SÉNAT, « AGENCES DE NOTATION », à Paris, le mardi 27 mars 2012 à 16h30

Mission commune d’information du Sénat sur le fonctionnement, la méthodologie et la crédibilité des agences de notation

Adrian BLUNDELL-WIGNALL de l’OCDE, Jacques DELPLA, membre du Conseil d’Analyse Économique et moi-même, sommes appelés à témoigner lors de l’audition du 27 mars.

C’est à 16h30 et c’est public : salle RD204 2eme étage, 46 rue de Vaugirard 75006 Paris. Métro Odéon, Saint-Sulpice, RER Luxembourg

Partager :

20 réflexions sur « SÉNAT, « AGENCES DE NOTATION », à Paris, le mardi 27 mars 2012 à 16h30 »

      1. Mazette… Blundell-Vignall 2010 :

        How big a crisis is big enough? It seems as if this crisis was not big enough… If we can’t even do that (la Volcker – ou Mervyn King – rule), I’m very pessimistic about the future of capitalism. I’m afraid that governance will only be sorted out by another big crisis and it will probably be bigger than this one.

        http://m.guardian.co.uk/business/2010/may/27/banking-split-essential-oecd-adviser-says?cat=business&type=article
        http://www.abc.net.au/news/2007-07-24/oecd-economist-warns-of-global-financial-bubble/2511160

        Sur les fonds souverains et les fonds de pension publics :
        http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1217270

        Sur les agences, la transcription de son audition de 2011 au Parlement anglais (Chambre des Lords) :
        http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=1&ved=0CCEQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.parliament.uk%2Fdocuments%2Flords-committees%2Feu-sub-com-a%2FCreditrating%2FucEUA24052011ev2.pdf&ei=D7lpT-P2G4nW0QXqrfjuCA&usg=AFQjCNGjE_Eu832VYdjkKBanQL224VNk_A

      2. Bonjour,
        Et ‘rencontres débats autrement’, c’est toujours d’actualité ?
        Si oui, journée bien remplie… !
        Mardi 27 Mars 2012 à 19H15
        Salle Jean Dame, 17, rue Leopold Bellan, Paris 2e
        Merci

      3. Ben… c’est le billet d’au-dessus !

        Journée bien remplie ? Je fais un premier exposé de 12h00 à 13h00 (que je ne mentionne pas parce que c’est à guichets fermés).

  1. Sur la collusion et conflits d’intérêt des agences de notation/grandes banques d’investissement dans le déroulement de la crise de l’immobilier aux US:

    Extrait de Griftopia – Matt Taibbi, chap 3 Hot Potato: The Great American Mortgage Scam

    Most shameful of all was the liberal allotment of investment-grade ratings given to combinations of subprime mortgages. In a notorious example, Goldman Sachs put together a package of 8,274 mortgages in 2006 called GSAMP Trust 2006-S3. The average loan-to-value in the mortgages in this package was an astonishing 99.21 percent. That meant that these homeowners were putting less than 1 percent in cash for a down payment—there was virtually no equity in these houses at all. Worse, a full 58 percent of the loans were « no-doc » or « low-doc » loans, meaning there was little or no socumentation, no proof that the owners were occupying the homes, were employed, or had access to any money at all.

    This package of mortgages, in other words, was almost pure crap, and yet a full 68 percent of the package was given an AAA rating, which technically means « credit risk almost zero. » This was the result of the interdependent relationship between banks and the ratings agencies; not only were the ratings agencies almost totally dependent financially on the very banks that were cranking out these instruments that needed rating, they also colluded with the banks by giving them a road map to game the system.

