Étiquette : agences de notation

  • Monnaie et citoyenneté, par Virgile Perret

    Billet invité. Virgile Perret résume ici, à mon invitation, son ouvrage Monnaie et citoyenneté. Les citoyens à l’épreuve de la globalisation financière, Berne : Peter Lang, 2015. Il approfondira les différents points soulevés dans de prochains billets.

    La monnaie est conçue dans les manuels d’économie à partir d’une « fable » qui attribue son émergence à la nécessité de surmonter les difficultés du troc. L’image de deux « sauvages » troquant des biens dont ils ont réciproquement besoin est en effet un élément central de l’idée de l’origine de la monnaie. A partir de ce récit sur l’invention de la monnaie, l’analyse économique infère ses fonctions et lui attribue un rôle général de « lubrifiant » des échanges.… Lire la suite…

  • EN ROUTE POUR DE NOUVELLES GRANDES AVENTURES ! par François Leclerc

    Billet invité

    Après avoir fait les gros titres sur le thème « plus jamais cela », la régulation est désormais la grande oubliée d’une Europe ayant d’autres gros soucis. Les lobbies bancaires enterrent des mesures restant à l’étude et les États-Unis apparaissant à la pointe des réformes, tout étant relatif ! Les dirigeants européens ont d’autres réformes en tête, qui sont au contraire pro-business. Embourbés dans une politique ne produisant pas les effets annoncés, ils s’entêtent et pratiquent la fuite en avant. Jusqu’à quand ?

    Lors de leur rendez-vous à Jackson Hole, les banquiers centraux n’étaient pas si à l’aise, faisant de leur pragmatisme une vertu, faute de posséder la recette permettant de revenir sans encombres sur leurs mesures d’assistance au système financier.… Lire la suite…

  • PETIT DIALOGUE AUX ENFERS ENTRE MARAT ET KEYNES SUR LA PERTE DE SON « AA+ » PAR LA FRANCE

    Marat : Alors Citoyen Keynes, l’agence de notation Standard & Poor’s a fait perdre à la France son précieux « AA+ », qu’en pensez-vous ?

    (À part) : Moins précieux qu’un « AAA », mais précieux quand même !

    Keynes : Mon cher M. Marat, Paul Krugman, qui se réclame à juste titre de moi – enfin, « quasiment » à juste titre – affirme qu’on ne peut pas savoir dans ce bas-monde ce qui va vraiment se passer, les « esprits animaux » motivant les hommes de manière impénétrable, et que nul ne sait en réalité ce qu’il adviendra de la France.… Lire la suite…

  • LE SOIR, Condamnation de Fabrice Tourre : l’arbre qui cache la forêt, le samedi 3 août 2013

    Un entretien avec Dominique Berns, dans le quotidien belge

    Anthropologue de formation, docteur en sciences sociales de l’ULB, Paul Jorion a travaillé une dizaine d’années dans le monde de la finance américaine et fut l’un des premiers à découvrir la bombe des « subprime » avant qu’elle n’explose. Aujourd’hui détenteur d’une chaire à la VUB, il écrit et tient un blog très suivi (www.pauljorion.com).

    Q : Fabrice Tourre a été jugé coupable. Votre réaction ?

    R : On a pris cette mauvaise habitude de désigner comme victime expiatoire un responsable situé pas trop haut dans la hiérarchie. En France, c’est ce qui s’est passé avec Jérôme Kerviel (NDLR : le trader qui a fait perdre 4,9 milliards d’euros à la Société générale).… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT LE 7 FÉVRIER 2013

    Février 2007 – février 2013 – Six ans après. Où en est-on de la réglementation financière ? La finance est-elle plus sûre aujourd’hui ?

    Sur YouTube, c’est ici.

    TARP : Troubled Asset Relief Program
    Neil Barofsky, Geithner doctrine lives on in Libor scandal, Financial Times, 7 février 2013
    Standard & Poor’s et la question des agences de notation
    Solvabilité II
    La finitude du collatéral… Lire la suite…

  • L’AGENCE DE NOTATION FITCH FERAIT-ELLE PREUVE DE – COMMENT DIRE ? – MAUVAISE VOLONTÉ ?

    J’ai écrit autrefois dans l’un de mes billets qu’il viendrait un moment où les gouvernements qui sont jusqu’ici passés en sifflotant sous les fourches caudines de la finance, se rebelleraient. J’espère que ce moment est enfin venu, l’agence de notation Fitch ayant poussé le bouchon un peu loin avec un enthousiasme qui doit faire fulminer en ce moment-même un certain nombre de ministres des finances européens.

    J’ai rédigé, c’était avant-hier, un billet où je dénonçais la politique qui s’est instaurée depuis 2007, selon laquelle la prime de risque comprise dans un taux d’intérêt n’est plus considérée comme étant là pour amortir le risque du prêteur mais est devenue un simple bonus que le prêteur s’accorde – avec, il faut bien le dire, la caution enthousiaste des autorités, et en particulier de le Commission européenne, qui s’apprête à inscrire ce principe dans le fonctionnement du Mécanisme européen de stabilité (MES).… Lire la suite…

  • L’actualité de demain : AVOIR LE « AAA » OU PAS, par François Leclerc

    Billet invité.

