mon esprit est très souvent d’accord avec lui même mais mon corps un petit peu moins, c’est souvent qu’il snobe mes décisions ou fait le contraire de ce que je veux , il doit être de gauche !

    Ce qui est bien c’est qu’il y a vraiment de la place à gauche pour du rassemblement.
    Et les gens de droites sont pas aussi bête pour refuser un avenir plus clément.

    Il faut maintenant prendre les meilleurs de la droite et de la gauche, le contraire de ce qu’a fait notre président avec en marche.

    1. @ Lucas

      Précisément ! C’est ce qui me trouble dans la démonstration proposée à notre esprit défaillant.

      Où est passé le président Macron et son clan LREM dans ce fameux  » espace euclidien  » ?

      Il a proprement disparu ! Néant ! Bizarre, bizarre.

      A croire que l’émergence foutraque de supposées « familles souterraines  » n’est là que pour faire disparaître le pouvoir existant et bien réel. Une façon sophistiquée de botter en touche et de continuer comme  » si de rien n’était « .

    2. @Lucas(6/7 à 4h16)
      … » Ce qui est bien c’est qu’il y a vraiment de la place à gauche pour du rassemblement « …

      En étant quand même plus prudent qu’à « une certaine époque »…!!??

      https://www.nouvelobs.com/economie/20110916.OBS0537/la-gauche-francaise-pionniere-de-la-deregulation-financiere.html

       » Arnaud Montebourg, intervenant devant la rédaction du « Nouvel Observateur » mardi 6 septembre 2011 , et exposant son programme de « démondialisation », a cité les travaux de Rawi Abdelal, professeur à Harvard, spécialiste de politique économique.
      Ce chercheur très peu connu en France a écrit en 2005 un document de 130 pages titré « Le consensus de Paris, la France et les règles de la finance mondiale », dans lequel il démontre que c’est la gauche française qui a agi avec le plus de ténacité, en Occident, « de façon paradoxale » en faveur de la dérégulation « libérale » des marchés financiers
      « .
      …(…)…

  3. C’est vraiment le degré zéro de la recherche (méthodologie défaillante).
    Et je suis gentil… on est même peut-être déjà dans le négatif (désinformation).

    Ca aurait pu s’appeler :
    « Sous couvert de pseudo science, l’institut Montaigne s’offre une cartographie gratuite (et à peine arrangée…) de ses adversaires idéologiques »
    Ou pire encore:
    « Sous couvert de pseudo science, l’institut Montaigne tente d’imposer sa manière de labelliser les principaux relais d’information du web (qui l’agacent beaucoup) ».

    Le tout avec la petite pointe : ennemis du capitalisme -pardon, de la société ouverte- pardon, de la démocratie- = antisémites complotistes peu crédibles. On assiste à l’alliance objective du système jounalistique classique (pravda-système) et des libéraux bon teint façon « Commentaire » et « R. Aron » et moins bon teint façon Friedman)
    (Ce qui rappelle le traitement tactique des GJ, d’ailleurs…).

    La seule info pour moi c’est le traitement des sites de gauche entre eux. Je ne pensais pas que le blog de PJ était mal apprécié à gauche.
    Peut etre du au sectarisme des mecs qui pensent etre dans le camps du bien et de la Vérité.
    Peut etre dû au fait que PJ a un pied perçu comme dans le systeme et un pied perçu comme hors systeme (se mettant ainsi à dos les hors-systeme de gauche et les socialistes-libéraux).

    1. Non, ce n’est pas de la pseudo-science, c’est de la bonne science (voir ma réponse à Dissonance), affirmer cela est malhonnête envers Dominique Cardon, un excellent chercheur qui, comme moi, fait partie des amis de Bernard Stiegler, ce dont je m’honore.

      Demandez-vous plutôt pourquoi ce qui apparaît là vous énerve tant.

      Je vais vous dire une chose qui moi m’énerve particulièrement dans ce que je vois là (sans que je glapisse alors pour dire que ce n’est sûrement pas vrai) : que la gauche aille s’alimenter à des sources d’extrême-droite, alors que l’extrême-droite (manifestement plus intelligente) s’abstient soigneusement d’aller voir à gauche.

      1. @Paul

        « Je vais vous dire une chose qui moi m’énerve particulièrement dans ce que je vois là (sans que je glapisse alors pour dire que ce n’est sûrement pas vrai) : que la gauche aille s’alimenter à des sources d’extrême-droite, alors que l’extrême-droite (manifestement plus intelligente) s’abstient soigneusement d’aller voir à gauche. »

        Et là encore vous avez tort. Soral pour ne citer que le plus spectaculaire d’entre eux ne se prive absolument pas pour piller les idées de gauche qui ne dérangent pas son discours infecte. Lorsque Philippot en faisait encore partie, tout le travail du FN a été de gauchiser massivement son discours (notamment sur les questions économiques) pour gratter un maximum de voix sur les classes populaires. Etc.

        Quoi qu’il en soit on comprend mieux votre ardeur à promouvoir cette étude: C’est le boulot d’un ami.