  2. Sans audition de Frédéric Lordon, et prise en compte de son analyse, nous resterons dans le : « Tout doit « changer » pour que rien ne change. »
    Hors, un nouvel habit ne fait toujours pas le moine…
    Bonne révolution à tous, néanmoins. Ou guerre, si nous nous faisons avoir. Question d’habitude…

  3. Sociétés à bénéfices dites agences de notation.
    Distinguer le principe de la réalité.
    Principe:
    La transparence est indispensable au fonctionnement des marchés spéculateurs.
    Les Sociétés à bénéfices dites agences de notation qui assure ce service ne posent donc pas de problèmes particuliers Il ne faut pas s’ arrêter au triple A
    attribué aux subprimes. C’est un mauvais procès.. Et elles se sont améliorées.
    Réalité:
    Les Sociétés à bénéfices dites agences de notation sont utiles pour dire aux spéculateurs pourquoi ils vont perdre et combien, avec précision.
    On s’aperçoit, dans le cas de la Grèce par exemple, que les Sociétés
    à bénéfices dites agences de notation franchissent un seuil dans leurs offres de service. Elles quittent leurs atours ‘instrument de mesure’ et prennent celui de conseillers. Et là, pas de demi-mesure: les conseils sont marqués de l’esprit libéral extrème, libéral à mort. L ‘économie ( de la Grèce, par exemple) s’en trouve immédiatement diminuée: production =0; exportations =0; salaires et retraites fortement réduits etc…Les pronostics de perte en sont donc facilités. La précision est plus facile à atteindre quand l’objet à jauger est un désert.

    Dans le fond, la destruction volontaire et à très court terme d’une économie
    s’explique par la difficulté à juger d’un pays en dysfonctionnement.
    Tout y incertain. Et on connaît l’aversion des spéculateurs à l’incertitude inhérente
    au futur. C’est encore et toujours un problème de fiabilité de mesure.
    Quand l’économie est détruite, tout est plus facile, en particulier le calcul des pertes
    prises par les spéculateurs.

  4. Œuvrez bien au nom des populations.
    Lorsqu’on a la conscience des choses, notre responsabilité devient vraiment importante.
    Bon courage à vous.

  5. Bon, j’y suis…
    En fait d’audition publique … c’est carrément une table ronde…
    En plus j’suis en retard… bon, la porte est ouverte, je vais rester dans le couloir…
    Mais P.Jorion est bien là… c’est ce qui compte… Pour l’instant, ça n’est pas lui qu’on interroge, mais il est bien là…

  6. Ça y est c’est son tour…
    Il a 5 minutes…
    Il donne son CV… surtout les banques aux US
    Il explique la difficulté de prévoir les risques de non remboursement

  7. « Les évaluations sont de très mauvaises qualités… Elles sont statiques… »

    En gros, ce qu’il explique depuis des siècles… On se demande pourquoi ils ne sont pas venus sur son blog avant…

      1. Ne jamais se fier aux apparences, Lou… Les agences de notations lui donnent dans les 5 ou 600 ans, comme ça, à vue de nez…
        Mais bon, c’est toujours la même histoire… peut-on leur faire confiance…?

        Un truc est sûr, c’est qu’il apparait déjà en 1632 dans un tableau de Rembrandt (La leçon d’anatomie)… C’est celui qui est tout au fond, en hauteur… le seul qui regarde l’objectif…

        C’est un fait avéré… qu’on ne saurait remettre en cause…

  8. Bon, les 5 minutes sont passées..
    Moi, faut que j’y aille… P.Jorion racontera ça mieux que moi…
    J’ai jamais rien compris à tout ça de toutes façons…

    Et comme journaliste, je vaux rien…
    Ce soir, on sera mieux installé…. Si ils le laissent partir à temps, parce que là, z’ont l’air d’être partis pour longtemps les gars… si faut tout le expliquer depuis Karl Marx… on n’est pas rendu…

    1. Effectivement, petite salle, une place de libre au fond, hop…
      Première ‘expérience’ bien étrange et intéressante, je conseil !
      En étant discret, on peut même plaisanter avec sa voisine (qui prenait beaucoup de notes ! )
      Paul J. très clair en 5 minutes, et pas toujours en ‘accord’ avec les propos de Jacques Delpla (BNP), où bien je n’ai pas pigé…!?
      N’ayant pas d’oreillette pour la traduction, je n’ai que partiellement compris Blundel-Wignall, sont idée de ‘buffer plateform’ par exemple…Comparable à l’idée d’une agence de contrôle type ‘AIEA’ du Sénateur De Montesquiou…??

Les commentaires sont fermés.