    C’est une histoire bien dans l’air du temps. Les États sont notés par des agences dont c’est l’activité commerciale, comme le sont les entreprises et les actifs financiers en général. Faute d’être en mesure de calculer le risque afférent à un investissement, il est fait appel à des spécialistes dont les notes font référence et déclenchent même parfois automatiquement des ventes, notamment dans le cas des fonds de pension. Même les banques centrales en tiennent compte pour déterminer les actifs qu’elles acceptent en garantie. Tout le monde est ainsi censé disposer de la même information afin d’assurer un fonctionnement du marché en conformité avec la théorie selon laquelle elle doit être « symétrique ».… Lire la suite…

  • NEWSRING.fr, Moody’s : un signe de défiance envers la France

    Un entretien que j’ai accordé à Newsring. On le trouve sur leur site, ici.

    Une dégradation n’est jamais une bonne nouvelle. On critique de plus en plus les agences de notation, mais il y a une demande de la part des marchés pour ce type de service, c’est-à-dire une évaluation de la capacité d’un emprunteur à payer les intérêts, à rembourser la somme empruntée et à le faire dans les délais qui ont été prévus. C’est l’industrie financière qui demande ce service aux agences de notation, car elle ne dispose pas du temps ou des ressources nécessaires pour faire les calculs qui permettent de savoir quelle est la fiabilité de la dette émise par les pays.… Lire la suite…

  • Mission commune d’information du Sénat sur le fonctionnement, la méthodologie et la crédibilité des agences de notation, 27 mars 2012

  • MISÈRE DE L’ARITHMÉTIQUE

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    Mardi, durant l’audition au Sénat, j’ai mentionné comme exemple de la mauvaise qualité des modèles financiers en général, le modèle de Black-Scholes pour la valorisation des options, dont on sait qu’il est faux depuis le jour des années 1970 où il a été conçu, et dont on a transformé pour pouvoir l’utiliser quand même, une variable d’état, c’est-à-dire dont on ne peut que constater la valeur, la volatilité, en une variable de contrôle, à laquelle on attribue une valeur au pifomètre des salles de marché. Comment diable a-t-on pu en arriver à ce sommet de la stupidité humaine ?… Lire la suite…

  • Mission commune d’information du Sénat sur le fonctionnement, la méthodologie et la crédibilité des agences de notation, à Paris le 27 mars 2012

    Ceux d’entre vous qui n’êtes pas venus assister à l’audition d’avant-hier au Sénat, n’en connaissent que la synthèse offerte dans la dépêche de l’AFP rédigée par Ursula Hyzy. On peut trouver cette dépêche par exemple sur le site de L’Express. Je vais donc en commenter les termes.

    « PARIS – Des économistes recommandent une transformation de fond en comble du secteur des agences de notation financières, miné selon eux par les conflits d’intérêt, une concurrence aux effets pervers, la piètre qualité de leurs modèles d’analyse.

    Retards, relations trop étroites entre les entités notées qui, Etats mis à part, sont aussi les payeurs, manque de qualifications, vision trop compartimentée de l’économie: sans rendre les agences responsables des crises, trois spécialistes dressent sur leur petit monde un constat peu amène.… Lire la suite…

  • SÉNAT, « AGENCES DE NOTATION », à Paris, le mardi 27 mars 2012 à 16h30

    Mission commune d’information du Sénat sur le fonctionnement, la méthodologie et la crédibilité des agences de notation

    Adrian BLUNDELL-WIGNALL de l’OCDE, Jacques DELPLA, membre du Conseil d’Analyse Économique et moi-même, sommes appelés à témoigner lors de l’audition du 27 mars.

    C’est à 16h30 et c’est public : salle RD204 2eme étage, 46 rue de Vaugirard 75006 Paris. Métro Odéon, Saint-Sulpice, RER Luxembourg… Lire la suite…

  • 2012 L’ÉMISSION, « Quel avenir pour l’économie ? », le 4 janvier 2012

    Le podcast est disponible ici. Également sur iTunes.

    Merci à Al, qui a pris la peine de transcrire toute l’émission.

    2012 l’émission. Episode n°9 (le mercredi 4 janvier 2012 à 20h)

    Que peuvent faire les politiques face à la crise… la crise financière…. la crise économique… la crise européenne… ?

    X – Bonjour Paul Jorion

    P.J. – Bonjour

    X – Est-ce que dire bonne année 2012 à nos proches est justifié vu la situation économique…?

    P.J. – Oh oui, il faut toujours dire bonne année de toute manière… oui!

    X – Alors, avec vous, on va aborder la question de la crise économique… française et financière… On va aborder la crise en quatre aspects… A chaque fois, on va essayer de voir ce que les candidats pourraient proposer pour changer la situation.… Lire la suite…

  • « L’ABBASSAMENTO DI UN GRADINO : CATASTROFE O NON CATASTROFE ? »

    La traduction en italien par Alessio Moretti de LA BAISSE D’UN CRAN : CATASTROPHE, OU PAS CATASTROPHE ?

    (14 gennaio 2012)
    (questo testo è un « articolo presslib’ »(*) )

    Catastrofe o non catastrofe, la perdita da parte della Francia del suo AAA presso
    Standard & Poor’s ?

    – Catastrofe !

    Catastrofe prevedibile o imprevedibile ?

    – Prevedibile ! Altamente prevedibile.… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 20 JANVIER 2012

    Les agences de notation

    Investing in a Post-Enron World (2003)

    La même vidéo sur YouTube.… Lire la suite…