      2. « Quoi qu’il en soit on comprend mieux votre ardeur à promouvoir cette étude: C’est le boulot d’un ami. »

        C’est l’avantage quand on choisit ses amis soigneusement : ce sont en même temps ceux qui font du travail correct.

      3. Où avez-vous vu une quelconque « gauche » allant s’alimenter à des sources d’extrême-droite ?

        Pensiez-vous à l’ancien président François Hollande et à sa loi sur « La Déchéance de Nationalité », une loi proposée depuis des lustres par le Front National ? A M. Valls qui désirait précariser les salariées et les salariés à coups de triques avec sa  » Loi Travail  » ? … ou à M.Macron et aux renforcements législatifs des Camps de Rétention pour migrants, largement ouverts aux enfants ? A moins que l’ancien militant PS, M.Castaner ne vous ait amplement inspiré au vu de la répression policière féroce envers le mouvement social et politique des « Gilets Jaunes » ?

        Une demande d’éclaircissement serait bienvenue. Merci.

    1. C’est d’autant plus remarquable que cette étude précise avoir ignoré les blogs pour ne retenir que les véritables sources d’information. Mais l’explication va de soi : j’offre la polémique et les commentateurs, l’information fiable.

  4. Il y a d’une part une étude dont Paul nous dit qu’elle est scientifique. Il m’a fallu ouvrir l’étude et chercher ses références pour comprendre qu’un laboratoire de Science Po Paris, « Medialab », a déposé une étude sur un media ouvert qui fut demandée par l’Institut Montaigne.
    Il y a d’autre part la diffusion, dont on peut se demander s’il peut y avoir de la manipulation dans les démarches. Il faut y aller prudemment, pour ne pas tomber dans une théorie du complot, mais se poser quand même les questions. Par exemple, sur Le Grand Soir, des articles récents (d’inégale valeur) relèvent des manipulations médiatiques coordonnées concernant Corbyn, Assange, Melenchon, Maduro, etc.
    Récemment, un média (genre Capital) publiait et commentait à la radio son article sur « les personnalités au plus haut revenu en France ». Une voix de gauche demande : pourquoi pas globalisé avec les revenus du patrimoine ? Réponse : « car c’est ce que nous avons d’accessible… » Mais ainsi l’article célèbre les vedettes des PDG et ce palmares est une célébration et non une dénonciation. Autre exemple : je vois depuis longtemps sur mon écran (merci les algorithmes !) une vignette publicitaire de Marie-France pour un article sur « les plus grandes fortunes de nos politiciens » et qui est illustré uniquement par le portrait de Le PEN ou celui de MELENCHON. Ce choix est une manipulation parmi 10 ou 12 politiciens étudiés.
    Il me parait clair que les think thanks ont pour pratique manipulatoire de bombarder les medias avec des infos ciblées ou tronquées (sur la fiscalité, le chomage, etc.) pour faire passer des messages.
    Dans le cas présent, on peut se demander qui a commandé quoi à Medialabs. Le fait que ce soit publié en anglais est-il naturel ou un surplus aguichant de sérieux ? D’autant qu’on nous dit que l’Ecole de Journalisme a collaboré à la rédaction du rapport.
    Donc il est normal que les lecteurs se posent la question du sérieux de la méthode et des conclusions. Est-il possible d’en discuter, de l’analyser ou est-ce une boite noire de l’algorithme ? Nous connaissons la « boîte noire » de la pondération improvisée des résultats bruts des sondages pour donner des résultats « sexys au doigt mouillé ».
    Si nous devions commander une telle étude, à quelles questions voudront nous avoir des pistes de réponses ? Les parenté de discours des « éditocrates » ? Une cohérence qui les rapproche contre des différences de droite/gauche ? Ce n’est qu’un exemple. Parfois, in peut y avoir un « sens commun » qui préside à la méthode et au commentaire.

  5. Pour moi, la moins intello et la plus borderline (philosophiquement parlant) tout en étant très saine d’esprit (pas saint) participant régulièrement à ce blog (salon très convivial, commentateurs forts sympathiques et intelligents -tous- , blogueur très intelligent au très joli sourire que je comprends ! -quand il ne parle pas anglais-) après avoir consulté plein plein de blogs ( sympathiques aussi mais qui ont fini par m’emmerder en me faisant baaaaaaailler), ma réponse serait, en gros, pour schématiser (pardon Monsieur Jorion) :

    https://www.youtube.com/watch?v=bdyXdtkqACA

    Bon, ce n’est pas tout à fait pareil, mais pour qui comme moi pas sage du tout compare tout avec n’importe quoi (vous avez fait mon petit jeu que j’ai inventé ?) c’est du même ordre… Lol

  6. « La presse de droite fait preuve d’une grande solidarité………. »
    Oui, c’est évident. L’étude que vous présentez ici me paraît très intéressante.
    Le problème de « la gauche » est de nature chronique et probablement fatale: elle n’a (plus) d’identité, alors que la droite a des objectifs plus ou moins précis et stables dans le temps. La gauche est peuplée de théoriciens idéalistes, d’idéologues, de rêveurs d’une meilleur monde………….donc d’individualistes en somme.

