Étiquette : Charlie Hebdo

  • Charlie Hebdo : être ET ne pas être, par Alain Farel

    Billet invité.

    Les massacres des 7-9 janvier dernier ont suscité de très nombreuses réactions. Hélas les lectures que l’on a pu en faire mettent mal à l’aise. Entre unanimisme et manichéisme, il est rare de trouver l’expression d’une attitude intellectuellement pertinente. Pourtant il s’agissait là de traiter des sujets essentiels pour notre vie collective. Examinons quelques sujets abordés dans les débats.

    Liberté :

    La liberté est un des fondements de notre république. Elle est intangible, non négociable. Mais, elle n’autorise pas à faire n’importe quoi, auquel cas vivre ensemble devient impossible. « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » (Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789).… Lire la suite…

  • Le temps qu’il fait le 16 janvier 2015

    Sur Dailymotion, c’est ici.

    Charlie Hebdo

    Les platitudes solennelles
    Mais que dire d’autre ?… Lire la suite…

  • QUE FAIRE DE NOS MONSTRES ?, par Pascal

    Billet invité.

    Je voudrais mettre en parallèle l’intervention de Régis Debray et de Boris Cyrulnik sur les « évènements » de la semaine dernière.

    Les propos de ces hommes, Boris Cyrulnik mais également l’intervention de Régis Deray sur cette tragédie sont d’une telle richesse. Il y aurait tellement à dire, à débattre et surtout tellement à travailler notre intellect pour faire progresser notre perception du monde. Je serais bien présomptueux de vouloir commenter leurs propos. Propos avec lesquels d’ailleurs, on peut ne pas être en accord sur tout.

    Ces deux hommes qui ont chacun perdu un ami dans cette tragédie font preuve d’un recul incroyable mettant de côté (non, pas de côté), en dépassant leur émotion certainement immense, pour remettre en ordre leurs idées et nous proposer de grandir dans nos têtes, de ne pas nous laisser bercer (ou berner ?)… Lire la suite…

  • Emporté par la foule…, par Pascal

    Billet invité.

    Cette anecdote entendue un jour : à la libération de Paris, alors que le Général De Gaulle, depuis un balcon surplombant une place, se faisait ovationner par une foule heureuse et en liesse, un de ses conseillers le félicita (en voici l’esprit, ce n’est pas une citation) : « Mon Général, cette foule tout entière qui vous acclame, c’est vraiment magnifique. Le peuple français est avec vous. » Et le Grand Charles de répondre à peu près ceci : « Vous savez, mon ami, il y a quelques temps à cet endroit, c’étaient les mêmes qui acclamaient Pétain ».… Lire la suite…

  • La diseuse de bonne aventure par Romain Dutreix

    Romain Dutreix - Charlie, Fluide Glacial

    © Romain Dutreix. Dessin à paraître dans Fluide Glacial le 7 avril 2015, en hommage à Charlie Hebdo.… Lire la suite…

  • On était pas révoltés. On était désolés, par Stéphane-Samuel Pourtalès

    Billet invité.

    On ne s’attendait pas à ça, hein, comme « grand tournant ». Le bus des people et tous les gens. Tous ces gens. Le correcteur orthographique souligne « people » en rouge et me propose en correction : « peuple ». Sacré farceur, va. Vous l’avez peut-être remarqué, depuis quelques jours un mot nouveau est apparu dans les journaux. Enfin un mot qui n’était plus guère employé que par les nostalgiques, les forts en voix, et l’extrême-droite : « le peuple français ». Ils montrent des photos de foule et dessous il mettent : « le peuple français ».… Lire la suite…

  • La grande récup’, par Annie Cyngiser

    Billet invité.

    C’est à la « chute » d’une nouvelle que l’on saisit tout ce que la narration d’un récit comporte : des petites balises, des petits clignotants qui, distillés et éparpillés dans le texte, font sens une fois le dénouement de l’histoire posé.

    Livrés au compte goutte au lecteur ou de manière allusive à travers descriptions ou dialogues, ces éléments apparaissent en 2° lecture, une fois connue la « morale » de l’histoire, comme autant de jalons pour nous préparer à la fin du texte…

    La grande journée commémorative d’union sacrée, avec un rassemblement quasi mondial incongru de 50 chefs d’Etat, qui est venue conclure, ce 11 janvier 2015, la protestation nationale devant les assassinats perpétrés par trois fêlés embrigadés par un courant politique religieux néo-fasciste, s’est terminée, après un raz-de-marée républicain… à la synagogue.… Lire la suite…

  • « Expressio unius est exclusio alterius », par Zébu

    Billet invité.

    La question qui revient en boucle actuellement est ‘Et maintenant ?’

    Mais à cette question ne parvient pas de réponses, du moins pas aisément, du moins sans qu’instinctivement on ne sente que quelque part cette réponse même semble factice.

    L’origine de cette difficulté, qui semble s’imposer à nous subitement, provient de ce que la manifestation de dimanche a pu produire et continue de produire parmi ceux qui ont manifesté et ceux qui ont regardé ces manifestations. Ce phénomène s’applique à tous, nolens volens.