    1. Je ne dirais pas que « la gauche » n’a plus d' »identité », il y a que les gauches se balkanisent. C’est le cas aussi, par exemple, de Linux et ses nombreuses « distributions », subdivisées à leur tour. Est-ce le prix d’une certaine liberté ou de la recherche de liberté? Des étiquettes trop vastes? Je m’interroge. Mais il me semble qu’inévitablement si l’on veut refaire le monde, les options sont nombreuses. Une forme d’impuissance des gauches serait donc d’accepter la liberté et le sdifférences entre amis qui partagent en principe l’essentiel… Tandis qu’il est facile pour les droites de partager les pratiques, puisqu’elles visent à conforter des situations acquises.

  7. Germanicus
    Je ne vois pas en quoi être idéaliste et rêver d’un meilleur monde c’est être automatiquement individualiste. La droite pour vous ne le serait pas (individualiste) ?
    Le problème de la gauche, qui certes a perdu son identité, est qu’elle s’est construite sur la défense des droits des ouvriers d’un côté et des fonctionnaires de la fonction publique de l’autre. Or il n’y a plus vraiment de masse ouvrière faisant corps dans des grandes usines et la fonction publique s’est au moins à moitié privatisée. La plupart des ouvriers ont été remplacés par des employés éparpillés dans des emplois fluctuants selon le sens du vent ; d’où nombreux en CDD donc éjectables. Ce qui de fait réduit toute force syndicale et politique de gauche. Les nouveaux métiers sont à 80 % liés au web (estimation perso, je suis peut-être loin du compte). Ex. ce lien :

    https://www.reconversionprofessionnelle.org/metier-qui-recrute/

    Est-ce pour vous lié à une gauche qui se serait individualisée ? Ou à des nouveaux besoins de consommation liés au web qui supprime l’emploi de masse ? N’est-ce pas là plutôt le fait de la droite qui a pour point de mire (immuable) comme unique progrès le profit, la rentabilité, la performance ? (et non le bonheur individuel de tous, à part le leur)
    Je ne vois pas là matière à inquiéter la droite qui de ce fait peut rester sereine dans son coin.
    Quant à la gauche elle a tout à inventer : nouvelle forme de société, nouvelle forme d’économie, nouvelle forme d’échanges commerciaux et culturels…. Comment peut-on dans ce cas faire montre de sérénité ? Je l’ai écrit plusieurs fois : pour être créatif il faut faire du « gaspillage » (qui coûte forcément), il ne faut pas craindre de se tromper, de défaire et refaire. On ne bâtit rien à partir de rien sans commencer par brasser du vent. Rien ne se crée en claquant du doigt.
    Mais qui, quel citoyen, quel électeur, rompu à l’immédiateté du court terme et à la consommation instantanée qui annihile le désir, le rêve, le projet à long terme et donc la patience  peut accepter cela ?
    Cherchez bien : qui saurait aujourd’hui accepter des erreurs, des essais, des gaspillages, des « défaire et refaire » jusqu’à enfin une solution acceptable pour le plus grand nombre  ?
    Et qui est encore capable de créer ? (de l’encore inexistant s’entend)  
    La droite peut donc rester sereine, tout fonctionne à merveille dans son sens immuable. Son seul ennemi : l’extrême droite. Mais comme business et extrême droite ont toujours bien cohabité, elle n’est inquiète que de perdre les rênes du pouvoir ; sinon, elle saura parfaitement s’adapter, comme toujours, tant que du fric rentrera dans les poches de ceux qui visent le rentable…
    Les seuls à se sentir proches de l’extinction sont les conservateurs (de droite comme de gauche d’ailleurs). Mais sont-ils foison ?
    Dans ce sens, pour moi, les analyses de la presse qu’elles soient faites par des humains ou des algorithmes n’ont aucun intérêt. C’est un peu parler pour ne rien dire…. Blablabla, ça ne mange pas de pain.

    1. @Jac
      J’ai lu avec grand intérêt votre prise de position; dans l’ensemble, notamment en ce qui concerne la situation de la gauche par rapport aux ouvriers….. vous voyez juste. Ma vision est malheureusement plus pessimiste: je vois partout en Europe une montée du nationalisme, mêlé, entre autres, aux idées socialistes et « populistes »Mais « la gauche » ancien type, in my humble opinion, est pratiquement morte, d’autant plus qu’elle lui manque deux piliers indispensables: une idée phare, adaptée à notre époque, d’une part, et des leaders exceptionnels d’autre part. C’est toujours la même chose: sans cela, ca ne peut fontionner. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura plus jamais « une gauche »; mais celle qui agonise aujourd’hui est codamné.
      En ce qui concerne la presse: la tendance à diffuser des histoires fabulées, des faits déformés, tendencieux ou au contraire, le silence pour dissimuler des phénomènes, cela est vraiment très inquiétant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.