    Parce qu’il était difficile, sinon impossible de nommer, on a laissé les banderoles à la maison, sauf à afficher le générique message ‘Je suis Charlie’, sauf à brandir des crayons, à brandir des dessins de caricaturistes assassinés, sauf à brandir des drapeaux de toutes les couleurs, à commencer par les 3 que les Français connaissent, parce que ces couleurs parlent par-delà le nom de la couleur même, par sa seule association.… Lire la suite…

  • Le Wall Street Journal « est Charlie » (une fois n’est pas coutume, profitons-en !)

  • 11 Janvier 2015 : J’Y SUIS ALLÉ, par Pascal

    Billet invité.

    Nous sommes partis à vélo, il faisait froid. Petit à petit, dans une convergence incertaine, un flot de plus en plus dense nous indiqua que nous allions dans le bon sens, vers ce lieu, la Place de Verdun, qui dans l’imaginaire local se caractérise essentiellement par une grande concentration de bars et de restaurants. Le temps réduit à peu de chose les symboles du passé.

    Nous nous sommes glissés, ma femme, mes enfants et moi, dans la procession déjà en branle qui se déversait en continu dans l’avenue Foch. « LA Foch », comme on dit ici, « faire La Foch » signifie habituellement faire son shopping.… Lire la suite…

  • Liberté d’expression, par rienderien

  • Et maintenant ? par Gilbert Chabian

    Billet invité.

    Et maintenant ? C’est la question du jour, et il ne faudrait pas qu’elle passe. Il faut faire le travail. Et ce blog est un des lieux possibles, dans sa démocratie garantie par P. Jorion.

    Je lis dans le Monde : « Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? » ou encore Et maintenant, on prend quelles décisions ?

    Non, on ne prend pas un drapeau à trois couleurs ‘nationales’ debout ou couchées.

    Non, on n’invoque pas « La nation » (La France ou toute autre) car c’est un manteau pervers, travestissant tous les fantasmes.

    Non, on n’incrimine pas « Les politiciens ».… Lire la suite…

  • L’institutionnel et le sacré, par Vincent Valançon

    Billet invité.

    Samedi 10 janvier, le soir : Depuis jeudi 08 où l’ensemble de l’équipe de l’agence où je travaille à Montrouge a été contrainte de rester en huis clos une partie de la journée (du fait de la fusillade à Montrouge), j’ai ressenti une forte tension, se superposant à celle des évènements de Charlie Hebdo, bien que différente. Depuis ce jour et pour moi, c’est un climat où le lien aux autres est altéré par une parole qui devient impossible. C’est pourquoi j’ai écrit ce qui suit, pour éprouver de nouveau ce lien qui libère.

    « J’irai faire nombre ce dimanche 11 janvier 2015 à Paris dans ce défilé de République à Nation.… Lire la suite…

  • ATTENTATS CHARLIE HEBDO : LES OBJECTIFS DES DJIHADISTES ET LES DÉFIS DES PROCHAINES ANNÉES, par Cédric Mas

    Billet invité.

    L’émotion retombe progressivement, et à mesure que les informations filtrent d’une enquête qui devrait encore livrer (espérons-le) beaucoup d’éléments, il est nécessaire d’analyser plus en détails les objectifs des commandos.

    Cette analyse est indispensable d’abord pour mieux comprendre nos points de faiblesse et les directions dans lesquelles nous devons progresser, mais aussi pour pouvoir au mieux « capitaliser » sur l’extraordinaire mobilisation du peuple français ce 11 janvier, et faire en sorte que notre succès de ce jour (et nous allons voir que jusque-là nous n’en avons pas eu beaucoup) ne reste pas sans lendemains.

    Enfin, sachez que d’ores et déjà, les mouvements djihadistes sont en train d’analyser ce qui vient de passer, afin de  profiter des enseignements pour faire évoluer leurs actions et préparer de nouvelles opérations encore plus efficaces[1].… Lire la suite…

  • 11 janvier 2015 : On sait maintenant que cela existe, il va falloir savoir quoi faire de ce rêve éveillé, par Zébu

    Billet invité.

    J’ai fait quelques manifs, mais je n’en n’ai jamais fait une où j’ai eu cette impression étrange que pour la première fois de ma vie je n’étais pas assigné d’où que ce soit, ni par, ou pour quoi que ce soit. À peine ai-je vu quelques drapeaux français flotter (j’y ai même vu une drapeau de l’ONU flotter !), rappelant que nous étions bien en France, ou citoyens français.

    Pour ce qui est même de l’acclamation de forces de l’ordre, vu certaines images sur le net, il me semble que c’est bien les forces d’un ordre redevenu républicain l’espace d’un instant (les mauvais esprits diront eux que ceux-là même qui applaudissaient le faisaient suite à une trouille monumentale, ou parce qu’ils appellent à ce que ces forces fassent régner l’ordre, républicain ou pas, plutôt pas d’ailleurs).… Lire la suite…